Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 115 | 116 | (Page 117) | 118 | 119 | 120 | newer

    0 0

    La présidente de la coordination de l'ouest du MAK-Anavad madame Rachida Berradj et son mari Rabah Berradj viennent d'être arrêtés au barrage installé à " Aymoud " vers la sortie de ville de Tizi-Ouzou. Rappelons qu'avant hier le militant Rabah Berradj a subi l'inacceptable par la police coloniale qui viole même les droits les plus élémentaires des militants pacifiques du MAK.

    Rachida Ider et Rabah Berradj arrêtés à Tizi-Ouzou (Mise à jour)
    [17h40] Massa Rachida Ider et Mas Ravah Berradj sont actuellement au commissariat central de Tizi Wezzu. Ils sont actuellement en train de subir un interrogatoire.

    [17h00] Alors qu'il était en plein conférence à Champigny, le Président de l'Anavad a appelé l'ensemble des militants à se mobiliser. Il tient pour responsable le ministre de l'intérieur algérien dans ce qui pourrait arriver à Rachida Ider et Ravah Berradj. Le Président de l'Anavad a quitté la conférence prématurément suite à cette nouvelle.

    Ce fil est mis à jour au fur et à mesure de l'évolution de la situation.


    0 0

    ENQUÊTE (SIWEL) — Il s'appelle Djamel, originaire d'At Ɛevd Lmumen, il a 21 et il est étudiant en première année anglais à l'université de Tizi-Ouzou. Hier, 03 février, à 22h30, un individu qu'il ne connaissait pas lui a planté un coteau dans le cœur suite à une légère altercation. Le jeune homme est décédé quelques minutes après.

    Les circonstances de l'assassinat odieux d'un jeune étudiant à Tizi Wezzu
    Rien ne présageait un tel événement qui a ôté la vie à un étudiant sportif, sans histoire et apprécié, qui sort peu de son quartier (Axe Technicum) si ce n'est pour aller à l'université.

    Djamel était avec son petit frère deux autres individus dans leur voiture familial. Ils roulaient dans la ville de Tizi Wezzu. C'est le petit frère de Djamel qui conduisait. Ils ont rattrapé une Clio 4 qui avançait lentement puis l'ont dépassée. Ce qui a généré de la tension entre les passagers des deux voitures et la Clio 4 a décidé de les suivre et de les « coller ».
    Excédé, le petit frère de Djamel, qui conduisait la voiture, s'est alors arrêté et est sorti pour en parler au chauffeur de la Clio 4 et la discussion a commencé à chauffer entre les deux jeunes individus. Djamel sort alors de la voiture pour s'interposer et calmer les esprits.
    Ils se trouvaient alors en face du portail secondaire du parc Tameghra, rue Kheloui Hocine.
    C'est là que surgit de nulle part un individu, qu'ils ne connaissaient pas et qui a commencé à insulter tout le monde en leur ordonnant de quitter les lieux.

    Djamel lui demanda alors de se calmer et d'arrêter de les insulter. Il n'en a pas fallu plus pour que cet individu sorte un couteau et le lui plante froidement dans le cœur. Il ne comptait pas s'en arrêter là vu qu'il a poursuivi les 3 autres jeunes qui étaient avec Djamel, dont le petit frère de ce dernier, pour les agresser. Ils se sont enfuis.

    Le chauffeur de la Clio 4 a soulevé le jeune étudiant qui gisait sur le sol et l'a monté dans sa voiture pour l'emmener à l’hôpital mais le coup de couteau lui a été fatal.

    Le criminel est connu pour être un voyou qui fait le « chikur » dans le coin. C'est un dealer de drogue et un multirécidiviste connu des autorités algériennes. Au moment où nous publions ces lignes, le criminel a disparu et n'a toujours pas été retrouvé.

    Ce crime a plongé dans l’émoi toute la ville de Tizi Wezzu. L'enterrement de Djamel aura lieu demain, 05 février, au village d'At Ɛevd Lmumen.

    Les circonstances de l'assassinat odieux d'un jeune étudiant à Tizi Wezzu
    nbb
    SIWEL 042321 FEV 17


    0 0

    PARIS (SIWEL) — Lors de la conférence d'hier, 04 février, le Président de l'Anavad est longuement revenu sur la répression que subissent les militants du MAK-Anavad. Il annonce que les rapports de leurs intimidations et arrestations vont être jointes au mémorandum pour l'autodétermination de la Kabylie qui va être remis à l'ONU dans les semaines à venir.

    Mémorundum : Le Président de l'Anavad appelle tous les militants arrêtés à remettre un rapport à l'Anavad (vidéo)
    Lors de cette conférence coanimée avec l’ethnopsychiatre Hamid Salmi, le Président de l'Anavad s'est adressé aux policiers kabyles : « La police qui est en Kabylie est une police coloniale. Les policiers kabyles qui travaillent au profit du pouvoir algérien servent la colonisation de la Kabylie. Je les appelle à modérer leur ardeur quant à servir un Etat colonial et un état criminel » a-t-il déclaré avant d'appeler à ce que « tout militant, toute militante, tout sympathisant de l'indépendance de la Kabylie qui a été arrêté nous fasse un rapport, avec son nom et les modalités de son arrestation. »

    Les rapports sont à envoyer au format word. Voici quelques indications pour orienter le rapport. Le style est à déterminer par le rédacteur :
    Nombre d'arrestations. Lieu et date de l'arrestation. Dire si cela était dans le cadre d'un événement (marche, rassemblement, etc). Dans quel commissariat/brigade l'interrogatoire a eu lieu. Contenu de l'interrogatoire (les questions posées). Durée de l'interrogatoire. Les policiers qui ont fait l'interrogatoire étaient-ils kabyles? Éventuelles maltraitances physiques ou morales à signaler. y a-t-il eu une phase d'identification (prise d'empreinte + photo). Nom et prénom de l'arrêté, éventuellement une photo.

    Le rapport est à envoyer via le formulaire de contact

    Le Président de l'Anavad est ensuite revenu sur le Dr Fekhar, qui est à son 33e jour de la grève de la faim : « Il réinvente l'humanité. Un seul homme debout, on ne peut pas le faire fléchir, quelque soit la répression, y compris au prix de sa vie. C'est cela être un homme et une femme de dignité, résister à l'arbitraire et ne pas flancher ». Mas Ferhat Mehenni a néanmoins appelé le Dr Fekhar cesse la grève de la faim : « Nous avons besoin qu'il retrouve ses forces. Il doit continuer le combat ». Mas Ferhat Mehenni a réitéré son soutien au kabyle chrétien Slimane Bouhafs, au blogueur Merzoug Touati et au supporter du MOB qui a brandi un drapeau kabyle, Imad Belaid.

    Le Président de l'Anavad a dû quitter la conférence avant sa fin, suite à la nouvelle de l'arrestation de la Président de la Coordination Régionale Ouest du MAK-Anavad, Massa Rachida Ider, et de son mari, Ravah Berradj.

    voir à partir de 2min30
    http://archives.siwel.info/video/
    nbb
    SIWEL 051116 FEV 17


    0 0

    PARIS (SIWEL) — L'intervention de l'ethnopsychiatre, Le Dr Hamid Salmi, lors de la conférence conaimée avec Ferhat Mehenni, hier, 04 Février, a suscité énormément d’intérêt parmi l'assistance, vu le thème sensible de pertes de repéres de plus en plus constatée dans le monde kabyle. Un vide exploité par l'intégrisme islamiste.

    Le Dr Hamid Salmi : Oui, il y a urgence à un Etat kabyle mais aussi à rétablir nos rites face à l'intégrisme
    Le Dr Hamid Salmi a tenu lors de sa prise de parole des mots en hommage à l'action de Ferhat mehenni : « Comme disait un auteur, au pessimisme de la pensée, j'oppose l'optimisme de la volonté. Ferhat incarne la volonté de reconstruire  ».

    L’intervenant a également précisé que les kabyles ont axé leur action militante post-indépendance de l'Algérie sur la revendication de la langue. Sur ce point, il a précisé que les semblants d'ouverture à la berbérité de la part du pouvoir algérien, dont l'officialisation de l'amazigh, sont des façons de nous faire attendre et de renvoyer les choses aux calendes grecques.

    Par la suite, l'ethnopyschiatre s'est attelé à expliquer quelques fondamentaux qui permettront au kabyle de ne pas se perdre et de ne pas sombrer dans l'intégrisme entre autres. Il a explicité des notions telles que l’identité de groupe et ses systèmes initiatiques, l'importance du système de parenté chez les kabyles, le système d'alliance patrilinéaire, les classes d'age. Un ensemble de clôtures qui séparent le dedans du dehors du groupe et qui globalement se perdent chez les kabyles, a alerté le Dr Hamid Salmi.

    Il a ensuite parlé de l'importance des mythes au sein d'un groupe, et pour notre cas dans le monde kabyle : « Nos mythes contiennent les valeurs du monde kabyle. Et c'est à travers les mythes que sont transmises les valeurs, de façon consciente ou inconsciente.  » a-t-il expliqué. Ainsi, les contes et les rites sont générés par ces mythes et sont manipulés par nos guérisseurs, qui sont de plus en plus remplacés par le cartésianisme occidental ou le salafisme.
    Autant de sujets qui méritent autant de conférences pour les détailler.

    Lors de la phase des débats, beaucoup de questions ont abordé le sujet de la montée de l'intégrisme en Kabylie. Pour l'ethnopsychiatre, c'est un danger majeur auquel il faut réfléchir. « L'intégrisme fascine et attire tous ceux qui sont en perte de rites et de culture » a-t-il appuyé, d'où l'importance de les rétablir. Sur la question de la nécessité d'un Etat kabyle, Mas Hamid Salmi a estimé que c'est même une urgence, vu la situation actuelle.

    Voir l'intervention du Dr Hamid Salmi à partir de 33min
    http://archives.siwel.info/video/
    nbb
    SIWEL 051400 FEV 17


    0 0

    PARIS (SIWEL) — En marge de la conférence de Champigny, du 04 février, le Président de l'Anavad a tenu à préciser que c'est autour de son indépendance que la Kabylie doit s'unir aujourd'hui. Il a également rappelé que le mouvement souverainiste kabyle a entamé une nouvelle phase via sa restructuration et la clarification de l'objectif de l'indépendance.

    http://archives.siwel.info/video/
    nbb
    SIWEL 051632 FEV 17


    0 0

    IDLES (SIWEL) — Akken nuɣ tanumi, temkerḍit n Ikeğğan di tɣiwant n tifra, lεerc At Mensur, yal aseggas yettili-d leqdic d amerkanti s temsizelt n tmedyazt taqbaylit ɣef usentel n Yennayer , aya d isseɣ imi tamedyazt s umata d izigher n yidles aqbayli , ihi deg umgarad-agi ad walim amek i d-tettili temsizelt-agi.

    Tazrigt tis tlata n temsizelt n tmedyazt taqbaylit n Yennayer 2967
    Am wakken id nmeslay ɣef temsizelt i d-yettilin yal aseggas deg wayyur n yennayer di temnaḍt Ikeğğan, ad nebder kan iseggasen i yezrin tamkerḍit n umaɣras Hebhoub Arab Ikeğğan , Taɣiwant n Tifra, d tin yellan ɣef uqerruy n temsizelt-agi dima tsuddus-it. Tikkelt-a tella-d s tallelt n Usqamu Aɣiwan n Ilmeẓyen n Ukeffadu iy-a yedduklen i leqdic akken ad yili d amerkanti.

    Deg tezrigt-a ufraren-d tlata n yimenza, deg umḍiq amezwaru d Mass Hettak Moussa si temnaḍt Ukeffadu taddart At Sεada d win yeddan di laεmer, Dda Mussa d amedyaz i yettekkin dzg aṭas n tfaskiwin n tmedyazt, daɣen atan deg usurif n usuffeɣ n wammud isefra, ma d amḍiq wis sin d yiwet n tlemẓit tesεa 14 iseggasen d tin iḥemlen tamedyazt si zik tagi d Massa Abdous Chanez si temnaḍt Ukleffadu di taddart n Tewrirt , amḍiq aneggaru neγ wis tlata n yiwet n tmeṭṭut d tamedyazt d tin i d-yefkan acḥal n wamudden n yisefra d yidlisen ɣer ssuq, tagi d Massa Kenza Djurdjura si temnaḍt n Weqbu.

    Mass Mourad Touak yellan d amezzarfu n tesqamut n temsizelt, u daγen d aselway n ‘’tidukla Itri Iburayen’’ yerna d amedyaz ifazen.

    Tamkerḍit Ikeğgan d tin yellin deg useggas 2012 win yellan ɣef uqerruy-is yiwen yitri id-yettaken ṭṭiya i yidles daɣen d win id yewwin amecwar ɣezzifen deg umussu-agi, d win i d-yefkan aṭas i yidles amaziɣ s umata akked d tsekla taqbaylit ad d-nebder kan lqahwa n tsekla d tin I yewḍen ɣer weṭṭun wis 13, wagi d Mass Azedine Yamouni I wumi ara dreγ tajmilt.
    Timlilit-agi n tiririyin n warrazen tella-d ass 31/01/2016 di temkerḍit n ikeğgan anda yella uselway n tesqamut n temsizelt Mass Mourad Touak akked d uselway n Usqamu Aɣiwan Ilmeẓyen Ukleffadu, akken daɣen ugten yinebgawen i d-yussan ḥeḍren i temlilit-agi, gar-asen Boubekeur Ameriout d anaẓur, Aissa Idoughi d win yellan d aεeggal n tɣiwant ukeffadu, Hakim Ferkioui d amedyaz, Lounes Zinet d amusnaw, Mhed Fergan d anaẓur n terbaεt n umezgun n temkerḍit ikeğgan Izumal,… d wiyaḍ yal yiwen s yisem-is.

    Akka i tessuli taggara n tezrigt tis tlata n temsizelt n tmedyazt taqbaylit n Yennayer i d-tettheggi temkerḍit n Ikeğğan, taɣiwant n Tifra, imi d afud i tmedyazt taqbaylit, d afud i umuddu n usirem i yimedyazen d tmedyazin d wid i d-yettnekkaren akken ad snernin azal n tutlayt d yidles-nneγ.

    Tekfa temlilit s usenmmer i d-yefka Mass Azedine Yamouni anehmal n temkerḍit i Massa Thiziri d tin yellan deg umaṭṭaf n Summam, wid yellan ɣer tugniwin Zahir akked d Hakim, imedyazen d tmedyazin i yettekkin di temsizelt, imezdaɣ n tɣiwant n Tifra yal yiwen s yisem-is, daɣen wid yettillin dima di ttiεad-at i d-tettheggi temkerḍit, akked wid id yefkan afud ama si liqrib naɣ si libεid.

    Ghilas Abdous
    SIWEL 051230 FEV 17


    0 0

    CHRONIQUE (SIWEL) — Croire que le souffle de l’humanité logera un jour dans la tête des arabo-islamistes ou que l’idée du respect de la dignité humaine effleurera un jour leur esprit équivaut pour le scientifique de penser qu'une greffe du cerveau est possible !

    Quand la tolérance des autres sert de béquille à l'islamisme (chronique de Djaffar Benmesbah)
    Les régimes islamistes sont dirigés par des bandes de criminels qui combinent fouet, esclavage, décapitations et pendaisons en kit de gouvernance avec un rictus d’extase propre aux psychopathes. Les démocraties occidentales le savent mais continuent d’abriter leurs spécimens illuminés et aident toujours leurs sorciers en transes à produire le spectacle de leur haine dans une dégradation déconcertante de la sphère publique.

    Face à un Donald Trump, diabolisé pour ses engagements vis-à-vis de son pays qu’il veut protéger de la menace terroriste, les européens se découvrent subitement une sympathie d’une exagération sémantique envers les États islamistes. Les propos du président américain sont durs certes parce que manquant de poésie politique limite hypocrite qui consiste à condamner le terrorisme en ménageant la pensée qui le nourrit, mais force est de constater qu’ils s’élèvent au-dessus des générosités simulées fabriquées pour gagner les batailles commerciales en Afrique et au moyen orient.

    Il faut être frappé d’une cécité alarmante pour ne pas comprendre que parmi les migrants qui fuient la misère et la violence se mêlent des mutants qui salivent à l’idée de loger dans un paradis avec le crime comme caution pour être sûr de l’occuper.

    Pour mettre en alerte les jeunes musulmans et leur éviter de se voir récupérer par les démons, les médias européens font appel à des anges de grève qui paradoxalement provoquent l’effet contraire. Et là, les États islamistes se payent une tranche. La plaisanterie pousse les télévisions françaises à faire appel au guignol d’imam de Drancy pour parler de ce qu’ils appellent le "vrai Islam", cet olibrius fier à excès, chasseurs de primes et prébendes fait rimer diable et miséricorde et incitent par contraste les jeunes des banlieues à la marginalisation et à la haine, des jeunes pourtant non acquis à l’extrémisme religieux. L'idée de chercher au persil les airs sanctifiés de faux dévots ou l’outrecuidance de faux laïques ne réduira pas la haine, au contraire, elle ne fera que l’accroître.

    Dans une France où les prénoms du Hedjaz connaissent un pic dans les maternités, on a accoutumé les arabes au devoir de se montrer majestueux parce que nés musulmans jusqu’à devenir ignominieux, méchants et ridicules. Ils se montrent plus révoltés à la vue d’une nord-africaine non voilée que choqués par la réalité piteuse de leurs pays d’origines : échecs nationaux continuels, guerres intestines, arrestations pour délit d’opinion, génocides, coercitions sans adjectifs, harcèlements réciproques et corruption tout azimut sur un fond de misère sociale. Ils sont sourds à la déchéance de leur "Ouma" réduite à une survivance pitoyable des plus rétrogrades car rien n’éveille un esprit fermé par la religion. Ils dévisagent avec aplomb -dans des pays qui ne sont pas les leurs- ceux qui ne partagent pas leur religion dont ils font une nationalité.

    Les voilà maintenant qu’ils se considèrent super puissants parce que les failles de la démocratie occidentale leur permettent des rassemblements aux bourdonnements haineux à Londres, à Paris, à Oslo ou à Munich. L’islamiste est passé maître dans l’art de profiter de la générosité de l’hôte qui l’héberge pour le dominer ensuite. À Hambourg et dans la capitale vaudoise ils ont imposé l’appel à la prière par la voix d’un muezzin. Ils ont hissé la langue arabe au même degré de sacralité que le Coran. Ils doivent donc arabiser l’humanité entière pour l’obliger à leur idée de la religion, à leur système d’idées, à leur morale de conduite sans le mérite de la moindre réflexion.

    L’histoire nous enseigne que la tolérance à leur égard sous prétexte des hautes vertus de la démocratie et de la liberté d’expression construit leur passerelle idéologique vers la violence.

    Face à eux, tout discours est creux, toutes les prières sont vaines, toute action pacifique à leur égard est signe de faiblesse, voire synonyme de veulerie à égale distance de la lâcheté.

    Tous les États islamistes se sont aiguisés en bretelles de soutien au Daesh. Il n'y a que dans leur culture où le crime se justifie comme une profession de foi. Il n'y a que dans leur culture où traîne la facilité impérieuse à produire, protéger, épauler, ravitailler et armer des suppôts de Satan... à la gloire de Dieu !

    Djaffar Benmesbah
    SIWEL 052030 FEV 17


    0 0

    COMMUNIQUE (SIWEL) — Suite à la multiplication de l'action répressive et intimidante du pouvoir algérien à l'égard des militants du MAK-Anavad et à l'entêtement des autorités algériennes à vouloir laisser mourir le Dr Fekhar, la confédération MAK-Anavad de Bouzeguene publie le communiqué suivant.

    Réaction de la confédération MAK-Anavad de Bouzeguene aux récentes arrestations et aux victimes de l'injustice algérienne
    Notre identité kabyle en particulier et amazighe en général, qu’elle soit noble ou ignoble aux yeux de ceux qui la regardent de travers, demeure l’ossature de notre combat, notre façon de voir et d’aller à la rencontre du monde, notre incapacité ou notre force de le comprendre, de l’aimer, de l’affronter et de le changer. Elle demeure une extension de nous-mêmes. Le clonage identitaire et l’assimilation n’ont jamais libéré et la pensée et la réflexion. Ils n’ont fait qu’inoculer l’effacement et la négation de soi.

    Le pouvoir des mots n’a jamais glorifié le cri de ceux qui souffrent en silence dans les sous-sols de l’Algérie colonialiste, le marasme des cœurs brisés qui ont le seul déshonneur d’avoir embrassé la liberté et apporté l’espoir comme nouvelle foi dans ce système rouillé qui emprisonne la beauté et la liberté.

    Pour que les temps bavardes ne les oublient pas, le 31 janvier dernier, un rassemblement a été organisé devant le portail de Hasnaoua pour dénoncer encore et encore les multiples arrestations ordonnées par les lutins du pourvoir. Depuis des mois, des militants des droits de l’homme tels que : Kamel-Eddine Fekhar et ses codétenus ; Imad Belaïd qui s’est vu infliger une peine de 6 mois pour avoir exprimé ouvertement son appartenance et son rejet de l’Algérie corrompue et usurpée ; Slimane Bouhafs et le jeune emprisonné pour avoir brandi le drapeau kabyle pendant que le drapeau algérien flotte sur la corruption de l’Algérie d’aujourd’hui…

    Atteinte à l’islam, dit-on ? Pourquoi la classe ministérielle, marionnettes du régime, y compris les islamistes, n’ont pas condamné le viol des lieux sacrés et n’ont pas dénoncé l’arrestation arbitraire de Kamal-Eddine Fekhar qui se trouvait sur les lieux pour accomplir ses devoirs et prier dans la sérénité ? L’islam ne condamne-t-il pas toute ségrégation, hypocrisie ? Berbère, dit-on ? Le musulman ne doit-il pas passer outre les considérations ethniques, les classes sociales et les origines ? N’a-t-il pas enseigné les grandes valeurs morales et humaines dont jouissent les autres peuples ?

    La Justice en Algérie est un ring d’intérêt où les juges et les magistrats exécutent aveuglement les lois et les décisions de leurs patrons. Confinés dans la haine de soi, ils n’ont que du mépris pour tout ce qui représente la liberté : économique, de penser, de faire, d’étudier et même celle de la foi. Et depuis que les rues confectionnent des docteurs spécialistes de la métaphysique, Dieu est devenu un mot, la foi un ordre. « Le crime de penser n’entraîne pas la mort. Le crime de penser est la mort. Maintenant qu’il est reconnu comme mort, il [devient] important de rester vivant aussi longtemps que possible. » Le temps rebrousse chemin et nous (re)vivons « 1984 » version Orwell.

    La pensée du régime algérien, distribuée sous forme de recette de cuisine pour les gens qui ont le cerveau à la limite du coccyx, ne fait que renfermer l’âme dans les tombeaux de l’obscurantisme… À titre de rappel, l’Afrique du Nord baigne encore dans les traditions judéo-chrétiennes malgré l’islam qui berce les actes quotidiens. La question reste posée : a-t-on mis en prison le jeune chrétien pour avoir choisi le christianisme, abandonné la religion de l’État ou, sans doute, pour avoir choisi la liberté de culte et s’est mis sur la Voie et écouter la voix qui parle à son âme et son cœur ? L’islam, le christianisme et le judaïsme peuvent pourtant cohabiter ensemble si Dieu est au-dessus de leurs comptes bancaires…

    Le journalisme, dans l’Algérie en particulier et le monde entier en général, est devenu un travail salarial et des comptes rendus à un patron qui, tel un boss, oriente l’information et fabrique l’opinion en fonction de ses intérêts, son idéologie et l’orientation de ses investissements et investisseurs. Depuis que l’argent sale a pris le pouvoir et le monopole, depuis que l’argent domine la pensée et la réfection politique (dans son objectivité), scientifique, sociale, culturelle et économique, le journaliste est devenu un peintre qui joue avec l’encre noir dans le seul objectif de noircir des feuilles blanches et effacer avec sa gomme silencieuse le cri de la liberté.

    Comme d’habitude, fidèle à ses pratiques mesquines, à chaque manifestation, les lutins du pouvoir procèdent à des arrestations arbitraires, tantôt visées, tantôt à l’aveuglette, pour mieux imposer sa bassesse sur les ailes de la liberté qui, dans son envol, embrasse de plus en plus les cœurs de ceux et celles qui souhaitent un nouveau soleil dans le ciel de l’Algérie. Y-a-t-il de l’injustice dans les actes justes des enfants rejetés par votre « Algérie » ? Je ne crois pas même si notre liberté est sentie comme une menace à vos intérêts, vos biens et l’avenir de vos enfants bâti sur la misère et le désarroi du peuple ?

    Au nom de la coordination du MAK-Anavad (Bouzeguène), nous dénonçons tous ces actes infâmes et ces arrestations arbitraires dont sont victimes les détenus de l’opinion. Nous dénonçons toute l’injustice et les interrogatoires que les militants de la Liberté subissent dans les locaux de l’insécurité…

    Nous dénonçons fermement le silence de la Ligue des droits de l’homme et ceux qui ne cessent de financer, aider, protéger et cautionner le crime contre la liberté dans une Algérie où l’insulte et la honte, l’injustice et le mépris sont devenus monnaie courante des décideurs.

    Nous saluons aussi l’action de solidarité entamée par des femmes M’zabes qui, malgré les temps rudes, observent un jeûne illimité, jusqu'à la libération de tous les détenus M’zabs. Ces femmes donnent, ainsi, une bonne leçon de combat pacifique, un courage sans mesure, notamment aux M’zabs qui - jusqu’à présent - n’arrivent pas à trouver de moyens pour organiser des mouvements de protestations pacifiques après que les principaux militants aient été incarcérés ou contraints à l’exil ou au silence.

    Vive la Kabylie libre et indépendante !

    Zahir M., président de la confédération
    MAK-Anavad Bouzeguene

    SIWEL 052141 JAN 17


    0 0

    RAFFOUR (SIWEL) — C'était le vendredi 3 février qu'une vingtaine de militants se sont réunis pour mettre en place la section MAK-Anavad du village Iwaqquren (Imceddalen, Tuvirett). La section a adopté l'horizontalité comme principe de fonctionnement interne de la section. Quant à la représentation de la section elle sera tournante.

    nbb
    SIWEL 060858 FEV 17


    0 0

    ALERTE (SIWEL) — Jugurta Louerguioui, dit Frawsen, a été arrêté aujourd'hui vers 09h00 par la gendarmerie ou la police coloniales. Nous ignorons, pour le moment, dans quel commissariat/brigade il se trouve.

    Urgent : Jugurta Louerguioui, responsable du MAK-Anavad à Attouche, a été arrêté (mis à jour)
    [09h50] Frawsen a été arrêté au barrage de l'habitat. Il serait actuellement au commissariat colonial central de Tizi Wezzu.

    [09h20] Il a été arrêté à l'entrée de Tizi Wezzu.

    Ce fil est mis à jour au fil de l'évolution de la situation sur place

    nbb
    SIWEL


    0 0

    COMMUNIQUE (SIWEL) — Le ministère des Institutions et de la Sécurité au sein de l'Anavad, Mass Ahmed Haddag, réagit à l'arrestation de Jugurta Louerguioui, dit Frawsen, à l'entrée de Tizi Wezzu. A rappeler que Frawsen est entre les mains de la police coloniale algérienne depuis 09h00 du matin.

    Arrestation de Jugurta Louerguioui : le Ministre kabyle des Institutions et de la Sécurité appelle à une très forte mobilisation
    ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
    PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
    MINISTÈRE DES INSTITUTIONS ET DE LA SÉCURITÉ

    ARRESTATION DE JUGURTA LOUERGUIOUI

    Les autorités coloniales en Kabylie viennent d'arreter tôt ce matin pour la énième fois le militant MAK-Anavad, Jugurta Louerguioui dit Frawsen. Nous dénonçons vigoureusement ces arrestations arbitraires et les agissements répressifs des forces d'occupation Algériennes en Kabylie.

    Nous appelons à une très forte mobilisation citoyenne pour exiger sa libération immédiate.

    Nous mettons en garde le pouvoir colonial contre toute atteinte à l'intégrité physique et morale de Jugurta et tout autre militant arrêté.
    Reiterons notre appel à la communauté internationale pour que cesse la répression contre les militants du MAK-Anavad qui mènent un combat pacifique pour la libération de la Kabylie.

    Assurons Jugurta Frawsen et l'ensemble des militants traqués et persécutés par le pouvoir en place, de notre soutien total et toute notre solidarité.

    Paris le 6/02/2017
    Ahmed Haddag
    Ministre des institutions et de la sécurité

    Suivre l'évolution de la situation sur place

    SIWEL 061230 FEV 17


    0 0

    ILLULEN UMALU (SIWEL) — L'information du décrochage du portrait de Ferhat Mehenni, Président de l'Anavad, a circulé comme une traînée de poudre. Un acte répugnant qui a révolté les citoyens de la région. Suite à une réunion initiée par les responsables du MAK-Anavad d'Illulen Umalu, un meeting est prévu le samedi 11 février à 11h, dans le cadre d'un programme complet mis en place en collaboration avec les citoyens.

    Portrait de Ferhat Mehenni arraché : Meeting populaire samedi à Illulen Umalu
    AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN
    MOUVEMENT POUR L’AUTODETERMINATION DE LA KABYLIE


    Coordination MAK-Anavad d'Illulen Umalu

    Appel à un rassemblement populaire le 11 février 2017, à 11h00
    Lieu : devant le monument des martyrs (Tabouda-centre)

    Pour dénoncer :
    - L’acte provocateur de l’Etat colonial algérien ; arrachement du portrait de Ferhat Mehenni, une atteinte gravissime à la région d’Illoula Oumalou et aux symboles de la Kabylie.
    - La haine et l’acharnement du maire d’Illoula Oumalou contre les militants souverainistes kabyles.
    - La situation chaotique dans laquelle est plongée notre commune.

    Win iteddun ɣef tidet yessawaḍ
    Ad yidir uɣref aqbayli di tlelli

    EN SAVOIR PLUS

    SIWEL 061834 FEV 17


    0 0

    MADRID (SIWEL) — Il s'appelle Arthur Mas, il a organisé le 9 novembre 2014 un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, alors qu'il était président de cette dernière. Sauf que le Gouvernement central espagnol n'avait pas donné son accord pour cette consultation. Ceci plaçait ses initiateurs du référendum hors la loi. Artur Mas comparaît aujourd'hui, 06 février, aux côtés de Joana Ortega, son ancienne vice-présidente, et Irene Rigau, qui était en charge de l'Éducation.

    Espagne : l'ancien président de la Catalogne en justice pour avoir organisé un référendum d'autodétermination
    Pour le Gouvernement Central de Madrid les 3 accusés sont coupables de «désobéissance grave de la part d'un dépositaire de l'autorité publique» et de «prévarication», estimant qu'ils ont tout fait pour ne pas se soumettre à la décision de la Cour suprême.

    Pour Arthur Mas, «Ce n'est pas l'indépendance de la Catalogne qui est en jeu, c'est la démocratie elle-même». En effet, les résultats du référendum, qui a pu avoir lieu malgré sa suspension par la Cours constitutionnelle et les menaces du gouvernement central, sont sans appel : 40% des catalans se sont exprimés (2 350 000 de personnes) et 81% d'entre eux étaient pour l'indépendance.

    Âgé de 61 ans, Arthur Mas risque 10 ans d'inéligibilité et l'interdiction d'exercer une fonction publique. Ses co-accusés 9 ans de la même peine.

    Le bras de fer entre le Gouvernement central d'Espagne et la Catalogne continue
    En effet, Carles Puigdemont, Président de la région catalane depuis le 12 janvier 2016, est sur les pas de son prédécesseur, Arthur Mas. Il compte organiser un référendum d'autodétermination, cette fois bien réel et quel que soit l'avis de Madrid, et ce pour le mois de septembre 2017.

    Néanmoins, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, est ferme : le référendum serait illégal, et donc sans effet. Contrairement à 2014, Madrid prévoir de contrer l'organisation de ce scrutin. Ainsi le Gouvernement central pourrait enclencher la procédure prévue à l'article 155 de la constitution espagnole qui lui donne la possibilité de « prendre les mesures nécessaires pour contraindre une communauté autonome (région) à respecter ses obligations ou pour protéger l'intérêt général ». Cet article permettrait de suspendre en partie l'autonomie régionale.

    nbb
    SIWEL 062014 FEV 17


    0 0

    NUMÉRIQUE (SIWEL) — Les pirates informatiques travaillant pour des organisations ou même pour des régimes autoritaires commettent leurs méfaits tous les jours. Ils sont capables de voler vos photos, vos vidéos, vos documents texte, vos courriels et vos secrets les plus intimes. Les conséquences de ces intrusions dans votre intimité peuvent vous coûter très cher !

    Point sur quelques règles de base pour votre sécurité sur Internet
    Les pirates pourraient vous faire chanter. Soit ils vous demanderont des sommes d’argent, soit ils publieront vos photos ou vos vidéos.

    Voici quelques conseils pour renforcer votre sécurité sur Internet :

    1- Utilisez un ordinateur sécuritaire muni d’un antivirus à jour. Si vous utilisez un ordinateur public, n’oubliez pas de fermer le navigateur et d’effacer les traces laissées (si c’est possible). Vérifiez si un dispositif enregistrant tout ce que vous tapez sur le clavier n’est pas inséré sur un port USB à l’arrière de la tour.

    2- Verrouillez votre ordinateur personnel avec un mot de passe et ne le laissez pas connecté à Internet.

    3- Pour vos comptes de messagerie (Gmail, Hotmail, Yahoo, comptes de réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube, etc), choisissez des mots de passe différents et difficile à deviner. Huit à douze caractères (suite de consonnes, de chiffres, caractères spéciaux, majuscules et minuscules).

    4 - Attention aux e-mails provenant de personnes inconnues ou suspectes. Effacez-les ou au moins ne cliquez jamais sur les liens insérés dans le message. Ne remplissez aucun formulaire. Gmail, Hotmail, Yahoo n’envoient jamais de courriels vous invitant à changer votre mot de passe et à fournir votre ancien mot de passe. Les banques non plus.

    5 - N’acceptez pas n’importe qui comme ami Facebook. Un ami Facebook peut copier toutes les photos personnelles que vous avez publiées et les utiliser sans votre consentement ou à votre insu.

    6 - Enfin, il faut savoir que l’accès à votre téléphone intelligent (smartphone) est très facile avec les moyens technologiques dont disposent les hackers et la police même si vous n’êtes pas connectés à Internet. Il vaut mieux ne pas laisser vos photos ou documents sensibles dans la mémoire interne. Utiliser plutôt une clé USB (www.2Leef.com) pour téléphone Android. Si possible éteindre son téléphone intelligent la nuit.

    7 - Il faut bien noter que beaucoup d'applications exigent d'avoir accès presque à tout le contenu de notre téléphone (photos, vidéos, documents, liste des contacts, notes, enregistrements audio, etc.) Pourquoi? Les développeurs peuvent-ils récupérer toutes ces informations et les donner ou vendre à une partie tierce ?

    Yidir A
    SIWEL 051453 FEV 17


    0 0

    BRUXELLES (SIWEL) — A l'initiative de l'observatoire européen pour la démocratie et la paix (EODP en anglais), un rassemblement a eu lieu ce vendredi 3 février 2017, à la Place de la Monnaie, située au centre de Bruxelles, pour signifier la solidarité européenne et internationale avec les détenus politiques amazighs du Mzab.

    http://archives.siwel.info/video/
    En présence d'acteurs politiques de tout horizon, dont des membres du CMA, de la vice-secrétaire générale de l'observatoire amazigh des Droits et Libertés, du porte-parole du comité international pour la libération de Fekhar et des détenus Mzabs, d'une nombreuse assistance cosmopolite, il a été signifié,à haute voix, et exige la libération IMMÉDIATE des prisonniers politiques mozabites des geôles algériennes.

    Au nom de ces institutions, les orateurs ont été unanimes pour souligner l'injustice et l'illégalité algériennes, qui maintiennent en prison le Dr Fekhar et ses compagnons.

    Les représentants de l'EODP citent les avocats des détenus, pour dénoncer les dépassements d'une justice algéroise aux ordres.
    Dans un communiqué officiel, le même observatoire exige la libération de tous les détenus mozabites, à leur tête le Dr Fekhar, en même temps que la mise en place d'une commission d'enquête INTERNATIONALE sur les crimes commis par le pouvoir algérien, pourtant signataire des conventions dans ce domaine du droit international.

    A l'endroit du peuple mozabite, d'autres orateurs ont dénoncé les pressions psychologiques et de non-respect de la dignité humaine, dont font l'objet le Dr Fekhar et ses compagnons.

    Ils rappellent le rôle néfaste de la police algérienne, complice des éléments arabes agresseurs.
    Pour sa part, le Comité international pour la libération du Dr Fekhar et les détenus Mzabs, s'élève contre le "comportement intolérable" des autorités algériennes.

    Le porte-parole du Comité, Mohammed Dabouz, a rappelé la réalité politique d'une "ségrégation ethnique" programmée en direction du peuple mozabite, dont l'un des objectifs, est de le "DÉLÉGITIMER" de ses repères historiques et culturels.

    Les exemples sur le terrain, sont visibles et nombreux : expropriations massives, disparition d'archives, assassinats collectifs, faux terroristes contre la population : ce sont là les éléments constitutifs d'une politique algérienne animant des actes ethnocidaires.
    "Libérez nos camarades mozabites"!, tel est le slogan crié à tue-tête, en cette place de la Monnaie, connue pour abriter toutes les oppositions du monde dans un élan fraternel.

    L'écho est public, comme celui du porte-parole du Comité international, qui précisera que 3 détenus sur 160, sont décédés, alors que le cas du Dr Fekhar continue de s'aggraver pour la seule raison d'avoir dénoncé le projet algérois de destruction.
    Les conditions inhumaines de la détention de ces prisonniers politiques ont été mises en évidence.

    De même, il a été fait part de la grève de la faim illimitée observée par quelques 40 femmes mozabites, en soutien avec les détenus.

    Cette attitude se poursuivra jusqu'à la libération définitive des prisonniers politiques Mzabs, dont le Dr Fekhar.

    Mas Atcheba
    071322 FEV 17


    0 0

    AT MZAB (SIWEL) — Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, en plus de l'appel à cette grève, le Comité International pour la Libération de Fekhar et des Détenus Mzabs et l'association IZMULEN pour les droits des At-Mzabs nous apprennent qu'une trentaine de détenus politiques d'At Mzav ont entamé une grève de la faim illimitée en solidarité avec le Dr Fekhar.

    Solidarité avec le Dr Fekhar : Appel à une journée de grève de la faim de tous les amazigh le 11 férvier
    Le Docteur Kameleddine FEKHAR est en grève de la faim depuis le 03 janvier 2017 dans la prison de Menéa à Taghardayt (Ghardaïa). C’est sa cinquième grève e de la faim depuis son arrestation le 09 juillet 2015.

    Un grand nombre de codétenus Mzabs du Dr Fekhar sont entrés en grève de la faim le 30 janvier 2017 par solidarité avec lui. Ils seraient une trentaine de grévistes.

    Aujourd'hui le Dr Fekhar est dans un hôpital entre la vie et la mort. Il conteste son arrestation arbitraire et celles de plus de 160 Mzabs incarcérés injustement dans les geôles algériennes.

    Nous, et le Comité International pour la Libération de Fekhar et des Détenus Mzabs (CILFDM) et IZMULEN pour les droits des At-Mzabs en solidarité avec le Dr Fekhar et ses codétenus grévistes et tous les détenus Mzabs, appelons :

    Tous les Amazighs des pays et Etats de la Tamazgha (Afrique du nord) et de la diaspora a exprimer leur solidarité avec le Dr Fekhar et les détenus grévistes en observant une grève de la faim d’une journée, le samedi 11 février 2017

    pour exiger la libération immédiate du Dr Fekhar et tous les détenus Mzabs

    Il est important de le faire voir et le faire savoir en partageant des photos et vidéo sur internet avec pancarte où l’on écrit, chacun dans la langue qui lui convient, : « Je suis en grève de la faim par solidarité avec le Dr Fekhar et les détenus Mzabs »

    Gloire aux martyrs Mzabs et liberté pour tous les détenus Mzabs.

    Paris le 06 février 2017
    Président d’Izmulen et porte parole du CILFDM
    SIWEL 072154 FEV 17


    0 0

    CONTRIBUTION (SIWEL) — En observant de près la situation de notre peuple, on remarque qu'elle est cantonnée dans un espace entouré et écrasé par le rouleau compresseur arabo-islamiste envahissant et conquérant dans la continuité du projet totalitaire de l'idéologie arabe assimilationniste entamée depuis 14 siècles.

    L'Anavad et son projet ambitieux et révolutionnaire d'édifier un État kabyle indépendant sont une chance historique
    Cette terre riche d'une histoire et d'une mémoire abyssales, marquée par des périodes heureuses ou douloureuses, ce sentiment fort d'appartenance à la KABYLITÉ et au destin commun des Kabyles ont forgé une identité forte qui a résisté à l'épreuve du temps et à tous les coups de boutoir des ennemis.

    En dépit des attitudes ambiguës et scandaleuses d'une certaine élite inconsciente des enjeux d'existence ou complice à travers son contentement de gérer le confort éphémère d'une vie au détriment de l'avenir des générations futures, notre peuple résiste admirablement. Une très belle leçon d'humilité.

    Ces conditions difficiles, économiques, sociales et d'existence identitaire ont jeté sur le chemin de l'exil permanent, de génération en génération, des pans entiers de la société avec son lot de l'élite intellectuelle et économique. Cette élite qui a fini par briller ailleurs que sur sa propre terre avec des nationalités différentes, algérienne, française, américaine, canadienne, suisse... etc sans véritable identité puisque la seule légitime et authentique demeure l'identité KABYLE. Un deni d'existence insupportable. De véritables apatrides.

    S'il y avait un Etat Kabyle protecteur et affirmant cette nationalité et cette identité kabyles, les étoiles kabyles préféreraient sans doute briller dans le ciel généreux de leur terre ancestrale, la KABYLIE et servir leur peuple et leur nation.

    Il n'est un secret pour personne que des grandes écoles, centres de recherche en médecine, en pharmacie, dans les hautes technologies de la Silicon-Valley aux USA et ailleurs, dans le nucléaire, la physique, les banques et la finance (trading), l'économie en général, le sport, l'art et la culture (cinéma, musique classique et autre ....etc) pullulent de cadres kabyles de grande valeur, reconnus par leurs pairs.
    Le drame c'est que cette identité est éclipsée par la nationalité des pays d'adoption.

    Cet état de fait m'a conduit dans ma réflexion à rechercher des explications ou des exemples dans l'histoire des jeunes nations et leurs Etats. Une date et un peuple ont attiré mon attention. 1948 date de la crise kabylo-arabe (appelée injustement crise berbériste). Nos aînés avaient raté une occasion certaine de bâtir leur propre Etat KABYLE. Ce n'est cependant pas le cas des Juifs qui ont mis sur pied la même année leur Etat, ISRAËL, qui a enfin mis fin à leur errance et cet exil éternel pour briller enfin sous leur propre bannière. Aujourd'hui les Juifs brillent sous leur bannière (leur drapeau et leur identité nationale ) et un État protecteur. Près de 70 ans après cette date, les Kabyles sont toujours dans l'errance. Ils n'existent que pour valoriser l'identité des autres partout dans le monde. En fait, ils sont tels des OVNI, car assimilsé à une autre nationalité qui ne fait aucune référence aux Kabyles. Si les événements de 1948 avaient pris une autre tournure, nous ne serions pas dans ce cauchemar interminable.

    Justement l'avènement du MAK et de l'Anavad qui se lancent le défi de réparer cette injustice historique et les erreurs de nos aînés est une chance salvatrice qui se présente une fois par siècle. Au 19e siècle c'était l'insurrection d' El Mokrani (1871). Au 20e siècle c'était la révolte de BENNAÏ Ouali et ses compagnons justement (1948 crise kabylo-arabe).

    À l'orée du 21e siècle, soit au Printemps Noir de 2001, une troisième opportunité de faire une rupture radicale en opérant une mutation révolutionnaire consistant en la redéfinition de l'objectif stratégique en dehors du cadre algérien et strictement KABYLE. J'ai la conviction que cette troisième chance est la bonne pour propulser la KABYLIE au sein des nations. Elle est salutaire.

    Le rêve d'une KABYLIE dynamique, solidaire, laïque, sociale et prospère jouant un rôle dominant dans le monde, est possible sous quelques conditions :

    1- Fondation d'un Etat kabyle indépendant est une priorité. Pour reprendre les leviers de commande et la souveraineté de décision.
    2- Retour à la mère patrie du capital et de l'intelligentsia kabyles grâce à un Etat crédible et protecteur. Ainsi les Kabyles vont travailler et produire des richesses sous leur propre bannière et identité.
    3- Protéger l'investissement privé, national et international qui permettra un redémarrage rapide du développement économique et de l'emploi dans un environnement pacifié et sécurisé, ce que l'Algérie a jusqu'ici empêché. Sachant que même les grandes puissances économiques et scientifiques du monde le sont grâce à la contribution de l'investissement étranger. Globalisation oblige.

    Je reste persuadé que la KABYLIE ne mettra pas 70 ans pour dominer son espace régional, non pas militairement mais par la maîtrise des technologies et la dépendance du monde à ces dernières. Sur le plan médicale, physique nucléaire, biotechnologie, développement durable ...etc

    Nous n'avons pas le droit de rester spectateur et sacrifier les générations futures.
    Assez de souffrances et de sacrifices.

    Ayons foi en notre identité comme le disait fièrement notre étoile Lounes Matoub avec ses mots "les autres ont foi en des religions, moi j'ai foi en mon identité".

    Rejoignons massivement la marche du troisième siècle consécutif du peuple kabyle vers son destin de liberté.

    VIVE LA KABYLIE INDÉPENDANTE

    Mohand B


    0 0

    Montréal (SIWEL) — Le consulat d'Algérie à Montréal est devenu un lieu de débauche et d'escroquerie où même le Consul général, Abdelghani Cheriaf, entretient des relations extra-conjugales dans les locaux de cet établissement avec l'une de ses employées qu'on surnomme madame H.

    Perversion et fraude au consulat d'Algérie à Montréal
    Abdelghani Cheriaf, marié et père de deux enfants, a le grade de Ministre Plénipotentiaire. Avant de devenir Consul Général d’Algérie à Montréal, le 14 février 2015, il a occupé plusieurs postes importants rattachés au ministère algérien des affaires étrangères. Son amante quant à elle est une contractuelle engagée au sein de ce consulat avant sa nomination comme Consul Général à Montréal.

    La maitresse d'Abdelghani Cheriaf a été déjà impliquée dans une affaire de fraude de cartes de crédit. Ayant accès au consulat d'Algérie à Montréal, elle s'introduit illégalement dans les fichiers de renseignements personnels des citoyens pour voler des informations confidentielles. Elle transmet ensuite ces données à sa fille qui travaille dans une institution financière afin de les utiliser pour produire des cartes de crédit dans le but de gagner des bonus et des récompenses.

    C'est suite à plusieurs plaintes de clients qui ont reçu des cartes bancaires sans formuler une demande qu'une enquête a eu lieu et que madame "H" et sa fille ont été démasquées. Abdelghani Cheriaf, représentant de l'État "algérien" à Montréal, n'a pas hésité à mobiliser les services juridiques du consulat pour défendre sa dulcinée devant la justice canadienne.

    Ce consulat est à l'image de l'Algérie qu'il représente et les services dédiés à ses ressortissants correspondent à ceux qui sont offerts au peuple par l'admiration algérienne. C'est évident, qui servent les escrocs ne servent pas le peuple. Ces gens ont certes changé de pays mais ils n'ont pas changé leur mentalité de sous-développés. Ils sont au Canada juste pour servir leurs vilains maîtres et leur narcissisme hideux, déclare Linda venue pour renouveler son passeport.

    Des scènes quotidiennes abjectes ! À l'accueil de ce consulat on tombe souvent sur un agent qui lit ou qui écoute le coran au lieu d'assurer la tâche pour laquelle il est payé. Travailler. Aussi, on manquera jamais celui qui s'amuse à remplir les rubriques de mots croisés. Il y a bien d'autres comportement déplorables et irresponsables comme ces employés qui quittent leur poste pour aller saluer un proche qui arrive, pour parler au téléphone, pour fumer une cigarette, pour s'occuper d'un dossier d'un privilégié ou juste pour jaser entre collègues en délaissant des gens venus souvent de loin et en s'absentant au travail pour attendre plusieurs heures dans les salles de ce "bordel", ils n'ont ni courtoisie ni respect envers les citoyens. Vraiment, j'ai honte d'être Algérien, témoigne Kamel venu pour demander sa carte consulaire.

    La bureaucratie gangrène cet établissement et la transparence n'est pas l'apanage de ses occupants. Tout se règle en cash ici et nul paiement n'est accompagné d'un reçu. Les citoyens payent même les services d'état civil, idem pour l'assermentation des autorisations de voyage pour les enfants mineurs qui doivent accompagner un seul parent. L'assermentation de ce document de voyage est offerte gracieusement par certaines institutions financières canadiennes à leurs clients, assure Adem rencontré devant l'entrée du consulat.

    Depuis bien longtemps il n'y a que le peuple qui suffoque pendant que les représentants de l'Algérie se livrent à des pratiques de rapt et de distraction. Le régime algérien est médiocre, tel il a été et ainsi il sera tout le temps et partout même au pays des anges et des merveilles.
    Concernant ce scandale de perversion, seul le journal électronique "Actualité Algérie" a osé faire part de cette affaire sinon c'est silence radio dans tous les médias.


    Boualem Afir,
    SIWEL 031207 FEV 17





    0 0

    POLITIQUE (SIWEL) — La juridiction espagnole se prépare à juger l'ancien président de la Catalogne, pour avoir organisé... En 2014, un référendum d’autodétermination, dont le résultat a été chiffré à plus de 80 % des voix exprimées en faveur de l'indépendance.

    Catalogne-Kabylie : Oui à Arthur Mas ! Oui à Ferhat Mehenni !
    Cette consultation populaire avait prouvé que la majorité des Catalans, rejette le protectorat institutionnel de Madrid, sur une population évaluée à près de huit (08) millions d'habitants, répartis sur une superficie de 32 000 km².
    Le procès, d'ordre politique, intervient trois années après : il est destiné, en premier lieu, à faire pression sur le nouveau président de la Catalogne et la réédition, en septembre prochain, d'un second référendum d’autodétermination.

    Résumé, cet événement approche, par certains aspects, la réalité kabyle : dans les deux cas, un pouvoir jacobin, confrontation de valeurs différentes, déconstruction historique, dictature linguistique.
    En Espagne, le Castillan s'impose dès le début du 18e siècle, comme langue unique, nationale et officielle, au détriment du Catalan, pratiquement interdit d'exercice à la même période.
    Dans ce duel historique, et plus récent, les Catalans se sont pris au jeu espagnol, en négociant une existence autonomiste, inscrite dans les textes officiels de Madrid.

    Autonomie, oui. Indépendance, non, menacent les responsables espagnols.
    Ainsi, les écrits institutionnels voudraient s'opposer à la volonté d'indépendance exprimée par une majorité de Catalans.

    L'évolution de cette situation montre, à l'évidence, que le peuple catalan, dans le cadre d'un processus d’évolution historique à fait de la Catalogne d'aujourd'hui, une référence économique, culturelle, politique, différente du reste de son voisin espagnol : il fait peut-être bon vivre, de nos jours à Barcelone, capitale de la Catalogne, qu'ailleurs !

    Cette image alimente progressivement, depuis quelques années, les convictions catalanes, pour vivre en liberté dans un territoire aspirant à son indépendance, accompagnée d'un drapeau et d'une langue.

    La Kabylie dispose des mêmes atouts, à l'exception d'un voisin (Algérie ) qui utilise plus la violence que le débat.
    Le pouvoir algérois avance ses acquis arabo-islamistes pour falsifier une Histoire Kabyle (et Amazigh) ancienne, et détruire la langue, les traditions du peuple kabyle, dont les enfants ont démontré, récemment, leur détermination et leur engagement, dans la diaspora et en Kabylie, aux côtés de la révolution identitaire initiée par Ferhat Mehenni : une démarche qui vise à promouvoir la Kabylie et son peuple, et qui va agir comme un tremblement de terre, appelé à secouer toute l'Afrique du Nord.

    Mas Atcheba

    LIRE AUSSI : l'ancien président de la Catalogne en justice pour avoir organisé un référendum d'autodétermination

    SIWEL 072356 FEV 17


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Invité de l'émission Awal-nnagh de Sabrina Abchiche, sur Beur FM, Zedek Mouloud n'a fait preuve d'aucune frilosité face aux questions directes de la célèbre animatrice de l'émission kabyle. Le chanteur est revenu sur la situation actuelle en Kabylie, son rôle historique en Afrique du Nord, son adhésion à l'idéal du MAK et son amitié avec le Président de l'Anavad, Mas Ferhat Mehenni.

    Zedek Mouloud : « Si ce n'était la Kabylie, l'Afrique du nord serait devenue comme l'Iran, le Soudan ou l'Afghanistan ! »
    Considéré comme l'un des plus grands chanteurs/poètes kabyles, Zedek Mouloud a répondu à de nombreuses questions autour de la cause kabyle. Il a rappelé son adhésion à l'idéal d'une Kabylie souveraine : « Nous avons de tout temps fait le combat des autres, il est temps qu'on (les kabyles, ndlr) mène notre propre combat. » a-t-il martelé avant d’enchaîner : « aujourd'hui, Tamazight est langue nationale et officielle mais est-ce que c'est pour cela qu'on s'est réellement battu? Il est temps que nous soyons nous-mêmes ... La Kabylie est riche, elle a tout ce qu'il faut ! »

    Répondant à une question sur Ferhat Mehenni, Zedek Mouloud a assuré que Ferhat Mehenni est son ami et « le restera jusq'au bout, c'est un grand militant ! »

    Zedek Mouloud ne se dit pas pour autant militant au sein du MAK : « Un artiste, notamment un artiste kabyle, c'est un peu le miroir de tous les kabyles, sans exception. »

    Concernant la situation actuelle de la Kabylie, pour Zedek Mouloud le pouvoir algérien et ses alliés arabo-islamistes du moyen-orient veulent en finir avec la Kabylie qui est « la locomotive en Afrique du Nord ». « Si ce n'est la Kabylie, l'Afrique du Nord serait aujourd'hui devenue comme le Soudan, l'Iran ou l'Afhanistan » a-t-il assuré.
    Zedek Mouloud a ainsi tiré la sonnette d'alarme et a fait part de son inquiétude quant au sort du pays kabyle.

    http://archives.siwel.info/video/

    http://archives.siwel.info/video/
    nbb
    SIWEL 072322 FEV 17


older | 1 | .... | 115 | 116 | (Page 117) | 118 | 119 | 120 | newer