Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 120 | newer

    0 0

    (SIWEL) — « Nous devons insister sur le fait que cette question (NDLR: kurde) affecte directement et de façon très défavorable la question palestinienne, puisqu’un Etat kurde servirait de poignard empoisonné planté dans le corps Arabe et qu’il encouragerait aussi d’autres velléités, aspirations et mesures de séparation, pas seulement en Syrie, mais aussi dans beaucoup d’autres pays arabes ».

    Pour les autorités palestiniennes
    Le 26 août dernier, un site palestinien reprenant les positions officielles de l’autorité palestinienne a rendu compte d'une rencontre entre diverses parties " opposées" à Bachar Al Assad et au cours de laquelle des représentants de l’autorité palestinienne ont eu l’occasion d’écouter un responsable kurde, Saleh Mohamed Muslim, le président du Parti de l’Union Démocratique kurde (PYD), en l’occurrence.

    Ainsi, le Dr Saeb Erekat, secrétaire du Comité exécutif de l'OLP, a donné son avis sur la volonté des kurdes à créer un Etat et dit ceci en substance : « Nous devons insister sur le fait que cette question (NDLR: kurde) affecte directement et de façon très défavorable la question palestinienne, puisqu’un Etat kurde servirait de poignard empoisonné planté dans le corps Arabe et qu’il encouragerait aussi d’autres velléités, aspirations et mesures de séparation, pas seulement en Syrie, mais aussi dans beaucoup d’autres pays arabes ». En d'autres termes, l'Autorité palestinienne refuse aux autres peuples ce qu’elle réclame pour le peuple palestinien.

    Par ailleurs, le représentant de l'Autorité Palestinienne à cette rencontre rajoute qu’il est «important de ne pas négliger le séparatisme des Kurdes et leur relation à Israël» car «les relations secrètes et publiques entre les Kurdes et Israël, signifie une coalition israélo-kurde pour affaiblir la position arabe». Le site palestiniens ajoute que le président du Parti de l'union démocratique (PYD), le kurde Saleh Muslim, a «mis l’accent sur l'autogestion des zones kurdes » ; une autogestion dans laquelle l’autorité palestinienne voit «l'introduction du séparatisme»…

    En effet, soulignant «la modeste expérience politique dans le choix de la terminologie» du président du PYD, autrement dit ce dernier manie mal les principes élémentaires de la Taqia, il rajoute :«Bien que ce fonctionnaire kurde ait souligné son opposition à l'approche de Barzani (NDLR : président du Kurdistan irakien) qui tend à l'indépendance, en même il parle de l'autogestion kurde, de conseil législatif, de tribunaux, de police, et des unités de protection du peuple (NDLR : YPG/YPJ), en plus du parti (PYD) qui est la branche syrienne du PKK et qui appelle au droit à l'autodétermination pour les Kurdes et la création d'un Etat kurde »…. D’où son insistance sur le fait qu’«…un Etat kurde servirait de poignard empoisonné planté dans le corps Arabe »... ou plus précisément dans celui de l'impérialisme arabo-islamique CQFD !

    En s’opposant ainsi à l’existence légitime et officielle des kurdes à travers la création de leur propre Etat, l’autorité palestinienne confirme que les instances arabo-islamiques (et assimilés), quelles qu’elles soient, ne conçoivent la justice et la liberté qu’à condition d’en priver les peuples « non arabes » dont les territoires sont illégalement occupés par leurs "frères arabes" …

    Pour l’autorité palestinienne, le droit des peuples à l’autodétermination n’est valable que pour les palestiniens (et éventuellement pour la république arabe sahraoui), mais certainement pas pour les peuples colonisés par leur compatriotes arabo-islamiques, ou assimilés … A méditer !

    Source Elkashif.net

    zp,
    SIWEL 101656 SEP 15


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — Le public kabyle du Canada a gardé de très bons souvenirs du forgeron du verbe Zedek Mouloud lors de son passage réussi à Montréal le 20 avril 2013. Une semaine après, et à l’occasion des 30 années de sa remarquable carrière artistique, un vibrant hommage lui a été rendu dans la capitale fédérale du Canada par la fondation Tiregwa et l’Association Culturelle Amazighe d’Ottawa-Hull (ACAOH).

    Zedek Mouloud à l'Olympia de Montréal le dimanche 04 octobre 2015
    Le public kabyle du Canada a gardé de très bons souvenirs du forgeron du verbe Zedek Mouloud lors de son passage réussi à Montréal le 20 avril 2013. Une semaine après, et à l’occasion des 30 années de sa remarquable carrière artistique, un vibrant hommage lui a été rendu dans la capitale fédérale du Canada par la fondation Tiregwa et l’Association Culturelle Amazighe d’Ottawa-Hull (ACAOH).

    Ce qui montre la place privilégiée qu’occupe Zedek Mouloud dans les cœurs des Kabylo-Canadiens, à l’instar des autres Kabyles qui vivent ailleurs (Kabylie, Paris, Londres, …). Et comment ne pas l’être tant et aussi longtemps que sa poésie continue à dégager une harmonie qui fait plaisir à l'écoute.

    Zedek Mouloud, considéré comme l'un des plus grands artistes kabyles de l’heure, n’est pas seulement un poète. Tout comme Ait Menguellat, il est aussi un philosophe en ce sens que le rapport poésie-philosophie joue un rôle important dans les vers qui constituent ses magnifiques chansons. L’écrivain Pierre Parlant, explique que la philosophie est la voie dans laquelle le langage est porté à son plus haut degré de rigueur, la poésie celle où le langage est le plus vivant. Ce qui explique pourquoi à la première découverte des textes de Zedek Mouloud on en devient vite un admirateur et avec une grande assiduité.

    Pour revenir au public kabyle du Canada, c’est depuis le printemps amazigh 2013 qu’il attendait le retour du fils d’At-Xalfun à Montréal, surtout depuis la sortie de son dernier album Asderfef en Décembre 2014, et qui a connu un grand succès.
    C’est en répondant à ce fort désir que le Groupe Berbère TV a décidé de programmer le 04 octobre 2015 le ciseleur du verbe, qu’est Zedek Mouloud en lui ouvrant les portes de la prestigieuse salle de spectacles l’Olympia de Montréal, qui a vu passer des grands artistes de la chanson dont Gilles Vigneault, Tori Amos, Georges Brassens, Loreena McKennitt, Charles Aznavour, Ait Menguellat et Idir pour ne citer que quelques-uns.
    Idir est en effet programmé par Berbère TV à l’Olympia de Montréal le 24 mai 2015. Le nombreux public venu ce jour se rappelle de Zedek Mouloud qui a annoncé par voix téléphonique à partir de sa Kabylie, qu’il serait dans la même salle le 04 octobre 2015.

    Ce moment est donc arrivé et Berbère Télévision vous donne rendez-vous avec Zedek Mouloud à l'Olympia de Montréal le dimanche 4 octobre 2015 à 15h pour le commencement du spectacle alors que l’ouverture des portes se fera à 14h.
    L’achat des billets peut se faire de plusieurs manières :

    1. Directement en s’adressant à la billetterie de l'Olympia, ouverte du lundi au samedi.
    2. Par internet http://www.olympiamontreal.com/event/zedek-mouloud-olympia/
    3. Par internet à partir de ce site : www.admission.com (Rechercher : ZEDEK)
    4. Par téléphone en appelant au 1-855-790-1245.
    5. Directement au Café Le Carrefour, sis 3131, rue Bélanger, Montréal.

    Racid At Ali uQasi
    SIWEL 111119 SEP 15


    0 0

    AQVU (SIWEL) — " La multiplication des crimes commis par l’Etat algérien contre des citoyens kabyles sous couvert de «bavures militaires» ou de «crimes de droit commun», néanmoins tous commis par des éléments des forces dites « de sécurités », sont de très mauvais augure pour la sécurité du peuple kabyle ». A cela s’ajoute une pression constante et multiforme contre le MAK et ses militants, et pour la première fois des appels nominatifs contre les présidents du MAK et de l'Anavad sont tagués sur la voie publique. Cependant, malgré les menaces et les appels aux meurtres, désormais explicites, la direction et la coordination d’Akbou du MAK maintiennent l’appel à la marche du 12 septembre à Aqvu"

    Malgré les menaces et les appels aux meurtres, la direction et la coordination d’Akbou du MAK maintiennent l’appel à la marche du 12 septembre
    La multiplication des crimes commis par l’Etat algérien contre des citoyens kabyles sous couvert de «bavures militaires» ou de «crimes de droit commun», néanmoins tous commis par des éléments des forces dites « de sécurités », sont de très mauvais augure pour la sécurité du peuple kabyle. A cela s’ajoute une pression constante et multiforme contre le MAK et ses militants, les menaces officielles publiques et explicites contre le Mouvement, le sabotage de ses campagnes d’affichage, le vol des drapeaux kabyles hissés dans les villages, le saccage des stèles des martyrs de 2001, la liste est longue...

    Mais à la veille de la marche d’Aqvu à laquelle appellent le MAK ce samedi 12 septembre, l’Etat colonial algérien, qui n’a pas pu intimider les « séparatistes kabyles » avec des menaces officielles, a éprouvé la nécessité d’innover en recourant à des tags sur la voie publique et en appelant pour la première fois à la mort « nominative » de responsables politiques kabyles, en l’occurrence les présidents du MAK et de l’Anavad, et donc par extension les militants de ses structures….un véritable appel au meurtre dont il faudrait prendre la juste mesure, d’autant plus que le procédé, jusque-là inédit, témoigne de l’agacement de l’Etat algérien à ne pas réussir à endiguer la poussée nationaliste et patriotique kabyle.

    Malgré les menaces et les appels aux meurtres, désormais explicites, la direction et la coordination d’Akbou du MAK maintiennent l’appel à la marche du 12 septembre à Aqvu pour :

    · Une Kabylie libre et unie

    · Dénoncer la terreur et le crime d’Etat organisé

    · Dénoncer le recours lâche à des menaces de mort

    · Affirmer la solidarité sans faille de la base militante avec ses responsables

    · Exiger la libération de Kameleddine Fekhar et ses codétenus


    Le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK)


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — La fondation Tiregwa organise deux conférences-débats avec le professeur Hugh Roberts le 02 à Ottawa et le 03 octobre à Montréal. Pour rappel, le Pr. Hugh Roberts est l'auteur d'un ouvrage sur le système politique kabyle intitulé : " Berber Government. The Kabyle Polity in Pre-colonial Algeria.". Hugh Roberts est anthropologue, historien politique britannique, et ancien directeur du projet Afrique du Nord au sein de l'influent International Crisis Group (ICG). Il a enseigné dans plusieurs universités britanniques (Sussex...) et américaines (Berkeley...). Aujourd’hui, il enseigne l’histoire de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient à l’Université de Tufts (États-Unis) dans l’état de Massachusetts.

    La fondation Tiregwa organise deux conférences-débats sur le système politique Kabyle avec le professeur Hugh Roberts
    Sur invitation de la fondation Tiregwa le Professeur Hugh Roberts donnera deux conférences sur la Kabylie à Ottawa et Montréal

    A Ottawa le Pr. H. Roberts abordera le sujet de la naissance et la particularité des traditions politiques kabyles durant la présence du colon français et celui qui l’a précédé, le turc ou l’ottoman. Il expliquera comment ces traditions ont influé le devenir de la Kabylie dans l’ère moderne, ou plus précisément dans l’Algérie post coloniale. Cette conférence sera donnée le vendredi 02 octobre à 18h00 au Heron Communauty Center, sis 1480 Heron Rd, Ottawa.

    Le lendemain à Montréal, le Pr. H. Roberts approchera plutôt sur les divisions politiques et les systèmes de partis dans la Kabylie pré coloniale: le rôle des sfūf dans le ‘self-government’ de la cité kabyle du 18ème et 19ème siècles. Cette conférence aura lieu le Samedi 03 octobre à 14h à l’université UQAM, sis 320 Sainte Catherine Est, Metro Berri-UQAM (Salle DS-R520).

    Faut-il signaler que les deux thématiques suscitées constituent l’essentiel des recherches du Pr. H. Roberts sur l’histoire de la Kabylie durant les colonialismes Turc et Français en Terre Amazighe ou Afrique du Nord, et ce depuis son passage à Bouira en 1973/1974.

    L’ensemble de ces recherches ont été rassemblées dans un livre à succès récemment édité en Angleterre chez I.B. Tauris, et qui a pour titre : Berber Government. The Kabyle Polity in Pre-colonial Algeria.

    Ce livre sera en vente dédicace, ainsi que le livre Algérie-Kabylie: études et interventions de Hugh Roberts (Éditions Barzakh).

    Racid At Ali uQasi
    SIWEL 111228 SEP 15


    0 0

    KURDISTAN (SIWEL) — "A partir du 24 juillet 2015, sous couvert de lutte contre le terrorisme, Erdogan a lancé une guerre sale contre les Kurdes, rompant ainsi le processus de paix pour lequel la partie kurde avait fait maints efforts et concession durant les deux ans et demie de négociations. Depuis cette date, l’armée turque bombarde quotidiennement les bases de la guérilla kurde au Sud-Kurdistan (Irak), violant impunément les normes les plus fondamentales du droit international. Parallèlement à cette campagne militaire qui a causé la mort de plusieurs civils, l’Etat turc sème la terreur au Kurdistan et provoque la haine et la violence contre les Kurdes partout en Turquie. A cours des deux derniers mois, près de 1 500 militants du HDP (Parti démocratique des Peuples), dont 7 Maires, ont été arrêtés. Plusieurs villes du Kurdistan ont été placées sous état d’urgence. La police et l’armée turques y mènent une répression sanglante qui n’a rien à envier à celle des années 90. Jusqu’à présent, plus de 50 civils, dont de nombreux enfants, ont été tués et des centaines ont été blessés, la plupart par des tireurs d’élite de la police embusqués sur les toits." Nous publions ci-après l'intégralité de l'appel du Conseil Démocratique Kurde en France

    Appel à manifester aujourd'hui à 18h, marche de Gare de l'Est à Place de la République (Paris) contre
    Massacres, opérations militaires, blocus, arrestations, pogroms, actes de vandalisme, …



    Appel à manifester pour dénoncer la sale guerre de la Turquie:


    Vendredi 11 septembre, 18h, marche de Gare de l'Est à Place de la République

    L’AKP, le parti islamiste d’Erdogan n’ayant pas obtenu la majorité gouvernementale aux dernières élections législatives du 7 juin 2015, le Président turc a déclaré la guerre aux Kurdes qu’il tient pour responsables de sa défaite, et décidé la tenue d’élections anticipées prévues le 1er novembre 2015.

    A partir du 24 juillet 2015, sous couvert de lutte contre le terrorisme, Erdogan a lancé une guerre sale contre les Kurdes, rompant ainsi le processus de paix pour lequel la partie kurde avait fait maints efforts et concession durant les deux ans et demie de négociations. Depuis cette date, l’armée turque bombarde quotidiennement les bases de la guérilla kurde au Sud-Kurdistan (Irak), violant impunément les normes les plus fondamentales du droit international.

    Parallèlement à cette campagne militaire qui a causé la mort de plusieurs civils, l’Etat turc sème la terreur au Kurdistan et provoque la haine et la violence contre les Kurdes partout en Turquie. A cours des deux derniers mois, près de 1 500 militants du HDP (Parti démocratique des Peuples), dont 7 Maires, ont été arrêtés. Plusieurs villes du Kurdistan ont été placées sous état d’urgence. La police et l’armée turques y mènent une répression sanglante qui n’a rien à envier à celle des années 90. Jusqu’à présent, plus de 50 civils, dont de nombreux enfants, ont été tués et des centaines ont été blessés, la plupart par des tireurs d’élite de la police embusqués sur les toits.

    La ville de Cizre est soumise à un blocus depuis une semaine. Les habitants n’osent plus sortir de chez eux de peur d’être visés par les snipers de la police. Plusieurs personnes blessées sont mortes, faute de pouvoir se rendre à l’hôpital. Alors qu’une délégation du HDP comprenant des élus et des ministres, est en marche vers la ville dans l’espoir de mettre fin au blocus, les forces de sécurité continuent à terroriser la population : rien qu’au cours de la nuit dernière, 8 personnes ont été tuées, ce qui porte à 16 le nombre de civils tués dans cette ville depuis une semaine.

    Par ailleurs, dans l’ouest de la Turquie, on assiste depuis trois jours à des actes de violence et de vandalisme sans précédent contre les Kurdes et le HDP. Au moins trois personnes ont été tuées et des centaines blessées dans des attaques commises par des foules enragées auxquelles la police a participé à certains endroits. De nombreux habitations, commerces et établissements appartenant à des kurdes ont été détruits ou dégradés. Près de 178 bureaux du HDP ont été attaqués, leurs enseignes ont été détruites et remplacées par des drapeaux turcs. Plusieurs de ces bureaux ont été incendiés.

    C’est la première fois depuis le début du conflit entre l’Etat turc et le mouvement de libération kurde il y a 32 ans, que l’on assiste à des violences contre les Kurdes commises à une aussi grande échelle. Ces pogroms menés de façon planifiée et coordonnée sont le résultat des provocations d’Erdogan qui cherche à diviser la société en attisant des conflits interethniques et en stimulant le racisme anti-kurde.

    Nous appelons la communauté internationale à agir immédiatement pour que la Turquie cesse ses attaques contre les Kurdes et prenne des mesures pour mettre un terme aux pogroms et aux actes de vandalismes dirigés contre les Kurdes

    Nous appelons la France, l’Union européenne et les Nations-Unies à faire pression sur la Turquie pour qu’elle arrête cette guerre sale et reprenne les négociations avec le mouvement Kurde afin de trouver une issue politique au conflit.

    Nous invitons les médias à couvrir la guerre au Kurdistan et à rendre compte des violences et des crimes commis contre le peuple kurde.

    Conseil Démocratique Kurde en France

    SIWEL 111448 SEP 14


    0 0

    GHARDAIA (SIWEL) – Un détenu Mozabite vient de décéder dans les geôles de l'Etat colonial algérien. Selon un membre du comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus Mozabites à Paris, la victime répondrait au nom de Bencheikh Aissa. Agé de 49 ans et originaire de Qasr Al-Qarara, ce dernier était marié et père de famille.

    Urgent : Décès d’un détenu Mozabite emprisonné dans les geôles algériennes
    Le détenu est décédé hier soir et notre source précise que suite à son incarcération, il aurait fait une dépression en prison, il ne s’alimentait plus durant une longue période ce qui a provoqué la détérioration de son état de santé.

    De plus, Il n’a bénéficié d’aucune prise en charge médicale de la part de l’Etat algérien.
    Toutes les demandes de libération ont été refusées à lui et à ses compagnons par les autorités judiciaires coloniales de Ghardaïa.

    Source Tamurt
    SIWEL 111623 SEP 15


    0 0

    PARIS-DIASPORA (SIWEL) — Hier, la cour d’appel de Paris a confirmé le non-lieu dans l’enquête sur l’assassinat de l’opposant kabyle Ali-André Mécili, exécuté par les services algériens le 7 avril 1987 en bas de chez lui à Paris. Annie Mécili, veuve de l’ancien n°2 du Front des Forces Socialistes, a pourtant remué ciel et terre, interpellant publiquement les plus hautes instances de l’Etat français, notamment la ministre de la justice Christiane Taubira et le président de la république, François Hollande, afin que ces derniers ne couvrent pas un crime d’Etat commis par l’Algérie sur le sol français mais en vain : "La démocratie s'arrête où commence l'intérêt de l'Etat" avait dit Charles Pasqua ! La devise est plus que jamais d'actualité...

    Françalgérie/ La cour d’appel de Paris confirme le non-lieu dans l’enquête sur l’assassinat d’André-Ali Mécili
    Ainsi, la cour d’Appel de Paris confirme la décision du juge d’instruction en charge d’élucider l’assassinat d’André-Ali Mécili qui avait rendu un non-lieu en novembre 2014 en défendant un « classement sans suite » de ce crime d’Etat commis en France. Rappelons que l'affaire de l’assassinat d’Ameziane Mehenni, fils de Ferhat Mehenni, fondateur du MAK et du nationalisme kabyle, a subi exactement le même sort : affaire classée « sans suite »…

    Rien d’étonnant dans ce classement sans suite des crimes d’Etat commis en France, faisant ainsi de Paris, la capitale du crime politique…impuni ! De plus, la conjoncture étant ce qu’elle est actuellement en Algérie, avec un mort-vivant en guise de président et un DRS en cours de renouvellement (et non de démantèlement) la France est angoissée par l’éventualité d’une instabilité de l’Etat algérien dont les crimes sont pourtant légende.

    Mais, on aura beau falsifier l’histoire, l’habiller des mensonges les plus éhontées, il n’en demeurera pas moins que la vérité, connue de tous, jaillira un jour ou l’autre. Ali-André Mécili était un brillant avocat kabyle, il a été assassiné par les criminels incultes qui sont à la tête de l’Etat algérien depuis 1962. Il est des vérités qui ne peuvent êtres cachées quelles que soient les capacités de nuisance de uns ou la puissance néocoloniale des autres.

    zp,
    SIWEL


    0 0

    DIASPORA ( SIWEL) – Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le comité de soutien au Dr Fekhar et ses compagnons s’indigne devant la mort d’un des détenus mozabites survenue hier soir à la prison de Ghardaïa et présente ses sincères condoléances à la famille de Bencheikh Aissa. Siwel publie, ci-après, le communiqué dans son intégralité.

    Décès d’un détenu mozabite à la prison de Ghardaïa : Communiqué du comité de soutien au Dr Fekhar et ses compagnons
    Nous venons d’apprendre le décès de Bencheikh Aissa, 49 ans, à la prison de Ghardaïa. Il était l’un des codétenus du Dr Kamel Eddine Fekhar. Les conditions de sa détention et de sa mort ajoutent à la révolte déjà grande.

    Cet homme a rendu l’âme suite à une dépression qui l’avait mis à l’écart. Il avait cessé de s’alimenter depuis un moment sans bénéficier d’aucune prise en charge médicale de la part de la direction pénitentiaire.


    Le comble du mépris c’est que le défunt était détenu avec son fils. Mais l’horreur ne s’arrête pas là puisque nous apprenons d’une source mozabite que ce dernier fait l’objet de lourdes pressions policières pour déclarer son défunt père comme étant déficient mentalement.

    Cet événement intervient au moment où la mobilisation prend de l’ampleur et où des manifestations se préparent dans ce sens.


    Ce triste sort d’un homme, devrait nous remplir de conviction. La mobilisation en masse est plus que jamais nécessaire. C’est une des façons de défendre la mémoire d’un homme.


    Le comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus présente ses sincères condoléances à la famille du défunt, au peuple mozabite et les assure d’un soutien indéfectible.



    Fait à Paris , le 11 septembre 2015.

    Pour le comité Yacine CHERAIOU / porte parole


    0 0

    MONTPELLIER (SIWEL) — Malgré que la région de Montpellier soit placée en vigilance orange pour risques d'inondation, les Kabyles de Montpellier ainsi que les amis de la Kabylie ont répondu favorablement à l'appel de la section Héraultaise de l'association des Amis du Réseau Anavad pour le rassemblement de solidarité à la Kabylie organisé ce samedi 12/09/2015 à 14 heures à la place de la Comédie à Montpellier.

    Rassemblement du Réseau Anavad à Montpellier ce samedi
    Les Kabyles de Montpellier ont réaffirmé leur solidarité avec la Kabylie en dénonçant les assassinats de citoyens Kabyles par le pouvoir arabo-islamiste algérien, et les appels aux meurtres à l'encontre des présidents du Gouvernement provisoire kabyle et du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie.

    L'ensemble des présents a affiché leur soutien aux détenus politiques Mozabites et rendu hommage au détenu décédé dans les geôles de l'Etat colonial algérien.

    La foule a exprimé sa détermination et son attachement à l’autodétermination de la Kabylie.

    ma/wbw
    SIWEL 122211 SEP 15


    0 0

    AQVU (SIWEL-TAMURT) — Plusieurs centaines de militants et militantes Kabyles ont manifesté ce samedi 12 septembre à partir de 10h30 à Aqvu suite à l'appel du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) pour dénoncer la multiplication des « bavures » des corps constitués de l’Etat colonial algérien en stationnement en Kabylie et pour répondre pacifiquement aux menaces publiques et officielles proférées par les plus hautes instances de l’Etat colonial algérien contre les souverainistes Kabyles


    Aucune dictature et aucune secte d’assassins ne peuvent faire peur à la grande famille militante et patriotique du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) ni même avoir un atome d’une illusion à pouvoir l’intimider. Autrement dit, les appels au meurtre exprimés sur les murs de la ville d’Akbou de certains responsables et cadres du MAK, à l’instar de Bouaziz Aït-Chebib et le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), Ferhat Mehenni, ont été plutôt traduits et interprétés par le MAK comme « de sérieux signes de panique de ceux voyant en les représentants légitimes du peuple kabyle un danger pour leurs privilèges personnels ».

    En effet, ils étaient plusieurs centaines de militants et militantes du MAK à manifester aujourd’hui à Akbou en guise de réponse à une bande de lâches et nervis qui ont osé faire la besogne de leurs maîtres lesquels ne sont pas moins lâches, puisque au lieu et place d’arguments politiques mûrs et réfléchis à opposer à l’idéologie et théories mises en avant par le MAK, ont préféré faire recours à des méthodes immorales. L’appel au meurtre est en soi un crime pénalement punissable et moralement condamnable. Charger une bande de voyous et nervis de le faire sous formes de graffitis sur des murs à la faveur de la nuit est encore plus abominable. Et le comble de l’ironie pour cette bande d’individus faisant honte à l’humanité et à la civilisation, c’est que leur action a produit l’effet de boomerang.

    L’action de la grande famille militante et patriotique du MAK a été traduite par une marche et une prise de parole ainsi que le lever du drapeau kabyle. La marche a eu pour point de départ les alentours immédiats du lycée Muhand Uharun et le point d’arrivée la place des Martyrs du Printemps Noir.

    A noter qu’avant que la grandiose marche s’ébranle, les espaces se trouvant juste en face du lycée furent envahis par une marée humaine et rendus très solennels par la multitude drapeaux kabyles et les banderoles aux slogans très indicateurs sur la nature de la manifestation.

    A cela se sont ajoutés les chants de Ferhat et Oulahlou diffusés par l’appareil à haute sonorisation. Il n’est point besoin d’être Jérémie pour deviner qu’une telle atmosphère a suscité l’entière adhésion des citoyennes et citoyens de passage à ce niveau. L’adhésion fut tantôt traduite par des voix criant « vive le MAK ! » et tant tôt par des clacksons car l’axe routier est très fréquenté par des automobilistes. C’est ce moment aussi que choisit Bouaziz Aït-Chebib pour faire un petit discours en attendant le moment de la marche.

    Le Président du MAK commencera par mettre l’accent sur les appels au meurtre lancés contre sa propre personne et celles d’autres dirigeants à l’instar de Ferhat Mehenni. Bouaziz Aït-Chebib interprétera ces appels au meurtre comme « un signe de panique du pouvoir ».

    Le Premier responsable du MAK conjuguera aussi le verbe sur ces dernières informations rapportées par la presse algérienne concernant des luttes au sommet de l’Etat algérien. Bouaziz Aït-Chebib remarquera que du point de vue de la Kabylie, il importe peu de savoir qui a tort ou qui a raison dans ses querelles comme il importe peu de savoir qui dira le dernier mot des belligérants. « Ce qui nous intéresse nous, ce n’est ni plus ni moins que la liberté de notre peuple », martèlera le numéro Un du MAK. Il était environ dix heures quand une voix a déclaré, et ce conformément au programme arrêté d’avance, que « c’est le moment d’entamer la marche ».

    Sans tarder, les centaines de manifestantes et manifestantes s’ébranlèrent à travers la rue les 130 pour déboucher sur la rue du Stade. La marche sera longue. En effet, l’itinéraire suivi se présente ainsi : rue les 130 – rue du Stade – Gare routière – rue du Marché – rue des Banques – rue de la Mosquée – rue Laârbi Touati – rue des Ecoles – boulevard colonel Amirouche et enfin place des Martyrs du Printemps Noir.

    Tout au long de la marche, les manifestants ont scandé plusieurs slogans entre autres « pouvoir assassin ! », « Algérie coloniale ! », « assa azekka, da Ferhat yella yella ! ». Il va sans dire que la marée humaine, saluée à maintes reprises par des citoyens, marqua plusieurs haltes. Sur les banderoles, on pouvait lire : « Libération du Dr Fekhar et tous les prisonniers d’opinion du M’zab », « Halte à l’occupation militaire algérienne de la Kabylie », « Pour une Kabylie libre, démocratique, laïque et sociale », « Pour le Gouvernement Provisoire Kabyle » et « Ad Yiddir U ufref Aqvayli Di Tlelli ».

    Une fois au point d’arrivée, les manifestants formèrent un immense rassemblement. Ca été aussi le moment de prise de parole. Pas moins de huit intervenants se sont succédé au micro. Il s’agit de de Halim Rezoug, Jugurtha, Mouloud Mebarki, Farid Djennadi, le Président du Conseil Régional de Béjaia, Sétif et Djijel, Hocine Azem, Boussad Becha (il lut le message de da Moh Aouadhi) et Bouaziz Aït-Chebib. Tous les intervenants ont relevé les carences du pouvoir et rappelé que personne ne peut faire trembler les militants du MAK. Sans ambages, les orateurs ont considéré les appels au meurtre lancés contre les cadres dirigeants du MAK et de l'ANAVAD ne sont en réalité que des coups d’épée dans l’eau. Ils ont même interprété cette « fourberie » comme « un signe de panique du pouvoir ».

    Enfin, chacun des intervenants a martelé que la lutte du MAK se poursuivra jusqu’à l’autodétermination de la Kabylie. Une fois la prise de parole terminée, les manifestants au procédé, sous l’écoute de l’hymne national kabyle, au lever du drapeau kabyle. Et ce lever fut suivi bien entendu du serment de fidélité aux couleurs nationales kabyles. C’est par ce serment que se termina la manifestation qui n’eut connu aucune anicroche.

    Said Tissegouine
    SIWEL/TAMURT 122247 SEP 15

    Photos | Aqvu : Le MAK défie les auteurs des appels au meurtre de ses cadres


    0 0

    Des militants souverainistes Ecossais, Corses et Padaniens ont tenu à apporter leur soutien indéfectible à leurs homologues Kabyles cibles de menaces de mort par l'état arabo-islamiste algérien

    Les souverainistes du monde apportent leur soutien à leurs homologues Kabyles
    Afin de réagir aux menaces honteuses dont sont les cibles le président du Gouvernement provisoire kabyle (ANAVAD), Ferhat Mehenni, et le président du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), Bouaziz Ait Chebib et nous offrons notre soutien inconditionnel aux deux mouvements politiques ANAVAD et MAK ainsi que pour les deux personnes nommées.

    Ce type de menace est totalement inacceptable, c’est une atteinte pour la démocratie, la liberté de pensée et de conscience politique, qui ne devrait être en aucun cas tolérée par les démocrates de tous les pays.

    L'ANAVAD et le MAK offrent une alternative responsable et crédible à l’oppression de l’Etat algérien et représentent les espoirs et les aspirations légitimes d’un grand nombre de citoyens. Il est essentiel qu’ils soient en mesure poursuivre cette démarche en l’absence de peur, de menace et d’intimidation. Nous ne serons pas réduits au silence par ces intimidations totalitaires, et nous continuerons à dénoncer et refuser un statu quo qui menace de détruire la langue, les racines de la culture Kabyle millénaire, et l’avenir de la Kabylie et ses enfants.

    Vive l'ANAVAD
    Vive le MAK

    Mairead Tagg: nationaliste Écossaise (SNP)
    Aksel Akvayli : nationaliste Kabyle (MAK)
    Patrick Bazzal-Schmitt : nationaliste Corse (PNC)
    Maria Crannante : nationaliste Napolitaine (Idle No More Naples)
    Michael Tagg : nationaliste Écossais (SNP)
    Gian Marco Ambra : nationaliste Napolitain (Idle No More Naples)
    Yannick Schmitt : Idle No More Kabylie (représentant France)
    Lamara Agawa : Idle No More Kabylie (Président)
    ...

    Les souverainistes du monde apportent leur soutien à leurs homologues Kabyles


    0 0

    AQVU (SIWEL) — La coordination MAK AQVU, tient à remercier chaleureusement la grande famille du MAK, qui a honoré hier la ville d’Akbou par sa présence et par la réussite luisante de la marche qui constitue la meilleure réponse pour les multiples provocations et les menaces de mort, proférées à l’encontre de mass Bouaziz Ait Chebib et mass Ferhat Mhenni, présidents respectifs du MAK et du GPK. Ainsi que toute la famille militante du Mouvement pour l’Autodétermination de la KABYLIE.

    La coordination MAK AQVU adresse ses remerciements aux participants de la marche du 12
    La journée commença par une bonne ambiance fraternelle, où les militants akbouciens ont investi tôt le matin l’espace libre à côté du lycée Muhend Uharun, pour se retrouver avec sourire et optimisme pour accrocher les différentes banderoles et les drapeaux Kabyles et Amazighs. S’en suivent plusieurs vagues d’arrivant de différents coins de la Kabylie pour prendre part fièrement à l’initiative. A près d’une demi heure avant l’heure prédéfinie de l’entame de la marche, la foule a été organisée par plusieurs carrés afin de se préparer à marcher. En même temps, le président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) mass Bouaziz Ait Chebib, prit la parole pour répondre avec courage et brio aux viles menaces du pouvoir colonial, par le biais de ses sbires, qui ont agi en pleine nuit pour tagguer plusieurs mûrs, une tentative nulle et vaine pour tenter d’installer peur et hésitation dans le cœur de la famille militante.

    L’orateur a également joint à son discours, un récapitulatif des événements macabres qu’a vécu le pays Kabyle, dont les assassinats perpétrés par les corps militaires algériens. Un discours de génie, qui n’a pas manqué d’attirer des foules de passants ou des curieux, qui ont fini par entrer dans les rangs, se sentant tous concernés.

    Le président a également profité de l’occasion de sa prise de parole pour rendre un hommage spécial aux femmes qui ont embelli l’initiative par leur présence, ce qui rappelle la place importante que possède la femme en notre société Kabyle. Un autre hommage spécial a été rendu à deux de nos artistes chanteurs présents, en l’occurrence Said Kessas et Djamel Abane.

    A 11h précises, la marche débuta enfin dans la sérénité et la convivialité, mais tout de même, avec une certaine méfiance, où un cordon de sécurité a été mis en place autour du président et les différents membres de la direction. Une mesure qui s’est avérée inutile puisque tout au long de la marche, au passage de plusieurs véhicules, on entendit des encouragements du genre : <Aqlagh yidwen a Bouaziz> (Nous sommes avec vous Bouaziz), disait un automobiliste en levant le poing en la direction de président mas Ait Chebib. D’autres lançaient : VIVE LE MAK, ou encore, à bas la répression, Kabylie indépendante… Ajoutant à cela des coups de klaxon.

    La marche se poursuivit par l’animation des différents militants, en scandant différents slogans dont : Algérie coloniale, Kabylie indépendante, A bas la répression, autodétermination, pouvoir assassin, Ulac smah Ulac, Nukni s iqvayliyen na3ya si lvatel tamsalt n Mkuda tejrah ulawen, Tamurt-iw la Kabylie, pouvoir colonial,… Se sont joints plusieurs chants dont des chansons de Ferhat Mhenni et Oulahlou, dont certains modifiés volontairement pour narguer le gouvernement d’Alger, comme cette chanson du célèbre Oulahlou convertie en : Nes3a irgazen Utnidessawadem-ara, Va3den fellawen am y-igeni ar Lqa3a, Nes3a Da Bu3ziz nefkayawen 3atiqa, awk d mas Ferhat asselway l’GPK. Ainsi les militants se sont donné à cœur joie en brandissant leurs drapeaux et banderoles jusqu’arriver à la place des martyrs du printemps noir, où s’est tenu un rassemblent, lors duquel il y a eu des prises de parole de la part de plusieurs intervenants, à commencé par le président de la coordination mas Rahim Arezoug, qui entama son discours par des souhaits de bienvenue ainsi que des remerciements en directions de toutes les personnes présentes et ayant participé à la marche, avant d’enrichir son discours en relatant les dernières violations qu’a subies notre pays Kabyle de la part du régime colonial, mais aussi en répondant aux menaces, en les qualifiant de lâches et insensées, tout en insistant que de tels agissements ne font que renforcer la détermination du peuple Kabyle pour lutter pour sa liberté et son existence, d’où l’importance cruciale de rester unis et solidaire.

    S’en suivit l’intervention du militant d’Akbou Jugurtha, qui a lu la déclaration de la coordination d’Aqvu, qui condamne et pointe du doigt l’état algérien, comme étant l’auteur de ces assassinats ainsi que le chaos d’insécurité régnant en Kabylie. Cédant ainsi la parole au reste des intervenants dont le président du conseil national du MAK mas Mouloud Mebarki, le secrétaire général mas Farid Djenadi, le secrétaire national des relations extérieures s mas Hocine Azem, Said Lahcène , président du conseil régional Tuviret-Bordj. Tous ont appelé à la solidarité et à l’importance de faire face aux menaces et intimidations, par la détermination et le travail continuel pour servir notre juste cause. Sans oublier le responsable à l’organique mas Boussad Becha, qui a lu une lettre de Mohand Ouamer Hachim . Finalement venu le tour du président du MAK mass Bouaziz Ait Chebib de prendre la parole et dénoncer à son tour et avec fermeté les assassinats ayant eu lieu en Kabylie sous forme de fausses bavures militaires. Mass Ait Chebib a également condamné les menaces ayant été proférées, disant qu’elles ne venaient certainement pas de la population de la ville d’Akbou, mais plutôt d’agitateurs travaillant pour le compte de l’état algérien, envoyés spécialement pour tenter d’intimider les militants et les dissuader de poursuivre les activités, ainsi que la route vers l’aboutissement de leur ambition de liberté entre autres. Le rassemblement s’est clôturé après cela par la levée du drapeau une nouvelle fois, sous l’hymne national Kabyle, avant que les présents finissent par réciter le serment d’allégeance tous en chœur

    Comme d’accoutumée après chacune de ses actions, la coordination MAK Aqvu adresse ses remerciements à toutes les personnes ayant assisté, participé et contribué à la réussite de son initiative, tout comme elle exprime sa fierté d’avoir eu l’honneur une nouvelle fois, d’abriter un tel événement chez elle.

    Vive le MAK et le GPK, sous la direction des dignes fils de la Kabylie, Mass Bouaziz Ait Chebib et mass Ferhat Mhenni, ces deux géants que nous avons la chance d’avoir et que nous ne laisserons jamais tomber.

    Tanmirt-nwen ay isselwayen n nif d lharma.

    Coordination MAK AQVU
    Le responsable à la rédaction
    Nounour MEZI


    SIWEL 141513 SEP 15


    0 0

    AOKAS (SIWEL) — En hommage à Abdelkader Rahmani, le premier président de l'Académie Berbère, récemment décédé en exil, la Coordination MAK d'Aokas appelle à une marche silencieuse le samedi 19 septembre à 10h30. La marche prendra son départ de la place Katia Benghana pour se diriger vers Tidelsine, le village natal d'Abdelkader Rahmani

    En hommage à Abdelkader Rahmani, Ier président de l'Académie berbère, la Coordination MAK d'Aokas appelle à une marche
    SIWEL 141601 SEP 15


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) - Suite à l'arrestation arbitraire du Dr Fekhar et de ses compagnons par le régime algérien depuis le 09 juillet 2015, ainsi que le décès dans les geôles algériennes du détenu mozabite Ben cheikh Aissa à l'âge de 60 ans, le comité de soutien APPELLE l'ensemble des Imazighen de la diaspora ainsi que toutes les personnes, associations, collectifs, défendant les droits de l'Homme et la liberté d'expression à se joindre à la marche qui aura lieu le : Dimanche 20 septembre 2015 à 14h. Itinéraire: Bastille - République Pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle du Dr Fekhar et de ses codétenus

    Paris : Une marche pour exiger la libération du  Dr Fekhar et de ses codétenus le 20 septembre à 14h


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 22h30, dans le maquis de Marj Waman, près du village Imaaziwen, commune d'Amizur à l'est de de Vgayet, des militaires algériens ont tiré sur deux chasseurs Kabyles qui avaient entrepris une partie de chasse nocturne. Tuant l'un d'eux et blessant grièvement l'autre.

    Nouvelle
    Les militaires algériens, en opération au lieu-dit Ivakuren, auraient ouvert le feu sur les chasseurs avant même que les victimes ne déclinent leur identité, a confié le blessé à ses proches.

    Ce n'est que vers 3 heures du matin, soit cinq heures après le drame que les victimes avaient été transportées vers l’hôpital d’Amizur avant qu’elles ne soient transférées à l’hôpital Xlil Amran de Vgayet, d'après des sources hospitalières.

    Le chasseur tué sur le coup, était un jeune père de famille âgé de 38 ans.

    Cette énième "bavure" qui se rajoute aux innombrables bavures commises par l'armée algérienne dont plus de 10% est déployé pour occuper la Kabylie, démontre que l'insécurité en Kabylie est causée et maintenue par les seuls militaires algériens.

    wbw
    SIWEL 142349 SEP 15


    0 0

    DIASPORA ( SIWEL) – Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Réseau Anavad par le biais de son président, Ahmed Haddag, appelle l’ensemble de ses membres ainsi que les citoyens et militants Kabyles, les militants des droits de l’Homme à participer à la marche initiée par le comité de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus afin d’exiger leur libération. Mr Haddag appelle également à dénoncer les assassinats des citoyens kabyles par les corps constitués de l’Etat colonial algérien. Siwel publie, ci-après, le communiqué dans son intégralité.

    Réseau Anavad : Soutien à la marche du comité de soutien au Dr Fekhar et dénonciation des assassinats des citoyens kabyles par l'armée coloniale algérienne
    Réseau Anavad

    Communiqué


    Le comité de soutien au Dr Fekhar et ses codétenus vient d’appeler à une marche pour le dimanche 20 septembre 2015 à 14h, de Bastille à République pour exiger la libération des détenus politiques mozabites dont le Dr Fekhar.

    Le Réseau Anavad qui appelle aussi à dénoncer les assassinats des citoyens kabyles par les corps constitués de l’Etat colonial algérien, salue et soutien cette action. Il appelle ses militants, la diaspora kabyles, les amis de la Kabylie et tous les militants des droits de l’Homme à participer massivement à cette marche pour la liberté.

    Paris le 15 septembre 2015

    Pour le Réseau Anavad, le président Ahmed Haddag


    0 0

    NEW YORK (SIWEL) — La section MAK-New York organise une levée de fonds à l'occasion du lever du drapeau kabyle par Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad), devant le siège de l'ONU, à New York le 10 octobre prochain

    Le 10 octobre à New York : Ferhat Mehenni lèvera le drapeau kabyle à l'ONU
    La campagne de crowdfunding qui s'intitule MAK NYC KABYLIE / ONU est à l'initiative de Mansour Bensahnoune Ulhadi, coordinateur de la section MAK-New York, installée en avril dernier par M. Mourad Itim, coordinateur de l'action du MAK en Amérique du Nord, en présence d'un groupe de militants kabyles des USA.

    Les Kabyles et les amis de la Kabylie sont encouragés à effectuer des dons, pour le succès de cet événement qui rappellera au Monde, l'existence du peuple kabyle au sein même du concert des Nations et fera connaitre sa juste et noble cause et son infatigable lutte pour recouvrer sa liberté et ses pleins droits.

    wbw/ncv
    SIWEL 152259 SEP 15


    0 0

    AQVU ( SIWEL) — Au lendemain des menaces de mort proférées contre le MAK et le GPK, essentiellement à l’encontre de Mr Bouaziz Ait Chabib et Mr Ferhat Mhenni, présidents respectifs du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), une publication sur le réseau social Facebook a circulé, dénonçant le responsable et commanditaire de ces actes haineux et immoraux en la personne de Rezki Iskounen, un citoyen Kabyle d’Akbou, élu à la municipalité de la ville, sans aucune explication ou preuve appuyant l’accusation.

    A propos des accusations mensongères visant un citoyen d’Aqvu
    En effet, la publication qui remonte au mercredi 09 septembre émanait d’un compte anonyme et se résumait à une photo de la personne concernée à laquelle était jointe un texte la présentant comme étant un élu « du FLN » et que celle-ci était responsable des appels au meurtre comme du saccage de l’affichage du MAK. Il n’a pas été possible d’identifier l’identité réelle de l’auteur…Sans doute un opposant « sous pseudos » missionné pour semer la zizanie entre les kabyles.

    Mais l’incident ne s’arrêta pas là car les appels contre les président du MAK et du GPK ayant suscité une vive émotion, la publication a non seulement été partagée par bon nombre d’internautes mais elle a été également propagée de bouche à oreille à travers toute la ville d’Aqvu, amplifiant ainsi la rumeur calomnieuse, ce qui n’a évidemment pas manqué d’atteindre Mr Iskounen qui s’est retrouvé pointé du doigt sans ne rien y comprendre.

    A son tour, Mr Iskounen a également été induit en erreur en pensant que ces accusations calomnieuses venaient de la Coordination MAK d’Akbou. Selon ses propos, il en a été d’abord surpris et déçu avant de décider tout de même de prendre contact avec les responsables locaux du mouvement kabyliste pour tirer au clair cette étrange affaire qui le mettait directement en cause et de manière tout à fait mensongère. Aussi, le 13 septembre aux environs de 21h, une rencontre entre Mr Iskounen et les responsables de la coordination MAK d’Akbou a eu lieu à la place de la mairie d’Akbou, pour clarifier la situation et défaire les points obscurs de ce malheureux incident.
    Mr Iskounen s’est dit « outré de se savoir accuser à tort, alors qu’il est un homme respectueux de la liberté de penser de chacun et de la différence d’opinions ». De leur côté, les responsables locaux du MAK ont démontré à Mr Iskounen, à l’aide de quelques clics sur le réseau social, que leur Coordination était non seulement étrangère à cette machination, mais que ses membres avaient expressément demandé à leurs camarades militants de ne surtout pas partager ladite publication, celle-ci n’étant fondée sur aucune preuve tangible et émanant de surcroit d’un compte anonyme non identifié.

    Mr Iskounen de son côté a expliqué que l’appel au meurtre ou la violence de quelque forme qu’elle soit, ne font pas partie de sa personnalité et qu’il n’éprouvait aucun sentiment d’animosité ou de haine à l’encontre de la famille militante du MAK ou envers les personnes de Bouaziz Ait-Chebib et de Ferhat Mehenni pour lesquels il a affirmé éprouver de l’estime et du respect. En outre Mr Iskounen a rappelé qu’il avait même salué le lever du drapeau kabyle en étant présent le 14 juin à Akbou. Mr Iskounen, a rappelé qu’il se revendiquait des principes démocratiques qui fondent la société kabyle, qu’il était respectueux de l’opinion personnelle de tout un chacun, d’autant plus que « nous sommes tous des Kabyles, aimant la Kabylie » a-t-il dit à ses interlocuteurs. Il a également confié à ses interlocuteurs qu’il n’avait pas vraiment cru que les accusations venaient du MAK, puisque ce n’était pas la première fois qu’il faisait l’objet de tentatives d’atteindre à sa personne en tant qu’élu de l’APC et que tout récemment, des rumeurs de tout genre courraient le concernant et que cela venait forcément de rivaux ayant des ambitions particulières au sein même de l’APC d’Akbou.

    Les responsables de la coordination d’Akbou ont tenus à rassurer M. Iskounen en lui rappelant que le président du MAK lui-même, lors de sa prise de parole de samedi après la marche, s’était adressé à la population d’Akbou en leur disant qu’il ne pensait pas le moindre instant que ces menaces avaient été écrites par des citoyens de cette ville, mais que cela était forcément l’œuvre des agitateurs, envoyés spécialement pour tenter de semer la discorde et la haine entre les citoyens kabyles.

    Encore une fois, cette tentative de ternir des personnes et de faire passer le MAK pour un mouvement voyou et sans aucun code d’honneur, s’est avérée vaine et nulle. Cela démontre qu’avec un dialogue sincère et ouvert, la nation Kabyle peut aller vers l’avant et faire de ses différences d’opinions une force et une richesse sur laquelle elle peut s’appuyer et que cette différence et le respects de ses différences constituaient justement le lien indéfectible qui assure à la Kabylie son unité et sa solidarité, tous ses enfants étant unis par le respect et l’amour des kabyles envers une patrie qu’ils chérissent par-dessus-tout : La Kabylie AVANT TOUT.

    « Le MAK est un mouvement sincère, qui n’éprouve aucun sentiment de haine à l’égard des autres courants politiques qui ne partagent pas ses idées. Nous sommes tous Kabyles et nos différences d’opinions ne constituent en rien un rempart, mais tout au contraire, nous devons savoir nous unir lors de telles tentatives malsaines de semer la discorde entre nous. Notre rencontre avec Dda Rezki a été conviviale, fraternelle et prouve que le dialogue entre kabyles est possible. Elle nous a également permis de dissiper les malentendus et faire échouer un plan diabolique qui vise à opposer les kabyles les uns aux autres pour être mieux opprimés »a déclaré à Siwel, Nordine Mezi responsable à la communication de la coordination MAK d’Akbou

    cdb/zp
    SIWEL 161117 Sep 15


    0 0

    SETIF (SIWEL) - Après les menaces proférées contre les présidents du MAK et du GPK, c’est autour de M. Mouloud Younsi président du Conseil régional Vgayet-Seti-Jijel de dénoncer les intimidations récurrentes dont il est victime de la part de la gendarmerie algérienne à Guenzat-Ay Yaâla, dans le département de Setif.

    Les menaces contre les militants et les cadres du MAK se poursuivent
    En effet, à chaque fois qu’il passe devant la brigade de gendarmerie qui incarne le colonialisme algérien en Kabylie, pour se rendre chez lui, les gendarmes le provoquent avec des gestes malsains et à travers des mouvements effectués à l’aide de leurs armes qui ne servent qu’à tuer les kabyles. Pour rappel, la gendarmerie de Guenzat-A Yaâla a assassiné durant les événements du printemps noir un jeune adolescent âgé de 14 ans.

    Plusieurs militants du Mouvement souverainiste kabyle subissent des intimidations et des pressions dans le seul but de les pousser à abandonner leur engagement pour la libération de la Kabylie.

    Un militant du MAK nous déclare : " Ces menaces et ces intimidations reflètent l’état de panique qui règne chez les décideurs algériens. La peur est désormais du côté des assassins des 128 martyrs du Printemps noir. Quant à notre mouvement qui poursuit un objectif juste, noble et légitime, il ne craint rien étant donné qu’il est sur la voie de la dignité et de l’honneur. Tôt ou tard, son objectif sera atteint malgré les obstacles, la répression et l’oppression auxquels il sera confronté. Rien ni personne au monde ne pourra entamer notre détermination à relever tous les défis pour instaurer un Etat kabyle, libre, démocratique social et laïc " .

    Source: Tamurt

    cdb,
    SIWEL 161155 SEP 15


    0 0

    CONTRIBUTION (SIWEL) — « … la presse et les politiques algériens sont obnubilés par un faux événement, un enfumage savamment orchestré par les limogés et les « limogeurs » pour occuper la scène médiatique algérienne et internationale afin d’une part, de faire oublier la pacification du Mzab et la tentative de « neutralisation » de la Kabylie, et d’autre part, de faire croire à un (plus qu’improbable) assainissement des gestionnaires de l’Etat algérien… Le limogeage du prétendu Rebb Lzzayer, alors même que l’Etat algérien, adepte du polythéisme politique, n’a pas un seul Rebb, mais plusieurs qui se chamaillent, sur fond de manipulation des masses, juste pour désigner qui mangera le plus gros morceau, est une vaste fumisterie. Preuve en est de l’intox médiatique rabâchée (en boucle) par l’autre face cachée de l’Algérie, les médias français qui annoncent à grand coups de fanfare : « La mise à la retraite du puissant chef des services de renseignements militaires, le général Mohamed Mediene, dit Toufik, marque « la fin d’une époque » en Algérie »… Extrait de la contribution d’Azwaw Aqvayli que Siwel publie ci-dessous dans son intégralité

    « Rebb Lezzayer» limogé ?! ...  la belle affaire ! Contribution de  Azwaw Aqvayli
    Exception faite du journal en ligne Le Matin.dz et El Watan, la presse algérienne a fait l’impasse totale sur le décès d’un second prisonnier mozabite dans les geôles de l’Etat algérien. Quant aux menaces de mort (pourtant jusque-là inédites en Kabylie) proférées à l’encontre des premiers responsables du MAK et du Gouvernement Provisoire Kabyle, en l’occurrence Bouaziz Ait-Chebib et Ferhat Mehenni, la presse algérienne a fait l’unanimité dans l’impasse totale de cette information, de même que la manifestation populaire qui a secoué les consciences à Aqvu et qu’aucun journaliste algérien n’a vu ni entendu…

    Les journalistes algériens ne voient rien dès qu’il s’agit de la Kabylie et du Mzab, ou alors, quand ils y voient quelque choses, c’est à travers le prisme « correcteur » des fameuses constantes nationales algériennes, c'est-à-dire arabité, islamité et accessoirement amazighité … si vraiment nécessaire, histoire de corriger la trajectoire de la voie empruntée par la Kabylie et le Mzab.
    Cela étant dit, ces journalistes qui n’y voient décidément rien ont bien raison de ne rien voir dès lors que ces événements ont lieu non pas dans leur pays, l’Algérie mais dans des pays annexés à la Oumma Arabia, la Kabylie et le Mzab, et ce à la faveur du désastreux colonialisme français et de sa « politique arabe »…

    Rappelons que les menaces des officiels algériens contre le MAK n’ont jamais été condamnées ni par la presse ni par les partis algériens, même pas ceux que l’on dit d’obédience kabyle pour la simple raison que tout ce beau monde se soumet à la règle d’or de la politique algérienne: Quand il s’agit des « Affaires étrangères », c’est tout le monde qui s’aligne sur la position officielle de l’Etat algérien. Oui les journalistes comme les hommes politiques algériens n’ont pas dérogé à la règle qui consiste à consolider la position officielle de leur Etat face à un ennemi étranger et commun qui s’appelle le MAK car celui-ci incarne effectivement la Kabylie libre.

    En revanche, les journalistes algériens se sentent éminemment concernés par les blessés de la Mecque en Arabie Saoudite au nom de la « fraternité arabe » étant donné que leur pays qui s’appelle l’Algérie a été décrété partie indissociable du monde fictif et ravageur qui s’appelle « le monde arabe », et ce, depuis le hold-up arabe commis sur le mouvement national algérien à ce jour, en passant par la fameuse déclaration de Novembre 1954 sur laquelle TOUT n’a pas été dit, notamment la consécration de l’arabité et de l’islamité comme fondements de la future personnalité algérienne alors que l’impasse totale a été faite sur la réalité historique, culturelle et identitaire non seulement de l’Algérie, dans laquelle la Kabylie a été incluse à son corps défendant, preuve en est de l’insurrection kabyle de 1963, soit une année à peine après la pseudo indépendance algérienne, mais également de toute l’Afrique du Nord, dont l’histoire millénaire a été totalement occultée.

    Ainsi donc, il est tout à fait normal que la presse et les politiques algériens n’aient pas à se soucier des kabyles ou des mozabites surtout quand ceux-ci s’assument en tant que tels et qu’ils ne cautionnent aucunement la dénomination de « Maghreb » et encore moins l’adjectif « arabe » qui l’accompagne pour désigner cet ensemble chimérique, encore moins la vaste fumisterie de ce monde qui avance à une vitesse vertigineuse mais … en arrière, c'est-à-dire« le monde arabe » !

    NON, la presse et les politiques algériens sont obnubilés par un faux événement, un enfumage savamment orchestrépar les limogés et les « limogeurs » pour occuper la scène médiatique algérienne et internationale afin d’une part, de faire oublier la pacification du Mzab et la tentative de « neutralisation » de la Kabylie, et d’autre part, de faire croire à un (plus qu’improbable) assainissement des gestionnaires de l’Etat algérien… Le limogeage du prétendu Rebb Lzzayer, alors même que l’Etat algérien, adepte du polythéisme politique, n’a pas un seul Rebb, mais plusieurs qui chamaillent, sur fond de manipulation des masses, juste pour désigner qui mangera le plus gros morceau. Preuve en est de l’intox médiatique rabâchée (en boucle) par l’autre face cachée de l’Algérie, les médias français qui annoncent à grand coups de fanfare : « La mise à la retraite du puissant chef des services de renseignements militaires, le général Mohamed Mediene, dit Toufik, marque « la fin d’une époque » en Algérie » …

    Avant de donner mon opinion sur ce fameux « Dieu de l’Algérie », permettez que je rappelle le propos, fort juste, du président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, qui disait ceci à propos de cette fable qui s’appelle : Toufik : «quand un kabyle est accepté au sein du régime algérien, cela veut dire qu’il a renoncé au préalable à sa kabylité. Pour gagner en grade, il doit se montrer plus arabe que les arabes eux-mêmes et être le plus dur possible envers la Kabylie. Les décideurs algériens présentent ces kabyles de services, tels que Kasdi Merbah et son successeur Toufik, comme les véritables gouvernants de l’Algérie juste pour nous complexer, nous démoraliser ! A travers ces KDS, ils nous disent en substance: ‘’voyez, ce sont des kabyles comme vous qui gouvernent et ils vous tournent le dos’’. En vérité, les vrais décideurs sont ailleurs et ces "kabyles" qui ne servent que d’épouvantails sont éjectés comme de vieilles chaussettes qui ne servent plus à rien avant d’être assassinés, à l’image de Kasdi Merbah, par le bras armé des basses besognes, les très utiles ‘’terroristes islamistes’’ ».

    Et maintenant, ce serait donc au tour de « l’intouchable », du fameux « Dieu de l’Algérie » d’être éjecté comme Kasdi Merbah ?! Et de surcroît par un président impotent à l’article de la mort ?! Le malheur s’abat sur la tête de ces kabyles de service ?! ... qu’à Dieu ne plaise ! Pourvu qu’il emporte les autres KDS dans son élan. J’attends avec impatience de connaitre le sort qui sera réservé à Ouyehya et à ses semblables de moindre envergure. Car nul doute que l’Etat algérien, qu’ils servent contre la Kabylie, n’a aucune considération pour eux et une fois leurs infamantes missions accomplies, il les relègue un par un à la poubelle de l’histoire quand il ne les assassine pas…

    Quoi qu’il en soit, de mon point de vue, ces chamailleries, ces guerres de clans, ces limogeages et ces « mises à la retraite » sont des affaires algéro-algériennes qui ne concernent en rien la Kabylie…Que le peuple kabyle se prémunisse des enfumages algériens, qu’il ajuste son masque à gaz et qu’il ne se trompe surtout pas de combat.

    La presse autorisée peut bien occulter les événements qui dérangent et faire choux gras de ces coups médiatiques qui ne visent qu’à tromper l’opinion publique, les réseaux sociaux et la presse en ligne sont là pour apporter les démentis qui s’imposent et dévoiler toutes les vérités dissimulées. Or, pour ce qui concerne la Kabylie, la vérité est que celle-ci a entamé sa marche vers sa propre libération. Son fer de lance, le MAK-GPK, inquiète l’impérialisme arabo-islamique incarné par l’Etat algérien qui sait qu’aucun colonialisme n’a éternellement perduré chez les « Hommes Libres ». Ses jours sont désormais comptés…. La Kabylie sera libre et indépendante! C’est une certitude comparable au résultat d’une équation mathématique dont l’unique inconnue est « le temps »…

    SIWEL 161718 SEP15


older | 1 | 2 | (Page 3) | 4 | 5 | .... | 120 | newer