Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 120 | newer

    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — La diaspora kabyle en Amérique du Nord est en train de s'organiser pour faire du 10 octobre prochain une date mémorielle éternelle pour le peuple et la nation kabyles à l'occasion du lever du drapeau kabyle devant le siège de l'ONU à New York, à l'instar de ces autobus qui partiront de Montréal la veille à 19 heures pour parcourir les 600 km les séparant de New York

    Lever du drapeau kabyle à l'ONU : des autobus affrétés depuis Montréal
    La Kabylie à la reconquête de sa liberté va jalonner son parcours historique d’un nouveau fait : l’Anay aqvayli, ce drapeau qui rend sa fierté au peuple kabyle sera levé à New York devant le siège de l’ONU, le samedi 10/10/2015.

    Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, Mas Ferhat Mehenni y sera l’invité d’honneur qui, à cette occasion, prononcera un discours historique.

    Le devoir appelle la diaspora kabyle en Amérique du Nord à faire honneur aux grands symboles de notre patrie d’origine en se mobilisant en masse pour faire de cet acte une référence mémorielle éternelle.

    Réservez votre journée dès aujourd’hui pour venir à New York où le monde entier sera témoin de notre expression collective en faveur du droit du peuple kabyle à son autodétermination.

    Pour de plus amples renseignements, contactez :

    Pour Montréal :
    514-247-3513
    514-961-7128
    514-463-1376
    438-985-4069

    Pour New York :
    1-917-945-6868

    Pour Philadelphie :
    1-267-210-2291

    Les Kabyles et les amis de la Kabylie sont encouragés à effectuer des dons via la campagne de crowdfunding " MAK NYC KABYLIE / ONU ", pour financer ce genre d'initiatives et promettre le succès de cet événement qui rappellera au Monde, l'existence du peuple kabyle au sein même du concert des Nations et fera connaitre sa juste et noble cause ainsi que son infatigable lutte pour recouvrer sa liberté et ses pleins droits.

    nj/wbw
    SIWEL 170208 SEP 15

    Voir l'article Le 10 octobre à New York : Ferhat Mehenni lèvera le drapeau kabyle à l'ONU


    0 0

    GHARDAIA (SIWEL) - Dans une déclaration parvenue à rédaction, l'Assemblée Mondiale Amazighe , apporte son soutien au peuple mozabite et au peuple kabyle. L'AMA appelle les amazighs et les militants des droits de l’homme à rejoindre la marche prévue le dimanche 20 Septembre 2015 à 14 h 00, Itinéraire : la Bastille - République. Siwel publie ci-après l'intégralité du communiqué

    Communiqué de l'AMA: La guerre ignoble que mène le pouvoir algérien contre les peuples amazighs se poursuit
    Assemblée Mondiale Amazighe

    La guerre ignoble que mène le pouvoir algérien contre les peuples amazighs se poursuit


    A l'occasion de l’ouverture de la session des Nations Unies sur les droits de l'homme, nous renouvelons notre appel en direction des organismes de défense des droits humains et de l’ONU afin de mettre un terme à la série de crimes commis par le pouvoir algérien contre les Amazighs d’Algérie et d’envoyer une commission qui va enquêter sur les horreurs perpétrées par le régime avant qu'il ne détruise les preuves sur la scène du crime.

    Plus de deux mois après l'arrestation du Dr Fekhar Kamaleddine et ses compagnons d'une manière arbitraire et illégale, il est actuellement à la prison de Mnéa, située à 270 km du chef-lieu de la wilaya, isolé pendant 16h, privé du droit de discuter avec les autres y compris les gardiens, c’est à dire qu’il est totalement isolé du monde. Un avocat militant amazigh qui lui a rendu visite, nous a expliqué l'ampleur des pressions et du harcèlement qu’il subit de la part de l'administration pénitentiaire et de ses agents, et ces sont ces comportements racistes qui ont causé la mort de deux amazighs âgés dans les geôles du régime algérien.

    Le régime algérien persiste dans sa politique répressive contre les militants kabyles. En effet, des menaces de mort contre le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) , Ferhat Mehenni, et le président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, Bouaziz Ait Chebib, ont été proférées à travers des graffitis sur les murs dans la ville d’Akbou. S’ajoutent à cela les opérations militaires qui ciblent les civils afin de provoquer la Kabylie et la faire sombrer dans un nouveau printemps noir dans le but de détourner l’opinion publique de l'ampleur de la corruption et la faillite du système algérien notamment depuis l’arrivée de Bouteflika.

    Nous saluons le rapport de Human Rights Watch, et nous renouvelons notre appel à toutes les organisations des droits de l’homme afin de faire pression sur le pouvoir algérien pour la libération du Dr Fekhar Kamaleddin et ses compagnons et de poursuivre les véritables criminels. Nous appelons également nos frères amazighs et les militants des droits de l’homme à rejoindre la marche prévue le dimanche 20 Septembre 2015 à 14 h 00, Itinéraire : la Bastille - République

    Algérie, 17 septembre 2015

    Khodir Sekouti, délégué Algérie pour l’AMA


    0 0

    Le but de cette contribution est de montrer à certains, les dangers et les mensonges ayant entouré la langue Kabyle depuis au minimum 50 ans pour réfléchir aux moyens à mettre en place pour endiguer ces assauts qui occasionnent des pertes de territoires linguistiques au kabyle depuis 50 ans.

    Contribution de Slimane Hallah : La Kabylie et sa langue
    La photo ci-dessus montre bien le piège dans lequel sont tombés les Amazigh depuis leur entrée dans l’islam. Les trois peuples cités, sont aujourd’hui des puissances mondiales avec leur souveraineté et leur rôle important dans le monde. Je vous laisse le soin d’évaluer le nôtre, nous les Amazigh. Le résultat de notre attitude est qu’aujourd’hui, nos frères algériens pensent qu’ils sont arabes, et l’amazighité est confinée en grande partie en Kabylie, aux Aurès et a Ghardaïa.

    Tous les peuples du monde possèdent une langue, ce moyen d’expression qui les distingue des autres peuples. Certains les appellent dialectes au lieu de langues. Si elles ne se dotent pas de règles claires elles sont dévalorisées et rabaissées au rang de patois et ses locuteurs à celui de citoyens de second degré, d’incultes, voire de sauvages. Il appartient dans ce cas à chaque peuple de développer sa langue pour atteindre le niveau de reconnaissance et de respectabilité qui lui est dû. Pour la valoriser, la seule condition requise est de la doter d’institutions étatiques.

    En Algérie, depuis l’indépendance, un mensonge institutionnel a été mis en place et la plupart des Algériens sont tombés dans cette fausse définition du paysage linguistique du pays. Une confusion totale et visible au sujet des langues. Les élites algériennes se sont alignées sur la trajectoire idéologique officielle, qui est l’arabo-baathisme au détriment des valeurs patriotiques du pays, à savoir l’algérianité qui, sans l’amazighité, ce patrimoine, cet héritage de tous les Algériens, est vidée de son contenu. Cette dimension amazighe a été, géographiquement, volontairement ghettoïsée en Kabylie pour des considérations politiques.

    « Un seul pays, un seul peuple et une seule langue », est une formule politique servie par l’Etat algérien à ses peuples pendant plus de 50 ans. C’est là un échec total sur tous les plans. Les conséquences de ce choix sur les citoyens algériens est catastrophique et a un impact énorme sur leur personnalité.

    Comme disait un militant Chaoui, la Russie est un pays où ils parlent le russe. En France le peuple parle le français, en Arabie, le peuple parle l’arabe, en Chine le peuple parle le chinois, mais en Algérie le peuple parle l’arabe. Cherchez l’erreur !
    L’arabe qui a été consacré en 1962 comme langue nationale et officielle sans aucun vote ni referendum, n’avait, n’a et n’aura aucune nature nationale. Tous les peuples d’Algérie, à commencer par ceux dits « arabes », ne l’ont comme langue maternelle. Tous et sans exception ne la découvrent qu’à l’école. Par conséquent, le statut de langue nationale est un artifice et un mensonge. Le statut de langue officielle, est aussi un choix idéologique dans le seul but de plaire à leurs donneurs d’ordre de l’Arabie. C’est le résultat d’une situation féodale.

    Je n’ai pas besoin d’expliquer que lorsqu’un Kabyle se déplace dans des régions non Kabylo-phones, il est dans l’obligation de mettre en pause sa langue Kabyle de tous les jours et de parler la langue de l’autre. A travers ce geste, j’ai identifié deux langues parlées par au minimum deux peuples algériens, ne sont pas reflétées par les lois du pays. La Kabyle, langue ancestrale de ce pays est aujourd’hui enseignées dans des écoles suite à d’énormes sacrifices, ayant une écriture et des règles grammaticales très claires, grâce au travail des pionniers de la Kabylité comme Mouloud Mammeri ou Salem Chaker, pour ne citer que les plus connus.

    Mais la langue de l’arabo-phone, n’est ni, enseignée ni prise en charge, une langue illégale, un dialecte dont la structure grammaticale est amazighe et dont certains mots sont des emprunts du français, du berbère, de l’espagnol, du turc et de l’arabe... Cette langue (dialecte) est assimilée à la langue arabe pour faire croire à ses locuteurs que leur identité est arabe. Cette confusion linguistique entraine une aliénation identitaire agressive contre les langues amazighes et surtout le Kabyle. Tout le monde est conscient que cette langue algérienne dite arabe est réellement locale qu’aucun Arabe du Moyen Orient ne comprend. Tous les Algériens qui se rendent en Arabie sont obligés d’apprendre la langue arabe ou se mettre à l’anglais pour communiquer, certains ont même des situations de gêne, car ils savent très bien que l’arabe algérien n’est pas la langue arabe, mais ces même Algériens n’hésitent pas en Algérie à l’utiliser pour montrer leur supériorité sur le kabyle. La raison de ce comportement est que cet Algérien pense et avec conviction que cette langue est de l’arabe, donc sacrée, donc supérieure a la langue de ses ancêtres d’où son comportement raciste envers ses frères de Kabylie.

    Exemple : Quand on dit en algérois, (lhem lekhdher = la viande verte) cette phrase n’a aucun sens pour un arabe de l’Arabie, puisque pour eux le mot vert signifie la couleur, mais en langues amazighe, il signifie l’état de la viande, et dans cet exemple, le vrai sens est : (la viande non cuite, crue). La structure grammaticale, le contexte et le sens sont amazighs. Beaucoup d’autres exemples de ce type existent et méritent une étude et une analyse par des spécialistes, loin des dogmes idéologiques.

    Le but de cette contribution est de montrer à certains, les dangers et les mensonges ayant entouré la langue Kabyle depuis au minimum 50 ans pour réfléchir aux moyens à mettre en place pour endiguer ces assauts qui occasionnent des pertes de territoires linguistiques au kabyle depuis 50 ans.

    - Est-ce difficile d’instaurer en Kabylie, voire ailleurs, le kabyle comme langue de tous les citoyens dans la vie quotidienne ? A la maison, au marché, dans les transports publics, au travail, le premier mot qui doit sortir de la bouche de chacune et de chacun doit être le kabyle. Même si l’interlocuteur ne maitrise pas cette langue, mais le fait qu’on commence en Kabyle, mettra déjà l’adversaire dans des difficultés et il pourra être interprété comme un rappel à l’ordre selon lequel le kabyle est une langue nationale. La règle numéro 1 : le Kabyle est ma langue de tous les jours.

    - Les commerçants qui viennent marchander en Kabylie, avec la négligence de certains citoyens Kabyles, utilisent l’arabe algérien, la faute revient aux Kabyles qui s’alignent avec une grande facilité à cette langue du commerçant. La règle numéro 2: Tu veux vendre ton produit ? maitrise ma langue. Le client est roi, n’est-ce pas ?

    - Les crèches, un autre danger qui menace notre langue. Dès l’âge de 6 ans, les Kabyles commencent déjà à apprendre la langue arabe de l’Arabie, cette langue qu’ils n’utilisent ni dans la rue ni à la maison. Pour moi, c’est une pollution linguistique. Le souci est qu’avant l’âge de 6 ans, et pour des raisons professionnelles ces derniers temps, des parents mettent leurs enfants dans des crèches à l’âge de 3, 4 ou 5 ans, sans savoir que l’enfant n’a pas encore achevé son apprentissage du kabyle. L’arabe prend place dans sa vie et va l’arabiser surement. Pourtant d’autres solutions existent. Beaucoup de nos femmes au foyer, peuvent être sollicitées par des parents, pour la garde et surtout pour transmettre le kabyle (langue et culture), ceci est bénéfique pour l’enfant qui garde sa langue et pour nos femmes qui voient leurs ressources s’accroitre. La règle Numéro 3 : si tu cherches une crèche pour ton enfant, nos femmes au foyer Kabyles sont disponibles avec une meilleure qualité de service.

    - Les mosquées, ah ces mosquées autrefois étaient un lieu de prière et de rassemblement des jeunes et des vieux non pratiquants. Aujourd’hui, elles deviennent de plus en plus des territoires hors contrôle villageois. Les imams envoyés par l’Etat algérien échappent aux critères locaux, à savoir, la maitrise du Kabyle et surtout la connaissance de la culture et de la civilisation kabyles. Pourquoi la khotba du vendredi est dite en arabe ? Pourquoi les cérémonies religieuses concernant le mariage sont prononcées en arabe ? Pourquoi nos morts sont enterrés en arabe ? Pourquoi les noms de nos mosquées portent des noms de l’Arabie ? Nous avons pourtant des hommes et des femmes ayant marqué notre histoire et dont les noms peuvent être donnés aux mosquées. Non, les mosquées ne sont pas des ambassades de l’Arabie, elles doivent être restituées aux citoyens kabyles et prêcher en kabyle. Comme nos amis Kurdes, Turcs ou pakistanais, à part les appels à la prière et la récitation du coran, tout le reste se fait en langue du peuple. La règle Numéro 4 : Si le poste d’imam t’intéresse dans mon village, il faut maitriser ma langue et recevoir des cours d’intégration à la culture Kabyle.

    - Nos entrepreneurs, en Kabylie qui recrutent de la main d’œuvre, surtout celle qui nécessite un contact avec les citoyens, doivent exiger la maitrise de la langue Kabyle. Cette façon de faire, va diminuer le chômage de nos jeunes et forcer les non kabylo-phones à suivre des cours afin de la maitriser. La même chose devra se produire en dehors de la Kabylie. La règle Numéro 5 : la maitrise du Kabyle est obligatoire pour se porter candidat à ce poste de travail.

    - La règle numéro 4 s’applique aussi aux officiels et aux administrateurs de l’état algérien qui ont décidé depuis l’indépendance que tamazight ne soit pas une langue officielle. Ce qui est un mépris envers leurs ancêtres Amazigh et notre Kabylie. La règle Numéro 6 : on ne reconnaît pas ceux qui ne nous reconnaissent pas. Principe de réciprocité.

    - Aujourd’hui les panneaux publicitaires et les enseignes des commerces sont écrits en majorité en langue arabe. On ne peut pas sortir tous les 20 avril et scander l’amazighité en marchant dans nos rues avec tout ce paysage linguistique étranger à notre culture. Recouvrons notre souveraineté et la supériorité du kabyle sur les autres. Comme chez tous les peuples du monde, la première langue visible et en grands caractères chez nous doit être le kabyle. La règle Numéro 7 : la supériorité du kabyle en Kabylie est non négociable.

    - Les medias audiovisuels constituent cette autre menace qui touche directement nos foyers. Nos ennemis ont bien compris que c’est grâce aux femmes kabyles que notre langue a été sauvegardée et transmise de génération en génération. Après que l’Etat algérien ait tenté de leur organiser des cours d’alphabétisations en langue arabe, ce sont des séries et des films arabes qui défilent toute la journée sur leurs écrans fascinant de leurs téléviseurs. Cela les arabise plus facilement.

    - La règle Numéro 8 : Désolé, chers compatriotes, je ne trouve pas de règle à cette problématique. Je vous laisse réfléchir. L’initiative doit venir de nos entrepreneurs et de nos hommes d’affaires qui peuvent aider à développer la création artistique.

    Ma contribution, n’a peut-être pas le niveau littéraire requis, c’est un message simple, direct et sans détour pour atteindre le cœur des Kabyles. Mon but est de ne pas vous pousser à haïr les autres, au contraire, la différence et l’altérité sont des richesses à protéger. Je vous demande juste d’aimer votre langue, le kabyle et à la pratiquer dans la vie de tous les jours. C’est notre priorité, car, s’il faut attendre le changement d’attitude de l’état algérien ou l’avènement d’un état Kabyle pour protéger notre langue, plus longtemps, cette dernière disparaitra a jamais. Ces règles simples peuvent être mises en place par chaque Kabyle jaloux de sa langue et de sa terre dès aujourd’hui.

    Gloire à nos martyrs Kabyles.
    Juin 2015.
    Slimane HALLAH

    Contribution de Slimane Hallah : La Kabylie et sa langue


    0 0

    GHRDAIA (SIWEL) - Dans un communiqué parvenu à notre rédaction , le collectif d'avocats du Dr Fekhar et ses codétenus affirme que Kacem Soufghalem a décidé de reprendre la grève de la faim à partir d'aujourd'hui. L'intéressé estime que c'est le seul moyen d'alerter l'opinion publique sur l'injustice qu'il subit dans les geôles du régime algérien. Siwel publie ci-après l'intégralité du communiqué.

    Communiqué du collectif d'avocats du Dr Fekhar et ses co-détenus: Kacem Soufghalem reprend la grève de la faim
    Communiqué du collectif d'avocats de Kamel Fekhar et de ses co-detenus

    Maître Chalabi Rafik Zaidi et Maitre Noureddine Ahminemême ont rendu visite aux détenus de Ghardaia, au niveau de la prison d'El Goléa (270 kmde Ghardaia). Avant de prendre la route en direction de cette localité, une rencontre a eu lieu avec le juge d'instruction pour s’enquérir de la situation du dossier, quant à l'évolution de l'instruction.

    Il est important de signaler que de ce coté là, aucune évolution n'a été enregistrée, c'est la raison pour laquelle le détenu
    Kacem Soufghalem avait déjà pris la décision de se mettre en grève de la faim, à partir du 20 de ce mois-ci. Il va sans dire que j'ai personnellement tout fait pour le dissuader d'aller dans cette direction, eu égard aux dangers que cela comporte, mais l’intéressé estime qu'il n'y a pas d'autre moyens d'expression que cette voie pour alerter l’opinion publique sur l'injustice qu'il subit.

    Maître Noureddine Ahmine, membre du collectif d'avocats des détenus de Ghardaia


    0 0

    AOKAS (SIWEL) - Abdelkader Rahmami, membre fondateur et premier président de l'académie berbère est décédé à l’âge de 92 ans des suites d’une longue maladie dans le département d’Indre-et-Loire, au centre de la France. A l'initiative de la société civile, une marche silencieuse à été organisée pour honorer sa mémoire à Aokas. Les militants du MAK étaient présents en force, à leur tête, le président du conseil national, Mouloud Mebarki, qui a rendu un vibrant hommage à Abdelkader Rahmani lors de son intervention. Siwel publie ci-après la déclaration du président du conseil national du MAK dans son intégralité.

    Le MAK rend hommage à Abdelkader Rahmani, premier président de l'académie berbère
    Il se rencontre des hommes de par le monde qui ont tout donné à la cause qui les animent, des hommes qui ont fait l’Histoire sans faire d’histoires​, d​es hommes d’honneur pas des hommes ​"​des ​honneurs​"​. Abdelkader Rahmani ​étaient de ceux-là​.

    Éveilleur de conscience, c’est grâce à lui et à ses camarades de l’Agraw Imazighen que ​le souffle de vie de notre identité millénaire a été jalousement sauvegardé. Et c'est encore grâce à lui et à ses compagnons de lutte ​que nous pouvons aujourd’hui être fiers de ce que nous sommes.

    Peu de gens ont osé répondre à l’arabisation rampante de ​B​oumedien​​e, ​y compris ceux qui chantaient EKKER A MMIS UMAZIGH ​et qui pour certains ​se sont tus ou​,​ ​pire encore, ont ​pris place à l’ombre du nouveau colon.

    Abdelkader​ ​Rahmani, Taos Amrouche, ​Muhend-Arab ​Bessaoud ont osé ​défier​ la peur et strier la chape de plomb qui se fissura l​ors​du printemps​​ 80 ​et qui vit ​la jeunesse kabyle​, en digne héritière de ses aînés, ​ défier ​à son tour le pouvoir alg​é​rien​, exigeant de lui de "corriger l’​H​istoire​".
    C'est ce souffle ​de vie, hérité de​ ce​s glorieux aînés​ ​par cette jeunesse,​ ​qui s​'est transmis de génération en génération pour parvenir jusqu'à là nôtre, celle d'une Kabylie libre et souveraine.

    Mouloud Mebarki, président du conseil national du MAK


    0 0

    PARIS (SIWEL) - Une foule nombreuse a répondu à l'appel du comité de soutien au Dr Fekhar et ses codétenus. La marche a été marquée par la détermination des organisateurs et des participants à ne reculer devant rien pour faire entendre la voix de la liberté et de la justice afin d'alerter l'opinion internationale sur les crimes commis par l'Etat algérien contre le peuple Mzab et exiger la libération immédiate des détenus politiques mozabites qui meurent à petit feu dans les geôles du régime algérien.

    Affluence nombreuse, ce dimanche 20 septembre pour la marche de soutien au Dr Fekhar et à ses codétenus.
    Les manifestants se sont amassés progressivement sur l'esplanade Richard Lenoir. Les banderoles ont été immédiatement disposées d'après le schéma que les membres du comité voulaient imprimer à la marche. Une atmosphère de discipline a tinté d'entrée cette manifestation. Le convoi s'est ébranlé à 15 h, de la Bastille vers la place de la République. Le couac qui consistait en la panne du générateur électrique semblait sonner le glas de cette manif en la plombant d'emblée. Cela a, tout compte fait, était un atout pour la suite. Effectivement, les marcheurs ont donné de la voix, ont sauté et ont fait danser leurs étandards colorés. Les terrasses des cafés, les trottoirs avec leurs badauds ont été réactifs. D'où l'importance d'une marche ! Cette dernière, a le mérite d'apporter la nouvelle au fil de son passage.

    Les personnes touchées par l'information sont, ainsi, plus importantes en nombre que si c'était un rassemblement statique. Le mouvement en lui même est évocateur. Il est inutile de rappeler la multi ethnicité de cette marche et de sa pluri-nationalité, sans omettre son caractère apolitique. Il y avait des drapeaux kabyles, chaouis et amazigh pour une même cause. Il y avait aussi des Allemands des Français des Vietnamiens et des Tunisiens, pour ceux qui se sont fait connaitre. L'arrivée à la place de la République a été saluée par un nombre important de personnes et on a vu d'autres s'y joindre en fin de parcours.

    Avant la dispersion les membres du comité sont montés sur l'estrade pour des prises de paroles. Ce fut Celles des Mozabites par le biais de Mohamed Boudebouz qui a retracé à l'assistance le topo des arrestations arbitraires depuis l'avant veille jusqu'au décès de Mr Bencheikh il y a une semaine.

    Le président du réseau anavad, M. Ahmed Haddag n'a pas omis de parler des assassinats de kabyles par l'armée algérienne pour faire le parallèle avec les turies du Mzab. Fut tout aussi remarquée, l'intervention de la chanteuse allemande, Uli Rohde : " Entre aller faire la fête au parc Floral j'ai préféré venir soutenir le Dr Fekhar. Et je demande pardon aux Imazighen car l'Allemagne vend des armes à la dictature Algérienne." Firman Lalili, membre du comité, a insisté sur l’intérêt d'interpeler les instances internationales dans le but de stopper toute autre action qui serait dans les grilles du programme de l'État Algérien et qui verrait les militants kabyles subir le même traitement que Le dr Fekhar et ses codétenus. Le rappel "amazighiste" de l'action fut celui de Yella Houha, membre du comité et a dit aussi : " Kamal Edine Fekhar est un homme politique autonomiste, c'est cela qui a pesé dans son incarcération car c'est vu comme une division...

    Yacine Cheraiou, président du comité, a clôturé dans une longue intervention dans laquelle il a commencé par remercier tous ceux qui ont pris conscience de l'importance de la mobilisation et qui sont venus le montrer en faisant de cette journée une réussite. Il va sans dire que si les commentaires ont placé sur un piédestal cette mobilisation il n'en demeure pas moins que des cadavres jonchent le parterre. Des personnes et personnalités ont manqué à l'appel. Certaines d'entre elles connaissent de près et physiquement Kamel Eddine Fekhar.

    Les appels de dernière minute pour désistement pour maladie et ou affaires importantes, ont plu sur les membres du comité. C'est ce qui a fait dire ceci dans un commentaire, à Nadia A, membre très actif dans le comité : " Je n'ai jamais vu un dimanche comme aujourd'hui où tout le monde avait un rendez-vous de dernière minute. Où toutes sortes de maladies et ou fatigue subite ont cloué au lit un bon nombre de personnes. D'ailleurs j'espère qu'ils vont tous mieux.
    Fort heureusement certaines personnes ont échappé à ces fléaux et ont répondu présent à la marche de cet après-midi. Merci à ceux qui étaient là. Tout s'est très bien passé dans l'union et la fraternité. " On pense immédiatement aux voix, rares mais existantes qui veulent qu'un bon kabyle ne vienne pas en aide aux mozabites car ces derniers n'ont pas bougé pour la Kabylie en 2001 lors du printemps noir.

    Il est à rappeler que la Kabylie n'a jamais monnayé son humanité. En 1867, rapporté par Letourneau et Haneteaux les deux militaires français, la Kabylie a sauvé d'une mort certaine 12 000 âmes, non kabyles; suite à une famine. C'est cela, aussi, taqvaylit. Et c'est grâce à cette dernière que la Kabylie est encore debout. Que dire quand l'homme à terre est un amazigh ! C'est, bien entendu devenue une tradition étonnante que les médias dits démocratiques et libres soient indifférents et absents de ce genre d’éventements. Mais quand il s'agit d'une télévision dite Berbère, par dessus le marché, cela pose des questions.

    Firman LALLILI


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Le Conseil Régional Béjaia, Sétif et Djidjel s’est réuni vendredi dernier à Vgayet à l’effet de discuter et de débattre des préparatifs du 3ème Congrès du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK). Celui-ci est programmé, rappelons-le, pour le 05 février 2016.

    Réunion du Conseil Régional Vgayet-Setif –Jijel : Le congrès du MAK à l'ordre du jour
    Toujours est-il cependant qu’avant de se lancer dans ce sujet, les participants à cette réunion ont mis l’accent d’abord sur le bilan du bilan du MAK relatif à la période du premier semestre de l’année 2015. Le Conseil Régional Vgayet-Setif –Jijel, qui s’est interdit tout optimisme béat, car non constructeur, a toutefois jugé « très intense » l’activité politique du MAK pour la période considérée.

    C’est aussi dans ce contexte que les participants ont vivement salué la marche du 12/09/2015 à Akbou qui a confirmé la force de mobilisation du MAK et surtout son attachement aux valeurs de liberté et de dignité humaine. Cette marche historique d’Akbou, devons-nous rappeler, a été un soutien franc et indéfectible aux présidents du MAK et du GPK, Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat M’henni en l’occurrence, suite aux menaces dont ils ont fait l’objet. Cette mémorable manifestation a été également l’occasion pour la famille militante et patriotique du MAK de réitérer son soutien au Dr Fekhar et ses codétenus.

    Par ailleurs, le Conseil Régional Vgayet-Setif –Jijel, qui a rappelé l’attachement viscéral du peuple kabyle au principe de la laïcité incarné par le précepte ancestral Jmaâ Liman, a dénoncé et condamné avec force et vigueur la politique de dépersonnalisation de la Kabylie à travers la salafisation de la société kabyle notamment à Kherrata où les femmes subissent le harcèlement et l’intimidation des islamistes. En effet, ceux-ci, dans leur folie et leur croyance obscurantiste, tentent d’obliger les femmes de cette région à porter le voile islamique. Et à titre de parade et de résistance, le Conseil Régional Vgayet-Setif –Jijel a appelé à l’issue de cette réunion l’ensemble des villages et des villes de Kabylie à s’organiser pour défendre leur kabylité contre le fléau salafiste que l’Etat algérien utilise comme « un mécanisme d’anéantissement de l’identité kabyle d’abord pour la faire substituer par une autre, laquelle nous est foncièrement étrangère.

    De même, les participants à cette rencontre ont examiné les multiples tentatives de l’administration coloniale algérienne à opposer les kabyles les uns contre les autres en créant et en attisant des conflits entre villages. Et si le Conseil Régional a considéré « vaines » toutes les tentatives que la France coloniale n’arrêtait pas déjà d’essayer d’utiliser durant toute la période de sa présence ici en Kabylie, Il n’en demeure pas moins qu’il a appelé à la vigilance et à la fraternité kabyles, « car c’est de notre union que dépend le salut kabyle ».

    Notons également l’examen du climat politique et sécuritaire a porté sur les « bavures » militaires . Tout en qualifiant ces bavures de « crimes », les participants à cette réunion de Vgayet ont condamné l'assassinat d'un chasseur kabyle à Amizour par les militaires algériens et ont réitéré que « la liberté et la sécurité du peuple kabyle passent impérativement par l’avènement d’un Etat kabyle libre, démocratique, social et laïque ».

    Enfin, il y a lieu de relever que la préparation du pré-congrès, pour lequel un temps considérable a été consacré, vu son importance, le Conseil Régional a décidé que le pré-congrès concernant la région Vgayet-Setif-Jijel aura lieu le 30 octobre 2015. Quant au lieu devant abriter cet événement, il sera annoncé ultérieurement, c’est-à-dire au moment jugé «opportun».

    S.T

    SIWEL 212028 SEP 15


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Le Comité de village d'Imaziwen qui s'était réuni après l'enterrement du chasseur Hakim Bitout, assassiné par les militaires algériens, a décidé à l'unanimité d'organiser ce mardi 22 septembre à 10h00 une marche à Amizur et une grève générale de 10h00 à 12h00 pour dénoncer et condamner ce lâche et ignoble crime

    Chasseur kabyle assassiné par l'armée algérienne : Marche et grève générale ce mardi à Amizur
    Suite à la énième "bavure" des militaires algériens en stationnement en Kabylie, commise cette fois le 13/09/2015 vers 22h30, au lieu dit Tansawt sur les hauteurs du village Imaaziwen, tuant Hakim Bitout et blessant son compagnon de chasse, Rachid Djebbari, les membres de la famie du défunt ainsi que du survivant de cet attentat, s'étaient constitué en Comité pour que justice soit rendue et la vérité soit apportée en optant pour une action de protestation et de dénonciation.

    Une assemblée générale, de concertation, s'était tenue après l'enterrement du défunt Hakim Bitout, au village Imaziwen relevant de la commune d'Amizur à l'est de Vgayet, en présence des familles des deux victimes, et à l'unanimité, décision était prise pour organiser une marche pacifique le Mardi 22 septembre à 10h00 à Amizur avec une prise de parole, et d'appeler à une grève générale de 10h00 à 12h00, pour protester contre l'insécurité qui règne en Kabylie, du fait des autorités civiles et militaires algériennes.

    Les mots d'ordre de la marche :
    - Pour un statut de victime de terrorisme aux deux victimes
    - Octroyer une pension de victime de terrorisme à la famille du défunt Hakim Bitout, et une pris en charge totale de sa veuve et des ses trois enfants en bas âge.
    - Prise en charge totale pour les soins du blessé Rachid Djebbari, avec octroi d'une pension d'invalidité
    - Alerter l'opinion locale et internationale sur les dangers qui guette la Kabylie
    - Condamner énergiquement ce lâche et ignoble attentat
    - Démasquer et arrêter les auteurs de cet odieux crime, et les traduire devant la justice

    wbw
    SIWEL 212243 SEP 15


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Dans un communiqué de l'Anavad parvenu à notre rédaction, Ferhat Mehenni a présenté ses condoléances à la famille HAMMOUM suite au décès de Salem HAMMOUM. Nous publions ci-après le communiqué

    Condoléances du président de l'Anavad, Ferhat Mehenni, à la famille HAMMOUM
    Communiqué

    Salem HAMMOUM vient de nous quitter après une longue lutte contre un cancer. Journaliste professionnel et intègre, il avait rapporté tout ce qui se passait dans la localité de Bouzeguene, At Yedjer.

    Maintes fois il avait couvert les activités et conférences politiques dont les miennes. Il avait notamment rapporté ma déclaration dès 2000 selon laquelle il fallait, pour l'époque, un mode de gestion autonome de la Kabylie. Il avait aussi été témoin de l'enterrement d'Ameziane Mehenni auquel il avait consacré un article émouvant en juin 2004.

    Je viens de perdre un ami, un frère. La Kabylie vient de perdre l'un de ses meilleurs enfants

    Toutes mes condoléances à sa famille.

    Ferhat Mehenni

    SIWEL 221731 SEP 15


    0 0

    MONTRÉAL (SIWEL) — Le Centre Amazigh de Montréal récidive cette année avec les Poésiades d'expression kabyle. L'événement se déroulera, cette fois-ci, sous forme de joutes oratoires au cours desquelles les poètes intervenants se donneront la réplique à l'ancienne sur des sujets variés. Voici la liste de ces poètes intervenants: Lhacene Ziani / Boussad Ouidja Nasser Oukemoum / Moussa Djaffer Arab Sekhi / Farida Eldjamaa Lyazid Laliam / Moh Elaid Deflaoui Samir Arbane / Farida Chabane Mohand-Ali Alioui / Taous Dahmoun

     Le Centre Amazigh de Montréal organise sa seconde édition de


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — Il est porté à la connaissance de la communauté Kabyle d’Amérique du Nord que le rassemblement prévu le samedi 10 octobre 2015 devant l’Organisation des Nations Unies est reporté au lendemain, le dimanche 11 octobre 2015 à partir 10h00. La municipalité de New-York n'ayant donné son autorisation que pour cette date du 11 octobre, vu que les deux parcs à proximité du siège de l’ONU seront occupés par d’autres groupes, le samedi le 10 octobre.

    Report du rassemblement devant l’ONU au dimanche 11 octobre 2015
    Le comité d’organisation indique que pour Montréal, des minibus de 15 places démarreront à partir du café Tikjda, situé au 3880 rue Bélanger , le samedi 10 octobre à 21h.

    Les bus reviendront à Montréal après le lever du drapeau dans l’après midi du dimanche, pour arriver a Montréal avant 23h, le même jour.

    Le prix par place est de 60 dollars aller/retour, les participants sont priés de réserver leurs places au café Tikjda ou en appelant les numéros de téléphone énumérés ci-dessous.

    Pour ceux qui viendront des autres villes d’Amérique du Nord, la municipalité de New-York, a autorisé les Kabyles à tenir leur rassemblement entre 10h00 du matin et 14h00, de ce fait, l'organisation a décidé d'attendre l’arrivée progressive des membres de la communauté kabyle avant de procéder au lever effectif du drapeau national kabyle.

    Il est à préciser que Mas Ferhat Mehenni, le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle (Anavad) sera présent à cette occasion pour prononcer un discours Historique.

    Les Kabyles et les amis de la Kabylie sont encouragés à effectuer des dons via la campagne de crowdfunding " MAK NYC KABYLIE / ONU ", pour financer ce genre d'initiatives et promettre le succès de cet événement qui rappellera au Monde, l'existence du peuple kabyle au sein même du concert des Nations et fera connaitre sa juste et noble cause ainsi que son infatigable lutte pour recouvrer sa liberté et ses pleins droits.

    Pour plus de détails, veuillez contacter les organisateurs aux numéros suivants :
    Pour Montréal : 514-247-3513, 514-961-7128 , 514-463-1376 , 438-985-4069
    Pour New York : 1-917-945-6868
    Pour Philadelphia : 1-267-210-2291

    nj/wbw
    SIWEL 230033


    0 0

    AMIZOUR (SIWEL) — A l’appel du Comité de village d'Imaziwen, une foule nombreuse s’est déplacée ce mardi à Amizour pour manifester son indignation, dénoncer et condamner le lâche et ignoble assassinat du jeune kabyle Hakim Bitout par les militaires algériens. Une délégation du MAK présente lors de cette marche a assuré de son soutien les familles des victimes.

    Foule nombreuse à Amizour pour dénoncer l'assassinat par l'armée algérienne d'un chasseur kabyle

    Suite à la énième "bavure" des militaires algériens en stationnement en Kabylie, commise cette fois le 13/09/2015 vers 22h30, au lieu dit Tansawt sur les hauteurs du village Imaaziwen, tuant Hakim Bitout et blessant son compagnon de chasse, Rachid Djebbari, les membres de la famille du défunt ainsi que du survivant de cet attentat, s'étaient constitué en Comité pour que justice soit rendue et la vérité soit apportée en optant pour une action de protestation et de dénonciation.

    Des centaines de manifestants ont répondu présents à l’appel de la dignité. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir algérien qui sème l’insécurité en Kabylie.
    On peut lire sur les banderoles plusieurs slogans qui témoignent de l’attachement des manifestants à leur Kabylie et son esprit de solidarité, à l’instar de : « Tamurt tehwaj arraw-is », « Nous sommes tous des Hakim Bitout »,

    Des drapeaux kabyles et amazighs ont été brandis par les manifestants pour protester contre l'insécurité qui règne en Kabylie, du fait des autorités civiles et militaires algériennes. Notons que des policiers en civile ont essayé d'intimider ceux qui ont arboré les couleurs nationales kabyles mais en vain devant la détermination de la jeunesse kabyle de ne pas abdiquer.

    La marche a été initiée autour des mots d’ordres suivants :
    - Pour un statut de victime de terrorisme aux deux victimes
    - Octroyer une pension de victime de terrorisme à la famille du défunt Hakim Bitout, et une pris en charge totale de sa veuve et des ses trois enfants en bas âge.
    - Prise en charge totale pour les soins du blessé Rachid Djebbari, avec octroi d'une pension d'invalidité
    - Alerter l'opinion locale et internationale sur les dangers qui guettent la Kabylie
    - Condamner énergiquement ce lâche et ignoble attentat
    - Démasquer et arrêter les auteurs de cet odieux crime, et les traduire devant la justice;

    Une délégation du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) composée de son président Bouaziz Ait Chebib, Farid Djenadi, secrétaire général et Kamel Chetti membre de la direction, s’est rendue à Amizour où elle s’est entretenue avec les parents des deux victimes ainsi que des membres du Comité de village et ce avant l’entame de la marche. La délégation a assuré les familles des victimes de son soutien face à cet assassinat ignoble orchestré par une armée installée en surnombre en Kabylie qui est devenue une caserne à ciel ouvert.

    Farid Djenadi dit à ce propos : "L’armée algérienne a récidivé en assassinant un chasseur kabyle et blessant un autre du côté d’Amizour. Cet énième crime intervient dans un climat politique où la lutte des clans fait rage au sommet de l’Etat algérien. Il s’agit d’une nouvelle provocation pour impliquer le pays kabyle comme en 2001 dans une tentative désespérée de sauver un système colonial qui n’a que trop duré. Le MAK renouvelle son appel en direction des comités de village et de quartier et l’ensemble de la société civile kabyle afin de mettre sur pied un front contre l’insécurité et la terreur qui sévissent du fait de la politique d’occupation que mène l’Etat algérien en Kabylie. »

    wbw
    SIWEL 230123 SEP 15

    Foule nombreuse à Amizour pour dénoncer l'assassinat par l'armée algérienne d'un chasseur kabyle

    Foule nombreuse à Amizour pour dénoncer l'assassinat par l'armée algérienne d'un chasseur kabyle


    0 0

    GHARDAIA : L'Assemblée Mondiale Amazighe renouvelle son appel en direction des instances internationales afin d'envoyer une commission d'enquête internationale sur les crimes contre l'humanité commis par le pouvoir algérien contre les amazighs du Mzab . Siwel publie ci-après l'intégralité du communiqué de l'AMA signé par Sekouti Khodir.

    Communiqué de l'Assemblée Mondiale Amazighe: 74 jours de détention
    Assemblée Mondiale Amazighe

    as.mon.amazighe.alg2013@gmail.com

    Algérie, le 23 septembre 2015


    74 jours de détention

    Depuis dimanche, 20 Septembre 2015, le militant des droits humains Qassim Soufgalem a entamé une grève de la faim qui est considéré comme sa deuxième après la grève qu’il a déjà observée pendant vingt et un jours.

    Cette grève intervient à la suite des exactions commises par l'administration pénitentiaire sur les prisonniers et aussi la lenteur des procédures de l'instruction qui à ce jour n’a pas eu lieu de manière sérieuse et approfondie concernant l’ensemble des charges fabriquées contre détenus mozabites.

    Les familles des détenus sont très inquiètes pour les leurs qui sont en prison de Mnéa, surtout après la récente visite où elles les ont trouvé très frustrés notamment après avoir appris la triste nouvelle de la mort de l’Amazigh Chikh Aissa à la prison de Ghardaia dans des circonstances mystérieuses.

    Pour cela, Nous Sekouti Khodir, délégué Algérie pour l’Assemblée Mondiale Amazighe, demandons aux instances internationales et aux organisations des droits de l'homme d'envoyer une commission d'enquête internationale sur les crimes contre l'humanité commis par le pouvoir algérien contre les amazighs du Mzab et nous renouvelons notre appel à tous les acteurs politiques et associatifs amazighs pour se mobiliser davantage et de mettre la pression sur le régime algérien en organisant des rassemblements et des manifestations partout dans le monde pour la libération de du Dr Fekhar Kameleddine et ses compagnons.

    Sekouti Khodir, délégué Algérien pour l’Assemblée Mondiale Amazighe


    0 0

    ROTTERDAM (SIWEL) — Vendredi dernier, 18 septembre 2015, se tenait le Congrès constitutif du Mouvement 18 septembre pour l'indépendance du Rif. L'évènement s'est déroulé à l’espace « Arminius-Congrès », dans une coquette petite église du centre ville de Rotterdam, aux Pays-bas.

    Le message du MAK au Congrès du Mouvement indépendantiste rifain
    Les congressistes et leurs invités, venus des quatre coins de l’Europe ont commencé par saluer le drapeu de la première république du Rif sous l'hymne national rifain mis en place par Abdelkrim Khattabi. S'en est suivi la projection d'un film documentaire sur les événements du RIF survenus au cours des années 2011, 2012; un documentaire réalisé par Rachid OUFKIR.

    A la fin du documentaire, plusieurs membres du mouvement indépendantiste rifain ont pris la parole, notamment Mounaïm EL AYOUBI (Ayujir), Fethi MUSA, Rachid OUFKIR et Fikri El AZRAK. Plusieurs thèmes ont été abordés dont le contexte de la création du Mouvement 18 septembre, la symbolique de la date, la stratégie du mouvement, sa structuratio, etc., tous ont publiquement pris l'engagement de lutter pour la cause défendue par le M-18-Septembre en vue de l’indépendance totale du RIF.

    La parole fut ensuite donnée aux invités, dont Yella Houha qui représentait le Mouvement autonomiste Chaoui (MAC), Yasmina Oubouzar, porte-parole du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), de même qu'à une délégation de l’organisation des peuples et nations non représentés UNPO, représentés par un allemand, Jeroen Zandberg et une kurde, Hajzah Saleh. (voir ICI leur publication à ce sujet)

    Tous ont apporté leur soutien à la cause légitime et souverainiste du peuple rifain. Les invités ont chacun lu leur déclaration avant de participer eux aussi aux débats qui ont animés les congressistes rifains. Il est à noter que tous les intervenants ont apporté leur ferme soutien à Said Chaoui, victime d'un emprisonnement "préventif" en attendant des preuves qui tardent à être "produites"... Tous se sont dit convaincus que Said Chaou est surtout, et avant tout, victime de son engagement pour le Rif; ce dernier étant, pour rappel, poursuivi en justice aux Pays-bas par le Makhzen.

    Nous publions ci-après l'intégralité de la déclaration de la porte parole du MAK, Yasmina Oubouzar, qui a représenté le Mouvement souverainiste kabyle auprès du Mouvement indépendantiste rifain.

    Déclaration du MAK au Congrès constitutif du Mouvement 18 septembre pour l’indépendance du Rif, le 18 septembre 2015, Rotterdam.

    AFRANIMAN I TMURT N YIQVAYLIYEN
    MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE


    Déclaration du MAK à l’occasion du Congrès constitutif du
    Mouvement 18 septembre pour l’indépendance du Rif


    Azul merra i yimdukkal i d-yefkan afud i wegraw irifiyen,
    Azul ameqran i watmaten-negh irifiyen,
    Azul ahmayan i yimeghnasen n tegduda tarifit "tis-snat"


    En ce jour doublement historique du 18 septembre, j’ai l’honneur et le privilège de représenter ici le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie et de transmettre aux militantes et militants rifains les salutations chaleureuses et fraternelles de notre Mouvement et de son président, Mas Bouaziz Ait-Chebib.

    Nos camarades et militants pour l’indépendance du Rif ont eu l’heureuse initiative de faire coïncider la tenue du Congrès constitutif de leur Mouvement avec la date hautement symbolique du 18 septembre, date à laquelle Muhend U Abdelkrim Khattabi proclamait, le 18 septembre 1921, la première république moderne, et authentiquement amazighe, d’Afrique du Nord.

    Aujourd’hui, à près d’un siècle de la première République du Rif, après son anéantissement par la coalition des entités prédatrices et coloniales du Makhzen, de la France et de l’Espagne, après avoir subi les horreurs de la première guerre chimique de l’histoire de l’humanité, après avoir subi massacres et spoliations en tous genres, le peuple du Rif, jaloux de sa liberté et de son authenticité, œuvre légitimement à rétablir sa république, conformément à ses droits politique et historique, conformément au droit international qui, « théoriquement » reconnait aux peuples autochtones le droit légitime à l’autodétermination.

    C’est tout naturellement que notre Mouvement, qui œuvre lui aussi à restituer au peuple kabyle sa liberté, sa souveraineté et son authenticité, exprime ici et aujourd’hui, à l’occasion du congrès constitutif du Mouvement 18 septembre pour l’indépendance du Rif, sa pleine solidaire avec le combat du Rif pour sa souveraineté, comme il l’a déjà mainte fois exprimé, tout comme il est solidaire de celui du peuple Touareg, du peuple Mozabite et de tous les peuples, amazighs ou autres, qui sont injustement privés de leurs droits légitimes à une existence libre et digne sur leurs propres territoires historiques.

    Malgré la persistance de nos peuples qui ont réussi l’incroyable exploit de traverser les millénaires sans jamais se perdre, nos peuples demeurent néanmoins les éternels colonisés que nous sommes malheureusement encore aujourd’hui.

    Et si, à juste titre, nous cherchons les raisons de nos malédictions dans les vicissitudes de l’Histoire et de ses incessantes invasions, nous ne devons pas non plus manquer de regarder nos propres servitudes, car aujourd'hui, pour se libérer de l’impérialisme arabo-islamique, les peuples amazighs doivent d’abord prendre conscience de leur profonde aliénation.

    Combien sont-ils parmi les nôtres à se réclamer fièrement du conquérant Tariq ibn Ziyad ? ce berbère parti conquérir l'Espagne pour le compte des Califes arabes alors qu'ils ignorent le patriotisme, le courage et la vaillance de Dihya qui résista contre l'invasion arabo-islamique ? Combien sont-ils aujourd'hui parmi les nôtres à se perdre et à sombrer dans l'islamisme et son indissociable déshumanisation ?

    Si aujourd'hui, nous sommes encore emprisonnés dans de fausses identités que le colonialisme occidental a fabriqué pour nous, traçant nos frontières et dictant ce que nous devons être, au grès de ses propres intérêts ; Demain, si nous ne prenons pas la juste mesure du grave danger qui guettent nos peuples à travers l'islamisme, c'est tous les peuples amazighs qui seront définitivement ensevelis sous le voile opaque de la burqa...

    Nous avons tous compris que la solution est en nous. Il est donc de notre devoir de prendre nos responsabilités et surtout de ne pas se tromper d'ennemis. Les peuples amazighs doivent s'allier, s'entraider, et non se neutraliser mutuellement, c'est une impérieuse exigence de l'histoire. Le MAK, à cet effet, appelle à la mise en place d'une solide coordination des peuples amazighs souverainistes.

    Enfin, je voudrais évoquer ici l'absence du militant Said Chaou qui aurait dû être aujourd'hui parmi nous. Ce dernier a été préventivement arrêté sur la base d'accusation portées par le Makhzen mais qui, 3 mois plus tard, tardent à apporter les preuves de la prétendue culpabilité de Said Chaou. Pour ma part, je reste persuadée que la seule chose dont il soit réellement coupable c'est de son acharnement et de sa volonté inébranlable à lutter pour restaurer la république du Rif et à rendre au peuple ses droits et sa liberté. Quoi qu'il en soit, pour reprendre les propos de notre leader...

    " Win iteddun ghef tidett yessawad ! "

    Tanemirt-nwen,

    Rotterdam, le 18 Septembre 2015

    Pour le MAK,
    Yasmina Oubouzar,
    Porte parole à l'étranger


    SIWEL 251210 SEP 15


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) intensifie ses activités organiques dans le cadre de la préparation de son troisième Congrès qui aura lieu le 05 février 2016. A cet effet, les Conseils régionaux se mobilisent pour être à la hauteur de cet événement historique.

    Le MAK défie les menaces  et intensifie ses activités organiques
    Plusieurs coordinations vont se réunir en cette fin de semaine pour préparer les programmes d’action et de restructuration.

    Cette dynamique intervient dans un contexte marqué par les intimidations et les menaces proférées par le régime colonial algérien contre le MAK et ses militants.

    Plusieurs réunions sont au programme de ce week-end. C’est le cas des coordinations d’Akbil, de Michelet et d’At Dwala, de se réunir afin d’examiner la situation qui prévaut dans leur localité et se préparer pour les prochains rendez-vous politiques qui demandent une présence plus actives sur le terrain à travers des programmes d'action ambitieux.

    Des « bavures » militaires et des kidnappings qui continuent d’endeuiller le peuple Kabyle, la politique de salafisation et d’arabisation s’intensifie pour accélérer la dépersonnalisation de la Kabylie, la misère socio-économique s’amplifie, un plan diabolique orchestré par le régime algérien en vue d’opposer les Kabyles les uns contre les autres dans le seul but de l’affaiblir et de la soumettre à son diktat. Ce quotidien qui perdure depuis 1962, date du transfert du colonialisme de l’Algérie française à l’Algérie arabe.

    Etant une vraie force de résistance contre l’impérialisme arabe incarné par l’Etat algérien, le MAK ne cesse pas d’avancer sur le terrain en matérialisant dans les faits une rupture historique avec l’algérianisme pour permettre la renaissance du nationalisme libérateur kabyle.

    Pris de panique devant la Kabylie libre qui s’est mise en marche, le régime algérien n’a rien trouver de mieux pour arrêter cette déferlante qui s’appelle le MAK que de proférer des menaces via ces premiers responsables et des intimidations de tout genre conte le mouvement kabyliste et ses militants.

    Après les menaces proférées par plusieurs ministres algériens contre le MAK, les KDS ont pris le relais en menaçant plusieurs cadres du MAK à l’instar de Mouloud Mebarki, président du Conseil national, à travers des appels téléphonique anonymes. Les KDS qui se recrutent partout même parmi les « élus » d’un parti dit d’opposition, se sont transformés en « correspondants » d’un journal arabophone dans le seul but de salir le MAK.

    En effet, des « élus » de l’APW de Vgayet, au lieu de prendre en charge les problèmes quotidiens du citoyen, de travailler pour assurer l’essor économique de ce département où des prisons gigantesques sont construites sur des terres agricoles... Ils se mettent au service de l’oppresseur en colportant des mensonges sur des cadres du MAK dans les colonnes d’un journal arabophone à travers des articles non signés.

    En sus de ce manquement à la déontologie du journalisme qui consiste à publier des informations sans les vérifier et sans avoir le courage de les assumer, El Khabar, ne fait que confirmer la haine que cultivent la majorité des « organes » de presse arabophone à l’égard de la Kabylie.

    Le président du Conseil national du MAK, Mouloud Mebarki, déclare à Siwel : « Les militants du MAK n’ont peur de rien du fait qu’il n’ont jamais nagé dans des eaux usées. Leur engagement est sincère, leur comportement est digne, ils agissent dans la clarté, ils gagnent leur vie honnêtement et de ce fait, aucun mensonge ni menace ne peut altérer leur détermination à poursuivre leur combat noble jusqu’à l’aboutissement. Quant à ces indus élus qui tentent vainement à travers la presse arabophone et les réseaux sociaux, de porter atteinte à la crédibilité du MAK et de ses militants, ne font que se discréditer davantage car il n’y a rien à attendre d’un « opposant » qui se transforme en simple fonctionnaire du wali, représentant de l’Etat colonial Algérien ».

    Le MAK poursuit son chemin sur la voie de la libération de la Kabylie. Son combat est juste et ce qui est juste triomphera tôt ou tard.

    cbd/wbw
    SIWEL 252015 SEP 15


    0 0

    AQVIL (SIWEL) - Les membres de la coordination du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) d’Akbli, se sont réunis, hier, en session ordinaire au niveau de leur localité pour réfléchir aux voies et moyens d’asseoir d’avantage la politique et l’influence du MAK au niveau de cette partie géographique de la Kabylie. Il est à rappeler que quatre villages de cette localité, à savoir Ait Ouabane, Ait Mislaine, Ait Ouaggour et Ait Hamsi ont déjà organisé en date du 5 juin de l’année en cours le lever du drapeau kabyle. Le Président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, invité à cette réunion, déclare à propos de la lutte des clans qui fait rage au somment de l'Etat algérien: " il s'agit d'un faux conflit entre de faux clans au somment d'un Faut Etat. Ce qui nous intéresse en tant que kabyles c'est la libération de la Kabylie du joug arabo-islamique algérien. Le reste relève de la supercherie politique destinée à faire diversion".

    MAK: La coordination d'Akbil fait le point et projette des perspectives
    A l’issue d’un débat fructueux, les participants à ce rendez-vous ont pensé et arrêté le programme d’action suivant:
    -La structuration de tous les villages d’Akbil ;
    -L’organisation d’une série de meetings et conférences dans le sens à conscientiser davantage les populations ;
    -L’organisation de séminaires de formation politique au profit des militants ;
    -La commémoration des dates majeures et significatives des combats kabyles ;
    -L’initiation et l’accomplissement d’ actions d’intérêt général au niveau de chaque village d’Akbil ;
    -Dans la perspective de la tenue du 3ème congrès du MAK, lequel est prévu pour le 05 février 2016, la coordination d’Akbil, qui a déjà abrité, rappelons-le, la conférence nationale kabyle et l’université d’été du MAK au village historique d’Ait Ouabane, s’est encore proposée d’accueillir cet autre rendez-vous que d’aucuns savent d’ores et déjà historique.

    Le Président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, invité à cette réunion, a, à l’issue de son intervention, mis l’accent sur les événements ayant fait et faisant encore l’actualité nationale kabyle. En effet, le premier responsable du MAK décortiquera, à l’intention de l’assistance, le dernier événement survenu au sommet de l’Etat algérien et qui n’est ni autre bien entendu que le départ, forcé ou non, à la retraite du Général Major, Mohamed-Mediène dit « Tewfik » et les limogeages en cascade de nombreux officiers supérieurs du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS). "il s'agit d’un faux conflit entre de faux clans au somment d'un faux État". , relèvera Bouaziz Aït-Chebib avant de déclarer qu’après tout, « ce qui nous intéresse, nous en tant que kabyles , ce n’est rien d’autre que la libération de notre peuple du joug colonial arabo-islamo-algérien ». Concernant l’actualité proprement kabyle, le numéro un du MAK dira que « L’Etat colonial algérien, à travers ses autorités militaires et civiles, n’envisage rien d’autre pour la Kabylie que son extinction ». « La sur-militarisation, La violence, la terreur, l’arbitraire, l’arabisation, la salafisation, l’embargo économique, la corruption, …. , poursuit l’orateur, sont les moyens mis en œuvre pour accélérer le déclin d’abord l’anéantissement ensuite du peuple kabyle ». « Face à ce dessein criminel, nous n’avons dès lors d’autre choix que de recouvrer notre souveraineté, car elle seule est la garante d’un avenir de liberté, de dignité et de prospérité », note encore Bouaziz Aït-Chebib qui n’a pas manqué d’avertir qu’à défaut d’un véritable sursaut de toutes les forces vives kabyles, « notre destin sera semblable à celui du peuple aztèque ». Concernant le futur congrès du MAK, l’orateur dira que cela constituera une autre étape du combat du peuple kabyle dans sa quête de liberté, car il consacrera et consolidera la fraternité kabyle laquelle constitue le socle de toutes les énergies qui luttent pour l’avènement d’un Etat kabyle, démocratique, laïque et social. » Enfin, Bouaziz Aït-Chebib dira que Le MAK est un mouvement « révolutionnaire qui a choisi le terrain à travers lequel il répond à chaque mensonge ou menace par des actions qui font trembler le régime colonial algérien et ses relais locaux ». « Notre détermination se renforce à chaque fois qu’on essaye de nous réprimer ou de nous diffamer », conclut-il.


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Dans un communiqué de l'Anavad parvenu à notre rédaction, Ferhat Mehenni a présenté ses condoléances à la famille Othmani suite au décès de Ramdane At Atman, (Othmani) . Nous publions ci-après le communiqué

    Condoléances du président de l'Anavad, Ferhat Mehenni, à la famille Othmani
    CONDOLÉANCES

    La Kabylie vient de perdre l’un de ses plus grands défenseurs sur les réseaux sociaux. Ramdane At Atman, (Othmani) vient de nous quitter suite à un infarctus survenu le 24/09/2015.

    Né à Maatkas, il s’était établi depuis longtemps près de Tréport où il s’était construit une maison. C’était là qu’il m’avait accueilli en septembre 2012 quand Mohand Ait Challal et sa femme m’y avaient emmené. Il n’hésitait pas à mettre la main à la poche pour aider financièrement le MAK et l’Anavad.

    En avril dernier il avait envoyé un chèque pour acquérir cinq CD « Liberté pour la Kabylie » et deux drapeaux kabyles. En cette douloureuse circonstance, le président de l’Anavad s’incline devant sa mémoire et présente à sa femme, sa fille et toute sa famille, ses condoléances les plus sincères.

    Paris, le 25/09/2015
    M. Ferhat Mehenni

    SIWEL 260949 SEP 15

    Condoléances du président de l'Anavad, Ferhat Mehenni, à la famille Othmani


    0 0

    KUKU (SIWEL) - Ce matin, une délégation du MAK s’est rendue au village historique de Koukou pour rendre hommage à l’un des promoteurs de l’enseignement de la langue amazigh en l’occurrence Nour Ould Amara.

    Le MAK se recueille à la mémoire de Nour Ould Amara
    En présence de sa mère et d’autres membres de sa famille, la délégation du MAK s’est recueillie sur sa mémoire en déposant une gerbe de fleur sur sa sépulture.

    Après avoir observé une minute de silence à la mémoire du militant et tout ceux qui se sont sacrifiés pour la préservation et le développement de la langue et de la culture kabyles à travers l’Histoire, le président du MAK , Bouaziz Ait Chebib, et Hocine Azem, secrétaire national aux relations extérieures ont témoigné de la grandeur de son œuvre et de son combat pour la dignité et la liberté. Dans leurs allocutions, ils ont mis l’accent sur l’importance de préserver la mémoire des hommes et des femmes qui ont marqué l’Histoire du peuple kabyle. Les orateurs ont insisté sur la nécessité vitale de bannir l’oublie en poursuivant leur noble combat.

    Pour signifier que Nour est toujours vivant, un drapeau kabyle a été remis en guise d’hommage à sa mère et ce , avec un mot écrit en langue kabyle : Seg-wul n teqvaylit, i yetri aqvayli, NUr.




    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Le service de communication auprès du Gouvernement Provisoire Kabyle vient de rendre public le nouveau portrait officiel du Président du Gouvernement Provisoire Kabyle, en y intégrant le drapeau officiel de la Kabylie.

    Portrait officiel du Président du Gouvernement Provisoire Kabyle
    Ce portrait officiel est un élément du protocole qui vient s’ajouter ainsi aux armoiries déjà existantes du Gouvernement Provisoire Kabyle.

    Le service de communication de l'Anavad l’a déjà fait parvenir en format électronique aux agences de presses mondiales et aux partenaires occasionnels du monde politique et culturels kabyles et aux structures amies à travers le monde en les invitant à l’utiliser lorsque le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle est cité dans les futurs évènements qu’ils auront à organiser.

    Pour rappel, le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle sera en voyage aux USA pour le lever du drapeau Kabyle à New-York, devant le siège de l'ONU, le dimanche 11 octobre 2015 à 10h.

    (Toute l’information est ici)

    Le service de communication du Gouvernement Provisoire Kabyle

    bbr/wbw
    SIWEL 270052 SEP 15


    0 0

    TINEVDAR (SIWEL) — Selon une publication sur le réseau social Facebook, le Maire de Tinevdar, Braham Bennadji, annonce lui-même que "... suivant les différents avis des internautes et de ses concitoyens", il en résulte que "la majorité et notamment les linguistes ont opté pour le latin avec une transcription supplémentaire en Tifinagh pour les édifices emblématiques (Mairie, Maison de Jeunes, salle de sport , écoles, Bibliothèque et autres)"... Donc, poursuit encore le Maire de Tinebdar "nos plaques seront en latin malgré que moi je suis pour le tifinagh", en vertu du respect de la majorité et l'avis des internautes", conclu le maire.

    Tinevdar /la transcription des plaques et enseignes en latin l'emporte
    Pour rappel, la mairie de Tinevdar avait lancé une opération d'amazighisation de l'environnement. Pour ce faire, le maire avait sollicité l'avis des citoyens, des linguistes et des internautes. Tous devaient se prononcer sur le choix des caractères, latins ou Tifinagh, devaient êtres employés pour les plaques et enseignes en kabyle.

    De la consultation générale, il en est ressorti que le choix se portait majoritairement sur les caractères latins avec une transcription supplémentaire en Tifinagh pour les édifices emblématiques tels que Mairie, Maison de Jeunes, salle de sport , écoles, Bibliothèque et autres...

    Il est à rappeler que dans le cadre de la république arabo-islamique algérienne, les mairies kabyles sont "tenues" de promouvoir la communication en...arabe, toutes les plaques seront écrites en kabyle, en arabe et en français...mais pas de kabyle seul

    zp,

    SIWEL 271152 SEP 15


older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 120 | newer