Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 40 | 41 | (Page 42) | 43 | 44 | .... | 120 | newer

    0 0

    PARIS-DIASPORA (SIWEL) — Suite à la tenue du Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie dans les conditions que l'on a pu constater, M. Ahmed Haddag, ministre des Institutions au sein du Gouvernement provisoire kabyle, a tenu à adresser un message de félicitations aux congressistes du MAK et à tous les militants qui ont subi les affres de la répression algérienne aujourd'hui. Il a également tenu à féliciter Bouaziz Ait-Chebib et Ferhat Mehenni pour leur réélection, respectivement à la tête du MAK et de l'Anavad

    3ème Congrès du MAK : Message de félicitations de M. Ahmed Haddag, ministre de l'Anavad
    Message de FÉLICITATIONS !

    Le 3ème congrès du MAK, tenu aujourd'hui à At Zellal en Kabylie, s'est déroulé dans un climat de tension sans précédent. Nos vaillants militants ont déjoué tous les obstacles. Le congrès s'est déroulé comme prévu dans le lieu prévu malgré les arrestations, les intimidations et passages à tabac. Je tiens à féliciter notre jeunesse pour sa détermination qui dénote la profonde conviction de son engagement. Félicitation et mille fois bravo.

    A l'issue de ses travaux, le 3e congrès du MAK a renouvelé sa confiance à nos deux leaders incontestables, dans leurs missions historiques pour un autre mandat. Mass Bouaziz Ait Chebib président du MAK et Mass Ferhat Mehenni, président de l'ANAVAD, a qui j'adresse mes chaleureuses et fraternelles salutations.

    J'adresse mes fraternels et chaleureux remerciements à la confédération des At Zellal qui a accueilli avec honneur et fierté les militants du MAK et abrité son 3è congrès.

    WIN ITEDDUN GHEF TIDETT YESSAWAD.
    Vive le peuple Kabyle
    Vive le MAK / GPK
    Vive la Kabylie libre et indépendante


    Ahmed Haddag

    SIWEL 271236 FEV 16


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — La RN 15, reliant Tizi Wezzu à Tuvirett et Vgayet, est fermée à la circulation ce samedi depuis 10h, suite a d'importantes chutes de neige au niveau du Col de Tirurda (Aghvalu / Iferhunen) (Bulletin fourni par Météo-Kabylie)

    Kabylie : Le Col de Tirurda fermé à la circulation par les chutes de neige
    Des difficultés ont également été signalées suite aux intempéries sur les trançons suivants :

    - La RN 30 reliant Tuvirett à Tizi Wezzu au lieu dit Tizi-N'Koulen (Saharidj % Ivudraren)
    - La RN 33, reliant Tuvirett à Tizi Wezzu à Tikjda (El-Asnam % At Vumahdi)
    - Le CW 253 reliant Iferhunen à Tizi Wezzu, au niveau du Col d'Icellaḍen (Illulen-Umalu)

    wbw
    SIWEL 271430 FEV 16

    Kabylie : Le Col de Tirurda fermé à la circulation par les chutes de neige


    0 0

    MAROC (SIWEL) — Le Mouvement pour l'Autonomie du Mzab a adressé un message de soutien au MAK à l'occasion de la tenue de son 3ème congrès ordinaire.

    Message de soutien du MAM au 3ème congrès du  MAK
    Mouvement pour l'Autonomie du Mzab

    MAK

    Message de soutien au 3ème congrès du MAK




    L'histoire de la Kabylie est caractérisée par sa lutte incessante pour la liberté. Malgré les sacrifices qu'elle a consenti, elle demeure toujours opprimée par une Algérie gouvernée par un régime fondé sur l'arabisme et l'islamisme.

    A travers sa politique d'apartheid multidimensionnel, le pouvoir colonial algérien met en œuvre un plan de dépersonnalisation, de déplacement forcé des populations amazighophone afin de leur substituer des populations arabophones pour ainsi parachever l'arabisation totale de l'espace Amazigh.

    A l'occasion du 3ème congrès du MAK, notre souhait est de voir l'unité de la Kabylie se réaliser car rien ni personne ne peut arrêter la marche d'un peuple uni à sa libération.

    Quels que soient les obstacles auxquels nous serons confrontés, nous les vaincrons avec notre union qui fait notre force.

    Le Mouvement pour l'Autonomie du Mzab, apporte son soutien indéfectible au MAK, à ses cadres et à ses militant et souhaite le succès des travaux du 3ème qui consacrera une autre avancée dans le combat du peuple Kabyle.

    Maroc, le 24 février 2016

    Khodir Sekouti, prote-parole officiel du MAM

    SIWEL 271456 FEV 16



    0 0

    AT-ZELLAL (SIWEL) — Le troisième Congrès du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) s’est tenu hier, vendredi 26 février 2016 à At-Zellal, commune de Souamaâ. A l’issue de ce rendez-vous, qui a regroupé plus de 700 congressistes en dépit d’au moins 200 militants retenus toute la journée dans les commissariats de police coloniale algérienne juste pour les empêcher d’y assister, Bouaziz Aït-Chebib a été reconduit à l’unanimité des congressistes dans ses fonctions de Président du MAK pour un autre mandat, de même que Ferhat Mehenni a été reconduit à la tête du Gouvernement provisoire kabyle en exil.

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»
    Concernant la réélection de Bouaziz Ait-Chebib, (nous reviendrons sur celle du président de l'Anavad, Ferhat Mehenni) il faut reconnaître que nonobstant les nombreuses compétences existantes au sein du MAK, Bouaziz Aït-Chebib a été le seul à s’être porté candidat à sa propre succession. Il semble évident que les personnalités reconnues aptes à assurer la présidence du MAK ont préféré laisser cette mission délicate à celui qui a déjà fait ses preuves, autrement dit, à celui qui a acquis une expérience dans la pratique présidentielle, Bouaziz Aït-Chebib en l’occurrence.

    Juste après la proclamation de sa reconduction à la tête du MAK, l’homme remerciera tout d’abord les militantes et militants du MAK pour la confiance placée en lui pour faire ensuite le serment de servir le peuple avec loyauté et abnégation. Le président réélu n’a pas manqué de remercier chaleureusement le Réseau Anavad et les militants du MAK au Canada et aux USA pour l’aide précieuse qu’ils ont apportée à la tenue de ce Congrès.

    Le deuxième volet de son intervention sera axé sur ce qui semble être ses projets prioritaires, à savoir la mise sur pied d’un Parlement kabyle ou un Conseil consultatif kabyle, un département pour la formation et l’orientation et enfin un département pour l’environnement. Dans la foulée des débats, le Président du MAK a également insisté sur la nécessité de mettre sur pied un Etat kabyle dans quatre ans au plus tard.

    Les travaux de ce 3ème Congrès ont porté également sur le choix des résolutions à appliquer. Celles-ci seront publiées intégralement et dans leur teneur et expression exactes dans notre prochaine édition. A noter que plusieurs invités ont marqué de leur présence ce rendez-vous du MAK, entre autres Younès Adli, Idir Ounoughene et Mohand Laârvi Tayeb qui ont activement participé aux débats de haute volée lors de ce congrès.

    Quelques militants de la diaspora ont pu également assister à ce rendez-vous historique, entre autre Yacine Cheraiou, Nacer Tigrine, Mourad Itim, Mastanabal Boudjemaâ, Aghilès Mehenni. Bouhas Menouar dit Mazigh, parti spécialement en Kabylie pour participer au Congrès, n’a quant à lui, pas pu être présent à At Zellal, il a été "cueilli" à un barrage et a passé la journée dans un commissariat de police.

    Plusieurs centaines de policiers ont été mobilisés par le régime d'Alger avec ordre d’empêcher la tenue du 3ème Congrès du MAK. Et la consigne a été bien respectée. En effet, plus de 200 militants ont été conduits à différents postes de police où ils ont été gardés durant plusieurs heures, pour certains plus de 9 heures, à l’image de Belaid Amar khodja, Amar Zebbar, Ahcène Chérifi et Zeghoud Mohand.

    Pour certains militants, les policiers sont passés au pallier au-dessus puisqu’ils ont usé de la violence physique à leur endroit. Boussad Becha a témoigné à SIWEL que lui-même et deux de ses camarades, Mouloud Kab et Juba Medjbeur en l’occurrence, ont été sérieusement passés à tabac dans les locaux du commissariat central de Tizi-Ouzou. Idem pour Bouhas Menouar dit Mazigh qui a subi une arrestation pour le moins musclée et aussi pour un jeune étudiant de Vgayet tabassé au commissariat d’Azazga parce qu’il avait réclamé la restitution du drapeau kabyle qui lui avait été confisqué.

    Certains membres de l’exécutif du MAK sont également restés bloqués dans les barrages ou dans les commissariats, à l’image de Mohand Boukla, dit Muh Taheccat, Boussad Becha, ou encore Hocine Azem, bien que ce dernier ait quand même pu rejoindre, tardivement, les congressistes après avoir subi pas moins de trois contrôles d’identité.

    L'ensemble des congressistes, à leur tête le président réélu, n'ont pas manqué de remercier chaleureusement Lɛerc (confédération, ndlr) des At Vu Cɛayev dont fait partie At Zellal pour avoir accueilli leur Congrès malgré les pressions et les intimidations.

    De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine,

    SIWEL 271644 FEV 16

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»

    Le 3ème Congrès du MAK réélit Bouaziz Aït-Chebib et Ferhat Mehenni : « on ne change pas une équipe qui gagne !»


    0 0

    MONTRÉAL (SIWEL) — Le Président du Centre Culturel Kabyle de Montréal, Djamel Boukhoulef, adresse un message de soutien aux congressistes du MAK

    Message du Président du Centre Culturel Kabyle de Montréal
    Azul a gma Buɛziz,
    Azul a Timeɣnasin, Imeɣnasen n MAK,


    S yisem-iw, d yisem n iɛeggalen n w-axxam n Idles Aqγli di Mutrial, ssiremeɣ afud igerzen akw asmures ifezen i w-aswir id-heggam as n 26 di furar di tmurt n yeqγayliyen.
    Tiɣri nnaɣ sya, di Montreal n Québec, srid i yel aqγayli anda yela aken ad-yawi azal i-taqγaylit, i-leqdic aqγayli, i-wazarug n tmurt n-iqγayliyen.


    Afud igerzen
    Tudert i-tmurt taqγaylit

    Djamel Boukhoulef
    Aselway n Axxam n-idles Aqγayli
    Centre Culturel Kabyle de Montréal
    2016-02-25


    SIWEL 271820 FEV 16


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Dans un compte-rendu que nous a fait parvenir Boussad Becha, responsable à l’organique du MAK, il revient sur les déboires des militants du MAK, et sur la sienne en l’occurrence, que nous livrons ci-dessous :

    3ème Congrès du MAK : Compte-rendu de l’arrestation de Boussad Becha, responsable à l’organique du MAK
    En arrivant à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, des militants m’avaient déjà fait signe de la présence des policiers algériens en civil et des patrouilles qui circulaient un peu partout à bord de véhicules banalisés. Le premier bus arrive et on le libère vite pour éviter une arrestation collective. Pour le premier, ça va, tout se passe bien. Une minute plus tard un autre bus arrivant d’At Dwala est arrêté par des motards au carrefour du 20 avril, au niveau de la Tour. Les motards confisquent les papiers du chauffeur et arrêtent deux militants des At-Dwala, Remdan Simoud et Yanis Hadim au motif de non présentation de pièces d’identité algériennes. Ils sont embarqués manu militari…

    C’est alors qu’un militant de Boumerdès, voyant de loin le manège, décide d’éviter les fourgons et de partir avec d’autres camarades à At Zellal, un sympathisant les attend un peu plus loin avec son véhicule dans le but d’éviter les arrestations. Ils arrivent à passer, la police ne connait pas le sympathisant.

    Juste à côté de nous, des policiers du renseignement général en civil prennent note de toutes nos conversations. Dès qu’on se déplace, ils nous suivent comme nos ombres tandis que les voitures bondées de policiers en civil nous observent de loin.

    Voilà qu’un autre groupe de militants d’At-Dwala arrive : Ravah Bouniffa, Noreddine Cheumeur, Fali Smail ainsi qu’un nouveau militant de Tizi-Ouzou, Hamid qui participe pour la première fois à une action du MAK, ils sont arrêtés au carrefour du 20 avril. Ils sont transférés au commissariat devant l’université de Bastos pour les interroger et surtout les empêcher de se rendre au Congres.

    Après plusieurs heures d’attente, et sur insistance d’autres militants, ils ne seront relâchés qu’après 15h, comme d’ailleurs la plupart des militants embarqués. Mais les quatre militants refusent de signer les PV et l’un d’eux leur dit clairement qu’il n’a pas confiance en eux. Il leur demande la traduction en kabyle des PV rédigés en arabe. Les policiers enragent mais ils s’exécutent, un policier kabyle leur traduit les PV.

    Concernant mon arrestation et celle de mes deux camarades, Juba Medjbour et Kab Mouloud, nous avons été arrêtés à 100 mètre du carrefour du 20 avril, juste devant la pharmacie. Un groupe de policiers arrive à bord de 4x4 flambants neufs et foncent sur nous. Ils nous retirent nos papiers et confisquent nos portables. Ils ont compris que nous donnions l’alerte à chaque arrestation. Après que nous ayons tenté de résister, ils nous embarquent. Ils étaient beaucoup trop nombreux pour leur échapper. Juba leur dit « Nous sommes des militants du MAK !», un des policiers le frappe sur place… Ils nous embarquent manu militari !

    En arrivant à la centrale de Tizi-Ouzou, ils nous ont jetés dans une salle d’attente en nous ordonnant de leur donner toutes nos affaires de pôche, ils nous agressent verbalement et nous frappent, en commençant par Juba. Deux policiers arabes me frappent à la tête et au visage et ils m’insultent avec des mots vulgaires (que je ne répèterais pas) et des propos racistes sur "leqbayel", "zwawa", etc…. Ils nous crient dessus en arabe : vous ne savez pas c’est quoi «el wihda al wataniya (l’unité nationale, ndlr), «bilad melyoun wa nesf malyun chahid» (pays d'un million et demi de martyrs, ndlr)… C’est ma sixième arrestation, mais c’est la première fois qu’on m’insulte et qu’on m’agresse physiquement.

    Après cela, ils nous séparent et nous répartissent dans trois bureaux, un policier kabyle s’occupe de me faire un examen de situation, mais lui, il ne faisait que son travail. D’autres policiers, encore des kabyles, arrivent et tentent de me faire changer d’avis sur le MAK. Ils me demandent de chercher à faire autre chose que ça et disent qu’ils sont contre l’autonomie ou l’indépendance de la Kabylie… puis voilà que des arabophones arrivent. Ils sont plus agressifs dans leur façon de parler surtout que je refusais de répondre en arabe… « wachnou le mak hadaya ma teqedruc teddiru walu », (c’est quoi ce MAK ?, vous ne pourrez rien faire !) ; et ils poursuivent encore : Vous êtes aveugles ! Votre zaim se moque de vous !... Je réponds qu’on a un président pas un zaim et comme je refuse de parler en arabe, ils s’acharnent de plus en plus contre moi.

    Sachant que je suis artisan en ferronnerie, ils essayent de se moquer de moi et de mon métier. Puis, un policier soi-disant chawi, très acharné, arrive et m’observe pendent plus d’un quart d’heure. Ensuite, il commence à me parler en arabe et je réponds encore en kabyle. Il s’acharne encore plus, mais je garde mon calme et observe tous ces policiers qui me parlent, des kabyles, des arabes... Le comble, c’est qu’un kabyle me demande pourquoi je refuse de parler en arabe ? Je lui réponds que je ne reconnais pas cette langue, que pour moi c’est du charabia. Le policier qui se dit soi-disant chawi enrage et me dit qu’il est chawi algérien ! Moi, je lui réponds que je suis kabyle amazighe et que je n’ai rien d’algérien, que je ne reconnais pas l’Algérie parce qu’elle ne me reconnait pas, ni dans ma langue, ni dans mon identité, ni dans mon Histoire… un policier kabyle intervient et me dit que là je suis en train de parler en kabyle comme je veux. Je lui réponds que si le kabyle est reconnu alors pourquoi ce PV est en arabe ?... Chiche faites-le en kabyle ! A ce moment, je prends la carte d’identité coloniale qui était sur le bureau et je leur dis : dites-moi s’il y a quelque chose de kabyle dans ce bout de papier ?…

    Après un long et houleux débat, le policier soi-disant chawi me dit « si j’étais un simple civil, pas un policier, je t’aurais mis une balle dans la tête sans aucune hésitation… tu n’es qu’un sale JUIF !!!!». Je réponds que je ne suis pas juif, que je suis kabyle et que je respecte les juifs comme je respecte tous les peuples. Je lui dis ensuite que je ne veux pas être un assimilé arabe. Je ne suis pas arabe et je veux être moi-même chez moi, c’est-à-dire kabyle et amazigh et c’est tout !

    Déjà avant ça, ce policier me disait sur un ton méprisant : "toi le soudeur, tu ferais mieux d’aller faire ta vie, tu n’as rien à avoir avec la politique. Si ça ne tenait qu’à moi, je te jetterai à la poubelle !!" Je lui réponds que ça c’est du mépris et de la discrimination raciale. Pour m’embrouiller et me perturber, ils me parlent tous en même temps mais je garde mon sang froid en faisant le vide dans ma tête.

    Ensuite, ils font appel à un policier qui serait soi-disant un cousin en raison d’une ressemblance dans les noms de familles, sauf que je n’ai aucun policier dans ma famille. Le soi-disant cousin se présente comme un psychologue et dit qu’il est mon cousin. Je lui réponds qu’il n’a rien à avoir avec moi et qu’il y a juste quelques lettres qui se ressemblent dans nos noms de famille. Il ne cesse de me parler en arabe et je réponds systématiquement en kabyle en lui glissant de temps à autre des phrases en français pour lui dire que je ne suis pas un algérien et que je ne partage rien avec lui. Le soi-disant "cousin" s’énerve et me traite de malade ! Je lui réponds que je vais guérir le jour ou la Kabylie aura sa liberté. Comme j’étais très calme, il s’énerve encore plus et me dit « si je n’étais pas un policier je t’aurais tué d’une balle », ce pseudo-kabyle, exactement comme son collègue pseudo-chawi, passent aux menaces de mort en croyant me faire peur.

    Au bout de ce débat absurde, je sentais bien que c’était moi qui avais le dessus. Ils étaient tout au bas de l’échelle et moi au sommet. A bout d’arguments, leur acharnement s’est encore aggravé et c’est là qu’ils ont commencé à me dire que l’arabe est sacré parce que c’est la langue du Coran et du Prophète. Je leur réponds que ce n’est pas mon problème et que ça ne me concerne pas. Ils en déduisent que je ne suis donc pas musulman et me demandent alors qu’elle est ma religion ? Je réponds que ça ne les regardent pas ! ils enragent !

    Ensuite, après plusieurs tentatives de me dissuader de militer dans le MAK, ils finissent par abandonner et c’est là qu’un autre policier intervient pour me dire que mon village AGUEMOUN est un village de MARABOUTS et que donc il n’a rien de kabyle ! Je lui dis que nous sommes tous des kabyles dans mon village et nous n’avons pas de problème entre marabouts et non marabouts et que de plus, ils perdent leurs temps parce que le MAK ne fait pas de différence entre KABYLES ET MARABOUTS ! Il me demande si je connais l’histoire des marabouts et comme je lui réponds que ce sont des amazighes avant tout, il me dit alors que c’est FAUX et que ce sont des arabes venus du CHAM !!! Tranquillement, je lui réponds d’aller revoir son histoire par ce qu’il ne connait vraiment rien de l’histoire…

    Ensuite le policier kabyle qui m’a questionné et constitué le PV me demande de le signer. Comme d’habitude, je refuse de signer tout document écrit en arabe et refuse même de le lire. Alors, c'est lui-même tout seul qui décide de me le traduire phrase par phrase de l’arabe au kabyle.

    A la fin, un peu avant 15h, ils nous emmènent tous à la clinique NABILA DJAHNIN de Medouha, au centre-ville de Tizi-Ouzou et c’est là que j’ai vu deux autres militants, Smail et Hamid, et que j’ai su qu’ils avaient été arrêtés eux aussi. Après avoir établi les certificats médicaux, on est tous retournés au commissariat central pour récupérer nos affaires, nos portables etc., puis on s’est dispersés en se donnant rendez-vous dans un autre endroit pour prendre des taxis et rejoindre le Congrès à At-Zellal.

    Propos recueillis par Siwel,

    SIWEL 271844 FEV 16


    0 0

    TUVIRETT (SIWEL) — L'étudiant et militant du MAK, Syphax Tamsaouete, a été arrêté par la police algérienne aujourd'hui en début d'après-midi. Ce jeune militant de Tuvirett (Bouira) est étudiant à l'université de Tizi Wezzu. Il a été arrêté à la gare de Tuvirett en rentrant chez lui après avoir participé au Congrès du MAK, hier à At Zellal.

    L'étudiant et militant du MAK, Syphax Tamsaouete, arrêté par la police algérienne aujourd'hui à Tuvirett
    L'étudiant et militant du MAK, Syphax Tamsaouete, a été arrêté à la gare de Tuvirett, aujourd'hui en début d'après-midi par la police algérienne. Ce jeune militant est étudiant à l'université de Tizi-Ouzou, il a été arrêté à la gare de Tuvirett en rentrant chez lui après avoir avoir participé au congrès du MAK, hier à At-Zellal.

    Embarqué au commissariat, il a subi un interrogatoire de plusieurs heures, notamment sur la tenue du Congrès auquel ils savaient qu'il y avait participé. Il a été interrogé sur ses activités au sein du MAK tout en essayant de le dissuader de continuer à activer dans ce mouvement "séparatiste" avant de le relâcher en fin d'après-midi.

    cdb,
    SIWEL 272017 FEV 16


    0 0

    CALIFORNIE, USA (SIWEL) — "Vous véhiculez l’image même de la Kabylie et accomplissez avec brio, tous les rôles que vous endossez, qu’ils soient d’aspect politique, culturel, musical ou littéraire. Vous pouvez toujours compter sur nous pour faire autant de bien que possible pour notre pays Kabyle et nous espérons être dignes de ce noble combat qui est de nous libérer du joug colonial. La liberté paraît d’autant plus proche, après la réussite du 3e congrès qui s’est tenu hier à At Zellal à votre initiative et celle de Mass Bouaziz. Je vous félicite d’ailleurs tous les deux pour vos réélections respectives, cela prouve que vous êtes tous les deux dignes de la Kabylie et que la confiance que vous posez en nous, vous est clairement rendue.", extrait du message de Tinhinane Ouali au président de l'Anavad, Ferhat Mehenni

    Message de reconnaissance et de soutien de Tinhinane Ouali, militante du MAK-Californie (USA), au  Président de l'Anavad
    Message de reconnaissance et de soutien de Tinhinane Ouali, militante du MAK-Californie (USA), au Président de l'Anavad

    Mass Ferhat Mehenni, la façon par laquelle vous pensez et les idées novatrices que vous nous avez apporté, sont pour nous une bénédiction, une source d’espoir intarissable pour notre peuple, avide de joies et de liberté.
    Vous nous avez appris grâce à votre comportement et vos justes décisions, que rien ne serait jamais impossible pour nous les Kabyles. Votre confiance en vous-mêmes, ainsi que la confiance que vous nous accordez en tant que militants et peuple, ne font que renforcer notre détermination et notre fois en cette juste cause que nous défendons farouchement à vos côtés, avec l’infime conviction qu’au bout du chemin, nous parviendront à arracher notre liberté, peu importe le prix à payer.

    Vous avez toujours ouvert votre cœur et votre esprit à toutes choses nouvelles qui ferait du bien à notre pays Kabyle, ce qui a fait de vous un leader incontestable et incontesté, digne de mener la barque Kabyle, de par son amour à sa patrie. Alors même que la douleur vous guette à tout moment et à en toute occasion, alors même que vous êtes forcé à l’exil amer et la privation des êtres qui vous sont les plus chers, vous ne cessez d’avancer courageusement et avec conviction, sans ne jamais rien laisser paraître. C’est certainement que vous savez tout au fond de vous-mêmes que nous sommes tous vos enfants, vos frères et sœurs, vos amis, vos parents… Nous sommes nombreux et éparpillés un peu partout dans le monde, j’aimerais que vous sachiez que vous n’êtes et ne serez jamais seul. Peu importe où vous irez, il y aura toujours quelqu’un pour vous recevoir dignement et avec tout l’amour et toute l’affection que l’on se doit de ressentir envers un frère, un fils, un père !

    Vos décennies d’incessant combat font de vous un guerrier révolutionnaire, mais pas un guerrier seul, tout comme vous ne risquez pas d’en être le dernier, car nous sommes tous sur vos pas, rassurez-vous. Les graines que vous avez semées ont fleuri et aujourd’hui, nous sommes beaucoup à vous soutenir et donner de nous-mêmes, afin que le rêve que vous nous avez fait voir devienne réalité et se réalise le plus tôt possible. Que vous puissiez non seulement le voir, mais aussi le toucher, pour vous rendre compte qu’il est réellement du concret.

    Vous véhiculez l’image même de la Kabylie et accomplissez avec brio, tous les rôles que vous endossez, qu’ils soient d’aspect politique, culturel, musical ou littéraire. Vous pouvez toujours compter sur nous pour faire autant de bien que possible pour notre pays Kabyle et nous espérons être dignes de ce noble combat qui est de nous libérer du joug colonial. La liberté paraît d’autant plus proche, après la réussite du 3e congrès qui s’est tenu hier à At Zellal à votre initiative et celle de Mass Bouaziz. Je vous félicite d’ailleurs tous les deux pour vos réélections respectives, cela prouve que vous êtes tous les deux dignes de la Kabylie et que la confiance que vous posez en nous, vous est clairement rendue.

    Vous avez une belle âme Mass Ferhat, et je suis tellement fière et heureuse d'appartenir à cette race des guerriers, dont vous êtes le capitaine aujourd’hui. Je vous souhaite bien du courage pour faire face à l’épreuve que vous traversez actuellement et soyez sûre de notre soutien le plus sincère. Courage président, cela a toujours été la devise de nos aïeux. Courage, la Kabylie de demain vous sera reconnaissante, même si elle vous est déjà redevable, de lui avoir levé les yeux pour voir plus beau, plus vrai et plus grand.
    Tanemmirt.

    Tinhinan Ouali
    MAK Californie, USA


    SIWEL 280032 FEV 16


    0 0

    PARIS-DIASPORA (SIWEL) — "Avrid n tlelli ivan, d win n tidett win it yeddemen ad yessiweḍ. Ur d nett3awad ara i yeɣsan asewwi, tezṛam akk d acu i d aɣvel iɣ iceɣven, d wayen iɣ id yessawḍen ar da.", " Xas akken d avrid asertan id newwi, ur n dduri ara i tisfi d twaɣit n tazzla n idammen d wuzzu n tsiswa, neẓra d akken yiwen was kan, acengu s wudem n udavu azzayri d win ara ad-d zzin i tikkelt nniḍen fellaneɣ. Ittunefk aɣ ur nettaǧa yiwenrad ineq seg neɣ yernu a nessusem niɣ ad-t nettarra kan i imeṭṭawen. "

    3ème Congrès du MAK : Awal n uselway, Mass Ferhat Mehenni, i wegraw wis krad n MAK
    Azul n teggmatt akken ma tellam.

    Ad-d awiɣ assa awal-iw s teqvaylit kan, tameslayt ur tif yiwet nniḍen deg maḍal.

    Awal amenzu, d izen n vava-s i tarwa-s. D timmunent, d tilelli d yiseɣ i ɣer id nekker, anezzuzef tanaklit, anerreẓ imurar n wuzzal s wayes iɣ kerfen armi d assa.

    Yal aswir n tuddsa tasertant i irfden amennuɣ n tlelli n uɣref is, d amazray. Win iɣ-d isdukklen ass a, ɣef iɣallen nneɣ ara nerfed ta3kumt is. Anevnu niɣ anettkel ɣef yiman nneɣ kan, ur nettraju ara tayett si tama n uveṛṛani.

    Tiqvayliyin, Iqvayliyen, tewwi yaɣ-d a nxemmel kan i iɣallennneɣ. Amezruy maci d akellex, maci d tarewla, maci d tinna n yal yiwen yekkaten kan i yiman is. Aɣref aqvayli am yiwet n twacult, niɣ yiwen wemdan. D aɣlan yettṛaju umezruy ad-d yawi tilelli-s akken ad izdi lqedd is ger lejnas. Yuklal amkan is di Tuddsa n Lejnas yeddukklen.

    Aytma, ayssetma,

    Ulac tilelli ara d yasen ma ur ixelleṣ wemdan, tarva3t neɣ aɣref azal is. Ssuma-s d tidi, d akud, d tadrimt, d imeṭṭawen nneɣ d idammen.

    Xas akken d avrid asertan id newwi, ur n dduri ara i tisfi d twaɣit n tazzla n idammen d wuzzu n tsiswa, neẓra d akken yiwen was kan, acengu s wudem n udavu azzayri d win ara ad-d zzin i tikkelt nniḍen fellaneɣ. Ittunefk aɣ ur nettaǧa yiwenrad ineq seg neɣ yernu a nessusem niɣ ad-t nettarra kan i imeṭṭawen.

    Gandhi d argaz yuklalen leqder. Maca zzat-s, di tudert is, id yufa d wid yessnen azal n tudert d leqder n wemdan akk d iɣerfan. Zdat neɣ, nekni, ig llan d wid urness3in allaɣ. Amer d nutni ɣursen kra deg qerru a-ɣ id qavlens wawal asertan. Maca di tsertit ẓran ur aɣ zmiren ara. Qaren-as d takriṭ d wuzzal kan swayes ara ɣ izmiren. Aten id tettwalim ten, ṭṭfen yal tiɣilt, yal agni, yal tiɣmert taqvaylit ammer ad kkren yeqvayliyen ad awin tilelli nsen. Γef aya ara-dd greɣ tiɣri i yelmeẓyen nneɣ ad vedden ar tlelli, ar tfenṭazit d yiseɣ, d taqvaylit id yessawlen

    Qqaren yelha win ittheggin usu uqvel naddam, nekni an heggi iveddi afus deg fus, tadukkli tasertant akken an qavel i d yusan, a-nheggi iman nneɣ i igenni yevɣun yeɣli-d ɣef tmurt nneɣ.

    Avrid n tlelli ivan, d win n tidett win it yeddemen ad yessiweḍ. Ur d nett3awad ara i yeɣsan asewwi, tezṛam akk d acu i d aɣvel iɣ iceɣven, d wayen iɣ id yessawḍen ar da.

    Assa felli d aselway n Unavad aqvayli U3ḍil, ad-serseɣ zzat n wegraw nneɣ n yiseɣ d acu yettwaxdemen seg asmi uɣaleɣ d ameqran n Unavad.

    Di tazwara, Anavad s timmad is, aṭas ur yuminen ara nezmer a-t nesvedd. Asmi id ilul amenzu n yunyu 2010, kkren-d kra wwten-d segneɣ deg iɣmisen n udavu azzayri, nnan-d ur nes3i ara azref a-t nessali ma ulac tifranin. Amzun akken yella kra n unavad u3ḍil deg mezruy niɣ deg maḍal ig vedden s tefranin. Talalit n unavad aqvayli d tin yessulin ar tseddart nniḍen awal id yettilin ɣef timanit. Si “Dacu rara neč” nuli ɣer “ur s3in ara azref i wnavad”. Qqaren as “kkat-it ɣef temẓin ad ittu irden”.

    Seg mi yuli unavad, ivan-d yisem n Uqvayli ger lejnas. Tigti di tmura yeswan d tid iɣ id yellin tiwura nsent. Marikan, Kanada d Kebec, Lalman, Talian, Spanyul, Beljik, Swiss, lejnasyeddukklen d wid i nemlal, i wumi nessefhem azref u wafraniman n uɣref aqvayli.

    Si tama taqvaylit newwet as nefk i Taqvaylit (Tamurt taqvaylit) d uɣref aqvayli, allalen d isufar n uwanek (les attributs de l’Etat)

    1)- Nessuli asmil “Siwel.info” yessawaḍen tikwal alamma 150 000 n yemdanen it ittwalin deg yiwen was. (Tanemmirt i wid iqeddcen i wakken ad ittnernay ad ittwenni3).

    2)- Nerra-d iseɣ i yismawen n imawlan d iẓuran nneɣ s tkarḍan tnekkit taqvaylit. D igiman n yemdanen itt id ixedmen, zdinlqedd nsen yis.

    3) Nessuli asɣirret aɣelnaw aqvayli,

    4) Nejva si tiɣilt n timanit ar tin n wafraniman.

    5) Asmi d tella tallit nni n 2012, adfel yergel-d iverdan, yessargagi tamurt seg semmiḍ, negr-d tiɣri i yeɣriven, njem3ed idrimen swayes n3awen wid yenneḍruran. Tajmilt i mas Vu3ziz d wid it itt3awanen armi yal tamnaṭ iwweḍ ittumussu n wafraniman armi, yal yennayer, yal 20 di yevrir nettifrir-d d takriṭ tasertant yugaren akk tiyid deg akal nneɣ.

    6)- Nesvedd ayen yugaren akk izamulen n teqvaylit, ANAY UNṢIV AQVAYLI. Nerra-d yiss i weqvayli leqder. Assa yettwarfed di yal tama taqvaylit, di yal tamurt taverranit anda ttidiren yeqvayliyen. Mi t iwala yiwen yečur wudem is d tafat.

    7) Si tama tageraɣlant, Taqvaylit d weɣref aqvayli ufraren-d di tlemmast n lejnas yeddukklen imi tamurt n Maṛuk d tin yessutrern i wakken Tuddsa n lejnas ad teqqim iwesɣervel n uzref n wafraniman i weɣref aqvayli.

    Aytma, ayssetma

    Xedmeɣ ayen mi zemreɣ. Ad snummereɣ ineɣlafen ixedmen yidi seg ul, wid ur isxef ara wevrid n uɣurru, wid ivedden i iveddi n tzemmurt, tili, a3qqa !

    Ur vɣiɣ ara ad-d veddeɣ i tuɣlin i tikkel tisnat d aselway n unavad aqvayli. Maca, mi yid tegrem tiɣri di yal azwar-iswir id yellan i wakken ad kemmeleɣ avrid yidwen, urzmireɣ ara ad rewleɣ i teqvaylit id yessalen.

    Maca, ur d ttveddadeɣ ara i yisem, niɣ i tɣawsa ur neswi. Ad-dveddeɣ i wakken ma ulac akk ya, anessali agraw aɣelnawaqvayli iwakken netta ad-d iheggi tamendawt i Teqvaylit.

    Uqvel aya, deg agguren id iteddun, anesres ɣef ṭṭavla n lejnas yeddukklen amimuṛandum yessuturen s wudem unṣiv azref n wafraniman i weɣref aqvayli.

    I wakken, ayen f nettnaɣ a-s nizmir, fellaneɣ anessikki yal taqvaylit yal aqvayli deg annar n tsertit. Ad-d greɣ tiɣri i telmeẓyin d yelmeẓyen, di tesdawit niɣ deg ɣervazen, ad-d fken tayett, ad veggsen ɣef yiman nsen i tlelli nsen d tin n tarwa nsen n uzekka.

    Fell-aneɣ aneddu d wid yessexdamen tadrimt, ur ten nettajja ara i wdavu amesvaṭli aten ittɣerrim, aten ittṛuzu deg ajggu n we3rur.

    Asen nini i yserdasen d imessulta iqvayliyen aɣ 3iwnen magal irevraven d udavu azzayri.

    Ad-d greɣ tiɣri i imeɣnasen n tmaziɣt ad-d fken afus n lem3awna i teqvaylit d uzref is i wafraniman

    Ma tgam iyi leqder, tefkam iyi laman nwen, nek d argaz ara d irren i teqvaylit izerfan is yemmečen.

    Uqvel ad fakkeɣ, ad ssiwḍeɣ azul i ynekraf isertanen imẓaven, amenzu nsen d Kamel Ddin Fexxaṛ.

    Ad anzeɣ ɣef iɣerfan n umaḍal ittnaɣen ɣef tlelli nsen, llan d imaziɣen niɣ ala.

    Ad tidir Teqvaylit d tamunant

    Ad yidir uɣref avayli di tilelli

    Ad Yidir Wafraniman i Teqvaylit

    Tajmilt i wid yeɣlin akk f tlelli, tinekkit d yiseɣ n yeqvayliyen, ave3da, imeɣrasen n umennuɣ mgal anekcum aveṛṛani, wid yeɣlin di 1963-64, wid n tefsut taverkant d wid akk ittwanɣan f teqvaylt nsen.

    Aswir wis III n Wafraniman i Teqvaylit.

    26/02/2016
    Mas Feṛḥat At S3id (MEHENNI)


    SIWEL 281415 FEV


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — " En citoyen Kabyle, en militant laïc et en démocrate impénitent, je dénonce avec la plus grande fermeté cette répression colonialiste et cette violence politique dont sont victimes les militants du MAK. J’exprime ma solidarité agissante et mon soutien inconditionnel à toutes les victimes de cette répression, aux responsables et militants du mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie, aux chauffeurs et propriétaires des véhicules confisqués ainsi qu’aux citoyens retenus encore dans les commissariats en violation de toutes les conventions et autres textes internationaux ratifiés pourtant par l’Etat algérien." Extrait du message de solidarité d'Allas di Tlelli, citoyen Kabyle, militant laïc et démocrate impénitent, publié sur sa page Facebook, le 26 février 2016, au moment où les militants du MAK se faisaient arrêter par centaine

    Solidarité avec les congressistes du MAK : Message de Allas di Tlleli
    SOLIDARITÉ AVEC LES CONGRESSISTES DU MAK

    Une répression sournoise et raciste frappe en ce moment même des dizaines - certaines sources évoquent des centaines - de congressistes du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie au niveau de plusieurs endroits de la Kabylie, visant à empêcher la tenu du 3ème congrès de ce mouvement kabyle et, au-delà, à casser l’élan grandissant que suscite l’option indépendantiste chez le peuple Kabyle qui n’en veut plus des vieilles recettes qui maintiennent le citoyen Kabyle dans le statut indigne de faire-valoir, de chair à canon, voire d’indigène et au mieux de folklore, le tout sur fond d’opportunisme primaire qui motive les opposants de pacotille ; véritable cheval de Troie de la politique d’asservissement et d’assimilation que subit la Kabylie depuis des décennies.

    Des militants sont donc empêchés, en ce moment même et aux quatre coins de la Kabylie, de rejoindre le congrès d’un mouvement politique pacifique soutenu par des pans entiers de la société Kabyle. Cette énième atteinte à la liberté et aux droits fondamentaux des citoyens kabyles se décline par la répression, la confiscation des papiers et des véhicules de transport, par le passage à tabac et la séquestration de certains militants dans les commissariats et autres bureaux des brigades de la gendarmerie algérienne ; un corps de « sécurité », pour rappel, coupable entre autre de l’assassinat de 130 kabyles et de la mutilation des milliers d’autres en 2001.

    Un kabyle, un citoyen, un démocrate d’où qu’il soit, peut-il tourner le dos à une telle injustice ? Une indifférence dans un tel moment, n’est-elle pas une complicité et, par ricochet, un soutien au régime et au système algérien ? Une sagesse tibétaine nous apprend que pour connaitre réellement une personne, il faut observer ses actes et non ses discours.

    En citoyen Kabyle, en militant laïc et en démocrate impénitent, je dénonce avec la plus grande fermeté cette répression colonialiste et cette violence politique dont sont victimes les militants du MAK. J’exprime ma solidarité agissante et mon soutien inconditionnel à toutes les victimes de cette répression, aux responsables et militants du mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie, aux chauffeurs et propriétaires des véhicules confisqués ainsi qu’aux citoyens retenus encore dans les commissariats en violation de toutes les conventions et autres textes internationaux ratifiés pourtant par l’Etat algérien.

    Aux congressistes, je transmets mes pensées les plus positives et les plus fraternelles et je leur souhaite des travaux sereins, un congrès qui consolidera la voie vers la liberté et qui rendra au peuple Kabyle toute sa dignité.

    Allas DI TLELLI
    26/02/2016,

    SIWEL 281546 FEV 16


    0 0

    AQVU (SIWEL) — " Un autre agent en civile se précipita vers nous et nous demanda d’ouvrir le coffre pour y découvrir les tartes dont nous étions si fiers. On peut dire que la réjouissance sur son visage se laissait lire sans trop de peine, trop heureux qu’il fût d’avoir fait, selon lui, une découverte révolutionnaire. Nous étions priés aussitôt d’aller rejoindre un agent, attablé sur le bord de la route, qui détenait nos pièces d’identité en inscrivant nos noms et en tentant de nous horrifier, promettant que nous étions foutus et passibles de prison. Notre réaction naturelle était de rire, laissant paraître notre indifférence à ses propos dépourvus de sens. ", "Les militants de Chemini ayant renvoyé leur bus, ont choisi de passer le barrage et poursuivre leur route à pieds sur une certaine distance, où ils étaient attendus par un bus d’un militant de Michelet. Tels des renards, nous eûmes la brillante idée de leur confier nos tartes, alors que d’autres militants retenaient l’attention des gendarmes. Nous en avions ri à en avoir mal au ventre à l’idée de les avoir privés du bonheur de nous les arracher et de les déguster. " Extrait du communiqué de la coordination MAK d'AQVU relatant leurs mésaventures pour arriver jusqu'au lieu du Congrès à At-Zellal

    Communiqué de la Coordination MAK d'AQVU: témoignage de nos mésaventures pour arriver au Congrès à At-Zellal
    Communiqué

    La coordination MAK Aqvu tient à remercier les militants et la population d’At Zellal pour leur chaleureux accueil et leur courtoisie, en accueillant le 3e congrès de notre mouvement.

    La coordination tient également à féliciter toute la famille militante du MAK pour la réussite du congrès et les bonnes conditions de son déroulement, malgré les vaines tentatives d’intimidations qu’a imposé le gouvernement mafieux d’Alger, de par son très important dispositif d’(in)sécurité et ses innombrables barrages routiers qui ont bloqué l’accès aux congressistes.

    En effet, depuis tôt le matin, nous avons constaté une présence en force et inhabituelle de la police et la gendarmerie, qui se sont retrouvées sur les routes dès les premières lueurs du jour et bien avant dans certaines régions, nous a-t-on appris. Un barrage de police a été établi à la sortie ouest de la ville d’Akbou très tôt le matin, faisant semblant de régulariser une circulation fantôme, dès l’aube d’un vendredi. Mais le barrage a été démantelé et les agents se sont volatilisés dès que les militants de la coordination se sont mis à affluer sur leur place de prédilection, la fameuse place des martyrs du printemps noir. C’est à croire qu’ils se sont suffis d’un travail de repérage et de collecte d’informations, que nous les soupçonnons d’avoir transmis à leurs compères.

    A l’heure prévue, le cortège entreprit la route dans la bonne humeur comme à l’accoutumée, en espérant un trajet tranquille et sans incidents, mais tout de même avec l’infime conviction de rencontrer quelques soucis avec les forces coloniales qui attendaient cet événement décisif tout autant que nous.

    Communiqué de la Coordination MAK d'AQVU: témoignage de nos mésaventures pour arriver au Congrès à At-Zellal
    C’est à peine après quelques kilomètres de route, plus précisément à Icelladen (Chellata), qu’un barrage de gendarmerie nous demanda de nous arrêter pour nous poser tout un tas de questions, principalement, notre destination. Un agent vint faire son contrôle et fouiller la voiture à la tête du cortège, avant de nous demander de lui ouvrir le coffre pour vérifier son contenu, ce que nous avons fait. A sa surprise, il trouva deux grosses tartes avec comme décor sur chacune d’elle, le drapeau national Kabyle, avec des inscriptions dont la principale était : 3e congrès du MAK. Nous étions surpris qu’il nous ait laissé nous en aller sans chercher à nous provoquer de quelque manière que ce soit. Nous ne savions pas s’il l’avait fait délibérément ou s’il était illettré comme la plus part de ses collègues.

    Quelques minutes plus tard, c’est au tour du bus qui transportait le reste des militants d’être arrêté et questionné sur sa destination. Le conducteur a donc répondu que ces jeunes gens se rendaient au mausolée de Wedris, une réponse maligne et mensongère, dont le but était de gagner du temps pour éviter toute tentative de retardement. Ce qui n’a pas manqué de réussir.

    Communiqué de la Coordination MAK d'AQVU: témoignage de nos mésaventures pour arriver au Congrès à At-Zellal
    Le trajet se poursuivait sans encombre, jusqu’à ce que nous ayons atteint le barrage militaire de Vuvhir (Boubhir), là, c’était l’étranglement total. Nous étions impressionnés de voir un tel attroupement d'hommes en armes et aux visages fermés, arrêtant tout véhicule suspect ou principalement des véhicules immatriculés autrement qu’en 15. C’est à peine que nos tête ont apparu qu’un gendarme en tenue se précipita au centre de la chaussée pour nous demander avec affolement et insistance de serrer à droite. Ce dernier paraissait sûr de lui et nous demanda immédiatement les papiers du véhicule ainsi que nos pièces d’identité, avant de nous faire poireauter sur place un long moment.

    Un autre agent en civile se précipita vers nous et nous demanda d’ouvrir le coffre pour y découvrir les tartes dont nous étions si fiers. On peut dire que la réjouissance sur son visage se laissait lire sans trop de peine, trop heureux qu’il fût d’avoir fait, selon lui, une découverte révolutionnaire. Nous étions priés aussitôt d’aller rejoindre un agent, attablé sur le bord de la route, qui détenait nos pièces d’identité en inscrivant nos noms et en tentant de nous horrifier, promettant que nous étions foutus et passibles de prison. Notre réaction naturelle était de rire, laissant paraître notre indifférence à ses propos dépourvus de sens.

    L’agent pas du tout surpris par notre insolence se permit de sourire à son tour, lâchant des mots qui traduisent : Ça ne doit pas être la première fois pour vous, cela se voit ! Il nous remit nos papiers et nous autorisa à rejoindre la voiture mais tout en nous interdisant de démarrer. Quand nous nous sommes rendu compte que l’agent en civile, photographiait la preuve matérielle de ce qu’ils considéraient comme notre délit, en l’occurrence, nos deux tartes très appétissantes.

    La voiture a fait l’objet d’une fouille minutieuse et l’un des agents, s’est précipité sur le PC portable de Rahim Arezoug , espérant mettre la main sur des informations sensibles. Mais Rahim qui n’était pas dupe, a allumé le PC en accédant au second système d’exploitation vierge, qui ne comportait que des photos de nos deux présidents et aussi des photos de nous entre amis.

    Nous avons fait l'objet d’interrogatoires insensés et inutiles qui avaient pour seul objectif de nous retarder et nous interdire de poursuivre la route. La seule chose qui vous est permise, est de faire demi-tour sans vous retourner, nous a-t-on répété maintes fois pour nous intimider, ce que nous avions refusé farouchement en leur expliquant que nous étions chez nous et que nous avions la liberté d’aller où ça nous chantait.

    La tension montait dangereusement, quand le bus qui transportait nos militants a été arrêté à son tour, pour exiger d’eux d’aller inscrire leurs noms. Un instant après, le bus transportant nos frères militants de Chemini a également été arrêté avec le même scénario, suivi du bus d’un confrère de Melbou. Il s’en était fallu de vraiment peu pour que ça tourne au drame, voyant la foule nombreuse et coléreuse qui s’opposait à l’idée de faire demi-tour.

    Il a fallu nous calmer les uns les autres, nous disant que justement, ces hordes sauvages ne demandaient qu’une minuscule occasion pour nous embarquer ou nous passer à tabac, c’était un luxe que nous n’avions pas le droit de leur accorder. Nous avions répondu en scandant nos slogans habituels et principalement : (Mon pays la Kabylie) et (Kabylie indépendante).

    Les militants de Chemini ayant renvoyé leur bus, ont choisi de passer le barrage et poursuivre leur route à pieds sur une certaine distance, où ils étaient attendus par un bus d’un militant de Michelet. Tels des renards, nous eûmes la brillante idée de leur confier nos tartes, alors que d’autres militants retenaient l’attention des gendarmes. Nous en avions ri à en avoir mal au ventre à l’idée de les avoir privés du bonheur de nous les arracher et de les déguster.

    Une fois la tension baissée, notre bus quitta les lieux en faisant le détour par At Hicem (Ait Hichem) et Taqa. Nous avions été les derniers à être autorisés à partir, après avoir joué sur leurs nerfs à tous, usant de ruses et moqueries à leur encontre, leur disant que de toute façon, nous avions prévenu tout le monde pour faire le détour et que le congrès allait se tenir avec ou sans nous quatre. L’un des deux agents en civile nous a demandé de quitter les lieux avec un air lassé et dégoûté de voir nos "sales gueules" souriantes sur place.

    Nous nous apprêtions à démarrer quand un gendarme nous a salué bien bas en nous lançant : S tawil kan ay atmaten (allez-y doucement mes frères), c’était certainement pour nous narguer, lui à qui ça plaisait tant de n’avoir révélé sa Kabylité qu’à la fin.

    Nous avions fini par faire le même trajet que nos amis en faisant le détour pour enfin atteindre notre destination. Nous n’étions que soulagés de pouvoir finalement assister à cet événement historique et déterminant pour tout le peuple Kabyle.

    Ce récit n’est qu’un exemple de ce qui s’est produit dans tout le pays Kabyle durant a journée du 26 février. Chacun a eu droit à un traitement de ce genre, mais nous espérons que personne n’a vécu pire et que chaque militant est parvenu à rejoindre son foyer en bonne santé et en toute insouciance.

    La Kabylie est certainement fière de la détermination et du courage de ses femmes et hommes, qui pour le bien-être de leur pays, ont fait preuve de sagesse, en tenant tête intelligemment à des hommes en armes, réputés pour leur férocité. Je suis personnellement très fier de faire partie de cette solidaire famille du MAK, grâce à laquelle je me lève chaque matin sans ressentir de honte mais au contraire, avec la conviction que je contribue à la libération d’un pays, qui n’a jamais été destiné à l’esclavage.

    Coordination MAK AQVU.
    Le responsable à la communication,
    Nordine MEZI


    SIWEL 281702 FEV 16


    0 0

    CHAMBERY, SAVOIE (SIWEL) — A l'occasion du 3ème Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) qui s'était déroulé le 26 février au village d'At Zallal, M. Pierre Biguet, porte parole du Gouvernement provisoire de l’Etat de Savoie (GPESE), a envoyé un message à la jeunesse kabyle dans lequel il espère que les citoyennes et citoyens kabyles réussissent leur projet en recouvrant la souveraineté de la Kabylie :

    L'Etat Fédéral de Savoie apporte son soutien à la jeunesse Kabyle
    Les citoyennes et les citoyens de l'Etat Fédéral de Savoie, ainsi que son mouvement politique le M.C.S.E. état fédéral (Mouvement citoyens de Savoie, ndrl) sont fiers d'apporter tout leurs soutiens à la jeunesse Kabyle.

    Tous ensembles nous espérons pour vous et à tous les citoyennes et citoyens de la Kabylie la réussite de votre projet : VOTRE SOUVERAINETÉ.

    Que votre congrès soit un franc succès.
    Pierre Biguet, porte parole

    La Savoie est un pays, elle n’est pas et n’a jamais été une province française. Avant la cession de la Savoie en même temps que Nice, à l’Empereur des Français (Napoléon III) par le traité du 24 mars 1860 la Savoie était administrée, régie, et gouvernée par le Souverain Sénat de Savoie.

    SIWEL 281743 FEV 16


    0 0

    AT-ZELLAL (SIWEL) — En marge du III° Congrès du MAK tenu en Kabylie, à At-Zella, Zahir Messaoudène, un des porte-parole congressiste, rend hommage au Martyre amazigh Omar Khalak, dit IZEM, lâchement assassiné le 27 Janvier dernier à la Faculté des Lettres de Marrakech. Au nom du III° Congrès du MAK, il a appellé solennellement le Roi du Maroc, Mohamed VI, à user de toute sa diligence pour faire toute la lumière sur les circonstances de cet ignoble assassinat et de punir sévèrement son (ou ses) auteur(s) afin que la justice soit faite.

    Hommage au Martyr Amazigh Omar KhalaK, dit Izem au 3è Congrès du MAK
    Pour rappel, Omar Khalik avait été grièvement blessé lors d'affrontements ayant eu cours entre des étudiants amazighs et des étudiants panarabistes du Polisario, à la Faculté des Lettres de Marrakeche,avant de succomber à ses blessures.

    Citant un activiste du Mouvement culturel, un journal amazigh marocain, Amazigh 24, avait affirmé : «les coupables sont des éléments de la branche panarabiste sahraouie, pro-polisario , qui propagent l’idéologie polisarienne et soutiennent l’édification d’une République arabe sahraouie sur une terre amazighe »


    Son enterrement a eu lieu le lendemain 28 janvier dans son village natal à Tinghir. Le jeune étudiant a été accompagné à sa dernière demeure par plusieurs centaines de personnes brandissant des drapeau amazighs et des banderoles dont notamment une où l’on pouvait lire « ULAC SmahULAC » ( pas de pardon, pas de pardon); le slogan phare du Printemps Noir de Kabylie, en 2001, où la gendarmerie algérienne avait assassinée plus de 130 jeunes kabyles avec des balles explosives .

    Des sit-in ont eu lieu aujourd'hui dans plusieurs villes Amazigh du Maroc, à Agadir, Nador, Kenitra, Settat, Ouarzazate... pour dénoncer l'assassinat de ce militant amazigh pacifique par des membres du Polisario, soutenu, rappelons-le par l'Eta algérien et dont l'objectif est de fonder un État arabe sur des terres amazighes. Les Amazighs du Sahara occidental sont d’ailleurs fortement réprimés, notamment dans les camps de Tindouf entretenu, où il leur est interdit de s'exprimer publiquement en langue amazighe..

    daa/zp,
    SIWEL

    Hommage au Martyr Amazigh Omar KhalaK, dit Izem au 3è Congrès du MAK

    Hommage au Martyr Amazigh Omar KhalaK, dit Izem au 3è Congrès du MAK

    Hommage au Martyr Amazigh Omar KhalaK, dit Izem au 3è Congrès du MAK


    0 0

    ALGER (SIWEL) — Selon le quotidien algérien en langue arabe, El Khabar, le wali (préfet) de Tizi Ouzou et les responsables des services de sécurité algériens basés en Kabylie seraient sous le coup de sanctions sévères suite à la réussite du 3è Congrès du MAK. En effet, malgré l’impressionnant dispositif des services de police et de gendarmerie pour tenter d’empêcher la tenue du dit Congrès, arrêtant et bloquant plus de 200 militants du MAK dans les barrages et commissariats de police, ce n'est pas moins de 700 congressistes qui ont pu se rendre à At-Zellal sur les lieux du Congrès.

    Réussite du Congrès du MAK : Un quotidien algérien annonce des
    Selon le quotidien algérien El Khabar, version en arabe du journal dit indépendant El Watan, « Le wali de Tizi-Ouzou se trouve dans une position peu enviable en raison de son incapacité à empêcher le mouvement séparatiste MAK d’organiser son congrès dans le village At-Zellal dans la circonscription de Mekla en cette fin de semaine ».

    La version en arabe du quotidien El Watan qui use allègrement du terme "séparatiste" précise que le dit wali « n’a pas pu recueillir toutes les informations concernant la tenue de ce congrès où se sont déroulés les travaux de cette rencontre sur les revendications séparatistes de cette région »

    El Khabar ajoute que selon ses sources «plusieurs responsables locaux des services de sécurité seront exposés à des sanctions, après qu’un blâme leur aient été adressé cette fin de semaine, et ce, en raison de leur négligence dans cette tâche », autrement dit empêcher la tenue du Congrès du MAK.

    Puis, le journal El Khabar de conclure : « Le MAK a pu rassembler environ 700 congressistes, ce qui a incité nos sources à se demander comment le MAK a pu réussir à organiser cette rencontre qui a dû beaucoup leur coûter»... sans doute une insinuation incitant les lecteurs arabisants à penser à la fameuse main étrangère qui vient toujours, selon la propagande de l'État algérien, soit d'Israël, du Maroc, des USA ou encore de la France... et parfois même des quatre à la fois.

    Source El Khabar

    SIWEL 282105 FEV 16


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Il y a deux jours de cela, le site d’information kabyle, k24.live, a révélé que la tenue du congrès du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie a donné des sueurs froides aux responsables sécuritaires algériens.

    Congrès du MAK : sanctions et mutations des responsables de la sûreté algérienne en Kabylie.
    En effet la réussite de ce congrès malgré les moyens répressifs importants déployés sur le terrain est vécue comme un affront personnel par le nouveau ministre conseiller à la sécurité Athman Tartag.

    Des limogeages et des sanctions sévères sont à l’étude au niveau de la direction générale de la police algérienne, la DGSN. Le patron de l’appareil répressif de l’Algérie coloniale n’apprécie pas l’échec des services de sécurité à faire avorter la tenue du congrès du MAK.

    La colère d'Alger ne tardera pas à se concrétiser par des mutations et des limogeages secs de certains gradés locaux tenus pour responsable direct de cette situation, annonce le même site qui précise que le nouveau chef des services secrets algériens vit très mal cet échec et regrette la dissolution du DRS, appareil plus apte, selon les observateurs, à faire face à ce genre de missions. Les agents du DRS mis à l’écart seraient en voie d'être réinstallés dans leurs fonctions avec un seul objectif dissoudre le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, précise encore le site kabyle K24.

    Du coup, les tributaires ayant prêté allégeance du colonialisme arabo-islamique ne sauront plus sur quel pied danser pour satisfaire les anciens agents du DRS évincés, mais peutêtre bientôt de retour, ou leurs successeur qui ont démantelé ce même DRS... alors, Tartag ou Medienne? ou bien peut-être... "les deux mon capitaine !"

    Source K24

    SIWEL 282250 FEV 16




    0 0

    NEW YORK, USA (SIWEL) — Suite à la tenue du Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) vendredi dernier, l'Association America Kabylia Friendship & Union (AKFU), par la voix de son président, M. Mansour Bensahnoune Ulhadi et de son colnseiller extérieur, M. Rabah Arkam, tenaient à féliciter les participants, les organisateurs et le village hôte d'At Zellal : "L’Histoire est en marche, personne ne peut arrêter la revendication d'un peuple uni en vue de sa libération" :

    Remerciements de l'Association America Kabylia Friendship & Union (AKFU) aux congressistes du MAK
    Nos remerciements au nom de l’Association : America Kabylia Friendship and Union (AKFU), aux noms de la population Kabyle des USA, vont tout d'abord à l'endroit de vous tous qui avez fait le déplacement à At Zellal, vous tous qui malgré les péripéties rencontrées, les dissuasions des adversaires, avez tenu à être présents, à vous tous ceux qui malgré les menaces voilées de nos détracteurs avez organisé ce 3ème Congrès avec brio.

    Population d’At Zellal, on vous remercie pour votre hospitalité. Nos remerciements vont aussi à l’endroit de ceux qui, partout en Kabylie, ont aidé pour la bonne tenue de ce congrès et à ceux qui ont partagé l’événement en direct avec ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement. Votre présence massive, le sens patriotique de nos camarades et sympathisants qui ont refusé de répondre aux provocations mineures, Merci aux instances du mouvement qui y ont réitéré leurs confiances à M. Bouaziz Ait Chebib et M. Ferhat Mehenni respectivement à la tête du MAK et de l'Anavad.

    L’Histoire est en marche, personne ne peut arrêter la revendication d'un peuple uni en vue de sa libération.

    Mansour Bensahnoune Ulhadi, Président d’AKFU et Coordinateur du MAK à New York
    Rabah Arkam, Conseiller extérieur d’AKFU et Militant des droits des peuples à leur indépendance.

    SIWEL 282308 FEV 16


    0 0

    BOUZEGUENE (SIWEL) — Bouhas Menouar dit Mazigh, parti spécialement en Kabylie pour participer au 3e Congrès du MAK, n’a pa pû se rendre à At Zellal, il a été "cueilli" à un barrage à la sortie de Bouzeguène où il a subi une arrestation pour le moins musclée et a passé la journée dans le commissariat de police. Mazigh nous a transmis le compte-rendu de sa journée passée avec la police coloniale algérienne, faute d'avoir pu la passer avec ses camarades congressistes.

    3e Congrès du MAK : Arrestation musclée du militant Mazigh à Bouzeguene.
    Le 26 février 2016 à 7h30, je suis sorti de chez moi pour me rendre à At Zellal. A 1 km du chef-lieu de Bouzeguène, je me suis fait arrêter à un barrage de la police coloniale algérienne pour un soi-disant contrôle de" routine". Par malchance, j’avais oublié chez moi les papiers du véhicule que je conduisais. Le policier qui se chargeait du contrôle s’est interrogé sur le fait de conduire un véhicule sans papiers à bord. Je lui ai répliqué que je vais solliciter un proche, par téléphone, afin de les ramener mais on ne m'en a pas laissé le temps. Entre temps, 3 autres policiers arrivent, et m’ont demandé de descendre du véhicule et ont procédé par la suite à une fouille exhaustive du véhicule.

    Une fois la fouille terminée, les 4 policiers sont revenus à la charge en me demandant de leur donner mes deux téléphones portables. J’ai refusé de leur remettre mes deux téléphones. Et devant ce refus, ils ont procédé aussitôt à la confiscation des téléphones et à une arrestation musclée qui a provoqué mon évanouissement.

    Quelques minutes plus tard, une ambulance de la protection civile arrive et m’a transporté à la polyclinique de LOUDHA sise à 4 km du chef-lieu de Bouzeguène. Ce même établissement de santé est surnommé « LA MORGUE » par les habitants de Bouzeguene des suites de l’absence de moyens matériels et humains. Après avoir été soumis aux examens habituels (tension, diabète, ..), la police m’a embarqué au commissariat de Bouzeguene où j’ai espéré juste signer un PV de non détention de documents de véhicule et repartir aussitôt pour récupérer les papiers du véhicule oubliés et rejoindre le congrès.

    Une fois sur place, j’ai vite déchanté en apprenant que la police allait m’amener à l’hôpital d’Azzazga pour établir un soi- disant certificat médical. Je leur ai demandé pourquoi m’emmener si loin alors que la polyclinique de Bouzeguène délivre ce genre de document. Ils m’ont répliqué que ce n’est pas à moi de décider et là j’ai compris que la police a reçu une instruction pour m’empêcher de me rendre au 3ème congrès du MAK.

    Ensuite, ils m’ont fait monter de force à l’intérieur de l’ambulance pour repartir sur l’hôpital d’AZAZGA. Allongé sur un brancard, durant le trajet, j’ai vite compris pourquoi 80% des patients transportés dans cette ambulance agonisent avant même d’arriver à destination (le bruit engendré par les équipements de l’ambulance, l’état catastrophique de la chaussée et la distance jusqu’à l’hôpital…).

    Une fois sur place, j’avais terriblement mal à la tête. J’ai ensuite demandé au médecin urgentiste d’être examiné en l’absence de la police. Je tiens d’ailleurs à remercier ce dernier qui a ordonné aux policiers de sortir de la salle d’examen. Une fois les examens terminés et le fameux certificat médical établi, la police m’a emmené une nouvelle fois au commissariat de Bouzeguène et j’y suis resté de 13h00 jusqu’à 16h00 qui correspond à la clôture du 3ème congrès du MAK. Durant toute l’arrestation j’ai refusé de communiquer en arabe.

    J’ai signé le PV concernant l’absence de papiers du véhicule et c'est tout. Ils ne m’ont restitué mes deux téléphone qu’à la fin, et donc, de fait je n’ai pas pu avertir mes camarades de ma détention au commissariat de Bouzeguène durant toute la tenue du Congrès

    Propos recueillis par Siwel

    SIWEL 290020 FEV 16




    0 0

    PARIS (SIWEL) — Au lendemain de la tenue du 3ème Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) qui a pu se dérouler malgré les centaines d'arrestations opérées partout en Kabylie par la police et la gendarmerie algériennes, le carricaturiste kabyle Ali Dilem qui cumule 9 années de prison en Algérie, a croqué un dessin pertinent dans l'édition de dimanche du quotidien Liberté

    Clin d'oeil du caricaturiste kabyle Ali Dilem au 3ème Congrès du MAK que les autorités algériennes avaient tenté d'empêcher
    Dessinateur de génie contribuant au journal francophone Liberté, Ali Dilem travaille également pour l’émission française Kiosque sur TV5.

    Les groupes islamistes qu'il croque sans pitié continuent de le menacer de mort...
    Le pouvoir algérien le harcèle sans cesse, ses dessins contre Bouteflika lui ont valu pas moins d’une soixantaine de procès dont 26 en cours...

    Ali Dilem, 48 ans, a été récompensé par près d'une vingtaine de prix internationaux. Il est l'un des 103 dessinateurs membres de la fondation Cartooning for Peace, fondée à l’initiative de l’ONU, et qui œuvre pour la promotion de la liberté d’expression dans le monde entier.

    En février 2015, au lendemain des attentats à Charlie Hebdo, Ali Dilem et René Pétillon ont rejoint le journal satirique decimé par les islamo-terroristes.

    wbw
    SIWEL 290107 FEV 16

    *Ali Dilem est incontestablement kabyle mais il n'a jamais revendiqué sa kabylité, se contentant de se définir comme un caricaturiste "algérien".


    0 0

    PARIS-DIASPORA (SIWEL) — Suite à la tenue du 3è congrès du MAK, le président de l’Anavad, réélu pour un second mandant à la tête du Gouvernement provisoire kabyle, adresse ses félicitations et ses remerciements aux responsables et aux militants du MAK, aux comités de villages qui ont accordé leur Anaya (protection, ndlr) aux congressistes, au vaillant peuple kabyle…à la Kabylie toute entière… Ci-après, l’intégralité du message de Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle.

    Message de félicitation et de remerciements de Ferhat Mehenni :
    Le III Congrès du MAK est historique à plus d'un titre.

    1). D'abord. Sur le plan de la symbolique, le fait de le tenir le jour de la commémoration du probable assassinat de Mouloud Mammeri par la Régence d'Alger est lourd de sens.

    2). Ensuite, il est historique par son ampleur. Près d'un millier de délégués chez lesquels la détermination et la volonté d'indépendance de la Kabylie sont inébranlables.

    3). Ensuite, malgré les barrages policiers et militaires dressés sur tous les axes routiers de la Kabylie pour empêcher les congressistes de se rendre au lieu du rendez-vous historique, le congrès s'est tenu dans de très bonnes conditions.

    4). Les services de renseignement du régime colonialiste algérien n'avaient pas pu savoir le lieu du congrès resté secret. Seuls les militants le savaient.

    5). Les centaines de congressistes arrêtés en cours de route, retenus dans des commissariats jusqu'au soir ont pour la plupart essayé de rejoindre y compris à pied le lieu du congrès. Certains d'entre eux ont été molestés ou carrément passés à tabac par des policiers zélés.

    Aujourd'hui, le bilan est plus qu'éloquent. Le congrès a eu lieu avec le quorum réglementaire et a fini tous ses travaux. Il a permis de renouveler les instances dirigeantes du MAK tout en adoptant l'ensemble des textes statutaires et programmatiques du mouvement souverainiste kabyle.

    Personnellement, j'adresse mes félicitations à toute la Kabylie pour cet exploit historique qui a mis en échec le dispositif répressif colonial algérien.

    Je rends hommage à la bravoure et au courage exemplaire des congressistes, aussi bien ceux qui ont été empêchés par la police de participer au congrès que ceux qui ont déjoué tous les pièges des barrages et qui sont parvenus à honorer le rendez-vous kabyle avec l'Histoire.

    Je félicite M. Bouaziz Ait Chebbib pour sa brillante réélection au poste de Président du MAK.

    Je dis Bravo à M. Farid Djenadi pour avoir mené de main de maître la commission préparatoire de ce congrès.

    Je salue l’honneur et la dignité des comités de village qui ont défendu l'honneur de la Kabylie en offrant leur "Anaya" aux congressistes de la liberté. Je les en remercie chaleureusement. Vil est le maire de Souamaa qui a convoqué les comités de villages pour tenter de les convaincre de " chasser de la commune les militants du MAK réunis en congrès"!

    Je félicite l'ensemble des élus au Conseil National du MAK.

    Je tiens à exprimer mes remerciements à cette honorable assemblée qui m'a renouvelé sa confiance pour un second mandat à la tête de l'Anavad, le Gouvernement Provisoire Kabyle.

    Honte au régime colonialiste d'Alger d'avoir déployé un dispositif répressif contre la tenue du Troisième congrès du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie.

    Merci à tous ceux qui, sans partager nos idées et notre programme, se sont sentis interpellés par cette répression qu'ils ont dénoncée.

    Ce qui vient de se passer ce 26/02/2016 en Kabylie restera gravé dans l'Histoire comme un fait héroïque du peuple kabyle qu'il a rapproché sans aucun doute de son accession pacifique à son indépendance.

    J'appelle d'ores et déjà toute la Kabylie à se mobiliser massivement pour faire de la 15eme commémoration du Printemps Noir, le 20 avril 2016, un jour de gloire sans précédent. En France, ce sera fait le dimanche 17 avril. Que chaque Kabyle de notre diaspora en France et ailleurs se sente concerné(e) et vienne exprimer à Paris et à Montréal son aspiration profonde à l'indépendance de la Kabylie par l'exercice du droit à l'autodétermination du peuple kabyle.

    Exil le 27/02//016
    M. Ferhat At S3id ( MEHENNI)


    SIWEL 291201 FEV 16



    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Dans un message de remerciements adressé tant aux militants du MAK qu’au peuple kabyle tout entier, Bouaziz Ait-Chebib, réélu à la tête du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), a eu une « pensée particulière pour les transporteurs qui ont choisi l’honneur au détriment de la soumission ». Rappelant que leur « acte de bravoure leur a valu la confiscation arbitraire de leur papier », il a tenu à leur adresser « ses plus sincères remerciements », de même que « le soutien et la reconnaissance » du Mouvement qu’il préside. Ci-après, l'intégralité du message de remerciements du président du MAK

    Remerciement de Bouaziz Ait-Chebib :« Le village At Zella est inscrit en lettre d'or dans l’histoire de la Kabylie pour le recouvrement de sa liberté et de sa dignité  »
    Chers compatriotes,
    Chers amis,

    Le 3ème congrès du MAK a été un succès historique, à la hauteur de la grandeur de l’Amusnaw Dda Lmulud, à qui il a été dédié. Dda Lmulud (Mouloud Mammeri, ndlr) nous a montré la voie à suivre en déclarant: « une langue a besoin d’un Etat ». Nous sommes les dignes continuateurs de son œuvre.

    Je tiens tout particulièrement à remercier le village d’At Zellal qui a abrité le 3ème congrès de notre Mouvement. Encore une fois, la Kabylie s’est magistralement distinguée par une de ses républiques villageoises qui a donné une leçon de courage et de dignité au régime colonial algérien en incarnant la souveraineté du peuple kabyle.

    Le village d'At Zellal est inscrit en lettre d’or dans l’histoire de la Kabylie pour le recouvrement de sa liberté et de sa dignité.

    Je remercie toutes les militantes et tous les militants qui ont bravé la peur et la répression pour permettre à la Kabylie d’avancer sur le chemin de sa liberté. Beaucoup d’entre eux ont été embarqués dans des commissariats pour subir des interrogatoires musclés. La brutalité des servies coloniaux algériens n’a pas eu raison devant leur détermination à faire du 3ème congrès du MAK un tournant décisif pour le peuple kabyle en quête de sa liberté.

    Je rends hommage au courage de celles et ceux qui ont été interpellés, empêchés d’atteindre le lieu du RDV et même obligés à rebrousser le chemin. Avec leur cœur qui ne bat que pour la Kabylie libre, ils ont participé à consolider l’édifice d’un futur Etat kabyle.

    J’ai une pensée particulière pour les transporteurs qui ont choisi l’honneur au détriment de la soumission. Leur acte de bravoure leur a valu la confiscation arbitraire de leurs papiers. Ils trouveront dans ce message tout notre soutien et toute notre reconnaissance. Au nom du MAK et de tous les militants qu’ils ont transportés malgré les risques encourus, je tiens à les remercier pour leur courage, leur sens de l’honneur et de la dignité.

    A celles et ceux qui m’ont accordé leur confiance pour la deuxième fois, je tiens à leur témoigner mon respect le plus profond et à leur exprimer ma plus grande fierté de présider un Mouvement dont les militantes et les militants sont un exemple de courage, d’héroïsme, de détermination… Avec vous, l’avènement de l’Etat kabyle démocratique, laïque, social et totalement souverain est, à ne point douter, pour bientôt.

    La diaspora kabyle a été au RDV avec l’histoire. Plusieurs militants sont venus d’Amérique du nord et d’Europe spécialement pour participer à ce grand événement qui restera gravé dans l’histoire de la Kabylie en route vers sa liberté.

    J’exprime ma gratitude au Réseau Anavad, au MAK-Canada, au MAK-Californie, et à toutes les structures du MAK et du Réseau Anavad de par le monde, pour leur aide précieuse. De notre union dépendra notre victoire qui sera, sans nul doute, bien plus proche qu’on ne pourrait le penser.

    Je remercie toutes celles et tous ceux qui nous ont apporté leur soutien. De même que le MAK s’est toujours solidarisé avec tous les opprimés de la terre, il a naturellement récolté respect et solidarité de la part des bâtisseurs de la paix et de la liberté de par le monde.

    Au nom de tous les militants du MAK, je tiens à réitérer mon soutien et ma solidarité avec le Dr Fekhar et ses codétenus, comme je m’incline humblement à la mémoire du Militant Amazigh Omar Khalek, assassiné par des hordes sauvages au sein même de son université.

    Enfin, j’adresse mes plus chaleureux remerciements au vaillant peuple kabyle pour sa solidarité, son courage et sa lucidité. Je suis très fier d’appartenir à ce merveilleux peuple et jure sur mon honneur et ma dignité que je le servirais avec courage et abnégation pour qu’il retrouve sa place largement méritée dans l’histoire des peuples qui luttent pour leur dignité.

    Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui,
    Gloire au merveilleux peuple kabyle
    Vive la Kabylie éternelle

    Bouaziz Ait-Chebib,
    Président du MAK


    SIWEL 291316 FEV 16


older | 1 | .... | 40 | 41 | (Page 42) | 43 | 44 | .... | 120 | newer