Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 3 | 4 | (Page 5) | 6 | 7 | .... | 120 | newer

    0 0

    BARCELONE (SIWEL) — Les résultats officiels quasi-définitifs des élections régionales en Catalogne qui se sont déroulées ce dimanche sont sans appel : après le dépouillement de plus de 99,39% des bulletins de vote, les indépendantistes Catalans ont récolté 72 sièges alors que 68 sièges leur auraient suffi pour avoir la majorité absolue au Parlement.

    Catalogne : Victoire des indépendantistes
    La liste de la coalition «Junts pel Si» "Ensemble pour le oui" rassemblant le parti Convergence démocratique de Catalogne (CDC, centre-droit) d’Artur Mas et le principal parti d’opposition, la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), d’Oriol Junqueras, ainsi que des associations pro-indépendance a obtenu 62 sièges. La liste de La CUP (candidature d'unité populaire) a obtenu quant à elle 10 sièges. A elles deux, elles totalisent donc 72 sièges sur les 135 que compte le Parlement Catalan.

    Une grande partie des 5,5 millions de Catalans aptes à voter se sont déplacés afin de se prononcer sur cet enjeu important : le taux de participation s'élève à plus de 77,45 %, soit 9 point de plus que le dernier scrutin régional de 2012.

    Le président indépendantiste sortant Artur Mas a revendiqué la victoire, en lançant : « Nous avons gagné ! »
    Quant à Antonio Banos, chef du petit parti indépendantiste de la gauche anticapitaliste CUP, il a lancé sur son compte twitter : « A l'Etat espagnol, sans rancoeur, adieu ».

    Le Président Artur Mas, est parvenu à transformer ce scrutin en plébiscite, promettant qu'en cas de victoire de leurs listes en récoltant la majorité des 135 sièges en jeu, lui et ses alliés mèneraient la Catalogne vers l'indépendance, en 2017 au plus tard.

    Du fait que la Catalogne, avec 7,5 millions d’habitants, représente à elle seule 20% des richesses produites en Espagne, Madrid s'oppose farouchement à l'indépendance de la Catalogne arguant que la constitution du pays ne permet par aux régions autonomes de quitter l'Espagne (sic).

    Si Madrid cherche à bloquer le processus d’indépendance de la Catalogne, les catalans avaient menacé en juillet dernier qu'ils pourraient aller jusqu’à la déclaration unilatérale d’indépendance, se passant de l’autorisation de Rajoy, le Premier Ministre espagnol.

    La volonté des peuples à s'autodeterminer ne peut être réfrénée, ainsi après le Québec, l'Ecosse l'an dernier, et la Catalogne cette année, le tour sera bientôt à la Kabylie, même si cette dernière n'a pas afffaire à un état central démocratique, contrairement aux premières Nations sans Etat sus-citées.

    wbw
    SIWEL 280114 SEP 15


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Le site archéologique berbéro-romain de Tablazt- Tazmalt, à Vgayet, vieux de plus de 2500 ans, est livré depuis mercredi passé à la destruction par une entreprise chinoise avec la complicité des autorités locales : APC de Tazmalt et service des domaines auquel est rattaché ce site.

    Kabylie / Le site archéologique de Tablazt- Tazmalt livré à la destruction...
    Pour arrêter ce massacre et la destruction de la mémoire collective, les habitants d’Allaghen se sont mobilisés, samedi, pour dénoncer cet acte barbare et exiger l’arrêt immédiat des travaux.

    Alertés, le chef de daïra de Tazmalt et le chef de brigade de la gendarmerie se sont déplacés sur les lieux et ont pu constater de visu les dégâts irréversibles causés à ce site : destruction d’un mur de pierres taillées, dispersion des objets archéologiques telles que des pierres taillées portants des inscriptions et des dessins, objets cassés (poterie) etc.

    A priori le chef de daïra ignore tout de ce projet. Les Chinois lui ont exhibé, en guise d’autorisation, un simple procès-verbal manuscrit et signé par un représentant de l’APC de Tazmalt, le directeur de l’ANA, le directeur da la ferme pilote Abderrahmane Mira et le chef de projet chinois. Devant la détermination affichée par les habitants d’Allaghen, le chef de daïra ordonne l’arrêt immédiat des travaux en attendant que la situation s’éclaircisse davantage.

    Mais d’ores et déjà, les habitants d’Allaghen dénoncent une volonté délibérée de porter atteinte au patrimoine culturel de la région et d’effacer toutes les traces ou ce qui en reste de la culture amazigh. Par un passé très récent, l’APC de Tazmalt a démoli en toute impunité la vieille église de la ville de Tazmalt, un des derniers témoins historiques de la période coloniale.

    Le site de Tablazt était à l’origine un limes romain qui regorge de pièces archéologiques d’une valeur historique inestimable : pièces de monnaie, poteries tuiles, pierres portant des inscriptions et des dessins, etc.

    Au début de l’année 1990, devant l’ampleur de la destruction et du vol de ces pièces, un groupe de jeunes a pris la louable initiative de sauvegarder ce qui reste encore de ce site en entreposant des colonnes et des pierres taillées au niveau de la direction de la ferme pilote Mira Abderrahmane à Allaghen.

    La mobilisation est de rigueur et les habitants sont déterminés à faire aboutir leur revendication principale : la préservation de ce site historique

    Pour les habitants d’Allaghen, le porte-parole provisoire :,

    Djamal Arezki

    Source Le Matin.dz

    SIWEL 281039 SEP 15


    0 0

    ARABIE SAOUDITE (SIWEL) — Dans la terrible "bousculade" de la Mecque qui aura causé plus de 900 victimes, le plus affligeant reste incontestablement la servitude pathétique des principaux "Etats" concernés par le drame. Car si, en effe,l'Iran, pays tout aussi prompte à décapiter les âmes récalcitrantes au dictât religieux, a soulevé quelques protestations quant à la capacité de l'Arabie saoudite à assurer la sécurité des pèlerins, pour une question de leadership sur la Ouma islamique, les africains eux ont gardé un silence quasi religieux sur ce drame. Pour le conquis des plus bas échelons, sa propre vie n'a aucune importance face à celle du "conqistador" et c'est précisement dans cet esprit que les Etats virtuels de l'Algérie et du Maroc, pour ne citer que ces deux-là, avaient décrété 3 jours de deuil suite au décès du roi d'Arabie Saoudite et pas un seul pour les victimes de...l'Arabie Saoudite !

    Suite à l'hécatombe de la Mecque, l'Arabie saoudite ne restituera pas les corps aux familles...
    Quant à l'Occident, il s'illustre comme d'habitude par son grand sens de la justice et de l’équité en faisant " élire" l'Arabie Saoudite au Conseil Onusien des droits de l'homme...c'est dire !

    Et c'est ainsi que Faisal bin Hassan Trad, représentant permanent de l'Arabie saoudite à l'ONU a pris, ce lundi 21 septembre, la tête du panel du Conseil des droits de l'homme. Il est à souligner que seules les ONG des droits de l'Homme se sont publiquement insurgés contre une telle aberration.

    En effet, la publication de cette insolite nomination saoudienne a immédiatement provoqué la colère des défenseurs des droits humains qui ont jugé qu'il était "scandaleux que les Nations unies choisissent un pays qui a décapité plus de personnes que l'Etat islamique"...

    Pour les autres, à commencer par les musulmans eux-même qui sont les premiers à subir le lobby maléfique des ibn saoud, c'est le silence et la consternation. Ils comptent leurs morts et se consolent en croyant que leur proches, décédés tragiquement à la Mecque, iront directement au paradis selon la propagande wahhabite qui refuse de restituer les morts aux familles. Celles-ci ne pourront donc jamais se recueillir sur les tombes de leurs proches, à moins de "tenter le diable" et d'aller directement à la Mecque..ce qui n'est évidemment pas dépourvu de tous risques...

    zp,
    SIWEL 281442 SEP 15


    0 0

    MENLO PARK, CALIFORNIE (SIWEL) — Le site Facebook est inaccessible ce lundi, pour la deuxième fois en moins d'une semaine. Il s'agit d'un plantage international, la page d'accueil indique : "Sorry, something went wrong. We're working on it and we'll get it fixed as soon as we can. ["Désolé, quelque chose s'est mal passé. Nous travaillons sur le problème et le réglerons aussi vite que nous pouvons", ndlr]".

    Facebook : Panne majeure globale ce lundi (Actualisé)
    #FacebookDown Ce lundi 28 septembre en début de soirée, les internautes ont inondé Twitter de milliers de messages indiquant qu’ils ne pouvaient pas accéder au réseau social le plus populaire au monde.

    L'ingénieur Software de chez Facebook, Benjamin Golub, annonce sur la page officielle dédiée au monitoring en temps réél de l'état des serveurs Facebook, qu'un problème au niveau de Facebook à l'échelle globale est à l'origine de son indisponibilité temporaire.

    Indiquant à 21h05 : "Nous travaillons avec nos équipes d'infrastructure de base pour identifier le problème et vous tiendrons au courant lorsque nous aurons plus d'informations."

    A 22h04 : "Correctif prêt : Nous avons identifié le problème et sommes en train d'appliquer le correctif".

    A 23h01 : "Résolu : Ceci devrait maintenant être résolu"

    Rappelons que les précédentes pannes datent du :
    - 24/09/2015 : entre 18h30 et 19h20
    - 17/09/2015 : entre 20h00 et 20h42

    Le réseau social, qui frôle le milliard et demi d’utilisateurs actifs, subit régulièrement ce genre de difficultés. Le 27 janvier dernier, une importante panne avait touché Facebook pendant une heure. Les hackeurs du "Lizard Squad" avaient laissé entendre qu’ils en étaient à l’origine. Ce qu'avait démenti Facebook, confirmant que la panne « n’était pas la conséquence d’une attaque mais s’[était] produite après une modification [du service] qui a eu un effet sur notre système de configuration ».

    wbw
    SIWEL 282142 SEP 15

    Facebook : Panne majeure globale ce lundi (Actualisé)


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) - Le comité de soutien au Dr Fekhar et se codétenus a apporté son soutien à Kacem Soughalem qui a déclaré à partir de sa cellule : " j'ai décidé de faire cette grève de la faim pour m'exprimer car c'est le seul moyen qui me reste ..." . Siwel publie ci-après le communiqué dans son intégralité.

    Comité de soutien au Dr Fekhar:  Communique concernant SOUFGHALEM
    Communique concernant SOUFGHALEM


    Kacem SOUFGHALEM, détenu arbitrairement par le régime algérien depuis le 9 juillet 2015, est en grève de la faim depuis le 20 septembre afin de dénoncer son arrestation ainsi que celle de ses compagnons. Dans une déclaration parvenue au comité, SOUFGHALEM DÉCLARE de sa cellule " j'ai décidé de faire cette grève de la faim pour m'exprimer car c'est le seul moyen qui me reste ..." Il faut rappeler que SOUFGHALEM est à sa deuxième grève de la faim, après une première qu'il a interrompu en raison de la privation par la direction pénitentiaire du sucre nécessaire à sa survie, ce qui a causé une dégradation de son état de santé.

    Actuellement , il se trouve dans un état très préoccupant suite à cette seconde grève de la faim et au fait que la direction de la prison continue à le priver de sucre. De plus, on lui interdit de recevoir des visites tant qu'il n'arrêtera pas sa grève de la faim.
    Le comité de soutien au Dr FEKHAR et à ses codétenus dénonce avec force les agissements inhumains et criminels de l'Etat algérien et apporte tout son soutien aux détenus d'opinion kacem SOUFGHALEM et à ses compagnons .

    Le comité exige la libération de SOUFGHALEM et tous les détenus mozabites. Le pouvoir algérien n'a d'autres choix que celui de relâcher des hommes qui n'ont commis aucun crime . Défendre le droit de vivre dignement et la liberté de l'exprimer sont des droits naturels inhérents à chaque individu. Bafouer ces droits relève d'un crime contre l'humanité. Les coupables qu'ils soient une personne morale ou physique seront condamnés à comparaître devant des tribunaux internationaux, ce n'est d'une question de temps.

    Le comité a informé d'ores et déjà les organisations de La Défense des droits de l'homme et la communauté internationale sur la dégradation de la santé des détenus et le traitement raciste et inhumain dont fait preuve le l'Etat algérien à l'égard des prisonniers politiques mozabites .

    Paris le 29 septembre 2015.
    YACINE CHERAIOU porte-parole


    0 0

    ALGER (SIWEL) — Hier, le ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, s'en est gravement pris à l'homme d'affaire kabyle, Issad Rebrab, le patron du groupe Cevital. Issad Rebrab est accusé de malversation, de transfert illicite de divises, d'escroquerie et d'extorsion de devises... rien que ça ! Et pour couronner le tout, le ministre algérien pousse le bouchon jusqu'à accuser l'homme d'affaire kabyle d'intelligence économique avec la France au détriment de....l'Algérie ! la déclaration est pour le moins cocasse quand on sait de quel personnage elle émane.

     La mafia algérienne s'en prend à l'homme d'affaire kabyle, Issad Rebrab
    C'est donc de la bouche d'un apparatchik du système mafieux algérien, de surcroît compromis dans l'affaire khalifa bank, que sortent ces accusation de transferts illicites de devises, d'escroquerie et d'intelligence avec la...France !

    Le ministre algérien accuse Issad Rebrab d'avoir "transféré illégalement des devises à l’étranger pour acheter l’usine française de Brandt", tout comme il l'accuse d'avoir "voulu offrir du matériel neuf aux Français et se débarrasser du matériel usé dans mon pays, l’Algérie" dit-il !... dans son pays... mais alors il reste à déterminer quel est le pays d'Issad Rebrab ?

    Rappelons à toutes fins utiles qu'Issad Rebrab, dont la renommée est grande en Kabylie, n'a jamais accepté de soutenir publiquement Bouteflika et qu'à cette occasion, un autre homme d'affaire "kabyle" a été mis en selle, en l'occurrence Ali Heddad dont les accointances avec la mafia algérienne et les liens étroits avec Said Bouteflika ne sont un secret pour personne.

    Rappelons qu'Issad Rebrab n'en est pas à ses premières déboires avec ce que l'on appelle abusivement l'Etat algérien. Plusieurs projets industriels (pétrochimie, construction et gestion portuaire etc..) ont été tout bonnement bloqués par l'Etat algérien sans aucune raison valable, excepté celle de favoriser les fabuleux contrats étrangers et leurs pots-de-vin.

    Rappelons également que c'est le groupe Cevital d'Issad rebrab qui est à l’origine du scandale fiscal qui éclabousse les importateurs automobiles ... Alors la mafia algérienne s'attaque aujourd'hui frontalement à Rebrab, il n'est plus question de seulement lui bloquer ses projets, il est question désormais de lui "faire la peau" à ce kabyle qui ose réussir sans avoir à leur en être redevable...

    Rappelons que le ministre algérien Bouchouareb a gardé un silence religieux sur les nombreux scandales financiers qui ont touché la nomenclature algérienne le mettant lui-même en cause, tout comme les Saadani, Rahmani, Khalifa, Chakib Khelil etc, etc, etc...Et voilà que le bougre sort de son mutisme pour aller s'attaquer à l'homme d'affaire kabyle et l'accuser d'intelligence économique avec la France !

    La vérité est que pour l'Etat algérien, Issad Rebrab est une cible parce que l'Etat algérien s'acharne à démolir tout ce qui est kabyle et comme ils ne peuvent pas le limoger, alors ils l'affublent de leurs propres tares pour essayer de le démolir.

    Car en terme de transactions douteuses entre Paris et Alger, le fameux livre " Paris-Alger" en dit long sur les dirigeants algériens et leur irrésistible attirance pour les plus beaux quartiers parisiens, notamment dans le chapitre «Alger-sur-Seine»,où c'est le nom du ministre algérien Abdessalem Bouchouareb qui apparaît en tête de liste dans l'acquisition de biens à Pris et non celui de l'homme d'affaire kabyle, Issad Rebrab, dont le nom n’apparaît nulle part...

    L'Etat algérien veut faire d'Issad Rebrab son mouton de l'Aid. Il ne le sera pas. Issad Rebrab défie d'or et déjà le ministre algérien d'une confrontation directe et publique et s'interroge dans les colonnes du journal Liberté "pourquoi le ministre n’a-t-il pas engagé une procédure devant les tribunaux ?"

    zp,
    SIWEL 281904 SEP 15


    0 0

    TIZI N BERBER (SIWEL) — Le samedi 03 octobre 2015 à 11h, le conseil régional Vgayet-Setif-Jijel, en collaboration avec la section locale MAK At Buɛisi de la commune de Tizi n Berber, organise un rassemblement pour le lever de drapeau kabyle en hommage au militant et poète Kabyle Yidris Boufoudi.

    Tizi n Berber / Lever du drapeau kabyle en hommage au militant et poète Kabyle Yidris BOUFOUDI
    Au programme:

    - Dépôt d’une gerbe de fleurs et recueillement sur la tombe du défunt,

    - Prise de parole et témoignages en hommage à Yidris Boufoudi, militant et poète kabyle

    - Lever du drapeau kabyle a Vuɛmara.

    Soyez nombreux et nombreuses pour :

    - Honorer la mémoire de Yidris Boufoudi,

    - Lever le drapeau kabyle en hommage au défunt, militant et poète kabyle

    - Exiger le départ immédiat des forces militaires algériennes de la Kabylie.

    - Une Kabylie unie et libre

    Tizi n Berber le 29/O9/2015

    SIWEL 301522 SEP 15



    0 0

    ALGER (SIWEL) — Dans le cadre d’une rencontre organisé le 20 septembre 2015 par le journal arabophone Al-Hiwar autour du thème "Violation sioniste d’Al-Aqsa", Abderrahmane Belayat, ancien ministre algérien et ancien secrétaire général du FLN, a déclaré : " Nous devons nous doter de l'arme nucléaire, car si n'avons pas d'arme nucléaire, on ne pourra parler ni avec l'Angleterre, ni avec la Russie ni avec personne. Nous la plaçerons à Tikejda ou dans les Aures et nous dirons au juifs de tenir leur place et de quitter la Palestine"

    http://www.siwel.info/video/
    Pour rappel Abderrahmane Belayat est un ancien ministre algérien de l'urbanisme. Autant dire qu'au vu des résultats forts probants de son ministère et de l'urbanisation de l'Algérie, il est certain que les juifs n'ont strictement rien à craindre d'un Belayat, ni même de quelques millions de ses semblables.

    Le ministre Belayat, qui veut installer son arme nucléaire à Tikejda, c'est à dire en Kabylie, ou dans les Aurès, c'est à dire en pays Chaoui, ignore que les armes nucléaires ne se gardent pas au sommet des montagnes, encore moins si celles-ci sont peuplées. D'autre part, les deux zone montagneuses qu'il a choisi sont des territoires berbères et non pas arabes. Nous ne sommes plus au temps des misérables vassaux des "foutouhates islamiques" et cela fait bien longtemps que les "Tareq Ibn Ziyad" ne sont plus de ce monde.

    Si monsieur Belayat veut faire la guerre aux juifs, qu'il ait donc le courage de la leur déclarer au nom de ses frères mais de chez lui, pas de chez nous, qu'il aille donc dans la péninsule arabique et qu'il y organise avec ses "frères arabes" la guerre contre les juifs. Nul doute qu'ils seront défaits en moins de 6 jours cette fois! ... surtout avec des Belayat comme stratèges politiques et militaires pour "tenir les juifs à leur place". Le ministre algérien ne précise d'ailleurs pas quelle est la place qui est sensée être celle des juifs mais on le devine aisément...

    zp,
    SIWEL 301758 SEP 15

    Un ancien ministre algérien veut obtenir l'arme nucléaire pour


    0 0

    KURDISTAN (SIWEL) — Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, le HDP (Parti Démocratique des Peuples) appelle à la présence d'observateurs internationaux pour garantir la transparence des élections législatives anticipées prévues le 1er novembre 2015 en Turquie. Pour rappel, les élections législatives ont déjà eu lieu le 7 juin 2015 et le HDP avait obtenu 13,1% des votes avec 80 sièges, dont la moitié sont des femmes. Le président turque 'a pas accepté les résultats de ce scrutin et a décidé d'organiser de nouvelles élections législatives" anticipées" le 1er novembre 2015. Entre temps, il a déjà arrêté 1400 membres du HDP, dont 7 maires et organisé une féroce répression des kurdes qui a fait de très nombreux morts parmi les civils kurdes. Nous publions ci-après le communiqué du HDP ainsi que l'invitations et la notice d'information à destination des éventuels observateurs internationaux

    Election en Turquie: Les kurdes du HDP demandent la présence d’observateurs internationaux
    Appel du HDP aux observateurs étrangers

    Elections législatives anticipées en Turquie, le 1er novembre 2015


    Cher(e)s ami(e)s,

    Le 1er novembre 2015, se tiendront en Turquie les élections législatives anticipées. Afin d’assurer la transparence et le déroulement équitable de ce scrutin qui représente un enjeu crucial pour la démocratie et la paix dans ce pays, le HDP (Parti Démocratique des Peuples) lance une invitation à des observateurs internationaux.

    Aux élections législatives du 7 juin 2015, le HDP a réussi à dépasser le seuil électoral de 10%, ce qui a eu pour effet de priver le parti AKP de la majorité absolue au parlement et d’empêcher par conséquent le Président Recep Tayyip Erdogan de mener le pays vers un système présidentiel renforcé. Fort de 13,1% des votes, le HDP a obtenu 80 sièges à l’Assemblée nationale, tandis que l’AKP en a remporté 258, ce qui n’était pas suffisant pour former un gouvernement. Aussi, ces résultats n’ont-ils pas été acceptés par l’AKP et le Président Erdogan.

    A partir du 8 juin, le Président Erdogan a délibérément ruiné toute possibilité de former un gouvernement de coalition et déclaré des élections anticipées avant même d’attendre l’expiration du délai de 45 jours prévu pour la constitution du gouvernement. Dans la foulée, il a décrété une guerre contre les Kurdes dans le but de s’attirer les voix de l’électorat ultra-nationaliste. L’armée turque a commencé à bombarder les bases de la guérilla kurde au Sud-Kurdistan (Irak), tandis que la police turque menait des raids et des attaques contre les civils. Mettant définitivement un terme au processus de paix, ces offensives contre les Kurdes ont causé la mort de nombreux civils et entraîné l’a rrestation de plus de 1 400 membres du HDP, dont 7 Maires. Le Président Erdogan et l’AKP tentent ainsi de rendre notre campagne électorale encore plus difficile. Recep Tayyip Erdogan a de plus déclaré qu’il y aurait une présence importante de l’armée et de la police dans les bureaux de vote le jour des élections, ce qui fait craindre des pressions sur les électeurs et d’autres formes de fraudes.

    C’est pourquoi, la présence d’observateurs internationaux est extrêmement importante en ce qu’elle peut contribuer à améliorer le processus démocratique et prévenir les fraudes. Ainsi, nous vous invitons à venir surveiller les élections législatives, le 1er novembre, en Turquie, pour assurer la transparence du scrutin et la fiabilité des résultats. Si vous souhaitez répondre à cette invitation ou avoir des informations supplémentaires, n’hésitez pas à contacter la commission des affaires étrangères du HDP.

    Veuillez agréer nos salutations les meilleures,

    Figen YÜKSEKDAĞ et Selahattin DEMİRTAŞ, Coprésidents du HDP


    Note: si vous souhaitez répondre à cette invitation, veuillez nous contacter (info@cdkf.fr)

    L'invitation et la note d'information sont ci-dessous


    0 0

    TIZI WEZZU (SIWEL) —C'est toute la famille militante du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) qui est très affligée par la perte de l'un des siens, le patriote et le militant de la cause kabyle, feu Ramdane Othmani.

     La Kabylie très affligée par la perte d’un des siens, feu Ramdane Othmani
    La dépouille de ce grand patriote, dont le décès est survenu en France, est arrivée aujourd’hui à l’aéroport Houari Boumediène. Aux côtés de la famille de sang du défunt, qui attendait dans l’espace aéroportuaire, se tenaient aussi les cadres dirigeants et militants du MAK dont Bouaziz Aït-Chebib, Hocine Azem, Kamel Chetti et Maître Fatiha Rhamouni.

    En guise de premier hommage à sa mémoire, les membres du MAK, se sont recueillis sur le cercueil du défunt dès que les compétences aéroportuaires l’eurent sorti de la zone réservée aux voyageurs.

    La mise en terre se fera demain au cimetière du village natal du disparu, At Aissa-ouzeguène, commune de Maâtkas.

    Selon le témoignage du Président du MAK, feu Ramdane Othmani , a, de son vivant, défendu financièrement et intellectuellement la cause du MAK: " C'est Dda Remdan qui avait pris en change financièrement les deux marches organisées par le MAK à Vgaye et Tizi Wezzu à l'occasion de yennayer 2015". Bouaziz Aït-Chebib a ajouté que ce militant de la cause kabyle était le symbole même de la valeur humaine.

    cdb,
    SIWEL 301936 SEP 15


    0 0

    TIZI WEZZU (SIWEL) - Après la réunion du Bureau régional de Vgayet- Sétif- Bordj-Bou-Arraredj - Djidjel qui s’est tenue, rappelons, la semaine dernière à Vgayet, c’est au tour du Bureau exécutif du Conseil régional de Boumerdes-Tizi Ouzou de se réunir, hier, sous la présidence de son premier responsable Mekdam Mehana, à l’effet de faire le point sur la situation qui prévaut en Kabylie et préparer le prés-congrès du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) pour les régions de Tizi-Ouzou - Boumerdès ainsi que les perspectives.

    Bureau Exécutif du Conseil Régional MAK de Boumerdès -Tizi-Ouzou : Cap sur le pré-congrès et les perspectives
    C’est dans ce sens que les participants à cette réunion, après réflexion et concertation, ont arrêté les décisions ci-après :

    1- Commémoration de la journée du 2 Novembre, consacrée, devons-nous rappeler, « journée de l’Etudiant Kabyle ». Et à cet effet, le Bureau exécutif du Conseil régional de Boumerdes-Tizi Ouzou a appelé les citoyennes et citoyens kabyles à se recueillir sur la tombe de la première victime de l’islamisme terroriste, feu Kamel Amzal, assassiné le 2 novembre 1982 ;
    2- Réunion de toutes les coordinations de la région Boumerdès et Tizi-Ouzou le samedi 17 octobre 2015 ;
    3- Tenue du pré-congrès de la région Boumerdes-Tizi ouzou le 04 décembre de l’année en cours ;
    4- Préparation de la marche de Yennayer 2016, événement marquant une autre avancée dans le combat du peuple kabyle. C’est aussi dans ce contexte qu’une série de meetings est inscrite à l’agenda du MAK.

    Sur le plan politique, le bureau exécutif du conseil régional Boumerdès –Tizi-Ouzou appelle :

    1- Au départ immédiat des forces militaires algériennes de la Kabylie où elles constituent une force d’occupation et source d’insécurité à travers ses « bavures » récurrentes ;

    2- A la vigilance face à la politique de l’administration algérienne qui tente vainement d’opposer les villages kabyles les uns contre les autres pour mieux les asservir ;

    3- Lance un appel fraternel aux « élus » du RCD et du FFS à rejeter les élections sénatoriales algériennes afin de ne pas servir de caution démocratique et kabyle à un régime oppresseur et foncièrement anti-kabyle ;

    Sur le plan socio-économique, le Bureau exécutif du Conseil régional de Boumerdes-Tizi Ouzou dénonce la misère croissante et la politique d’appauvrissement menée par l’Etat algérien contre le peuple kabyle. La même instance du MAK estime qu’en en sus de la transformation des usines et des centres de formation en casernes militaires, la construction des prisons sur des terres agricoles, la prolifération des campements militaires à la place des infrastructures nécessaires au développement économique, l’application de la politique de la terre brûlée, la destruction de l’environnement et la politique de terreur qui vise entre autre à travers les kidnappings à faire fuir les investisseurs, le pouvoir algérien s’attaque frontalement à présent aux hommes d’affaires kabyles. Issad Rebrab en est le parfait exemple. Le crime de Lèse-majesté de Rebrab est l’investissement qu’il a effectué en Kabylie. A travers cet acharnement, les autorités algériennes veulent pousser le groupe Cévital à se délocaliser pour ainsi appauvrir davantage la Kabylie en jetant dans le chômage des milliers d’ouvriers.

    Le Bureau exécutif du Conseil régional de Boumerdes-Tizi Ouzou appelle l’ensemble des citoyennes et citoyens kabyles à soutenir les investisseurs ayant la volonté et le désir d’investir en Kabylie et à mener une lutte continuelle contre le terrorisme bureaucratique qui les empêche d’apporter leur contribution à l’édification d’un avenir meilleur pour le pays kabyle.



    0 0

    AT DWALA (SIWEL) — Dans le cadre de la remémoration du lâche acte qui a ciblé le 09 octobre 1988 à Michelet le Rebelle, la confédération d’At Dwala organise un rassemblement populaire le samedi 10 octobre à 11h. Lieu: At Dwala-Centre. Pour: • Une enquête internationale sur l’assassinat de Matoub Lounes • Le départ immédiat des forces militaires algériennes de la Kabylie • Dire halte au terrorisme économique dirigé contre la Kabylie • Une Kabylie libre

    Le MAK organise un rassemblment populaire le samedi 10 octobre à At Dwala
    cdb,
    SIWEL 030740 OCT 15


    0 0

    LAREVAA N AT IRATEN (SIWEL) - Dans la perspective de la tenue du congrès prévu pour le mois de février 2015, mais qui n’est aucunement la fin en soi, Bouaziz Aït-Chebib booste les structures du MAK dont il est attendu toujours plus de rendement et d’efficience.

    Bouaziz Aït-Chebib booste les structures du MAK
    C’est dans ce sens que le premier responsable du MAK a mis à profit, hier, une réunion des cadres et militants des coordination MAK de Larebâa n At-Iraten et d'Irdjen pour leur rappeler certains aspects à observer par chaque militant pour atteindre l’objectif final rechercher et qui n’est autre que l’autodétermination de la Kabylie naturellement. Et parallèlement aux recommandations et consignes de Bouaziz Aït-Chebib, les participants à cette réunion ont décidé d’organiser des réunions périodiques, un séminaire sur la formation politique et des meetings sur le message et la lettre du MAK, des rencontres et des contacts avec la population pour expliquer davantage la dimension véritable de Yennayer afin de réussir au mieux la fête du prochain nouvel an berbère.

    Les coordination MAK de Larebâa n At Iraten et Irdjen ont également ont dénoncé le terrorisme économique dirigé conte les investisseurs kabyles à l'instar de Rabrab. La conclusion du MAK est que le groupe Cévital eut manifesté sa volonté et sa disposition à investir en Kabylie d’où la réaction violente et paniquée du pouvoir colonial algérien à travers son porte-parole de circonstance, Abdeslam Bouchouareb en l’occurrence ; Car tout investissement en Kabylie, qui signifie production de richesses et des offres d’emplois ne peut que contrarier les tenants du pouvoir algérien dont la stratégie s’est toujours basée sur le maintien des Kabyles dans l’indigence matérielle et surtout leur croyance que leur vie professionnelle et sociale dépend d’ailleurs pour les forcer à adhérer au faux principe : « Algérie, une et indivisible ».

    Aussi, les coordinations MAK de Larebâa n At Iraten et Irdjen, à l’instar de toute la famille militante du MAK d’ailleurs, ont tenu à rassurer les investisseurs kabyles qui ont choisi de s'installer en Kabylie, de leur soutien des plus indéfectibles face aux intimidations dirigées contre eux par les forces occultes et rétrogrades d’Alger.


    0 0

    Contribution (SIWEL) - La crise multidimensionnelle que traverse l’Algérie finira fatalement par éclabousser et même phagocyterait la Kabylie, au cas où rien n’est fait à temps par les kabyles eux-mêmes, pour éviter au territoire kabyle un fiasco total qui risquerait de le plonger dans un abime sans fin. Entendre par kabyles eux-mêmes : l’ensemble des acteurs kabyles qui ont une responsabilité historique quant au destin du pays kabyle et de son peuple.

    La Kabylie et La crise multidimensionnelle que traverse l’Algérie. Par Hachim Mohand Ouamer
    La Kabylie a payé un lourd tribut pour l’indépendance de l’Algérie (les documents historiques traitant objectivement de cette période, 1954-1962, le démontrent, il est donc inutile de revenir sur ça en détail). Le pacte (ou le compromis ) politique du 1er novembre 1954 et du 20 août 1956 ont été rompus, pour ne pas dire trahis, par les organisateurs du coup de force de l’été de 1962 qui avait porté au pouvoir les partisans de l’arabo-islamisme, au détriment d’une Algérie Algérienne. A la sortie de cette guerre qui l’avait rendu exsangue, la Kabylie, fidèle à la parole donnée, et aux idéaux de novembre et de la Soummam, se trouvait devant une situation perplexe qui s’est traduit sur le terrain par une situation conflictuelle quasis permanente avec le régime d’Alger. A titre d’exemple, on peut citer :
    -Le conflit armé, 1963 à 1965, qui s’est soldé par la mort de près 500 kabyles (parmi eux des maquisards de la guerre d’indépendance), des centaines de blessés et d’handicapés à vie sans compter ceux qui croupissaient sans jugement, durant des années, dans les geôles du système d’Alger ;
    -Les événements d’avril 1980, communément appelés printemps berbère ; Le 20 avril 1980 constitue donc pour l'ensemble des Amazigh, d’une façon générale et pour nous Kabyles en particulier, une symbolique historique quant à l’éveil du peuple kabyle et à une prise de conscience collective. La chape de plomb que nous faisait subir le régime avait été cassée ;
    -Les événements sanglants de 2001 à 2005, appelés communément printemps noire qui se sont soldés par l’assassinat de 128 jeunes kabyles par les divers services dit de sécurité algérienne, des centaines de blessés et d’handicapés à vie ;
    Ces événements avaient donc libéré toute une dynamique et constituent un aboutissement historique quant aux revendications de la Kabylie.

    Cette crise multidimensionnelle en est la résultante d’un amateurisme politique qui gangrène la vie des algériens d’une façon générale et des kabyles de manière particulière. Plusieurs analystes, de renommé surtout en économie, nous prédisent un avenir sombre devant la crise économique et financière qui se pointent à l’horizon.

    Ces analystes restent interloqués par ce système qui détient tous les pouvoirs absolus et que le sort de algériens soit soumis au sceptre de ce système, à l’appétit vorace. Leur mainmise sur l’ensemble des leviers de commande, notamment l’économie, sape l’avenir de cette économie, déjà fragilisée, mono exportatrice et fonctionnant à tâtons. Relancer l’appareil productif en ces temps de vaches maigres est donc un leurre.
    En dépit d’infinies précautions pour ne pas désigner nommément le responsable de la tragédie financière qui nous attend, journalistes et analystes finissent toujours, néanmoins, par nous en esquisser le portrait : le système en place et les hommes qui le composent !

    Les différents clans qui composent ce système se sont servi des deniers publics comme s’ils le faisaient depuis leurs coffres personnels pour assouvir leur obsession de pouvoir : acheter les soutiens nationaux et étrangers, s’offrir la paix sociale, récompenser les groupes qui les ont aidé à prendre et garder le pouvoir, satisfaire leurs propres lubies, organiser des festivals onéreux censés illustrer le « prestige retrouvé de l’Algérie » etc…. bref, user et abuser de l’argent public pour des dépenses sans rapport avec le développement du pays, strictement destinées à la consolidation de pouvoir.
    Résultat : 800 milliards de dollars gaspillés en 15 ans. Cette manne providentielle aurait pu faire de l’Algérie un pays émergent ; elle est partie en fumée, dans les caprices de ce système, une partie dans la poche des copains, une autre dans les dépenses corruptrices ,et dans les somptuosités et autres folies des grandeurs, dont la future Grande mosquée d’Alger à 1,5 milliard d’euros , et de surcroit sur une superficie de 400.000 m2 (à Mohammedia à l’est d’Alger), de la meilleure terre de la « Mitidja » qui été autrefois le grenier, en est le parfait exemple.
    Ce n’est donc pas un hasard si la Loi de finances pour 2015 a abaissé l’imposition pour les importateurs et augmenté cette même imposition pour les producteurs ! (la mesure a été corrigée dans la LFC2015). Le message est clair : la Cosa Nostra qui pilote les importations ne veut pas d’une production algérienne (y compris en kabyle au cas où ce système permet à cette Kabylie de produire) qui se substituerait aux importations et viendrait réduire leurs énormes profits. L’avant-projet de loi de Finances 2016 arrive pour lever le voile sur des augmentations des prix de l’électricité, de l’eau et du gasoil. Ces dernières s’ajoutent aux taxes sur les services de la téléphonie mobile, de l’Internet, de la vignette automobile et d’autres prestations qui pèseront lourdement sur le quotidien du citoyen, appelé à subir les conséquences de cette crise, engendrée par la mauvaise gestion des hommes du système.

    La Kabylie dans tout ça continue à subir les affres d’un plan mis en branle depuis 1962, consistant en sa destruction, à défaut de son intégration forcée dans cette « grande Oumma- Arabya » et de la « Oumma- Islamia » qui en définitif n’est que mythique .Ce plan se traduit sur le terrain, d’abord, par la situation conflictuelle suscitée et aussi, fait plus grave, par des plans de destruction de son économie :
    -Encouragement d’occupation des terrains agricole par le béton et des constructions avec aspect architectural sans aucun rapport avec la région qui se traduisent par la construction de mosquées, de prisons de casernes militaire et autres services dits de sécurité qui sous le fallacieux argument de lutte contre le terrorisme engendre souvent mort d’hommes qualifiées de « bavures ». Durant ce mois d’août 2015,il y a eu 04 « bavures » qui avaient engendré 08 assassinats de paisibles citoyens kabyles sans protection dans les localités des Issers, Makouda ,Iwadyene et Amizour, alors qu’on nous a toujours claironné qu’il s’agit de lutte pour « éradiquer le terrorisme résiduel » qui renait de ses cendres dans le cadre d’un deal que le système aurait passé avec lui. Le nombre de civils tués, assassinés, par les corps constitués en Kabylie, ces 15 dernières années, dépasse celui des terroristes.

    Pour faire des économies de bout de chandelles, alors qu’en réalité il s’agit d’une suite logique du plan de destruction de la Kabylie, cité plus haut, les dignitaires du système d’Alger ont décidé d’arrêter plusieurs projets dont le CHU à Tizi-Ouzou pour 32 millions d'euros. Et maintenir son projet de grande mosquée d'Alger pour 1,5 milliards d'euros !

    Annoncée par des «responsables locaux», puis confirmée par le 1er ministre, A Sellal, lors de sa visite à Tizi- Ouzou, en 2013, la construction d’une route de type «voie rapide» devant relier Aïn El Hammam à Draâ El-Mizan ne serait, semble-t-il, plus à l’ordre du jour. L’importance d’une telle voie n’est plus à démontrer vu qu’elle serait un poumon pour toute la région nord du Djurdjura et désenclaverait des centaines de villages, relevant de Aïn El Hammam, d’Iferhounène, At yani, Ivudraren, d’AtOuaci, Iwadhiyen, Amcherasse, Vughni,Ain zaouya…. apporterait un nouveau souffle aux habitants. Ils pourraient, grâce à la pénétrante de Draâ El-Mizan, rejoindre l’autoroute Est-Ouest en quelques dizaines de minutes. Pourtant, d’après une certaine presse proche du système : «l’étude du projet est terminée depuis plusieurs mois ». Les projets annoncés en grandes pompes, pour les besoins de propagande, par les valets locaux du système en Kabylie seront donc sacrifiés, sur l’autel de l’austérité, le prétexte est tout trouvé.

    Fidel à ses pratiques les seules réponses du régime d’Alger aux revendications de la Kabyles restent toujours les mêmes : la violence, la corruption….les combats pour l’identité, la démocratie les droits de l’homme etc.…qu’ont mené les kabyle se trouvent par conséquence dépassés. Il est donc du devoir de chacun, devant cette impasse historique de transcender nos pensées (idées) pour conjuguer nos efforts en vue d’un consensus politique ; Sans l’union des forces politiques saines de Kabylie, l’issue restera incertaine, car le système d’Alger ne fléchit pas d’un iota et reste agrafé à son trône, vaille que vaille. Ce qui l’intéresse, c’est comment sauver et perpétuer son système, d’essence arabo-islamique, antinomique à nos revendications qu’il qualifie parfois et paradoxalement de « légitimes » ; On est donc condamné à s’unir pour s’extirper des griffes de ce système ou disparaître à jamais comme l’ont été plusieurs peuples avant nous.
    La Kabylie ne peut plus être utilisée en tant joker politique, comme autre-fois.La comédie à laquelle nous invite « l’opposition » est une arnaque que nous rejetons. Nous considérons que le système ne s’oppose pas à lui-même ; le régime ne peut se rénover en se clonant, en substituant le prince du moment par son frère jumeau. L’heure n’est donc plus de continuer à proposer des « solutions de sortie de crise » ou à quémander des revendications qui ne verront jamais le jour, cela en devient grotesque. L’urgence est d’arracher la Kabylie des griffes de ce système qui se conduit avec les mêmes caractéristiques que le colonialisme. A moins que ces « opposants », se considèrent comme des colonisés qui sont les propres artisans de leurs malheurs, et leurs échecs exigent la colonisation.

    La solution pour le salut de la Kabylie, et assurer une vie meilleure aux générations montantes, reste la mise en place d’un Etat kabyle souverain. Les propos de circonstance qui ne mènent nulle part et distribués à la carte doivent être dépassés; Il nous faut trouver un concept fédérateur .L’union des forces saines constitue donc la condition sine qua none de la réussite. Pour ça , le MAK du jour où il s’est métamorphosé lors de son 2 ème congrès et de la conférence, nationale des cadres du MAK ( 24 janvier 2014 à Semouan , Vgayet), où avait été adopté le PEk (projet pour un état Kabyle) en un Mouvement Pour l’Autodétermination de la Kabylie au lieu de Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie, constitue une avancée politique et un cadre où toutes les bonnes volontés pourraient se rencontrer pour dégager ce consensus, puisque le dernier mot reviendrait au peuple kabyle dans le cadre de cette autodétermination .Tout projet qui ne tient pas compte des valeurs ancestrales de la Kabylie (anthropologiques, sociologiques et ses- us et coutumes…) est voué à l’échec, surtout lorsqu’il émane de décisions unilatérales, parfois irréfléchies .Depuis des temps immémoriaux,les décisions ont toujours été collégiales, prisent d’une façon démocratique à travers nos assemblées de villages, ‘tajmat’ , et c’est ce qui fait la force de la Kabylie. Bien entendu, qu’il faudra insérer ces assemblées dans la modernité au sens propre du terme, afin d’aboutir à la mise en place de cet Etat Kabyle. Le nationalisme kabyle se cristallise sur le terrain à travers des actions de rue, des actions de conscientisation ; Ce travail est l’œuvre des militants du MAK, surtout la mouvance indépendantiste. Le MAK est un mouvement d’essence démocratique et résolument pacifique. Ce pendant, le mépris que subissent ses militants, de la part du système d’Alger et de ces pseudos – « opposants », pourrait pousser les faucons à prendre le dessus sur les colombes.

    Parlons donc de cette " Oumma Arabia et Islamia" : La vague d’indignation suite à la publication de la photo du corps sans vie du petit Aylan rejeté par des vagues en Turquie a secoué tout le monde surtout en Europe sauf les Musulmans. Aylan âgé de 03 ans avec ses parents , ont fuit la mort, dû à la guerre en Syrie, à Kobané dans le Kurdistan, pour la trouver en mer, sur une des plages de Turquie, où son corps ainsi que celui de son frère, âgé de 05 ans et de sa maman ont été rejeté par la mer. Ils sont des milliers (« 350000 depuis janvier 2015 ») à vouloir fuir vers des horizons meilleurs que dans leurs pays d’origines qui sont en majorité des territoires arabo-musulmans. Ces territoires sont tous régentés par des dictatures, militaires et des oligarchies ou des théocraties se revendiquant d’un autre âge. Lors du fameux « hadj » des milliards ont été dépensés (pour ne pas dire engloutis), alors qu’ils auraient pu mettre une infime partie de cet argent à la disposition de ces pauvres errants. Les plus pratiquants, plutôt les plus fanatisés devais- je-dire, notamment ceux issus des couches aisées, préfèrent gaspiller leurs fortunes dans les pèlerinages annuels à la Mecque et garnir les caisses de l’Arabie Saoudite qui finance justement les mouvements islamistes. Ce qui est plus choquant, devant ce drame, est l’inertie des « pays » de la rive sud de la méditerranée qui sont en partie responsables de cette tragédie. On peut donc affirmer, sans grand risque de nous tromper que dans tous les pays arabo- musulmans, la soumission semble être un besoin vital et que l’on invente toutes sortes de prophètes pour se donner l’illusion de grandeur liée à un simple rapprochement avec leur créateur. En Algérie, c'est suivant ce même cheminement que le pouvoir se tisse et se maintient.
    Est ce que le peuple kabyle se retrouve dans ce schéma (dans ce projet de société, si s’en est un) ? Et aussi, posons la question capitale : est ce le sort réservé aux peuples émotifs, ligotés par leur ignorance et leur soumission ?

    Muhand –wamar At Aâli,( état civil : Hachim), dit Dda Muh,membre du Conseil National du MAK

    Kabylie, Iwadyen, le, 5 septembre 2015



    0 0

    ALGER (SIWEL) — Smaïl Mira, maire de la localité de Tazmalt a encore fait siennes lors d’une émission commandée sur la chaîne antikabyle El bilad en s'attaquant de nouveaux aux leaders kabyles.

    Invité sur la chaîne antikabyle El Bilad : Smaîl Mira s’attaque de nouveau aux leaders kabyles
    L'idiot Mira s’est encore attaqué à MM. Ferhat Mehenni, Hocine Ait Ahmed et Saïd Sadi, allant jusqu’à évoquer ses « relations amicales », avec le tristement célèbre, le terroriste Madani Mezrag qu’il qualifie « de gentil » et de beaucoup moins dangereux que Ferhat Mehenni.

    Smaïl Mira est accusé de meurtre de deux jeunes de sa localité, dont Hamza Ouali, jeune manifestant, lors des événements ayant suivi l'assassinat de Matoub Lounes en juin 1998. Ce "patriote" débile qui jouit de la même impunité que les gendarmes ayant exécuté 130 Kabyles lors du "printemps noir " 2001-2003.

    Smaïl Mira, connu pour ses multiples dérapages verbaux est un faible d'esprit que manipulent à l'envi les ennemis de la Kabylie et son état mental de déséquilibré. Ses assertions contre les leaders kabyles ne vont pas lui épargner un retour sur l’histoire récente de la Kabylie durant la guerre d'Algérie. Si Hocine Ait Ahmed est l’un des derniers chefs historiques, Ferhat Mehenni est fils de chahid. Quant à ses attaques contre le père de Saïd Sadi, il faut rappeler que la justice algérienne a tranché, l’an dernier en faveur de la famille Sadi sur ce sujet.

    Lorsqu’ un criminel, qualifie de « danger pour le pays », les leaders politiques kabyles parce qu’il est fils d’un commandant de l’ALN, il convient de dire que l’histoire de tout un chacun sera traitée dans le détail s'il le faut. La famille Mira est interpellée pour mettre « une camisole de force » à celui qui fait sa honte.

    cdb,
    SIWEL 071642 OCT 15


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Depuis plusieurs mois, l’homme d’affaires kabyle, Issad Rabrab, subit un acharnent politique de la part des tenants du pouvoir algérien. Le crime de lèse-majesté dont est coupable l’homme, qui a manifesté sa volonté de créer un pôle industriel avec un accompagnement d’un million d’emploi directs à Cap Djinet (Boumerdès) et que l’Etat algérien, toute honte bue, a rejeté la proposition, n’est rien d’autre que d’avoir investi en Kabylie. Si Issaâd Rabrab avait boudé sa terre natale, comme d’autre l’ont fait, Bouteflika et ses serviteurs l’auraient glorifié et lui auraient forcé la main pour être leur ministre La société civile kabyle a exprimé sa solidarité avec le président du groupe Cévital. Le rassemblement qui aura lieu le 10 octobre à At Dwala-centre sera l’occasion pour le MAK de rassurer de nouveau les investisseurs kabyles dont Issad Rabrab , qui ont choisi de s'installer en Kabylie, de son soutien des plus indéfectibles face aux intimidations dirigées contre eux par les forces occultes et rétrogrades d’Alger.

    L'Etat algérien amplifie  son acharnement contre l'investisseur kabyle : Issad Rebrab.
    Avec cette affaire Rebrab, l’Etat algérien confirme plus que jamais son caractère foncièrement anti-kabyle. Que peut signifier la désignation de Rebrab comme « méchant loup » sinon de le contraindre à abandonner tout projet structurant en Kabylie, et qui en a pourtant tant besoin. En définitive, l’objectif final du pouvoir algérien incarné par le nommé Abdelaziz Bouteflika est de maintenir dans une indigence économique la Kabylie, condition usine-qua- non à son maintien à cette Algérie. Et à lire en filigrane la stratégie d’El Mouradia, c’est d’engendrer la colère des Kabyles contre le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK). Des exemples du passé n’ont pas manqué. Lors du bombardement meurtrier de Londres en 1940, beaucoup de citoyens anglais ont reproché à Winston Churchill de refuser d’abdiquer comme le maréchal Philippe Pétain devant les Nazis. Beaucoup de Français ont essayé de coller l’étiquette d’ « aventurier » au général Charles de Gaules suite à son appel du 18 Juin proclamant la France libre.

    Le ministre algérien de l’industrie, en l’occurrence Abdeslam Bouchouareb, connu déjà dans le passé pour ses tirs aux boulets rouges contre le MAK, a usé de toutes une batterie d’arguments plus ou moins fallacieux les uns que les autres, pour stigmatiser Issad Rebrab. En effet, dans une sortie médiatique, Abdeslam Bouachouareb a poussé l’outrecuidance jusqu’ désigner l’investisseur d’At Dwala de favoriser plus le consommateur français que le consommateur "algérien".
    Selon bien l’oui dire, un mandat d’arrêt aurait été lancé contre Issad Rabarab. Une affaire qui nous rappelle celle du mandat d’arrêt émis par l’Etat algérien contre le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, Ferhat Mehenni.
    Le ministre algérien de l’intérieur a démenti l’information ce qu’il n’a jamais fait pour le cas du président de l'Anavad.

    Le MAK, dès le début de cette affaire, a apporté son soutien indéfectible à Issad Rabrab. Le mouvement souverainiste kabyle, estime qu’en en sus de la transformation des usines et des centres de formation en casernes militaires, la construction des prisons sur des terres agricoles, la prolifération des campements militaires à la place des infrastructures nécessaires au développement économique, l’application de la politique de la terre brûlée, la destruction de l’environnement et la politique de terreur qui vise entre autre à travers les kidnappings à faire fuir les investisseurs, le pouvoir algérien cherche carrément à créer la ruine et la désolation de la Kabylie. L’attaque frontale contre les hommes d’affaires kabyles en est la dernière preuve. Le crime de Lèse-majesté de Rebrab est l’investissement, qui est pourtant loin du montant annuel que perçoit l’hôpital de Val-de-Grâce de la part du Chef d’Etat algérien, qu’il a effectué en Kabylie. En somme, il n’est point besoin d’être Jérémie pour savoir qu’à travers cet acharnement, les autorités algériennes veulent pousser le groupe Cévital à se délocaliser de la Kabylie.

    Le rassemblement qui aura lieu le 10 octobre à At Dwala-centre sera l’occasion pour le MAK de dénoncer une fois de plus le terrorisme économique dirigé contre la Kabylie à travers des opérations d’intimidations menées contre les investisseurs dans le désir d’y investir, à l'instar de Rebrab.

    Le MAK tient à rassurer les investisseurs kabyles dont Issad Rebrab, qui ont choisi de s'installer en Kabylie, de son soutien des plus indéfectibles face aux intimidations dirigées contre eux par les forces occultes et rétrogrades d’Alger.

    ya
    SIWEL 071754 OCT 15


    0 0

    ALGERIE (SIWEL) - " Le terrorisme en Kabylie est le fait des services (algériens, ndlr)". Dixit, le général à la retraite Hocine Benhadid qui vient d'être arrêté pour avoir, entre autres, révélé cette vérité selon laquelle " le terrorisme en Kabylie est le fait des services" algériens. Actuellement, selon "Algérie patriotique Benhadid a été arrêté pour avoir divulgué des secrets militaires du temps où il était en exercice. Il en savait le général. Mais comme il est kabyle, cela a été un plaisir pour le clan antikabyle de l'ajouter à leurs trophées. Ainsi, ce général, a confirmé dans cette vidéo ce que le MAK a toujours affirmé : Le terrorisme islamiste en Kabylie n'était qu'un leurre et que ce sont des agents du pouvoir qui agissent en terroristes pour créditer la thèse d'une Kabylie infestée.

    http://www.siwel.info/video/


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — "Pourtant vous êtes très bien placée Mme la Ministre, pour savoir que la majorité des nord-africains sont des Amazighs (Berbères) et qu’en France, la proportion de personnes de culture et de langue maternelle amazighes dans la population d’origine nord-africaine est au moins de 50% ! Et même dans les pays d’origine, malgré des politiques gouvernementales très défavorables, l’amazighité commence à être reconnue si l’on en juge par exemple par le fait que la langue amazighe a le statut de langue nationale en Algérie (depuis 2002) et de langue officielle au Maroc (depuis 2011)". Extrait de la lettre adressée par Belkacem Lounes à la ministre française de l'éducation. Siwel publie ci-après l'intégralité de ce document.

    Belkacem Lounes interpelle la Ministre française de l'Education  sur la question des enfants amazighs en France
    Mme Najat Vallaud-Belkacem
    Ministre de l’Education Nationale
    Ministère de l’Education Nationale
    110, Rue de Grenelle
    75357 Paris SP 07



    Mme La Ministre,

    Comme vous le savez, suite à des accords entre la France et certains Etats (Algérie, Croatie, Espagne, Italie, Maroc, Portugal, Serbie, Tunisie, Turquie), l’Education Nationale offre aux élèves de l’école primaire, dont les parents sont ressortissants ou « français d’origine » de ces pays ou supposés tels, des « enseignements de langue et culture d’origine » (ELCO). Ces accords prévoient que ces enseignements soient assurés au sein de l’école de la République mais par des enseignants étrangers désignés et rémunérés par des gouvernements étrangers.

    Il est alors très légitime de se demander au nom de quoi l’Education Nationale française accepte qu’une partie de ses enfants soient formés, « éduqués » par des Etats étrangers avec des programmes étrangers ? C’est une pratique tout autant aberrante que potentiellement dangereuse parce que possiblement porteuse de dérives d’ailleurs constatées par de nombreux organismes dont le Haut Conseil à l’Intégration (HCI) dans un rapport remis au Premier Ministre en 2013. Le HCI y dénonce en effet des phénomènes de « communautarisme » et d’« éloignement des valeurs républicaines ».

    Par conséquent, je suggère que les ELCO soient rebaptisés « enseignements de la diversité linguistique et culturelle » et soient entièrement assumés et assurés par l’Education Nationale française, avec des programmes et des enseignants français et pendant le temps scolaire.

    Par ailleurs, on constate que l’offre actuelle de ces enseignements s’adresse automatiquement et quasi-exclusivement aux élèves dont les parents sont originaires ou supposés originaires des Etats signataires de ces accords. En conséquence, le fait que ces enseignements s’adressent uniquement aux enfants sensés avoir un lien avec un pays étranger est à la fois discriminatoire et stigmatisant pour ces élèves et fait obstacle à l’ouverture et aux échanges interculturels tout en favorisant le repli sur soi et le sentiment communautariste.

    Pour ce qui concerne spécifiquement les élèves dont les parents sont étrangers nord-africains (Algérie, Maroc, Tunisie) ou français d’origine nord-africaine ou supposés tels, l’offre de l’ELCO est faite sous la forme d’un document bilingue français et arabe. Ce qui laisse supposer que l’administration française et particulièrement l’Education Nationale, considèrent que les pays du nord de l’Afrique et leurs habitants et l’immigration en France qui en est issue, sont tous des Arabes et uniquement des Arabes.

    Pourtant vous êtes très bien placée Mme la Ministre, pour savoir que la majorité des nord-africains sont des Amazighs (Berbères) et qu’en France, la proportion de personnes de culture et de langue maternelle amazighes dans la population d’origine nord-africaine est au moins de 50% ! Et même dans les pays d’origine, malgré des politiques gouvernementales très défavorables, l’amazighité commence à être reconnue si l’on en juge par exemple par le fait que la langue amazighe a le statut de langue nationale en Algérie (depuis 2002) et de langue officielle au Maroc (depuis 2011).

    Concernant leurs contenus, on observe que ces enseignements ne traitent que de la langue et de la culture araboislamiques et absolument rien n’est mentionné sur le peuple autochtone du nord de l’Afrique et sur sa langue et sa culture amazighes.

    On se demande alors pourquoi l’Education Nationale française continue d’ostraciser autant la langue et la culture amazighes ? Pourquoi l’Education Nationale tient tant à priver des milliers d’élèves d’origine amazighe de la langue d’origine de leurs parents? Pourquoi l’Education Nationale impose t-elle l’enseignement de la langue et la culture arabes aux enfants d’origine amazighe, comme si c’était leur langue et culture d’origine ? L’Education Nationale mesure t-elle les dégâts que cette « falsification » peut provoquer sur la construction de la personnalité et des repères identitaires de l’enfant et du futur adulte ?

    Mme la Ministre, vous avez déclaré en juin dernier : « dans le cadre de la politique que je mène en faveur du développement des langues vivantes étrangères, l’arabe sera évidemment dans le panel des langues, parce qu’on a besoin de cette diversité des langues». Ce que vous dites est très juste concernant le plurilinguisme et la diversité des langues, mais pourquoi la diversité linguistique en France devrait-elle se limiter à la langue arabe ? Et pourquoi n’incluez-vous pas dans votre politique linguistique par exemple les langues régionales de France et la langue amazighe, votre langue maternelle, Mme la ministre et celle de deux millions de personnes d’origine amazighe en France ?

    Par ailleurs et comme vous le savez, la culture amazighe porte en elle les valeurs qui font le socle de la République : la laicité, le respect d’Autrui, la démocratie, l’égalité femme-homme... En conséquence, en enseignant la langue et la culture amazighes aux jeunes d’origine nord-africaine mais aussi à tous les autres, on enseigne la liberté, l’égalité, la diversité et la pluralité, qu’elles soient humaine, culturelle, linguistique, spirituelle, religieuse, etc. Par exemple, en enseignant que Saint-Augustin est un Amazigh natif de Thagast dans l’est de l’Algérie, que ce sont des Amazighs qui ont conquis l’Espagne à partir de l’an 711, qu’avant d’être musulmans les nord-africains ont connu le paganisme, le judaisme, le christianisme et enfin l’islam, on contribue non seulement à « corriger l’histoire » mais aussi et surtout à casser le monolithisme, les dogmes et les idées reçues qui désorientent les jeunes générations qui deviennent alors des proies faciles du fondamentalisme religieux.

    Enseigner la langue et la culture amazighes, c’est lutter contre les préjugés négatifs et contre toutes les formes de déterminisme, d’unicisme, d’extrêmisme, de racisme et de rejet de la différence. C’est en même temps une action en faveur des principes et valeurs communs qui contribuent à la connaissance de l’Autre, au rapprochement et au bien vivre ensemble

    Je suis persuadé que vous avez bien compris, Mme La Ministre, que le sens de ma lettre est de conforter comme vous le dites, « une Ecole qui transmet les valeurs de la République ».

    Je me permets de vous rappeler qu’un collectif d’associations vous a déjà écrit à ce sujet au mois de mars dernier mais leur courrier est resté sans suite.

    Je souhaiterais vivement que vous puissiez vous saisir rapidement de ma présente alerte aux fins d’apporter les correctifs qui s’imposent au dispositif Elco. Je reste à votre disposition pour vous apporter, si vous le souhaitez, tous les éclaircissements et le soutien utiles.

    Veuillez agréer, Mme La Ministre, l’expression de mon profond respect.

    Belkacem Lounès
    Conseiller Régional de Rhône-Alpes
    Vice-Président de la Commission Enseignement Supérieur et Recherche
    Président du Comité des langues régionales


    SIWEL 081331 OCT 15


    0 0

    DIASPORA - KURDISTAN (SIWEL) — Dans un appel parvenu à notre rédaction, le Conseil démocratique Kurde en France appelle à 3 jours de solidarité avec le Kurdistan. En France, une marche aura lieu à cet effet le 18 octobre 2015 de la Bastille à République, à 15h. Pour rappel, le gouvernement turc, à leur tête l'islamiste Recep Tayyip Erdogan, mène une guerre féroce contre le peuple kurde et ses forces combattantes, forces dont il convient de préciser qu'ils sont les seuls à combattre réellement l’organisation islamo-terroriste « Daech ». Nous publions ci-après l’intégralité de l’appel du Conseil démocratique Kurde en France

    Solidarité avec le Kurdistan : Marche le 18 octobre à 15h de la Bastille à République (Paris)
    3 journées nationales de solidarité avec le Kurdistan
    (16-17-18 octobre 2015)


    Il y a tout juste un an, à l'automne 2014, le monde regardait Kobanê et s'étonnait de l'incroyable résistance kurde aux assauts des djihadistes de Daesh, lourdement armés, les mêmes qui avaient balayé l'armée irakienne en si peu de temps, quelques semaines plus tôt. L'armée turque, postée sur les collines au dessus de Kobanê, attendait tranquillement que Daesh finisse de massacrer ces Kurdes qui avaient le culot de vouloir établir un Rojava démocratique, féministe et autogestionnaire à sa frontière. Mais Kobanê a tenu, et les choses se sont compliquées pour le président turc Erdogan quand il est devenu évident que les terroristes de Daes h bénéficiaient de la complicité et de l'assistance du gouvernement turc. Déjà affaibli par la violence de la répression contre les manifestants du parc Gezi, qui réclamaient seulement un peu de liberté et de démocratie en Turquie, Erdogan a vu s'envoler ses rêves de devenir Président à vie d'une «République» islamique aux élections législatives du 7 juin en Turquie, où le Parti Démocratique des Peuples (HDP), qui défend les droits de toutes les minorités, a remporté 80 sièges, privant le parti d’Erdogan, l’AKP, de la majorité absolue, lui qui espérait les deux tiers des sièges pour modifier la constitution.

    Stratégie de guerre civile du gouvernement turc

    Qui a commandité l'attentat de Suruç, petite ville à la frontière syrienne où 32 jeunes militants qui s'apprêtaient à partir aider à la reconstruction de Kobanê ont été tués par une bombe ? Attribué à Daesh, cet attentat a cependant servi de prétexte à Erdogan pour mettre fin à un processus de paix avec le PKK bien engagé depuis 2 ans, ordonner des vagues d'arrestations d'élus du HDP, mais aussi de militants d'extrême gauche, inciter ses partisans à attaquer systématiquement les locaux du HDP en Turquie. Dans le même temps, les avions turcs bombardaient les camps d'entraînement du PKK en Irak, mais pas ceux de Daesh bien sûr. De nombreuses villes du Kurdistan de Turquie sont sous couvre-feu et la police y provoque tous les jours des affrontements meurtriers. Les policiers qui ont traîné au bout d'une corde, derrière leur véhicule, le corps d'un jeune manifestant qu' 'ils venaient d’exécuter à Sirnak, se comportent exactement comme Daesh. En réponse à la répression, la population s’auto-organise.

    Erdogan a tout fait pour provoquer de nouvelles élections en empêchant la formation d'un gouvernement de coalition. Le 1er novembre, date fixée pour les élections, il espère que le climat de peur et de guerre civile qu'il a créé profitera à son parti.

    Pendant ce temps, le Rojava et Kobanê restent privés des armes et des couloirs humanitaires qui permettraient leur défense et leur survie face aux assauts de Daesh. Ce n'est pas un hasard si le petit Alan, retrouvé mort sur une plage turque, venait avec sa famille de Kobané.

    Nous devons être aux côtés des Kurdes et des démocrates turcs pour les soutenir dans leur lutte contre l’oppression et pour la paix.

    Dimanche 18 octobre,
    Marche de Bastille à République, à 15h,
    Suivie d’un rassemblement sur la Place de la République


    EXIGEONS de la TURQUIE :
    · L'arrêt des massacres et de la répression
    · La reprise du processus de paix
    · La garantie d'élections libres

    EXIGEONS du GOUVERNEMENT FRANÇAIS :
    L’arrêt de la collaboration avec Ergodan !

    SIWEL 081425 OCT 15


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — Il est porté à la connaissance de la communauté Kabyle d’Amérique du Nord qu'un rassemblement suivi du lever du drapeau nationale kabyle aura lieu le dimanche 11 octobre 2015 à partir de 10h 00 devant le siège de l’Organisation des Nations Unies.

    Rassemblement et levée du drapeau national kabyle devant l'ONU le dimanche 11 octobre
    Le comité d’organisation indique que pour Montréal, des minibus de 15 places démarreront à partir du café Tikjda, situé au 3880 rue Bélanger , le samedi 10 octobre à 21h.

    Les bus reviendront à Montréal après le lever du drapeau dans l’après midi du dimanche, pour arriver a Montréal avant 23h, le même jour.

    Le prix par place est de 60 dollars aller/retour, les participants sont priés de réserver leurs places au café Tikjda ou en appelant les numéros de téléphone énumérés ci-dessous.

    Pour ceux qui viendront des autres villes d’Amérique du Nord, la municipalité de New-York, a autorisé les Kabyles à tenir leur rassemblement entre 10h00 du matin et 14h00, de ce fait, l'organisation a décidé d'attendre l’arrivée progressive des membres de la communauté kabyle avant de procéder au lever effectif du drapeau national kabyle.

    Il est à préciser que Mas Ferhat Mehenni, le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle (Anavad) sera présent à cette occasion pour prononcer un discours Historique.

    Les Kabyles et les amis de la Kabylie sont encouragés à effectuer des dons via la campagne de crowdfunding " MAK NYC KABYLIE / ONU ", pour financer ce genre d'initiatives et promettre le succès de cet événement qui rappellera au Monde, l'existence du peuple kabyle au sein même du concert des Nations et fera connaitre sa juste et noble cause ainsi que son infatigable lutte pour recouvrer sa liberté et ses pleins droits.

    Pour plus de détails, veuillez contacter les organisateurs aux numéros suivants :
    Pour Montréal : 514-247-3513, 514-961-7128 , 514-463-1376 , 438-985-4069
    Pour New York : 1-917-945-6868
    Pour Philadelphia : 1-267-210-2291

    nj/wbw
    SIWEL 183615


older | 1 | .... | 3 | 4 | (Page 5) | 6 | 7 | .... | 120 | newer