Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 71 | 72 | (Page 73) | 74 | 75 | .... | 120 | newer

    0 0

    AT R'ZINE (SIWEL) – La chasse aux militants du MAK se poursuit. Nous venons d'apprendre que le militant Hamid Naravas Belayel, président de la section MAK At R'zine se trouve actuellement à la Brigade de Gendarmerie coloniale. Après plusieurs heures d'interrogatoire, Hamid est relâché non sans être convoqué pour une nouvelle fois sous prétexte que celui qui devait faire le PV est "absent".

    Alerte : Hamid Naravas Belayel président de la section MAK At R'zine convoqué par la gendarmerie algérienne ( actualisé)
    Hamid Naravas Belayel a été questionné sur ses activités avec le MAK, le lieu où se tiennent les réunions de la section et le rapport du MAK à la "violence".

    Hamid a pleinement assumé son engagement militant et son investissent pour une Kabylie libre. Il a notamment insisté sur le fait que les réunions du MAK se tiennent régulièrement dans des lieux publics au vu et au su de tout le monde car a-t-il dit : Le combat du MAK est pacifique et personne ne pourra jamais nous entraîner dans la violence.

    Il est à rappeler que le régime coloniale d'Alger cherche coûte que coûte à entraîner le MAK dans la violence pour pouvoir enfin donner libre cours à toute sa haine envers le peuple kabyle pour la simple raison que ce dernier, seul contre tous, résiste vaillamment au colonialisme arabo-islamique.

    A cet effet, et au vu de l'intensification des provocations de la police et de la gendarmerie coloniale, les militants, les sympathisant et l'ensemble des citoyens kabyles sont appelés à la plus grande vigilance.


    cdb/zp,
    SIWEL 191400 JUL 16




    0 0

    AT R'ZINE (SIWEL) - Après plusieurs heures d'interrogatoire par la gendarmerie coloniale algérienne, le président de la section MAK At R'zine, Hamid Naravas Belayel, a été relâché. Il a été questionné sur ses "activités au sein du MAK, le lieu où se tiennent les réunions de la section. Le rapport du MAK à la violence" (sic).

    Le président de la section MAK At R'zine relâché
    Convoqué ce mardi matin, en brave et digne militant, Hamid Belayel a assumé son engagement pour une Kabylie libre.

    Il a insisté sur le fait que les réunions se tiennent dans des lieux publics au vu et au su de tout le monde car le combat du MAK est pacifique.

    Il est convoqué une seconde fois sous prétexte que le chef de la brigade qui devait signer le PV était absent.

    cdb/wbw
    SIWEL 191501 JUL 16


    0 0

    EXIL (SIWEL) – Suite à la polémique sur un "refus" des services consulaires marocains d'établir un visa au leader du combat de libération de la Kabylie, mas Ferhat Mehenni, ce dernier à bien voulu répondre aux question de Siwel sur cette étrange affaire.

    Exclusif/ Ferhat Mehenni revient sur l'affaire du Visa marocain
    Siwel : Mas Aselway, le Maroc vous a-t-il refusé le visa d’entrer sur son territoire pour participer au colloque qui a eu lieu à Agadir le 15/07/2016 sur l’amazighité ?

    Ferhat Mehenni, président de l’Anavad : La demande de visa n’a pas été déposée dans les délais car l’invitation officielle au colloque ne m’est parvenue qu’une semaine avant la tenue de cet événement. Cela a dû créer un malentendu que je tiens à lever. S’il y a eu lenteur administrative, on ne peut l’interpréter comme un refus.

    Siwel : Pourtant des observateurs font le lien entre cette non-délivrance de visa à la démarche marocaine de réintégrer l’organisation de l’Unité Africaine. Qu’en pensez-vous ?

    Ferhat Mehenni : Ma conviction est qu’il y a de l’exagération dans cette analyse. Un visa pour un colloque est un détail qui ne peut remettre en cause des démarches diplomatiques à l’échelle nord-africaine ou continentale, aux enjeux autrement plus colossaux. Ma présence au Maroc au moment où deux officiels marocains se rendaient à Alger n’aurait nullement pu affaiblir la portée de leur action.

    Siwel : Mas Aselway, le Maroc a décidé de retourner dans l’Union Africaine. N’avait-il pas besoin de la bienveillance d’Alger pour mois d’obstacles sur sa voie ?

    Ferhat Mehenni : Le Maroc a claqué la porte de l’OUA en 1984 pour protester contre l’admission au sein de celle-ci de la RASD, suite à des efforts diplomatiques algériens agressifs. Aujourd’hui, 32 ans après, la plupart des soutiens de la RASD se sont volatilisés. La pétition pour le retour du Royaume au sein de l’organisation continentale a déjà recueilli la signature de la majorité des pays membres. Le passage par Alger est presque une formalité.

    Siwel : Ce retour dans l’UA est-il positif pour la Kabylie ?

    Ferhat Mehenni : Ce retour du Maroc au sein de l’UA dont il est non seulement membre de droit mais aussi membre fondateur, met fin à la politique de la chaise vide. C’est une victoire de toute l’Afrique. Mais, comme l’a dit le Roi Mohammed VI dans sa lettre au président de l’Union Africaine, « si le Maroc a quitté l’OUA il n’a jamais quitté l’Afrique ». Son action s’est même renforcée au fil des décennies. Je ne pense pas que la préoccupation première du Maroc soit de défendre la Kabylie. Il défendra ses propres intérêts avant tout. C’est plutôt son attachement aux justes causes qui serait de nature à intéresser la Kabylie.

    Propos recueillis par Siwel

    SIWEL 191508 JUL 16


    0 0

    ALGER (SIWEL) — Au lendemain de l'étrange "refus" marocain de délivrer un visa à Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle, et pour faire preuve de loyauté vis à vis de ses "frères" marocains du Gouvernement benkirane, le partenaire "fiable" qu'est l'Algérie arabo-islamique s'est immédiatement empressé de rassurer le représentant diplomatique de la république "arabe" sahraoui basé à Alger.

    Les Etats africains peuvent-ils décemment soutenir la prolifération d'Etats Arabes en Afrique ?
    ...

    L'information est rapportée par l'agence de presse algérienne qui titre " Ould Khelifa réaffirme le soutien constant de l'Algérie à la cause sahraouie"

    Et en effet, Ould Khelifa, président de l'Assemblée nationale algérienne, a "réitéré, lors d'une audience accordée à l'ambassadeur de la République arabe sahraouie à Alger, M. Bechraya Hamoudi Sidina,"la disponibilité de l'Algérie à continuer à soutenir le Sahara occidental dans les fora internationaux" (autrement dit dans tout ce qui a trait au financement internationaux).

    "Cette position constante de l'Algérie, découle de sa foi en la justesse de la cause sahraouie et de son expérience historique dans la lutte contre le colonialisme", précise encore l'agence officielle de l'Etat algérien, exactement comme si l'Afrique était "naturellement arabe" et qu'elle n'avait pas justement fait l'objet d'une colonisation arabe particulièrement violente lors des conquêtes Arabes,, ironiquement appelées "foutouhates".

    Les Etats dits "arabes", du moins ceux basés géographiquement en Afrique, ne peuvent en aucun cas prétendre être représentatifs des peuples africains. A partir du moment où ils se réclament d'une identité coloniale, arabo-islamique en l’occurrence, ils n'ont aucune légitimité à s'exprimer au nom des peuples d’Afrique, puisque d'une part, et jusqu'à preuve du contraire, la conquête arabe est bel et bien une réalité historique et que, d'autre part, l'Afrique ne se trouve pas en Arabie , tout comme l'Arabie ne se trouve pas en Afrique. Par conséquent, il ne peut y avoir aucune légitimité à se revendiquer arabe en territoire africain, sauf à assumer la nature coloniale d'une telle revendication.

    Quant à l'Union africaine, une organisation fantoche allant quasi systématiquement dans le sens inverse des intérêts proprement africains, celle-ci a également réitéré son soutien au droit à l'autodétermination de la République "arabe" sahraouie, alors que celle-ci ne se réclame même pas de l’africanisé mais bien de "l'Arabité", autrement dit d'une identité qui n'a strictement rien à voir avec l’Afrique si ce n’est qu'elle l'a sauvagement envahie au 7è siècle lors de la conquête arabe pour la mettre en esclavage et de continuer d'ailleurs à le faire. Il suffit pour s'en convaincre, encore aujourd'hui, d'observer l'attitude des pays arabes vis à vis de l'Afrique, avec en tête l'Arabie saoudite et le Qatar qui finance à coup de milliards le terrorisme islamiste qui est en train de ravager l'Afrique avec l'aide des puissances occidentales qui pensent y trouver leur compte, voyant en l'anéantissement de l’Afrique une "opportunité" de continuer à la piller tranquillement; une erreur de calcul qui commence à porter ses fruits, y compris en Europe et au USA, comme en atteste la vague d'attentats islamistes qui commencent à toucher les grandes villes de ces "grandes démocraties".

    Alors, à quand l'éveil des peuples contre les Etats prédateurs ? Il apparaît utile aux peuples africains, encore colonisés malgré les prétendues décolonisations, de ne point compter sur les organisations fantoches tel que l'Union africaine (UA) ou encore l'Organisation des nations unies (ONU) pour faire valoir leurs droits fondamentaux. Il est temps de mettre un terme à la politique de l'autruche et mettre à nu les mensonges historiques : la vérité est que l’Afrique n'est pas indépendante, loin s'en faut !

    zp,
    SIWEL 191611 JUL 16


    0 0

    AT-IRATEN (SIWEL) — Mouloud SEKLI, Yuva DJOUAHER, Mohand SADI, Khellaf AIT-CHEBIB et Achour ARROUCHE se présentent ce matin au commissariat de Larevaa N'At Iraten. Les cinq militants du MAK sont convoqués suite à leur arrestation le 14 juin dernier lors de la célébration de la journée de la Nation Kabyle. Pour rappel, la population avait été violemment réprimée et cinq militants du MAK, dont ceux qui sont aujourd'hui convoqués au commissariat de LNI ont été violemment tabassés Un rassemblement citoyen est en cours devant le commissariat de LNI en signe de soutien à ces victime de la répression coloniale algérienne. Affaire à suivre ...

    Cinq militants du MAK au commissariat de LNI / Rassemblement de soutien (actualisé)
    Suite au rassemblement citoyen qui s'est constitué ce mercredi matin devant le commissariat de LNI en signe de soutien aux militants du MAK, victime de la répression algérienne, la police coloniale a tenté de provoquer les militants. C'est ainsi qu'un policier a fait un clin d'œil suggestif à Samira Mehdi, la toute jeune membre du nouvel exécutif du MAK, occupant la fonction de Secrétaire nationale à la Promotion de la Culture kabyle.

    La provocation est vite stoppée par le militant Cacnaq Salahi qui a vertement remis à sa place le policier algérien, censé être un "agent de maintien de l'ordre". Le policier, fort de ses convictions d'impunité et de déni de droit a tenter de l'arrêter mais la population est intervenue, et la police coloniale l'a relâché par peur de la réaction populaire. La situation a failli dégénérer mais le calme est peu à peu revenu.

    Mouloud SEKLI, Yuva DJOUAHER, Mohand SADI, Khellaf AIT-CHEBIB ont été relâchés après avoir été interrogés sur les événements du 14 juin et leur activisme au sein du MAK. Comme leurs autres camarades, ils ont dignement assumé leur engagement tout en insistant sur le fait que le 14 juin dernier ce sont eux qui ont subi la barbarie de la répression algérienne.

    Quant à Achour Arrouche, il est le dernier à être sorti du commissariat. Il a été interrogé sur ses activités avec le MAK et surtout sur ses rapports avec les deux présidents, Ferhat Mehenni, président de l'Anavad, et Bouaziz Ait Chebib, président du MAK. Achour a évidemment assumé son engagement, tout comme le fait qu'il entretienne d'excellents rapports de fraternité et de militantisme avec les deux présidents, ajoutant qu'il était en contact permanent avec les deux, comme avec l'ensemble des autres militants et responsables.

    Enfin, il y a lieu de préciser que Mohand SADI est de nouveau convoqué mais au au commissariat central de Tizi-Ouzou, cette fois.

    Contacté par Siwel, le président du MAK, Mas Bouaziz Ait Chebib, a exprimé sa solidarité pleine et entière avec les militants, tout comme il a tenu à saluer la forte mobilisation populaire qui a démontré une fois de plus que la Kabylie reste, plus que jamais attachée aux valeurs de Laanaya.

    cdb/zp/wbw
    SIWEL 201131 JUL 16


    0 0

    DIASPORA KURDE (SIWEL) — Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Conseil démocratique kurde en France (CDKF) considère que "Dans cette situation critique, l’état de santé du Leader du peuple Kurde Abdullah Öcalan, qui est isolé dans une cellule individuelle, est la principale inquiétude du peuple Kurde.". Siwel publie ci-après l’intégralité du communiqué du CDKF

    Grande inquiétude sur l’état de santé d'Abdullah Öcalan, Leader du peuple Kurde (Communiqué)
    La tentative de putsch du 15 juillet en Turquie a ouvert les voies à la sale guerre et à la politique antidémocratique que mènent Erdogan en Turquie et au Kurdistan !

    Le 15 juillet 2016, un coup d’Etat qui a échoué a eu lieu en Turquie. Dès maintenant nous pouvons voir que cette tentative de putsch va avoir de grandes conséquences.

    Le vrai coup d’Etat a eu lieu il y a un an, lorsque Tayyip Erdoğan avait intensifié la guerre contre les Kurdes en envoyant son armée dans les villes kurdes.

    Les villes kurdes ont été brûlées et détruites, l’immunité des députés a été levée, les maires ont été arrêtés et démis de leurs fonctions. Des répressions sans précédent ont été réalisées au Kurdistan.

    La tentative de putsch du 15 juillet en Turquie a ouvert les voies à la sale guerre et à la politique antidémocratique que mènent Erdogan en Turquie et au Kurdistan. On peut le dire ouvertement : si les résultats des élections du 7 juin avaient été respectés e t que le processus de paix avait continué, cette tentative de putsch n’aurait pas eu lieu.

    L’impasse de la question Kurde et la non démocratisation de la Turquie ont toujours donné lieu à des coups d’Etat.

    Au jour d’aujourd’hui le coup d’Etat et son évolution sont observés à un niveau très critique. Le mécanisme anti coup d’Etat a été mis en route par Erdoğan. Face à cette situation, l’état de santé d’Abdullah Öcalan devient la principale préoccupation; sa famille, le peuple Kurde et l’opinion publique sont de plus en plus inquiets.

    Lors des visites des avocats, de l’Etat ou encore des comités du HDP, Abdullah Öcalan a toujours souligné le risque d’un putsch en Turquie et les éventuelles menaces dont il pourrait être la cible.

    Il nous vient à l’esprit qu’une structure qui peut bombarder les commissariats, les lieux de culte, le parlement peut aussi atteindre Abdullah Öcalan. Une autorisation doit être donnée immédiatement aux avocats et au comité du HDP pour se rendre sur l’île d’Imrali où est emprisonné Öcalan. Le peuple kurde attend beaucoup de cette prise de contact. Tous les droits d’Öcalan, qui représente la volonté de millions de personnes, sont usurpés. Cela revient à ne pas respecter la volonté des millions qui le soutiennent. Il faut immédiatement reprendre les discussions.

    La Turquie passe par un processus important. Nous appelons tous les organismes et toutes les personnes responsables, sensibles et susceptibles d’être influents à agir pour cette cause. Les organismes internationaux doivent intervenir au plus vite pour lever cette inquiétude et incertitude. Ils doivent se rendre à Imrali et agir pour que la famille d’Öcalan et ses avocats puissent lui rendre visite.

    Tout comme l’opinion publique, nous avons des inquiétudes raisonnables et logiques concernant la sécurité d’Öcalan. Tant que ces inquiétudes ne seront pas levées, nous insisterons sur nos demandes.

    Dans un environnement de percées et de situations critiques, les organisations internationales, qui ont une grande responsabilité, traînaillent et n'agissent nullement pour dissiper cette ambiguïté. Cela approfondit l'inquiétude internationale et celle du peuple kurde, inquiétude qui est justifiée, humaine et fondée.

    Ces inquiétudes seront levées uniquement lorsque nous pourrons voir Öcalan.
    Pour cela, nous vous demandons d’agir au plus vite.

    Le Conseil Démocratique Kurde en France (CDKF)

    SIWEL 201642 JUL 16



    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Dans un communiqué transmis à Siwel, le Comité de soutien au Dr. Fekhar et ses codétenus, par la voix de son porte-parole, Yacine Cheraiou, appelle vivement la justice algérienne à libérer tous les détenus d'opinion mozabites en rappelant que les autorités algériennes avaient procédé ces derniers jours à la libération de plusieurs détenus mozabites qui ont purgé la quasi-totalité de leur peine ou ont bénéficié de la grâce présidentielle. Ci-après le communiqué dans son intégralité :

    Communiqué du Comité de soutien au Dr. Fekhar et ses codétenus
    Le comité de soutien au Dr. Fekhar et ses codétenus tient à remercier les associations, les journalistes, écrivains, artistes et amis de la liberté qui ont indiscutablement contribué à la réussite du rassemblement du 09 juillet 2016 à Paris. Un rassemblement qui à marqué une année d'emprisonnement injuste de militants des droits de l'Homme, à leur tête, le Dr. Fekhar.

    Le comité de soutien depuis sa création, s'est fixé comme mission principale de sensibiliser de la communauté internationale, que cela soit les États, les organisations des droits de l'homme, ou encore, journalistes, écrivains et artistes.

    Il est irréfutable que ces détenus mozabites n'ont commis aucun crime passible d'emprisonnement et que la liberté d'expression n'est pas et ne devrait pas constituer un fait condamnable par la justice. Incontestablement, la liberté de s'exprimer est la première des justices.

    Nous avons appris, avec satisfaction, la réussite de plusieurs détenus mozabites dans l'épreuve du baccalauréat algérien, et nous leur présentons nos fraternelles et sincères félicitations. Nous sommes aussi admirateurs de leur courage et leur abnégation à faire avancer leur cause même en étant privé de leur premier droit naturel, la liberté.

    Avoir la force mentale et la motivation nécessaire pour réussir une épreuve aussi difficile que le baccalauréat, et une preuve supplémentaire des valeurs pacifiques et progressistes qui animent ces détenus mozabites, à l'image de la jeunesse et du peuple Mozabite.

    La justice Algérienne a procédé à la libération de plusieurs détenus mozabites ces derniers jours. Des détenus qui ont purgé soit la quasi-totalité de leur peine ou ont bénéficié de la grâce présidentielle.

    Nous sommes convaincus que cette décision de la justice algérienne est la bonne, et contribuera inéluctablement à rétablir la justice et à amorcer un processus de solution équitable dans le pays mozabite, car un problème politique ne peut trouver sa solution que dans une démarche politique, basée sur le débat et non sur la répression.

    Nous encourageons vivement la justice algérienne à aller encore plus loin : à savoir la libération de tous les détenus d'opinion mozabites, puis d’opter pour un débat qui aura pour socle la volonté sincère d’œuvrer au respect des droits de l'homme.

    Paris le 20 juillet 2016

    Y. CHERAIOU
    Porte-parole du Comité

    SIWEL 202337 JUL 16


    0 0

    AT-YANNI (SIWEL) — La statue de Mammeri, réalisée par un sculpteur kabyle de génie, Olivier GRAÏNE, sera officiellement inaugurée à At Yanni, le 23/07/2016. Quoi de plus normal que ce géant kabyle de l’amazighité ait enfin sa statue pour l’entretien de sa mémoire et de son œuvre gigantesque. Mammeri mériterait d’avoir sa statue, non pas seulement dans son village natal, en Kabylie, mais aussi partout en Afrique du Nord. La nouveauté réside autant dans cette reconnaissance officielle tardive que dans la conjoncture politique dans laquelle elle se déroule : à un moment où la Kabylie est devenue indépendantiste. C’est l’occasion qu’ont saisie les officiels du FFS pour rappeler qu’ils sont toujours acoquinés avec le pouvoir algérien depuis le Printemps Noir 2001. On se rappelle douloureusement que le Président de l’APW FFS de Tizi-Ouzou d’alors, (équivalent du président Conseil départemental en France) avait décoré les gendarmes qui venaient d’assassiner plus de 120 manifestants pacifiques kabyles. Au lieu de tout faire pour ne plus exhiber cette sanguinolente image de leur organisation, les responsables FFS d’aujourd’hui récidivent.

    Les apprentis sorciers de la politique et Mouloud Mammeri
    L’affiche qu’ils ont diffusée pour l’inauguration de cette statue de Mouloud prévue pour samedi 23/07/2016, est non seulement mise aux couleurs algériennes (blanc, vert et rouge) mais comporte une citation manipulée, faisant dire à l’illustre écrivain kabyle : « Quand je travaille à la berbérité, c’est à l’algérianité que je travaille ! ».

    Ainsi, on veut manipuler Mammeri contre la Kabylie. « La Colline oubliée » est là pour rappeler que chez Mammeri, la Kabylie n’était pas une région d’Algérie, mais le centre du monde, son âme et sa passion. Et s’il avait écrit autant sur la Kabylie et sur l’amazighité c’était d’abord parce qu’il avait la liberté de la Kabylie chevillée au cœur.

    C’est pour les Kabyles qu’il avait dédié la conclusion de son entretien avec Tahar Djaout en disant : « Quel que soit le point de la course où le terme m’atteindra, je partirai avec la certitude chevillée que quels que soient les obstacles que l’Histoire lui apportera, c’est dans le sens de sa libération que mon peuple, et à travers lui les autres, ira. »

    Mammeri est un géant kabyle dont la lumière inonde tout ce que son regard avait pu embrasser. La Kabylie puise en lui sa spécificité universelle et l’en honore !

    Le FFS qui tente de manipuler sa mémoire contre le combat de la Kabylie pour sa liberté, contre le MAK et l’Anavad est une forfaiture que le peuple kabyle ne saurait tolérer.

    La Kabylie libre est appelée à être massivement présente à cet événement pour que les fossoyeurs de l’Histoire ne privent plus ses enfants de ses repères et de sa mémoire de lumière et de liberté.

    La rédaction,
    SIWEL 211203 JUL 16


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Une fillette de trois ans, Nihal Si Mohand, a disparu ce jeudi 21 juillet vers 11h30 au village d'At Ali, commune d'At Tudert dans Lɛerc des At Wasif. Elle était habillée d'une robe bleue. Elle a les cheveux blonds

    Alerte : Disparition inquiétante à At Wasif
    Un avis de recherche dans l'intérêt des familles a été immédiatement émis par ses proches sur les réseaux sociaux en priant ceux qui l'aperçoivent ou possèdent des renseignements à son sujet de contacter les numéros suivants :

    0670 27 89 15
    0770 66 66 27

    wbw
    SIWEL 212316 JUL 16


    0 0

    IWADIYEN (SIWEL) — Le régime colonial algérien poursuit son acharnement contre les militants du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK). Hocine Azem, Secrétaire national aux relations extérieures du MAK, a été convoqué le 19 juillet dernier par la sûreté de la daira d'Iwadiyen (Ouadhias).

    Hocine Azem de nouveau convoqué par la police coloniale algérienne
    Appliquant à la lettre et avec zèle la directive que leur adressée le premier ministre algérien en février dernier, la police algérienne accentue son intimidation contre les militants pacifiques du MAK.

    Pour rappel, Hocine Azem a déjà été arrêté plusieurs fois et la dernière arrestation date du 18 mars dernier par le commissaire de police d'Iwadiyen en personne, alors qu'il devait animer un meeting l'après-midi au village Hicem dans la commune d'At Xlili.

    Hocine Azem de nouveau convoqué par la police coloniale algérienne
    ib/wbw
    SIWEL 232353 JUL 16


    0 0

    YATAFENE_MICHELET (SIWEL) — Une délégation du Mouvement souverainiste kabyle s'est déplacée hier à Michelet et Yatafene pour y installer les coordinations locales du MAK La délégation était composée de son président, Bouaziz Ait-Chebib, du président du Conseil régional Boumerdès-Tizi-Ouzou, Ould Abdeslam Abdelkader, du président du Conseil Universitaire de Tizi-Ouzou, Slimane Kadi, et de Smail Ben Oumelghar membre du département chargé de l'organique et de la formation. Pendant que la délégation installait les deux coordinations, les militants Fréha se réunissaient eux aussi afin de préparer la restructuration de leur propre Coordination.

    Le MAK installe deux nouvelles coordinations dont une présidée par une femme
    La coordination de Yatafène a élu Agawa At Quasi au poste de président. A Michelet en revanche, un fait important a marqué cette journée, puisque c'est une jeune femme, Samira Mehdi en l'occurrence , qui a est élue à la tête de la Coordination de Michelet. Rappelons que Samira Mehdi figure dans nouvel Exécutif du Mouvement souverainiste et celui-ci qui compte pas moins de 7 femmes.

    Après l'installation des coordinations de Michelet et Yatafene, Bouaziz Ait-Chebib est revenu sur l'actualité et a donné aux militants les instructions nécessaires pour faire face à la répression et aux interrogatoires dans les commissariats algériens. Le président du MAK à tenu ensuite a féliciter tous les militants du MAK pour l'attitude digne qu'ils ont eu devant les services algériens. " Ils ont honoré la Kabylie" a déclaré le président du MAK.

    Bouaziz Ait-Chebib a par ailleurs tenu à relever que "le Centre d'alerte et de prévention kabyle, mis en place à la suite du 3è Congrès du Mouvement est désormais à pied d'œuvre. Il est opérationnel et a déjà sollicité plusieurs avocats qui ont répondu favorablement pour défendre les militants du MAK.

    Ensuite le président du MAK a évoqué le renforcement du Mouvement par la convergence en son sein de toutes les énergies kabyles : " le MAK avance sur le terrain. D'anciens militants sont revenus, 7 femmes occupent des postes importants dans l'exécutif, de nouvelles coordinations émergent un peu partout, les actions sur le terrain se multiplient, sans arrêt", affirme le président du MAK", avant de poursuivre en disant que c'est "justement cette dynamique, ce débordement d'énergie qui font peur au régime colonial algérien. Et c'est pour ça qu'il recourt à la répression. Mais il n'y a pas que la répression, il faut désormais être prudent et très attentif. Le pouvoir algérien a lâché sa meute pour nous dénigrer mais aussi ses agents pour susciter la suspicion en diffusant des vidéos faisant état d'un complot exécuté par des "infiltrés" pour semer le doute dans les rangs du MAK." Si tôt dit, le président du MAK a ensuite rassuré l'assistance en affirmant que "Ce plan diabolique ne réussira jamais. La maturité de nos militants dépasse toute forme de manipulation et Dieu seul sait s'il y en a eu".

    Depuis toujours, a-t-il précisé, "le MAK qui constitue une vraie famille a toujours su démasquer les indus intrus pour préserver la cohésion de ses rangs. Le régime colonial algérien et ses kabyles de service pullulent sur les réseaux sociaux mais ils ne pourront jamais déstabiliser le fulgurant Mouvement kabyle. Il bourgeonne dans toute la Kabylie où le MAK est désormais partout chez lui,. Ce sont les populations elles-mêmes, par la vertu de l'ancestrale Laânaya, qui accueillent les activités du MAK et assurent, si besoin, leur sécurité", avant de conclure : "Le MAK avance sur le terrain. Ses détracteur le dénigrent sur les réseaux asociaux. Comme à l'accoutumée, c'est toujours le terrain qui triomphe".

    Le président du Conseil Universitaire de TO, Slimane Kadi a, quant à lui, évoqué son expérience, et celle de ses camarades harcelés comme lui, au niveau des commissariats algériens. Son récit, l'expérience et l'enseignement qu'ils ont tiré a été mis au profit des militants, au cours de longs échanges sur ces questions.

    cdb/zp,
    SIWEL 240848 JUL 16

    Le MAK installe deux nouvelles coordinations dont une présidée par une femme


    0 0

    SIWEL (RAFFOUR) — Une marée humaine a déferlé aujourd'hui, le 24 Juillet, au niveau de la daïra d'Imceddalen répondant à l'appel d'un collectif des habitants de Raffour et du mouvement associatif de ce village à une grève générale et une marche, suite à des promesses non tenues des autorités algériennes.

    Marche des citoyens à Raffour : « Nous avons droit à une vie digne »
    Dès la matinée, les commerçants ont baissé les rideaux, répondant favorablement au mot d'ordre et une marche a eu lieu de Raffour jusqu'au siège de la daïra d'Imceddalen.

    Plusieurs pancartes et banderoles floqués de slogans reprenant les mots d'ordre pour "une vie digne". Parmi les exigences qu'on peut lire sur les pancartes, celles relatives à l'alimentation en eau potable, à la création d'une polyclinique ou encore d'espaces verts.

    une fois au niveau de la daïra , les membres du collectif des Habitants de Raffour ont pris la parole pour dénoncer le désengagement de l'administration algérienne. En effet, plusieurs réunions ont eu lieu entre le collectif et le wali de Tuvirett, ainsi que le chef de Daïra de Imceddalen sans que les points convenus ne soient concrétisés.


    Marche des citoyens à Raffour : « Nous avons droit à une vie digne »
    nba,
    SIWEL 241518 JUI 16


    0 0

    SIDI-AICH (SIWEL) — Dans un message à notre parvenu à notre rédaction, le MAK nous a informé de la convocation d'un militant, Zahir Abdelli, par des agents de la police coloniale algérienne. Ces derniers se sont rendus directement dans son commerce aujourd'hui 24 Juillet.

    Convocation de Zahir Abdelli, militant du MAK et commerçant, par la police coloniale algérienne
    Zahir abdelli, militant du MAK Sidi Aich a reçu ce dimanche matin donc la visite de la police algérienne à son lieu de travail. Un magasin de réparation de matériel électronique.
    Sur place, les policiers algériens lui ont confisqué le drapeau et les fanions représentant les couleurs nationales kabyles. Ils ont également saisi son registre de commerce.

    Convoqué au commissariat, le militant a refusé de monter dans le véhicule de la police. Le militant compte s'y rendre dans la journée.

    A rappeler que cette vague de convocation de commerçants kabyles fait suite à la directive du premier ministre algérien ordonnant répression des activités du MAK.

    Mise à jour : Mas Zahir Abdelli relâché après 2 heures d'interrogatoire
    Zahir Abdelli a été relâché après deux heures d'interrogatoire. Les drapeaux et les fanions kabyles ne lui ont pas été restitués.
    Le militant a assumé son appartenance au MAK.
    A souligner que toutes les questions portaient sur son activité politique.

    cbd/nba
    SIWEL 241615 JUI 16


    0 0

    Un site kabyle, du nom isegmi.com, a été piraté. Après plusieurs tentatives, le hacker a réussi à prendre le contrôle du site. C'est ce que nous ont appris les responsables du site qui essayent actuellement de reprendre la main sur le site. D'après leur investigation, il semblerait que le hacker se trouve à Rouiba, en Algérie. Nous publions ci-dessous le message de l'équipe de isegmi.com.

    Le site kabyle isegmi.com a été piraté
    Message de l'équipe de isegmi.com :
    Nous tenons a informer s'ensemble des citoyens que le site web isegmi.com a été victime de piratage. Le hacker a commencé par pirater le compte Facebook du rédacteur Juba Yazid la nuit du Mercredi à Jeudi. Le lendemain le site a été signalé à Facebook comme étant dangereux. Finalement, le hacker a décidé de s'en prendre directement au site et l'a piraté la nuit du 23 au 24 Juillet.

    Nous tenons a vous informer que toute nouvelle publication sur le site en question n'est que l'oeuvre du hacker. Nous faisons tout pour reprendre la main sur notre site.

    l'équipe isegmi.com

    SIWEL 241825 JUI 16


    0 0

    QUEBEC (SIWEL) — Dans un compte rendu parvenu à notre rédaction, Boualem Afir revient sur la réunion qui s'est déroulé en ce jour, 24 juillet, autour de la mise en place d'un parlement kabyle. Le lancement du projet de mise en place du parlement est prévue pour début septembre, en la présence du président de l'Anavad, mass Ferhat Mehenni. Ci-dessous le compte rendu en entier.

    Réunion en vue de lancer le projet de mise en place du parlement kabyle
    MAK-ANAVAD en Amérique du Nord, Parlement Kabyle - (Timezgida)

    C'est pour bâtir un avenir et fonder la Nation Kabyle, grande et noble Nation, que les membres du MAK-ANAVAD se sont réunis le 23 et 24 juillet 2016 au Canada, dans la ville de Québec, pour l'élaboration de stratégies d'actions et le renforcement des structures du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie.

    Ensemble, Lhacen Ziani (Président du Mouvement pour l'Amérique du Nord), Tahar Ait Abdeslem ( Secrétaire général), Mourad Itim (Chargé de mission), Micipsa (commission Méthodes et organisations) et Karima B., Belkacem Ourab, Said Azoune, Kamel Ajou, Belaid Chalal, Boualem Afir et Said Mekhloufi ont débattu en profondeur les questions d'organisation du lancement du projet Parlement Kabyle.

    Rappelons que cette institution sera notamment le lieu d'où émanent les textes fondamentaux de l'État Kabyle, des projets et des perspectives gouvernementales et citoyennes. Dans la foulée des préparatifs, des structures opérationnelles adaptées sont mises en place. Entre autre, chaque militant doit s'impliquer dans l'une des commissions du MAK-ANAVAD.

    Mass Lhacen Ziani a rappelé la nécessité et l'importance de faire participer les souverainistes de toutes tendances au projet du Parlement : "Nous avons tout à construire pour bâtir notre Kabylie libre et indépendante."

    Les kabyles qui aspirent à leur liberté ne doivent-ils pas agir comme un seul homme? L'adhésion massive de la population au MAK-ANAVAD qui permet d'éviter la répression et la violence. Une forte mobilisation demeure le garant de paix civile.

    Sur plan de la communication, un portail web est ouvert à tout le monde pour s'informer et participer à l'édification de la future institution Kabyle.
    Il tiendra lieu d'espace d'expression, de débat, d'échanges et de réflexions.

    Le lancement du projet de Parlement se tiendra à Montréal le 3 septembre 2016. Le président d'ANAVAD mass Ferhat Mehenni a répondu favorablement pour honorer de sa présence l'événement.

    Vive la Kabylie libre et indépendante.

    Boualem Afir.

    SIWEL 242000 JUI 16


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, le Centre Kabyle de l'Environnement « dénonce énergiquement les incendies qui visent les forêts de Kabylie ». Il revient sur les incendies qu'a connu la Kabylie récemment et plus particulièrement sur celui qui a ravagé le parc de Gouraya le 22 juillet. Le Centre Kabyle de l'Environnement assure qu'on « ne peut plus compter sur l’aide d’une Algérie pyromane ». Ci-dessous, la déclaration dans son intégralité.

    Un incendie gigantesque a dévasté le Parc de Gouraya : Réaction du Centre Kabyle de l'Environnement
    Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie
    Le Centre Kabyle de l'Environnement

    Déclaration/dénonciation


    Le Centre Kabyle de l'Environnement dénonce énergiquement les incendies qui visent les forêts de Kabylie. Ces feux, très fréquents pour être naturels (Vgayet, Tizi Wezzu, Tuvirett, Jijel, Setif, Boumerdes, Bordj Bou Arreridj), ont causé une érosion de la biodiversité et la destruction de centaines d’hectares d’oliviers, de champs de blé, de vignobles et plusieurs milliers de bottes de foin. A maintes reprises, ces incendies ravageurs ont menacé des villages et ont mis en danger des vies humaines. Des incendies qui nous rappellent étrangement la politique Française de la terre brûlée.

    Plusieurs ornithologues ont fait une corrélation entre le déclin de plusieurs populations des oiseaux et ces feux de forêts, dont la majorité se déclenchent non loin des détachements militaires qui assiègent la Kabylie.

    Cette année, les feux de forêts ont été largement plus fréquents et nettement plus dévastateurs que l'année dernière. Plus de 68 foyers d'incendie ont été comptabilisés le 7 Juillet dernier dans plusieurs régions Kabyles. Le vendredi 22 Juillet, un gigantesque incendie a réduit en cendres l’un des sites les plus touristiques en Kabylie et qui fait la réputation de Vgayet : le Parc de Gouraya. Ce feu, qui a menacé la ville de Vgayet et qui a suscité un grand mouvement de panique chez les résidents locaux, a décimé plusieurs populations du singe magot, « Macaca Sylvanus », qui est la seule espèce de primates d’Afrique du nord et qui est classée espèce en danger par L’UNESCO. L'Algérie, qui dispose de plusieurs hélicoptères bombardiers d'eau, n'a rien fait qui puisse éteindre le feu ou au moins ralentir l'avancement des flammes.

    Nous ne pouvons laisser l'un des endroits les plus emblématiques de la Kabylie, qui est Yemma Gouraya, entouré par un paysage aussi désolant. Nous incitons nos concitoyens à dénoncer cette atteinte grave à l’environnement Kabyle qui a pour objectif d’affamer le peuple et faire de la Kabylie un champ de cendre. Le Centre Kabyle de l'Environnement encourage toutes les associations et les comités de villages à prendre en charge la protection de la nature kabyle en lançant des campagnes de reboisement, en effectuant des élagages et en installant des coupe-feux. On ne peut plus compter sur l’aide d’une Algérie pyromane qui ne se réjouit que lorsque la fumée asphyxie notre chère patrie.

    Les forêts Kabyles représentent un potentiel économique non négligeable. A titre d'exemple, la Kabylie représente l’un des meilleurs réservoirs au monde de chêne liège, « Quercus suber ». La Kabylie ne peut laisser cette richesse aux mains des colons qui ne connaissent que la langue des feux. En tournant le dos à l’argent sale du pétrole, nous saurons exploiter nos ressources, précieuses et abondantes, tout en vivant en harmonie avec notre environnement, comme l’ont toujours fait nos aïeux.

    Lazhar Bessadi,
    Pour le Centre Kabyle de l'Environnement

    Un incendie gigantesque a dévasté le Parc de Gouraya : Réaction du Centre Kabyle de l'Environnement
    SIWEL 251935 JUI 16


    0 0

    TIZI WEZZU (SIWEL) — Dans une contribution, signée par Mas Muḥend Belqasem*, ce dernier fait le point sur l'intégration de la langue kabyle dans le monde numérique. Cet ingénieur en Systèmes informatiques qui est à l'origine de la traduction de nombreux outils informatiques en kabyle revient notamment sur les plateformes de traduction qui n'exigent aucune connaissance technique. Il donne ainsi quelques pistes à ceux qui souhaiteraient aider à à la vulgarisation du kabyle dans le milieu informatique. Nous reprenons ci-dessous sa contribution :

    La traduction de contenu numérique en langue Kabyle : Un investissement à faible coût et à forte valeur ajoutée
    Dans un monde où la technique régit le quotidien du citoyen, la disponibilité de contenu en langue Kabyle est indispensable pour servir ses locuteurs dans leur propre langue et la protéger d'une éventuelle disparition imminente.

    Si jusqu'à aujourd'hui la langue a été préservée grâce à ses locuteurs unilingues, ce ne sera plus le cas dans un futur proche. Les services, outils, applications et systèmes informatiques et numériques qui tendent à se généraliser, même s'ils accélèrent les temps de traitement et de réponse aux besoins des citoyens, deviennent une grande menace pour les langues qui souffrent de manque de visibilité et de contenu numérique sur le web ou contenu applicatif sur les PCs, Smartphones, et autres dispositifs numériques (téléviseurs, afficheurs...).

    Le monde des applications et autres contenus, de son coté, ne cesse d'évoluer techniquement offrant ainsi des solutions pour faciliter la localisation (traduction, personnalisation,...). Des plateformes de traduction en ligne sont disponibles pour tous les outils, systèmes et autres solutions prenant en charge toutes langues du monde recensées par l'organisation de standardisation internationale ISO basée aux USA. Consulter ici la page reprenant les langues standardisées et prises en charge par l'ISO dont le Kabyle: https://www.loc.gov/standards/iso639-2/php/code_list.php
    Ainsi, ISO a réservé le code 'kab' pour le Kabyle depuis plusieurs années. Ce code pourra évoluer vers un nom de domaine pour désigner les adresses de sites Kabyles (de la Kabylie) ou kabylophones.

    Les plateformes de traduction telles que Transifex, Pootle, Launchpad... ainsi que d'autres solutions propriétaires reprennent toutes ces langues pour permettre aux locuteurs de s'auto disposer de la localisation de leur propre langue.

    C'est ainsi que des communautés sont créées à travers le monde entier, supportant chacune la localisation d'un ou plusieurs outils dans un élan de solidarité et de volontariat.

    Pour ce qui est de la localisation des solutions payantes, il est à noter que leur propriétaires payent des traducteurs quand leur solution est menacée par d'autres solutions propriétaires ou libres qui, elles, présentent des interfaces, documentation ou contenu disponible dans une langue que ne supporte pas leur solution. Donc pour des raisons économiques, ces éditeurs peuvent être obligés (plus-tôt : doivent agir pour des raisons économiques) à mettre à disposition des solutions dans une langue quand celle-ci risque de devenir un marché perdu.

    D'autre part, la présence d'un contenu numérique en Kabyle ne fera qu'accélérer sa vulgarisation et son développement puisque presque la totalité de ses locuteurs jeunes et adultes disposent de périphériques numériques connectés ou pas.

    La traduction via les plateformes n'exige aucune connaissance technique. De plus, des plateformes telle que Launhpad, partagent les traductions puisque plusieurs outils y sont hébergés. La plateforme offre même de l'assistance en suggérant aux entrées non traduites, des expressions déjà traduites ce qui accélèrent fortement la productivité.
    Une chance à saisir pour donner plus de visibilité à la langue Kabyle en ligne et sur nos Pcs.

    (*) Muḥend Belqasem est ingénieur en Systèmes informatiques, il avait notamment lancé des projets de traduction en ligne de solutions et outils informatiques destinés à l'entreprise et au grand public (Skype, Firefox, Thunderbird...)

    SIWEL 251958 JUI 16


    0 0

    MZAB (SIWEL) — Dans un message parvenu à notre rédaction, le Mouvement pour l'Autonomie du Mzab appelle à la mobilisation contre l’arrestation aujourd'hui, 25 juillet, de deux militants par la police algérienne. L'un d'eux, Mass Abbouna Brahim, est le père d'un détenu politique, en prison depuis 7 mois.

    Urgence / Arrestation de deux militants mozabites dont l'un est le père d'un détenu politique
    M. Abbouna Brahim et M. Fekhar Chikh Ami Brahim, deux militants Mozabites ont été arbitrairement arrêtés dans leurs domiciles respectifs par la police coloniale d'Alger.

    Pour rappel , Abbouna Brahim est le père de deux militants, Smail qui est en prison depuis sept mois, et Salah, réfugié au Maroc.

    Devant cette énième arrestation qui confirme davantage le caractère colonial du pouvoir algérien, le Mouvement pour l'Autonomie du Mzab appelle tous les militants à se mobiliser et les instances internationales à rompre le silence pour que la répression contre le peuple mozabite cesse.


    cbd/nba
    SIWEL 252223 JUI 16


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Le samedi 16 juillet de cette année 2016, dans la petite salle de la Maison de la Culture de Tizi-Ouzou qui peut contenir au maximum une centaine de personnes, quelque chose qui se fait encore appeler le FFS et qui agit en ce nom a été instrumentalisé grossièrement pour insulter les citoyennes et les citoyens de la Kabylie en vilipendant le mouvement souverainiste du MAK. Siwel relaie la contribution d'un groupe de patriotes kabyles :

    FFS : Un appareil dégénérescent
    Ccix Muḥend a dit :

    Daɛwessu n taddart tewɛar
    tfellu am terṣasin

    Alvaɛḍ yuγ-iţ di dderya
    ictaq ad isdukel sin

    Alvaɛḍ yuγ-iţ di tferka
    ur yerwi tivexsisin

    Wayeḍ yuγ-iţ di ṛṛay-is
    ula d Muḥend ur t-issin
    .

    Le pied de fer qui constitue l’appareil obsolescent du FFS composé de 5 personnes, comme un cheval de retour sans cavalier, est venu se gargariser à Tizi Ouzou pour réaffirmer deux objectifs :
    1) l’allégeance au système en vue des élections législatives et municipales de l’année 2017 en prévision des quotas ;
    2) la disponibilité de ce groupe de 5 personnes qui a squatté et dévoyé sans aucun scrupule le combat des militants kabyles de 1830, 1857, 1871, 1954, 1963 à s’offrir en service sans condition au système algérien après la mort de Aït Ahmed.

    La traîtrise historique ainsi consommée, ce groupe ne perd aucune occasion pour pisser sans vergogne sur les martyrs du Printemps noir de Kabylie. C’est ce qu’il vient de perpétrer ce samedi 16 juillet à Tizi Ouzou.
    Tout le monde se souvient aussi de l’ex-président de l’APW de Tizi Ouzou, issu du FFS ; un individu qui se dit artiste mais à la palette multifonctions qui, en prévision de son élection au Sénat, a tout simplement boycotté l’enterrement d’Aït Ahmed. Laissons soin aux lecteurs pour qualifier cette forme d’allégeance qui ferait honte à Bocchus même.

    L’appareil de ce parti qui fait penser plus à l’antique « frigidaire » qu’à une organisation politique et qui a consommé une hémorragie sans précédent de ses militants et de ses élites s’est trouvé un violon d’Ingres par des attaques incessantes contre le MAK et, à travers lui, toute la communauté kabyle. Pour ce faire et pour camoufler les dissensions qui le traversent, il s’est inventé « un fédéral de Constantine » tout heureux de venir insulter les Kabyles à Tizi Ouzou et en arabe, alors que la fédération de Vgayet toute entière a démissionné et que At Yeḥya et Michelet, fiefs historiques du parti sont passés au FLN et au MPA.

    L’opportunisme de l’appareil du FFS le rend aveugle et lui obture les neurones. En ce moment, il se prépare à commémorer le 20 Août sans doute pour tenter d’effacer des mémoires l’agression et la chasse à l’homme qu’il a perpétrées avec l’aide de la police algérienne des vétérans du FFS 63 partis organiser un sit-in au siège du parti à Alger.

    Pour notre part, nous qui vivons avec et parmi les vrais militants du FFS qui n’ont pas renié les fondamentaux de leur parti, nous témoignons de leur disponibilité pour la Kabylie éternelle, n’en déplaise à tous les « fédéraux » inventés et à la clique d’oligarques qui squattent le FFS.

    Tizi Ouzou, le 24 juillet 2016
    Un groupe de patriotes kabyles

    SIWEL 252244 JUL 16


    0 0

    QUEBEC (SIWEL) — Cette année encore et sur invitation de l’organisme Forum-2020 de la ville de Saint-Hyacinthe, au sud du Québec, non loin de la frontière avec les États-Unis, le Centre Amazigh de Montréal (CAM) a participé le samedi 23 juillet, en collaboration avec des membres de la communauté kabyle qui y sont établis, à une activité inscrite dans le cadre des rendez-vous culturels annuels. Siwel publie ci-après le compte-rendu établi par le CAM :

    Kabylie / Québec : La communauté kabyle présente au Forum 2020 de Saint-Hyacinthe (CAM)
    La présence des kabyles de Saint-Hyacinthe à cette activité était remarquable, en plus de la communauté québécoise et d’autres communautés qui sont venues découvrir notre culture, ce qui a contribué grandement à l’énorme succès entourant l’événement.

    Dès son arrivée sur la place publique, le CAM a été accueilli à bras ouverts par Mme Anna Luisa Iturriaga, directrice générale du Forum-2020 qui a fait preuve de dynamisme et d’une grande ouverture tout au long de l’activité, accompagnée d’autres membres qui ont également pris part à l’organisation de cette journée mémorable.

    Les membres du CAM ont élaboré un contenu riche et varié :

    Après le mot de bienvenue de madame Anna Luisa à l’égard de l’assistance et une brève introduction sur l’évènement, une déclaration concise mais très significative expliquant les différents enjeux de la culture kabyle a été présentée par le CAM. Il y a eu ensuite, un moment de danse au rythme de quelques chansons kabyles qui a été partagé principalement par les membres de la communauté.

    Ce moment a été suivi de la dégustation d’un couscous préparé de différentes façons par des femmes membres du CAM (couscous garni de légumes, poulet ou œufs) accompagné d’autres spécialités kabyles, telles que des Makroutes, Tahboult, des crèpes et de la galette, tout cela assaisonné de miel, de sirop d’érable ou d’huile d’olive.

    De plus, des boissons fraiches et chaudes ont été servies à volonté et une tombola a fait la joie de deux heureuses gagnantes d’un cadeau symbolique chacune, ayant trait à la culture kabyle.

    L’activité s'est poursuivie par des chants et danse Kabyles. Ces moments ont été chaleureusement partagés sur la piste par de nombreux québécois ainsi que d’autres individus appartenant à d’autres communautés.

    Toutes ces rubriques ont été accompagnées d’une exposition incluant des tenues traditionnelles kabyles, des bijoux, des objets artisanaux et des tableaux de peinture mettant en relief différents éléments de la culture kabyle.
    Des photos et vidéos ont été prises afin d'immortaliser ces moments festifs de joie et de convivialité.

    La clôture a été faite par le président du CAM qui, en son nom et au nom de tous les membres, a remercié les organisateurs de l’évènement, tous les participants ainsi que toutes celles et tous ceux qui se sont déplacés pour y assister.

    Le Centre Amazigh de Montréal a quitté les lieux à 15h30 avec une merveilleuse sensation de plaisir et de satisfaction suite à de multiples échanges fructueux qui ont donné lieu à des projections importantes ainsi qu’aux remerciements et encouragements abondants venant des organisateurs de l’évènement, de l’assistance en général et des membres de la communauté kabyle de Saint-Hyacinthe en particulier.

    Le rendez-vous a été pris pour l’édition de l’année prochaine qui sera encore plus riche en contenu et les kabyles de Saint-Hyacinthe se sont, d’ors et déjà, proposé de participer à son organisation.

    Le Centre Amazigh de Montréal (CAM)

    SIWEL 260105 JUL 16


older | 1 | .... | 71 | 72 | (Page 73) | 74 | 75 | .... | 120 | newer