Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 80 | 81 | (Page 82) | 83 | 84 | .... | 120 | newer

    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Suite au décès de son père Dda Lmulud, fils de Crif, qui s'est éteint à l'âge de 62 ans, la Coordination MAK Aqvu et toute la famille militante du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), présentent leurs condoléances les plus sincères à leur ami Lounis Akkouche et toute sa famille, les assurant de leur soutien indéfectible en cette douloureuse circonstance.

    Condoléances du MAK à M. Lounis Akkouche
    La veillée funèbre a eu lieu hier soir vendredi à son domicile sis à Genduza dans la localité d'Aqvu. L'enterrement au lieu ce samedi 17 septembre à partir de 13h au cimetière de Genduza

    cbd/wbw
    SIWEL 171456 JAN 16


    0 0

    WASIF (SIWEL) - Saïd Kessas n’est pas seulement un chanteur engagé et un fervent militant de la cause kabyle. L’homme, originaire de Boumerdès, est aussi un grand altruiste. Le dernier acte de générosité de Saïd Kessas a été traduit la semaine passée par l’offre d’un lot de ballons de basket-ball au profit d’un club sportif amateur dénommé « Club Sportif Amateur Commune Ouacifs » (CSACO).

    At Wasif : Le chanteur Saïd Kessas a offert un lot de ballons à un club amateur
    Le club en question a vu le jour au cours de l’année 1994. Toutefois, nonobstant une volonté farouche de donner un plus au sport kabyle, ses responsables, faute de moyens les plus indispensables, ont fini par surseoir à leurs activités et rendez-vous sportifs. Ce n’est qu’en 2009, avec beaucoup de courage et un tant soit peu de moyens matériels que le CSACO a repris ses activités sportives.

    At Wasif : Le chanteur Saïd Kessas a offert un lot de ballons à un club amateur
    La section de basket-ball, qui cohabite à présent avec trois autres sections, en l’occurrence le hand-ball, le judo et l’athlétisme, a été créée en 2012. Il n’en demeure pas moins cependant a été encore timide dès lors que les aides financières de l’Etat algérien ne sont destinées que pour les associations appartenant au monde des « béni-oui-oui ».

    En effet, les caisses du CSACO sont à l’opposé de celles de Crésus, d’où la décision des responsables de lancer un appel aux âmes charitables. C’est donc suite à cet appel que le chanteur Saïd Kessas a décidé de mettre la main à la poche. Son geste altruiste fut traduit par l’achat d’un lot de ballons de basket-ball.

    A noter qu’il est à considérer hautement l’action de Saïd Kessas, car la section de basket-ball du CSACO a réussi à atteindre le seuil de la finale régionale de basket-ball. C’est sa consœur de la JSK qui l’a empêchée, après un match d’un niveau technique très élevé selon bien des observateurs, de monter sur la première marche du podium.

    Nous espérons que d’autres hommes et femmes d’honneur, à l’instar de Saïd Kessas, oeuvreront selon leurs moyens dans le sens à permettre à ce club rural de porter hors frontières nationales de Kabylie le message d’amitié de la nation kabyle au monde.

    tu/cbd/wbw
    SIWEL 171649 SEP 16

    At Wasif : Le chanteur Saïd Kessas a offert un lot de ballons à un club amateur


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — Masa Nora Abdaoui, la ministre kabyle des Droits humains, a pris part au rassemblement qui a eu lieu ce samedi 17/09/2016 devant le consulat d'Algérie à Montréal, afin de dénoncer le harcèlement de la police algérienne contre les militants kabyles et exiger la libération immédiate de Slimane Bouhafs. A cette occasion, elle a prononcé un discours dans lequel elle a appelé les militants à ne pas céder aux provocations du régime algérien et d'aller « sans détour vers notre souveraineté ». Nous reproduisons ci-dessous le message de la ministre kabyle dans son intégralité :

    La ministre kabyle des Droits humains : « Le régime d'Alger donne des réponses policières à des problèmes politiques »
    Azul fellawen, Ansuf yeswen
    Bonjour et bienvenue à tous

    Nous interviendrons en Français sans façons, par nécessité puisque nous vivons dans un pays francophone, le Québec.

    Je vous transmets tout d’abord les encouragements du premier ministre Ziani et du Président Mehenni.

    Je tiens également à préciser que l'Anavad, le Gouvernement Provisoire kabyle en exil, choisit toujours de mettre des mots simples sur des problèmes complexes.
    Je ne choisirai donc pas des formules pompeuses pour décrire la douleur de mes concitoyens qui, elle, est réelle.

    Nous sommes ici aujourd’hui pour réaffirmer notre soutien à Slimane et sa famille par des gestes concrets. Je m’y suis engagée personnellement et je le maintiens. L'Anavad ne saura taire une incarcération arbitraire pour une appartenance religieuse! L'Anavad ne saura taire l’intimidation de nos militants et militantes !

    Nous sommes également ici pour exprimer notre indignation et notre colère relativement aux dépassements perpétuels du régime d’Alger, dépassements qui s’érigent en programme politique.
    De tous les temps, ce régime d’Alger a donné des réponses administratives à des problèmes économiques comme il continue de donner des réponses policières à des problèmes culturels et politiques.
    Faut-il rappeler que ce régime s’est maintenu depuis l’assassinat de Abane Ramdane par une série de coups d’États et de bourrages des urnes?
    Faut-il rappeler que ce régime corrupteur use de tous les clivages pour se maintenir : les jeunes et les âgés, les femmes et les hommes, les enfants de martyrs et les enfants Harkis et j’en passe…

    Aujourd’hui, ce régime saisit toutes les occasions pour tenter de drainer nos jeunes sur le terrain de la violence, chose à laquelle nous ne céderons pas. Cependant, les exactions quotidiennes de l’armée et de la police coloniales, les pressions sociales, la dérision économique et les scandales culturels peuvent dépasser notre contrôle. Pour cela, nous prévenons toutes les instances internationales et les ONG de la situation explosive en Kabylie que nous essayons quotidiennement de désamorcer.

    Je m’adresse, à présent, aux militantes et militants souverainistes kabyles :
    Soyons conscients des manœuvres de diversion du pouvoir d’Alger. Sa tactique consiste à nous provoquer quotidiennement pour nous occuper à dénoncer, à manifester sporadiquement et donc à nous éloigner de la préparation concrète, réfléchie, méthodique et organisée de notre souveraineté.

    Nous ne nous prêterons pas à ce jeu enfantin. En Kabyle, nous disons : ‘’Ad newet azrem s aqerru’’ , frapper le serpent à la tête!
    Allons plutôt sans détour vers notre souveraineté !
    Commençons par édifier le Parlement Kabyle ! C’est là le plus grand Attribut de la souveraineté d’un peuple !

    Tanemmit nwen, je vous remercie.

    Vive la Kabylie libre !

    Nora Abdaoui
    Ministre des Droits humains
    Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

    SIWEL 171901 SEP 16

    La ministre kabyle des Droits humains : « Le régime d'Alger donne des réponses policières à des problèmes politiques »


    0 0

    WIZGAN (SIWEL) — Les citoyens du village de Wizgan dans Lɛerc At Yejjar (commune et daïra de Bouzeguène), décident de débrancher et de retirer les compteurs d’eau pour protester contre les pénuries d’eau, fermer aussi toutes les institutions de l’état (la daïra, la mairie et l’ADE) et ne plus payer les factures vu que l’eau n’arrive pas, les robinets sont à sec depuis trois semaines...

    Kabylie VS Algérie : Désobéissance civile à Wizgan
    Véritable désobéissance civile, quand on sait que toutes ses factures payées et les impôts payés en Kabylie vont directement vers d’autres Wilayas pour financer les constructions de mosquées, de prisons et autres casernes militaires.

    Ces derniers temps, l’Etat algérien a démontré son impuissance et sa perte flagrante de contrôle dans certaines contrées en Kabylie. D’ailleurs, de plus en plus de villages et de citoyens Kabyles ne reconnaissent pas les autorités locales et désobéissent carrément aux lois tordues faites sur mesure par la pouvoir colonial d’Alger.

    Des tensions et des querelles atteignent leurs paroxysmes, la problématique de l’eau ne fait qu’augmenter la lassitude, le désarroi et le désintéressement de la population en Kabylie envers l’administration coloniale algérienne et ses institutions. Des barrages d’eau cernent les villages kabyles et créent de l’humidité et des problèmes respiratoires. C’est comme le pétrole, des richesses existent en Algérie mais elles sont mal exploitées et mal gérées et favorisent le clientélisme et la corruption.

    Et l'Etat n’existe plus car devant le désarroi des habitants, aucun vrai interlocuteur ne vient expliquer ou trouver une solution plausible à leurs préoccupations.

    L’Etat Algérien fuit ses responsabilités, ses obligés en dignes colonisateurs désertent la vie sociale, politique et culturelle et ne se soucient guère de la santé et des inquiétudes de la Kabylie.

    La Kabylie souveraine gagne des points et va inexorablement vers son autodétermination frayant le chemin vers son indépendance.

    am/wbw
    SIWEL 172324 SEP 16


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — La communauté kabyle établie au Québec a organisé, hier le 17 septembre 2016, un rassemblement devant le consulat algérien de Montréal pour dénoncer la condamnation arbitraire de Slimane Bouhafs et le harcèlement que subissent les militants du MAK. En plus du discours tenu par Massa Nora Abdaoui, la Ministre des Droits Humains du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad), ci-dessous les autres interventions résumées par Boualem Afir.

    Rassemblement à Montreal en soutien à Slimane Bouhafs et et aux militants kabyles persécutés
    Le pouvoir algérien a saisi sa machine judiciaire et policière pour condamner Slimane Bouhafs, le 7 août 2016, à trois années de prison, parce qu'il est chrétien et parce qu'il est Kabyle. La dite peine est infligée à Slimane Bouhafs suite à son improbation de la religion musulmane publiée sur son compte Facebook. L'islam est l'un des piliers de la "République Arabo-Islamique Algérienne" que le pouvoir a imposé au peuple comme la langue arabe d'ailleurs. Les algériens veulent devenir plus arabes que tous les arabes et plus musulmans que tous les musulmans, parait-il.

    Au Québec, la communauté kabyle a organisé, aujourd'hui le 17 septembre 2016, un rassemblement devant le consulat algérien de Montréal pour dénoncer cette condamnation arbitraire contre un citoyen preux et intègre.

    Cette manifestation a été initiée par l'association Amitié Québec-Kabylie pour "dénoncer le harcèlement et la persécution exercée par le pouvoir dictatorial algérien à l'égard des militantes et militants pacifiques du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie. Dénoncer ce même régime qui porte régulièrement atteintes aux droits fondamentaux de la personne et de la liberté de conscience et de culte en Kabylie. Exiger la libération immédiate de monsieur Slimane Bouhafs, un citoyen kabyle de confession chrétienne emprisonné pour ses convictions religieuses".

    Durant ce rassemblement, auquel a pris part, de simples citoyens, des militants Kabyles et Québécois, monsieur Rachid Bandou, président de l'Association Amitié Québec-Kabylie, monsieur Mourad Itim, monsieur Djamel Boukhoulef, madame Françoise Laliberté, membres de l'association et madame Nora Abdaoui, Ministre des Droits Humains du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad), les intervenants ont exprimé leur indignation face aux pratiques abjectes et cruelles du pouvoir algérien qui s'est doté d'une justice partielle et caudataire et de services de sécurités asservis, dressés et soumis.

    Kacel Nadia, militante souverainiste, a dénoncé la justice algérienne qui brise des hommes, des femmes et des famille pour servir une poignée de despotes qui n'ont aucune légitimité pour diriger le pays ni représenter le peuple.
    Elle déclare:

    « Chers amis et chers concitoyennes et concitoyens de différents cultes et cultures, je vous salue. Je vous remercie d'être, ici, avec nous pour marquer notre solidarité avec les proies du pouvoir algérien. Un régime qui ne cesse de s'acharner sur les kabyles qui proclament leur liberté de conscience et leurs droits les plus légitimes en tant que citoyens des premières nations de l'Afrique du Nord et peuple distincts qui aspire à prendre son destin en main.

    Slimane Bouhafs, militant kabyle de droits de l'homme, est un le chrétien, une autre religion que l'islam, et Kabyle, une autre identité que l'arabe. Il est emprisonné à cause de sa croyance et ses origines. Nous devons nous mobiliser pour exiger sa libération et nous devons nous unir pour mettre fin à l'injustice étatique qui empeste notre société et à la corruption qui gangrène notre pays.

    Les démons qui se sont emparés de l'Algérie utilisent la force et la répression pour dissimer toute lueur d'espoir qui émerge dans cette contrée, vivifient la corruption pour semer le chaos dans ce pays, entretiennent la désinformation pour créer la zizanie au sein la population et manient ainsi la justice, l'armée, la gendarmerie et tous les services de l'État pour protéger leurs propres intérêts et, plus que tout, leur pérennité au trône.

    Cet État algérien raciste et discriminatoire envers les Kabyles en particulier a pris racine grâce à l'immobilisme de la population qui est, faut-il le rappeler, la seule force légitime de toute nation qui se respecte. Or, chez nous, à part la Kabylie c'est toute l'Algérie qui a choisi l'asservissement comme mode de vie et la soumission comme idéologie. »

    En terminant son allocution, Kacel Nadia a adressé son message à son peuple pour souligner son courage et sa détermination à en finir avec la tyrannie et l'injustice des squatteurs d'El Mouradia et des usurpateurs de l'identité kabyle en évoquant, notamment, l'importance de son unité dans sa lutte pacifique contre cet appareil répressif qui constitue la fausse "République Algérienne Démocratique et Populaire".

    Au tour de Mourad Itim , tenace, grand militant de la cause Kabyle et coordinateur du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie- après avoir remercié les présents ainsi que tous les militants de la liberté et les amis de la Kabylie- a déclaré :

    « Nous sommes rassemblés spécialement dans cet endroit ( Consulat d’Algérie à Montréal) car nous sommes en face d'une institution qui symbolise un régime machiavélique qui pratique le déni, la répression , les kidnappings, l'emprisonnement, le meurtre, la désertion et l'exode des populations, la pyromanie et la manipulation sous toutes ses formes. Le pouvoir colonial algérien ne lésine pas sur les moyens pour venir à bout de sa politique de la "terre brûlée" contre la Kabylie et tout ce qui symbolise la liberté.

    Après les exactions exercées contre les militants du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie(MAK) par de kyrielles de convocations qu'ils reçoivent continuellement pour se rendre aux commissariats de la police sans aucun motif valable et après les arrestations musclées dont sont victimes ces mêmes militants en Kabylie et dont la plupart sont victimes de coups et blessures, le pouvoir s'est rendu compte que cette violence ne fait que renforcer la mobilisation et la détermination des militants et raviver l'ardeur et le désir du peuple kabyle à accéder à son indépendance. Décidément, le MAK est devenu un Mouvement National Kabyle et le régime algérien est en plein effritement.

    Le pouvoir algérien est aux abois, sans tenir compte de ses multiples dérapages et ses crimes itératifs, il s'attaque encore à la famille chrétienne qui est présente en force en Kabylie. Slimane Bouhafs, militant chrétien kabyle, fervent défenseur des droits de l'homme et président de la coordination des chrétiens de Saint-Augustin, a été arrêté par les services de "l'insécurité algérienne" le 31 juillet 2016 pour avoir exprimé sa foi ouvertement et se voit infliger une peine d'emprisonnement de trois ans par la justice mutilée algérienne.
    Depuis, ce militant, fragile de santé, est écroué en prison à Sétif dans des conditions inhumaines. Cet état de fait nous renseigne sur les harcèlements que subissent les chrétiens dans ce pays au lendemain incertain. Je veux préciser que Slimane Bouhafs est aussi père de famille.

    Monsieur, dames, nous ne pouvons faire l'impasse sur les exactions que commet le pouvoir criminel algérien en Kabylie, par sa horde de Walis entourés par toutes sortes de rapaces qui instrumentalisent les services de police dans les localités de la Kabylie, par toutes sortes d'associations et par les subsides octroyés aux mosquées et au salafisme pour dénaturer et détruire les valeurs kabyles ancestrales. L'islamisme, pour ne pas dire l'islam, est une autre arme que le pouvoir criminel utilise pour endormir et endoctriner les gens et perpétuer son emprise sur le pays et le peuple.

    Aujourd'hui, plus que jamais, la Kabylie et le peuple kabyle sont aguerris de toutes les magouilles et de toutes les manipulations du pouvoir algérien. Aujourd'hui, le peuple kabyle n'aspire qu'à son indépendance, sa liberté et sa dignité.

    Au nom de monsieur Ferhat Mehenni, président du Gouvernement Provisoire Kabyle et au nom de monsieur Bouaziz Ait Chebib, président du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie, j'invite les institutions internationales des droits de l'homme, l'Organisation des Nations Unies(ONU) à intervenir pour accompagner le peuple kabyle à se libérer sans fusion de sang.

    J'invite le peuple kabyle à rester vigilent et solidaire avec tous les opprimés de l'État mafieux algérien, en l'occurrence monsieur Slimane Bouhafs, le militant du Mouvement de l'Autonomie de Mzab Kamel Eddine Fekhar, les Militants du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie et tous ceux et celles qui sont victimes des exactions du pouvoir criminel algérien et l'injustice de la justice algérienne. »

    Le peuple kabyle doit se dresser comme un seul homme pour soutenir le MAK, l'ultime force qui peut mettre fin au malheur et l'horreur que lui impose le pouvoir algérien.
    Avouons-le, un peuple de moutons engendre un pouvoir de loups et le cauchemar, dans ce cas, n'est que sempiternel.

    Vive la liberté et la Kabylie libre et indépendante.
    Boualem Afir.

    SIWEL 181050 SEP 16


    0 0

    TIZI-OUZOU (SIWEL) — Dans un livre scolaire officiel du ministère algérien de l'éducation, destiné aux élèves du collège, une ignominie raciste a été commise par un ministère qui donne l'impression d'être totalement dépassé. Ainsi, on peut lire dans une section dédiée à la composition de la population en Algérie : « Classification raciale : 80 % arabes, 20 % mélange de chawis, de grande Kabylie, de touaregs et de mozabites ».

    Du « Khalit » raciste à la carte antisémite, le ministère algérien de l'éducation enchaîne les scandales
    Ces statistiques, qui ne sont basées sur aucune donnée du terrain, ainsi que le mot « mélange » (khalit) ont soulevé un tollé dans les réseaux sociaux. La presse algérienne, dans sa logique d’occultation de l’identité kabyle, a également condamné ce « dérapage » contre des « algériens » alors même que le livre reconnaît l’existence de Chawis, de kabyles, de touaregs et de Mozabites.

    3 énormités dans une phrase :

    Cette phrase comporte 3 énormités :
    - parler de « race » arabe et de « race » mélangée non-arabe.
    - utiliser le terme « khalit » (mélange) pour parler de la diversité des Peuples Berbères est raciste et fait penser à des barbares insaisissables, des citoyens de seconde zone dont on ne comprend pas grand-chose.
    - Parler de « Grande Kabylie » comme faisant partie de ce mélange non-arabe sous-entend que la « Petite Kabylie » est, quant à elle, arabe. Cela reprend des termes colonialistes dans une tentative désespérée de diviser la Kabylie alors que cette dernière fait bloc face à ces appellations que le colonisateur français a inventé et que le colonisateur algérien a repris.

    Israël à la place de la Palestine sur une carte géographique :

    Sur une carte géographique d’un autre livre édité à des dizaines de milliers d'exemplaires, la Palestine a tout simplement été effacée de la carte et remplacée par Israël. La ministre algérienne de l’éducation a aussitôt réagi pour demander le retrait « immédiat » de ce livre afin qu'Israël soit effacé de la carte : « J’avoue que c’est un scandale. D’autant plus que cela concerne la question palestinienne qui est sacrée (pour l’Algérie, NDLR) et que personne ne peut toucher » a-t-elle déclaré à TSA.

    2 Poids deux mesures :

    Benghebrit a donc appelé au retrait immédiat des livres scolaires où figure Israël, qui est pourtant un Etat reconnu par l'ONU où siège également l'Algérie, mais n’a pas sifflé mot sur la phrase raciste à l’égard de la Kabylie et des Peuples Amazighs. Israël n’existera donc plus sur le nouveau manuel, mais les peuples amazighs existeront bel et bien en tant que "khalit" minoritaire qui ne mérite pas plus d’attention que ça.

    Pour une école kabyle :

    Dans ce véritable feuilleton du ministère algérien de l’éducation, à l’exemple du régime algérien, qui ne sait plus où donner de la tête, quelle place doit occuper la Kabylie ?
    Au-delà du devoir de rappeler à l’Algérie officielle le respect qu’elle doit au Peuple Kabyle, il est sans doute temps d’édifier une école kabyle qui garantira l'épanouissement des enfants de la Kabylie loin de ce jargon colonialiste de Benghebrit et d’un régime algérien dépassé par ses propres scandales.

    nbb,
    SIWEL 181202 SEP 16


    0 0

    ARGENTEUIL (SIWEL) — L'anti-kabylisme sévit de plus en plus en France. La plaque de la rue Lounès Matoub à Argenteuil a été vandalisée. Les auteurs de cet acte abjecte ont essayé de l'arracher mais n'ont pas réussi. Ahmed Haddag, le ministre des Institutions et de la Sécurité au sein du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad), qui a donné l'information, appelle « les autorités françaises à retrouver les auteurs de ces dégradations et à les punir dans le cadre de la loi ».

    La plaque de la rue Lounès Matoub à Argenteuil vandalisée
    Cette rue portant le nom du Rebelle Kabyle a été inaugurée le 1er Juin 2013 en présence du député-maire, Philippe Doucet. Elle fait partie des nombreuses rues portant le nom de l'artiste engagé kabyle un peu partout en France.

    « Ces dégradations traduisent si besoin est, la haine qu'un certain courant idéologique nourrit et exprime à l'égard des symboles de la culture berbère en général et Kabyle en particulier » a déclaré le ministre kabyle des Institutions et de la Sécurité avant d'interpeller les autorités françaises pour faire le nécessaire afin de retrouver les auteurs de cet acte odieux.

    Les lecteurs peuvent contacter la ville d'Argenteui via leur formulaire en ligne sur leur site internet

    nbb/wbw
    SIWEL 181839 SEP 16


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — C'est hier samedi, 17 septembre 2016, que Karim Akouche, écrivain, poète et dramaturge kabyle, résidant au Québec, a embarqué à l'aéroport international Montréal Pierre Elliott Trudeau, destination l'aéroport international de Tel Aviv-David Ben Gourion, avec une délégation composée d'écrivains, d'intellectuels et de journalistes pour rencontrer de hautes personnalités politiques israéliennes, le monde littéraire, les berbères d'Israël et visitera Ramallah et le plateau du Golan

    L'écrivain kabyle Karim Akouche en visite de mémoire en Israël
    Ce voyage, littéraire, culturel et politique à la fois, par lequel il visitera Israël et rencontrer ses citoyens durant une semaine. Ce sera aussi une occasion pour lui de se baigner dans l'histoire et les traditions de ce grand peuple qui ne cesse d'ébahir le monde, de part ses multiples inventions dans les différents domaines, de la clé USB jusqu'à l'invention de la méthode ingénieuse d'irrigation à la goutte à goutte qui fleurit le désert ou le ReWalk qui permet aux personnes atteintes de lésions médullaires de retrouver la mobilité sans grands efforts. Par-dessus tout, il découvrira pour la première fois l'État hébreu, l'une des plus grandes démocraties au monde.

    Il est parti en homme libre en portant un message de paix. Karim Akouche est accompagné par une délégation composée d'écrivains, d'intellectuels et de journalistes de la presse canadienne en l'occurrence Radio Canada. Il rencontrera de hautes personnalités politiques israéliennes, le monde littéraire, les berbères d'Israël et visitera Ramallah, le plateau du Golan, un plateau situé à la frontière entre Israël, la Jordanie, la Syrie et le Liban.

    Au sujet de droit des peuples à exister en ayant leur destin en main et la question de l'autodétermination, Karim Akouche proclame que tous les peuples ont le droit d'exister. Pour lui, il ne faut pas tomber dans la dénonciation sélective et pour cela il faut défendre toutes les causes justes. Il affirme la similitude qui existe entre le peuple juif et les peuples berbères et particulièrement avec le peuple kabyle au niveau historique et ethnique mais surtout sur le plan de l'existence (origine) et la résistance. La Kabylie veut elle aussi se prendre en main comme le peuple d'Israël a su se prendre en charge pour devenir aujourd'hui une puissance internationale et une démocratie prééminente.

    « Je participerai à des missions de radio et de télévision et je donnerai des entrevues. Je parlerai de mon peuple, de la liberté et de la justice, des droits humains et de la vie, de mes œuvres et mes projets », a déclaré Karim Akouche. avant d'ajouter « À mon retour au Québec, le 29 septembre 2016, aura lieu au Centre humaniste le lancement du livre intitulé Islamophobie de Jérôme Blanchet-Gravel avec la collaboration d'Éric Debroise, édité par ma maison d'édition Dialogue Nord-Sud. Le 29 novembre aura lieu à Montréal ma pièce de théâtre, "Toute femme est une étoile qui pleure", qui sera jouée par de talentueux comédiens. Une tournée de dix jours, pour la même pièce, suivra à travers le Québec, en 2017. Une perspective d'un roman, notamment est en vue. »

    "On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes". Un magnifique proverbe juif, à conclu le fils de la Kabylie. Karim Akouche.

    À suivre.

    cb/wbw
    SIWEL 181853 SEP 16


    0 0

    VGAYET (SIWEL) — Les faits se sont déroulés au stade du MOB, à Vgayet, le 18 Septembre 2016, lors de la rencontre du club kabyle face à FUS Rabat dans le cadre de la Coupe de la Confédération Africaine (CAF). Une rencontre de demi-finale (aller) qui s’est terminée sur un score de zéro partout.

    http://www.siwel.info/video/
    Dans cette vidéo publiée sur Facebook, on entend des dizaines de milliers de supporters du MOB chanter « Mon pays la Kabylie ». On peut également voir sur la vidéo l’un des nombreux drapeaux Nationaux Kabyles présents sur les gradins du stade. A préciser que ce chant est l'un des slogan favoris des supporters du MOB.

    nbb
    SIWEL 190831 SEP 16

    MOB – FUS Rabat : des milliers de supporters chantent « Mon pays la Kabylie »

    MOB – FUS Rabat : des milliers de supporters chantent « Mon pays la Kabylie »


    0 0

    AQVU (SIWEL) — Une écolière âgée de 9 ans a été victime d'une agression sexuelle par un employé de son école primaire Boucherit Abdelkader située dans le quartier de Guendouza à Akbou. L'agression a eu lieu à l'intérieur de l'établissement le jeudi 15 septembre 2016. L'agresseur se nomme A.M. âgé d'environ 28 ans. Il a été arrêté mais a réussi à échapper à la police.

    Une élève de 9 ans victime d'une agression sexuelle par un employé de son école primaire à Akbou
    Des habitants ont en effet affirmé que l'agresseur se nomme A.M. âgé d'environ 28 ans et aussi un gardien dans cette école primaire. Il parait que le pédophile avait un complice.

    l'agresseur a échappé à la police

    Il est en fuite, car il a échappé aux policiers après son arrestation. Menotté dans le véhicule de police, il a profité de l'absence des policiers pour prendre la fuite. Mais selon la version de Ouahib Medjdoub, membre de l’association des parents d’élèves, l'agresseur s'est évadé du commissariat de police. Désormais, il est recherché activement par les « services de sécurité algérienne ».

    D'autres résidents de cette localité parlent d'un règlement de comptes. Une vengeance. Des commentaires insoutenables sont tenus sur les réseaux sociaux par des obscurantistes et probablement des futurs violeurs dont certains culpabilisent même la petite fille en faisant référence à sa tenue vestimentaire. Il faut, d'après ces déséquilibrés, voiler les fillettes pour les protéger des violeurs.

    Ce n'est pas un cas isolé

    D’après Amel B, une étudiante à l'université Abderrahmane Mira de Vgayet : l'agression sexuelle et les attouchements sexuels sont très répandus en Algérie. Des milliers d'histoires sont vécues dans les écoles primaires où certains enseignants demandent à tous les élèves de pencher leur tête sur la table en croisant les bras et en fermant les yeux pour s'adonner à leur perversion contre ces enfants sans défenses. Des modules et des diplômes sont octroyés par des enseignants et des postes de travail par les responsables d'entreprises sont accordés contre des faveurs sexuelles. Ces viols sont pratiqués par les plus hauts fonctionnaires de l'État. Des imams aussi ont fait plusieurs victimes en Kabylie et en Algérie.

    C'est quoi une agression sexuelle?

    Il faut savoir qu'une agression sexuelle inclut tous les gestes, paroles ou attitudes à caractère sexuel, qui sont faits sans consentement, et ce, même en situation de couple. Malgré ce qu'on en pense, il n'est pas nécessaire qu'il y ait eu des rapports sexuels pour parler d'agression sexuelle. On définit les attouchements sexuels par les touchers à connotation sexuelle que l'agresseur pose sur la personne. Il n'existe pas d'études ni de statiques sur le nombre d'agressions sexuelles en Algérie. Les victimes ne portent pas plainte et ne dénoncent pas leurs agresseurs par crainte ou tout simplement parce que parler de sexe dans notre société est le pire tabou à aborder en public. Des milliers de femmes sont victimes d'agression sexuelle au travail, dans le milieu universitaire, et même dans les rues, mais très peu en parlent. Les agresseurs s'en sortent indemnes.

    L'Etat algérien complice par son absence

    Concernant l'élève d'Akbou, une fillette de 9 ans, il est clair que le coupable n'est pas seulement ce pervers gardien. La société est complice, mais l'État est encore plus. La plupart des responsables des établissements scolaires et même ceux des universités recrutent un personnels incompétent ne disposant d'aucune formation ni diplôme, des repris de justice comme agents de sécurité et gardiens. La bureaucratie et l'absence de l'État ont engendré un chaos dans le pays. Des parkings d'autos ont émergé partout et gérés par des voyous, des quartiers entiers sont devenus infestés d'ordures. C'est la loi de la jungle qui règne dans ce pays.

    Désolé, les larmes coulent toutes seules de mes yeux ! C'est ça, l'association des parents d'élèves et les citoyens d'Akbou ont décidé de fermer l'école et tenir un rassemblement devant l'établissement. On verra.

    Boualem Afir
    SIWEL 191906 SEP 16


    0 0

    TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le président de l’ES Sétif, Hassan Hammar, a fait une déclaration des plus étonnantes. En effet pour lui un arbitre kabyle ne doit pas arbitrer un match de la JSK car il ne saura pas rester neutre. Cette déclaration a été faite suite au match qu’a disputé la JSK contre l’ESS le samedi 17 septembre, à Sétif. Un match qui s’est terminé par un score de zéro partout.

    Pour le président de l’ES Sétif, un arbitre kabyle ne doit pas arbitrer un match de la JSK !
    Hassan Hammar, d’après les propos rapportés par un journal algérien, a également déclaré que même les joueurs de son équipe et le staff ont exprimé leur mécontentement quand ils ont appris que c’est un arbitre kabyle qui allait arbitrer la rencontre.


    Pour le président de l’ES Sétif, un arbitre kabyle ne doit pas arbitrer un match de la JSK !
    À rappeler que depuis la décolonisation de l’Algérie, la JSK ne cesse de souffrir de l’arbitrage algérien qui fait tout pour faire perdre l’équipe kabyle. Cela devient particulièrement flagrant lors des matchs contre l’USMA et l’ESS. Il semble donc que pour le président de l'ESS, ses joueurs et son staff on est dans le cas où deux équipes de deux pays différents disputent un match et que l'arbitre est originaire de l'un des deux pays.

    En plus d’un arbitrage anti-kabyle, la JSK souffre également d’un pouvoir algérien qui a mis en place un véritable programme pour discréditer cette équipe symbole de la Kabylie. En 2014, c'est l’assassinat d’Albert Ebossé qui a été commandité par les laboratoires d'Alger, un assassinat qui répond à « une stratégie politique visant à porter atteinte à l’image de la Kabylie sur la scène internationale ».

    nbb
    192034 SEP 16


    0 0

    AT ΓUVRI (SIWEL) — Un citoyen kabyle du village d'At Isεad, dans Lɛerc des At Γuvri, ⵉacur ⵉarruc, subit depuis des mois les affres de l’ostracisme de la part de l'administration algérienne au point où même sa fille âgée de 10 ans a fait l’objet d’une interpellation traumatisante par un gendarme algérien devant son école et en présence de ses camarades tout aussi choqués. Nous publions ci-après sa déclaration à charge :

    Un citoyen d'At Isεad ostracisé par le maire d’Ifigha
    ACHOUR ARROUCHE
    VILLAGE AÏT ISSAD
    CNE IFIGHA

    DÉCLARATION

    Depuis mars de cette année, j’ai été l’objet d’une cabale orchestrée par le maire d’Ifigha qui a abouti à la privation de mon droit au travail sans justification, sans notification et sans recours possible.

    Ce type de situation, unique dans les annales algériennes, est le fait d’armes d’un édile, téléguidé par des forces occultes et par les services de répression que sont devenus la police et la gendarmerie affectés en Kabylie.

    En effet, ces deux corps dits de sécurité n’ont eu de cesse de me harceler au point où même ma fille âgée de 10 ans a fait l’objet d’une interpellation traumatisante par un gendarme devant son école et en présence de ses camarades tout aussi choqués.

    Quant à la malveillance pernicieuse de M. le maire à l’égard de ma famille, son refus de me notifier sa décision de licenciement a débouché sur l’impossibilité de constituer les dossiers de bourse pour mes filles et la suppression pure et simple des primes de scolarité.

    L’ostracisme criminel que je subis va au-delà des velléités hargneuses de l’administration municipale puisque aucune des promesses fermes de recrutement qui m’ont été proposées de la part d’opérateurs privés de la région n’a abouti à cause de pressions et menaces d’une administration coloniale qui ne dit pas son nom et des services de répression dont le but de plus en plus évident est la mise au pas du peuple kabyle.

    Mon cas n’est pas unique et la répression touche de nombreux patriotes kabyles. L’injustice, l’intimidation, l’ostracisme et l’affamement actuellement mis en application contre des citoyens kabyles n’a d’équivalent dans l’histoire récente que les exactions du régime nazi contre des communautés entières.

    Dans cette perspective, la dérive du régime algérien vient de se dévoiler à travers un livre scolaire où est décrétée la suprématie raciale de l’arabe face à un « patchwork de peuplades » qui représente 20 % de la population. Cette minoration augure de sombres présages à l’encontre des Kabyles, Chaouis, Touaregs et Mozabites.

    Les opinions publiques locale et internationale doivent savoir ce que le régime algérien est en train d’ourdir contre la Kabylie avec l’acquiescement assumé ou inconscient de certains collaborateurs domestiques.

    Pour ma part, je me refuse au défaitisme. Aucune force n’est capable de me déchoir de ma nationalité kabyle et les agissements criminels d’un kabyle-de-service ne font que renforcer ma conviction que quelles que soient les obstacles dressés contre lui, mon peuple se libérera de son joug dans un avenir proche.

    SIWEL 201534 SEP 16


    0 0

    PARIS (SIWEL) — Le musicien norvégien Pål Moddi Knutsen entamera sa tournée internationale ce mardi soir par un concert à Paris à l'occasion de la sortie de son album "Unsongs" dans lequel il reprend 12 chansons censurées ou interdites d’antenne en leur temps, oeuvres d’artistes assassinés, emprisonnés ou exilés pour leur engagement politique, et dont fait partie "Aɣuru", l'œuvre parodiant l'hymne national algérien en kabyle et qui a coûté la vie au chantre de la Kabylie, Lounès Matoub, assassiné par le pouvoir arabo-islamique algérien en 1998

    Le norvégien Moddi chantera
    Moddi est un artiste norvégien sensible aux causes justes. Un activiste engagé sur le front écologique et politique. Il a ainsi participé à plusieurs rassemblements contre l’installation des compagnies pétrolières en Norvège du Nord et en Arctique.

    Fidèle à ses principes, il est allé jusqu’à refuser un financement de la fondation de Statoil qui s’élève à 100 000 €. Il déclare : « je ne veux pas pour ami Statoil ». En rajoutant : « qui sur terre accepterait une amitié pour des raisons financières ? » Cela nous renseigne sur la force des convictions et la détermination de l’artiste.

    Dans son nouvel album intitulé Unsongs, il reprend des chansons censurées ou interdites d’antenne en leur temps ainsi que celles d’artistes assassinés, emprisonnés ou exilés pour leur engagement politique. Les chansons proviennent d’origines diverses et mettent en avant les personnes victimes de l’autarcie ou de l’arbitraire et dénoncent ceux qui les exercent. Certains morceaux sont vieux de plus de 200 ans, d’autres ont à peine un an.

    Sur son blog, l’artiste précise les raisons qui ont donné naissance à Unsongs : « je me suis posé la question suivante : pour quelle raison censure-t-on une chanson ? J’ai décidé d’accepter toutes les réponses plausibles, même les plus gênantes et inconfortables. Après deux ans de réflexion et de recherche, UNSONGS est la réponse »

    Parmi les chansons choisies y figure "Aɣuru" l'œuvre parodique de l'hymne national algérien, qui a coûté la vie à Dda Lounès Matoub. Moddi l'a présenté comme le porte-drapeau du combat identitaire kabyle.

    Sur son blog, Moddi qui ne connaissait pas la Kabylie a cité Matoub en le présentant comme un chanteur algérien. Des militants, dont Kaci Hamadi, un citoyen kabyle résidant en Norvège l’ont contacté pour lui donner plus d’informations sur le rebelle et son combat. Ils lui précisèrent que :

    « Matoub est un chanteur kabyle assassiné en 1998 par le gouvernement algérien d’essence arabo-musulman. Durant toute sa carrière, il a été le porte-voix du peuple kabyle, en lutte pacifique pour la reconnaissance de ses droits identitaires, culturels et linguistiques.

    Depuis 2001, après l’assassinat à l’arme de guerre de 130 citoyens de Kabylie et des milliers de blessés abandonnés sans soins.

    Les kabyles œuvrent pour leur droit à autodétermination. Cela rendrait justice à ce peuple opprimé depuis longtemps que de présenter Matoub Lounès sous son identité réelle, à savoir kabyle, car l’Algérie est un État colonial ».

    Impressionné par le courage et la détermination de Matoub et sensibilisé à la situation politique du peuple kabyle. Il a expliqué à Kaci qu’il souhaite se rendre en Kabylie pour réaliser un documentaire. Toutefois, il a précisé que pour l’instant, il n’a ni les moyens ni le temps pour mener à bien ce projet.

    Entamant sa tournée internationale par Paris ou il va présenter Unsongs, Moddi serait certainement content de rencontrer ce soir la communauté Kabyle établie en région parisienne.

    Date du spectacle :
    Mardi 20 septembre 2016 à 20h

    Lieu du spectacle :
    ESPCACE B, 16, rue Barbanègre 75019 Paris
    Entrée : 10 € en prévente / 12 € sur place

    Moddi se produira le 23/09 à Madrid, le 24/09 à Cologne, le 25/09 à Graz, le 26/09 à Budapest, le 27/09 à Brno, le 28/09 à Olomouc, le 29/09 à Prague, le 01/10 à Amsterdam, le 03/10 à Londres, le 06/10 à Berlin, le 07/10 à Hambourg...
    Pour écouter/acheter l'album "Unsongs", choisissez votre plate-forme favorite

    nu/wbw
    SIWEL 201645 SEP 16


    Voici un extrait de la chanson Aɣuru traduite en anglais :


    Paroles de la chanson Aɣuru de Lounès Matoub, traduite en anglais par Pål Moddi Knutsen et Maren Skolem, et qui fait partie du dernier album "Nosongs" du norvégien Moodi sorti le 16/09/2016 :

    Open Letter

    What’s the point waiting for the doorman to drop the key?
    You’ll be gone long before this evil falls asleep.
    What’s the point waiting for a better day to come along?
    They will bow to their dogs before they see our reign come.

    First the French decamped and left us with the garbage.
    Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
    They forgot to whom this country once belonged.
    There is always someone here to take the throne.
    Traitors, traitors, traitors.

    Did you believe that they would listen just because they said they would?
    How naïve! They’ve always been too righteous for their own good.
    For you know, power is addictive to the one it wields.
    They have sown with evil hands and harvest our tragedy.

    First the French decamped and left us with the garbage.
    Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
    They turned a blind eye to Algeria’s free men.
    We could have it all but were enslaved again.
    Traitors, traitors, traitors.

    All the same we will never let them have their filthy ways.
    We remain! These are our mountains; this is our place.
    We will break through the the door and have what’s ours all along.
    For without us Algeria is suffering on her own.

    So come the rain, come the wind come the hunger.
    We won’t sit and wait for freedom any longer.
    We must sacrifice the arm to save the heart.
    We will split the land before it falls apart.

    First the French decamped and left us with the garbage.
    Then our flag was dyed with Islam and Arabic.
    But our roots go deep and our will is strong.
    We will cling onto the land where we belong.
    Traitors, traitors, traitors.


    Written by the Kabyle singer, poet and freedom fighter Lounes Matoub. Translation by Pål Moddi Knutsen and Maren Skolem. The melody is based on the Algerian national anthem.


    0 0

    TIZI-OUZOU (SIWEL) — Les travailleurs non salariés kabyles crient au régionalisme et au racisme des autorités algériennes. En effet, le 17 septembre 2016 a eu lieu un rassemblement organisé par le collectif d'appui à la micro-entreprise afin de demander l'annulation de l'augmentation de leur cotisation à la Caisse algérienne de Sécurité Sociale des travailleurs non salariés. Les cotisations de ces derniers montent 42 000 DA par an alors qu'elles sont de 32 000 dans les 47 autres wilayas de l’administration algérienne.

    La cotisation à la CASNOS de Tizi Wezzu est 24% plus élevée que dans les autres
    Les protestataires considèrent que cette majoration est un vol. En effet, notre correspondant sur place nous a expliqué que ces 10 000 DA supplémentaires que doivent payer les professionnels de Tizi Wezzu « ne sont pas inscrits dans le journal officiel et sont donc un vol ».

    Les manifestants ont condamné cette mesure régionaliste et demandent son annulation.
    Un premier rassemblement a eu lieu le 17 juillet 2016, mais les autorités coloniales semblent faire la sourde oreille.

    par ailleurs, une source interne à la CASNOS de Tizi-Ouzou nous a informé qu'en 2014 le chiffre d'affaire de cette dernière est 30 milliards (300 000 000 DA) uniquement dans le département de Tizi Wezzu.


    La cotisation à la CASNOS de Tizi Wezzu est 24% plus élevée que dans les autres
    nbb
    SIWEL 202246 SEP 16


    0 0

    MONTREAL (SIWEL) — Dans un message parvenu à notre rédaction, le président de l'association Amitié Québec-Kabylie, Mas Rachid Bandou, a tenu à remercier ceux qui ont répondu présents à l'appel au rassemblement du 17 septembre à Montréal. Il est également revenu sur une tentative de perturbation d'un salafiste qui est sorti du consulat algérien devant lequel se tenait le rassemblement. « Il n'a d'ailleurs pas hésité à traiter de sale race, pour reprendre les termes qu'il a utilisés, les manifestants » a précisé Rachid Bandou dans son message que nous reproduisons ci-après :

    Rachid Bandou revient sur la tentative de perturbation du rassemblement Kabyle à Montréal par un salafiste
    L'association Amitié Québec-Kabylie remercie ceux et celles qui ont contribué à la préparation du rassemblement public qu'elle a organisé le 17 septembre devant l'édifice du Consulat d'Algérie à Montréal et animé par madame Françoise Laliberté.

    Elle remercie également ceux et celles qui étaient présents ce jour-là pour dénoncer le harcèlement et les persécutions exercés par le pouvoir colonial algérien sur les militants et militantes du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie. Un pouvoir qui n'a pas hésité à mettre en prison un simple citoyen kabyle, monsieur Slimane Bouhafs de confession chrétienne et militant du MAK, qui a osé afficher publiquement ses convictions religieuses sur un réseau Social.

    Nos remerciements vont aussi aux éléments du Service de police de la Ville de Montréal qui avaient répondu à notre appel suite à une sortie publique et agressive d'un islamiste, qui s'exprimait en anglais, sorti tout droit par la porte du Consulat algérien et qui voulait perturber le déroulement de cet événement pacifique. Ce monsieur, porteur d'une longue barbe qui sort de l'ordinaire, n'a d'ailleurs pas hésité à traiter de sale race, pour reprendre les termes qu'il a utilisés, les manifestants qui ont tout de même poursuivi leur rassemblement sous la surveillance de deux patrouilles de police.

    Les membres adhérents du MAK-Amérique du Nord et autres citoyens respectueux des droits de la personne qui n'avaient pas d'obligations privées ce jour-là mais qui ont quand même boudé cet important événement devraient, à l'avenir, s'inspirer de cette citation africaine, ajustée au cas kabyle, qui dit ceci : '' face à la persécution que subissent les militants et militantes de la liberté en Kabylie et ailleurs dans le monde, le silence et l'absence sont soit complices soit coupables''.

    Rachid Bandou
    P/ le Conseil d'administration d'Amitié Québec-Kabylie.

    SIWEL 202355 SEP 16


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) - Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie (MAK) annonce la tenue de son Conseil national le 22 octobre 2016 à 10h. Le lieu sera communiqué au moment opportun. Ci-après le communiqué dans son intégralité :

    MAK : Le Conseil national se tiendra le 22 ocotobre
    AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN
    MOUVEMENT POUR L’AUTODETERMINATION DE LA KABYLIE


    COMMUNIQUE

    Le conseil national du MAK se tiendra en session ordinaire le 22 octobre à 10h.

    Ordre du jour :

    - Election du nouveau président du Conseil National.

    - Préparation des marches de Yennayer 2967 qui consolideront le dépôt d’un mémorandum sur la question kabyle par l’Anavad au niveau de l’ONU le 12 janvier 2017.

    - Installation d’un comité directeur qui va travailler en étroite collaboration et en coordination avec le comité mis en place le 3 septembre au Québec en vue de préparer les assises du parlement kabyle qui auront lieu en Kabylie.

    - Divers...

    Le lieu sera communiqué aux membres du Conseil national au moment opportun.

    Au vu du contexte marqué par la répression et la chasse aux militants du MAK, nous demandons aux différentes coordinations d’œuvrer avec la direction afin de trouver un endroit sécurisé à même d'abriter cet événement politique de haute importance.

    Vgayet, le 21 septembre 2016

    Mouloud Mebarki,
    Président du Conseil National


    0 0

    LONGWY (SIWEL) — Le samedi 17 septembre 2016 a eu lieu une cérémonie d’inauguration d’une allée qui porte désormais le nom de Slimane Azem. C’est pour la deuxième fois que la ville de Longwy attribue le nom du chantre de la chanson kabyle à un lieu de la ville. En effet, une esplanade Slimane Azem a été inaugurée en 2008 au bassin de la Chiers.

    Inauguration d’une allée Slimane Azem à Longwy, en Lorraine
    Cet événement exceptionnel qui rentre dans le cadre des Journées européennes du patrimoine de Longwy a été organisé à l’occasion du 98e anniversaire de la naissance de Dda Sliman, né le 19 septembre 1918. L’histoire du fils d’Agouni Gueghrane avec Longwy est riche. En effet, c’est dans cette ville qu’il a débarqué en France en 1937 et c'est dans cette ville qu'il a décroché son premier travail, dans les mines de la région.

    La cérémonie d’inauguration a rassemblé plusieurs associations kabyles dont l’association de culture berbère de Nancy, la Coordination franco-berbère du bassin de Longwy et l’association AZAR d’Ars-sur-Moselle. Le sous-préfet de Luneville, Rachid Kaci, kabyle lui-même, était également présent ainsi que le député-maire Jean-Marc Fournel qui a dévoilé la plaque portant le nom de Slimane Azem.

    Plus tard, a eu lieu une conférence sur l’émigration et une soirée artistique animée par le jeune Arezki Meziane qui a repris quelques chansons du riche répertoire du chanteur kabyle.

    À rappeler qu’à Tizi Wezzu, la police algérienne avait essayé le 16 avril 2015 d’empêcher des militants kabyles de poser une plaque portant le nom de Slimane Azem sur une place connue de la ville. Plusieurs militants ont été arrêtés. Malgré cela les riverains ont adopté le nom, la communauté estudiantine notamment.

    nbb avec Yolande AH et Lynda G
    SIWEL 212106 SEP 16

    Inauguration d’une allée Slimane Azem à Longwy, en Lorraine

    Inauguration d’une allée Slimane Azem à Longwy, en Lorraine


    0 0

    Tizi Wezzu (SIWEL) — Un sympathisant du MAK nous a envoyé des photos d'affiches qu'il a remarquées dans un abribus à Tizi Wezzu le 20 septembre dernier. Il s'agissait d'un long texte sur un fond de drapeau amazigh. Un texte totalement diffamatoire à l'égard du MAK en général et de la personne de Ferhat Mehenni en particulier. Le militant du MAK, en essayant d'enlever l'affiche, a été interpellé par un salafiste qui a essayé de l'agresser. A savoir si le wali de Tizi Wezzu est dans le coup cette fois-ci aussi. Nous reproduisons ci-dessous le témoignage complet de Brahim A. d'At Wagnun.

    Retour des affiches diffamatoires à l'égard du MAK et du président de l'Anavad à Tizi Wezzu
    « Aujourd'hui à 7h du matin, j'étais dans un arrêt de bus à Tizi-Ouzou. À un moment, j’ai remarqué une affiche sur un fond de drapeau amazigh. Je me suis alors levé pour voir ce dont il s’agissait. J’en étais choqué. Le contenu, intégralement diffamatoire, est des plus acerbe à l’égard de la personne de Ferhat Mehenni et de sa famille. Le MAK aussi a été visé dans plusieurs passages.

    Sans me poser de questions, j’ai commencé à déchirer l’affiche qui était bien collée. Un salafiste (reconnaissable à sa tenue vestimentaire et sa longue barbe) m’interpella pour savoir pourquoi j’ai déchiré l’affiche. Je me suis alors brièvement expliqué en disant que c’était des propos infondés sur le MAK et Ferhat Mehenni. Le salafiste les a alors insulté et dans notre échange qui commençait à changer de ton, il a également insulté tous les militants du MAK. Je lui ai rétorqué que ce sont des Kabyles et que je suis moi-même du MAK. Suite à quoi il m’insulta moi-même.

    J’étais prêt à en découdre au moment où il a « levé sa main » et un jeune est intervenu pour me calmer alors que le bus s’approchait. Je suis monté dans le bus.
    Ce n’est pas parce qu’ils ont une longue barbe et qu’ils s’habillent en robe qu’ils nous impressionnent.
    »

    SIWEL 212153 SEP 16

    Retour des affiches diffamatoires à l'égard du MAK et du président de l'Anavad à Tizi Wezzu


    0 0

    MONTRÉAL (SIWEL) - Monsieur le Premier Ministre du Gouvernement Provisoire Kabyle Mass Lhacene Ziani a donné une entrevue à Slimane Aweghlis. Mass Lhacene Ziani est revenu sur l’essentiel des actions qui se sont produites durant l’été passé, dont les deux plus importantes, l’hommage qui lui a été rendu par ces amis et le groupe Ideflawen dont il était l’un des créateurs, et le lancement du projet Parlement Kabyle dont il est l’initiateur.

    Entrevue donnée par Mass Lhacène Ziani Premier Ministre du Gouvernement Provisoire Kabyle
    Mass Lhasen uziyan, nous sommes heureux de vous revoir en excellente forme. La communauté kabyle, à Montréal vous a rendu récemment un vibrant hommage : que de révélations, de témoignages très touchants, toute une dose pour le grand public… Un parcours grandiose!

    Je suis moi-même très heureux de vous savoir heureux. J’ai vécu personnellement cette soirée d’hommage comme dans un état second, une euphorie inqualifiable, une sensation à peine croyable. Moi, habituellement très volubile, je me suis surpris quasiment muet. Heureusement, ce vide fut comblé par le merveilleux public, l’organisation de Mourad Itim et Djamal Boukhoulaf, l’animation de la vedette Zahia, la poésie de Karima, Taous et Md laid, le chant du groupe Ideflawen avec des instrumentistes Achour et Rachid sans oublier l’incomparable virtuose de la guitare Zaher Adjou.
    La soirée a été merveilleusement égayée par les charmantes toutes jeunes filles de la troupe de danse Tafsut dirigée par Tassadit Ould Hamouda.
    J’apprécie tout particulièrement le documentaire des témoignages réalisé par Kamal Harani secondé par Kahina et Djamal Koudache qui y ont pris part admirablement.
    Ceci dit, je me suis rendu compte qu’un hommage est une médaille très lourde à porter. On est amené à se demander si pas trop exagéré tout cela de mon vivant? Suis-je à la hauteur de tous ces honneurs témoignés par toutes ces personnalités appartenant à trois générations?
    Enfin, il m’est impossible, pour l’instant du moins, de placer des mots sur la reconnaissance que j’ai dessein de clamer en direction de tout ce beau monde.

    Vous menez de front plusieurs chantiers. Comment trouvez-vous le temps et l’énergie pour tout cela?

    Le temps est toujours là à vrai dire. On n’a pas à chercher où le trouver. Nous avons par contre le choix de l’investir dans les choses que nous estimons importantes. Et il en est, par conséquent, de même pour l’énergie.
    Il est utile de rappeler que rien n’arrête la cadence majestueuse de la montre. Ne pensons surtout pas à gagner du temps. On n’en gagne jamais, il s’agit d’essayer de ne pas en perdre.
    On peut effectivement mener plusieurs chantiers de front si on est convaincu de leur utilité.

    Où en êtes-vous, Mr avec votre nouveau gouvernement? Quoi de neuf notamment?

    Que du neuf justement : plusieurs nouveaux ministres, des représentants diplomatiques partout où cela est nécessaire, programme novateur, lancement du plus important projet ‘’Parlement kabyle’’…
    Tout cela sera publié sous peu.

    On parle également du MAK-ANAVAD dans la diaspora. Quelle est la nouveauté dans ce volet?

    Le MAK-ANAVAD est la nouvelle forme d’organisation adoptée, dans la diaspora, par les militants souverainistes kabyles. Les commissions du MAK-ANAVAD travaillent en symbiose et directement avec les ministères en échangeant de façon continue et permanente. Ainsi, la base prendra part à la décision à travers ses propositions. Inversement, les ministres partageront la réalisation de leurs objectifs efficacement avec les commissions. Autrement dit, l’ensemble des militants est maintenant impliqué dans la réalisation de tous les projets.
    La grande question, c’est le parlement. Le lancement du projet au début du mois de septembre a rencontré des échos très favorables autant en Kabylie que dans la diaspora. Ce succès était-il prévisible?
    À vrai dire, les kabyles ont de tous temps souhaité une union autour d’un minimum commun, c’est à-dire autour de tout ce qui fait de la Kabylie une société distincte. Parallèlement, la Kabylie est victime de sa propre richesse soit, sa diversité politique. Par ailleurs, tous croient en l’absolue nécessité de se concerter pour sauver cet essentiel qu’est justement cette spécificité kabyle. Pour se concerter, on a besoin d’un cadre moderne qui s’appelle en général Assemblée nationale ou Parlement.
    Le mot est donc prononcé pour le soulagement de tous. D’où cet enthousiasme. Personnellement, je m’y attendais. D’ailleurs, l’engouement ne fait que commencer. L’ouverture du débat en Kabylie et à travers le monde suscitera tout l’intérêt que cela mérite.

    Quelle sera la mission de ce parlement?

    Comme tous les parlements du monde, c’est un cadre de concertation aux fins de légiférer sur les préoccupations de la société. Il décidera des priorités, de la réglementation, de la gouvernance à tous les niveaux… Dans notre cas, il me parait incontournable de rédiger une constitution ou un document fondamental qui s’y apparente.
    Je m’en tiens à ces généralités. Le congrès national kabyle en décidera.

    Comment seront élus ou désignés les membres de cette assemblée?

    C’est également le congrès national kabyle qui en décidera. Il statuera sur le découpage électoral et tous les autres critères.

    Qui va désigner justement ces congressistes?

    Des groupes de réflexion se mettront en place prochainement – l’opération est déjà en cours -pour proposer des réponses à ces précédentes questions. Ces groupes déposeront leurs rapports de réflexion dans le site réservé à cet effet (www.parlementkabyle.com). La réflexion déterminera la forme et le contenu des pré-congrès régionaux et du congrès national.

    D’où émaneront ces groupes de réflexions?

    Tout Kabyle qui désire réfléchir sur l’avenir de son pays et de son peuple!
    Il suffit de s’inscrire sur le site dont on vient de parler. L’inscription est seulement sujette à la déclinaison de l’identité de l’un de ses membres au moins.

    b[Y a-t-il des balises à cette réflexion?]b

    Les balises relèvent du bon sens commun. Le bon sens étant la chose du monde la mieux partagée, il suffit de ne pas sortir du sujet, à savoir l’édification d’un Parlement et de lui proposer une mission, une démarche, un fonctionnement, un mode de désignation des membres. Bien entendu les principes ancestraux seront respectés; il est dans l’ordre des choses de bannir tout comportement sexiste, fondamentaliste ou idéologique. Rappelons que la souveraineté n’est ni à droite ni à gauche, elle est en avant.
    Dans la mesure où chacun connait à peu près ses limites, les Kabyles s’entendront bien sur l’essentiel, l’essentiel de leur avenir.

    Ne pensez-vous pas, Mr Ziani, que c’est en Kabylie que l’essentiel doit se passer?

    Vous l’avez dit. L’essentiel de la réflexion et de l’action émanera de toute évidence de la Kabylie. Le congrès national se tiendra en Kabylie et le Parlement siègera en Kabylie.
    La diaspora ne sera pas en marge. Les Kabyles de la diaspora seront parties prenantes à la réflexion, aux pré- congrès, au congrès et au parlement proprement dit.

    Êtes-vous bien entouré pour mener à terme ce projet?

    En tant que détenteur du projet, j’ai toutes les raisons de croire que le processus est bien parti. L’équipe porteuse du projet a effectué des sondages, cet été, en Kabylie et en diaspora.
    Les échos sont très favorables. Plusieurs cadres ont manifesté leur volonté de prendre part à la conduite du projet.
    Le président du comité directeur, Ahmed Haddag, veillera au respect des orientations que nous nous sommes données. Il a la noble mission de rencontrer les personnalités kabyles désireuses de faire un pas en direction de la construction de l’avenir de la Kabylie.
    Bien entendu, je tiens à ce que des cadres vivant en Kabylie rejoignent toutes les instances du Projet.
    Le jeune cadre, Belkacem Ouarab, est désigné chargé de projet pour effectuer le suivi quotidien du projet. Il coiffera plusieurs équipes impliquées dans la réalisation de ce dernier.
    Le site ‘’Parlementkabyle.com’’ sera administré par Belaid Chalal qui l’a également développé.
    Les équipes chargées de la médiation, de la communication, du financement et d’autres aspects techniques se mettent progressivement en place.

    En plus de ce site, comment comptez-vous rallier le plus grand nombre à cette idée?

    Nous avons un grand défi à relever. Effectivement, nous ne faisons que commencer. Il est bien connu qu’en politique, il ne suffit pas d’avoir raison, il faut également convaincre ceux qui ont tort. Nous sommes donc à pied d’œuvre. Nous mènerons une série de conférences et communiquerons autant qu’il le faudra pour sensibiliser et convaincre de la nécessité et de l’urgence d’édifier le Parlement Kabyle.

    Pour quand projetez-vous l’aboutissement de ce projet?

    Il me parait raisonnable de consacrer le reste de l’année 2016 pour bien ancrer la réflexion et le débat. Les pré-congrès devraient se tenir avant le 20 avril 2017 et le congrès avant le 14 juin. Vers la fin de 2017 –début 2018, nous serons dotés de notre tant attendu Parlement kabyle. Le 20 avril 2018 sera célébré sous l’égide de ce dernier.

    Un dernier mot Dda Lhacene?

    Martin Luther King disait: «i have a dream», c’est à-dire, j’ai un rêve! Eh bien, ce Parlement est notre rêve… Lorsque nous rêvons tous ensemble, nous construisons le projet de société. Le bout du tunnel est maintenant perceptible.
    Former une relève est également au cœur des préoccupations!
    Aux jeunes : relevez la tête! Vous serez bientôt maitres de votre destin.
    Vive la Kabylie libre!

    NJ
    SIWEL 212146 sep 16i[

    Entrevue donnée par Mass Lhacène Ziani Premier Ministre du Gouvernement Provisoire Kabyle


    0 0

    SICILE (SIWEL) — Un couple de restaurateurs kabyles, Dda Muh Herbi et son épouse Nna Selma, originaires du village d'At Lahcen dans Lɛerc At Yenni, sont à San Vito Lo Capo, dans le Nord-Ouest de la Sicile, pour y disputer les Championnats du monde de couscous 2016 qui débutent ce jeudi 22 septembre. Concourant pour la France, il affrontera à 20h30 son premier adversaire de l’Île Maurice, le but étant d’accéder à la finale qui se déroulera samedi.

    Gastronomie : Et si le meilleur couscous du monde était kabyle ?
    Le duo kabyle aura quatre heures pour concocter son couscous kabyle, le "Seksu" dont la recette, gardée jalousement, compte 21 épices, 5 légumes et parfumé au basilic.

    Arrivés en France en 1994, les Herbi détenaient un restaurant dans le Vieux-Lille, avant de succomber aux charmes de la campagne du Westhoek français en achetant un corps de ferme à Bailleul où ils ont ouvert en 2008 leur restaurant spécialiste du couscous "le Grain de folie" dans la cité de Mélusine.

    Ayant l'exigence de travailler avec les produits locaux, ils ont même voulu produire eux-même leur viande : « En arrivant j'ai élevé des agneaux, mais, quand il a fallu aller à l'abattoir je n'ai pas pu », avoue Dda Muh, 62 ans, qui ne cache pas qu’il rêve de devenir champion du monde de couscous.

    Voici l'agenda de cette 19ème édition du Cous Cous Fest à laquelle 10 pays ont été sélectionnés :

    Jeudi 22 :
    - 14h00 : Italie Vs Israel
    - 18h30 : Etats-Unis d'Amérique Vs Maroc
    - 20.30 : France Vs Île Maurice

    Vendredi 23 :
    - 14h00 : Tunisie Vs Angola
    - 18h00 : Palestine Vs Pérou

    Samedi 24 :
    - 12h00 : Finale entre les trois pays finalistes
    - 21h30 : Cérémonie de remise des Prix

    wbw
    SIWEL 221118 SEP 16

    Gastronomie : Et si le meilleur couscous du monde était kabyle ?


older | 1 | .... | 80 | 81 | (Page 82) | 83 | 84 | .... | 120 | newer