Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 7 | 8 | (Page 9) | 10 | 11 | .... | 120 | newer

    0 0

    SMAOUN (SIWEL) - Sur initiative d'un collectif de jeunes, une rencontre citoyenne s’est tenue ce soir vers 20 heures en marge des travaux du pré-congrès du MAK dans la Commune de Smaoun dans le village de Tighilt n Tafukt avec la Direction du mouvement kabyliste.

    MAK : Rencontre citoyenne au village de Tighilt n  (Smaoun).
    La délégation du MAK était représentée par son président Bouaziz Ait Chebib , Mouloud Mebarki, Hocine Azem , Farid Djennadi et Kamel Chetti, qui durant la journée était aux travaux du pré-congrès

    Le débat a porté sur des questions générales qui prédominent dans le débat public relatives à l’évolution du combat du peuple kabyle.

    Les citoyens ont fait remarquer que les thématiques développées par le MAK sont maintenant au centre de toutes les discussions populaires. D’ailleurs, même les partis politiques sont souvent interpellés par la population sur leur position par rapport à l’autodétermination du peuple kabyle.

    Les responsables du MAK ont tenu un discours clair qui a réussi à lever tous les équivoques semés par le pouvoir algérien et ses relais à l'encontre du mouvement souverainiste kabyle.

    En guise de conclusion, le président du MAK a appelé à l’union des kabyles pour libérer la Kabylie du joug algérien en mettant en avant les convergences qui sont plus importantes que les divergences vu qu'il s'agit de l'avenir et du devenir de la nation kabyle. « L’autodétermination est une option démocratique qui doit rassembler tous les kabyles de tous bords car aller à l’encontre de ce principe signifie tout simplement bafouer la dignité du peuple kabyle en le privant de sa liberté de choisir son destin en toute souveraineté. ».



    0 0

    BOUSSELLAM –SETIF (SIWEL) - Dans la matinée d’aujourd’hui, la direction du MAK a animé un meeting populaire au chef lieu de la commune de Boussellam, dans le département de Setif.

    Meeting du MAK à Boussellam :
    Salim Djouadi, Abdelkrim Mouzai, Bouaziz Ait Chebib, Hocine Azem se sont succédés au micro pour insister sur l’unité territoriale de la Kabylie charcuté par l’Etat colonial algérien dans le dessin de morcellement de la Kabylie et de son peuple pour les minoriser et les diluer dans des ensembles arabophones.

    L’ostracisme dont sont victimes les localités kabyles dans le département de Setif résulte d’une politique d’appauvrissement et dépersonnalisation de ces régions qui ont toujours constitué un rempart contre l’arabisation outrancière de la Kabylie.

    Pour les orateurs, le seul moyen de réunifier la Kabylie dans ses frontières et protéger les droits des populations kabyles victimes du charcutage administratif est l’instauration d’un Etat kabyle souverain.

    Afin de parvenir à cet objectif, les responsables du MAK ont mis l’accent sur l’union sacrée des kabyles afin d’assurer à la nation kabyle un avenir de dignité et de liberté. Dans le même ordre d’idée, le président du MAK a réaffirmé devant l’assistance fort nombreuse que le peuple Kabyle est face à un dilemme : s’unir et être ou disparaître.

    Un citoyen de Boussellam a tenu à remercier la délégation du MAK ainsi que la coordination locale qui a réalisé cet événement tant attendu par les kabyle de cette localité, ce qui a permis de briser la loi de l’omerta instaurée par l’Etat algérien avec la complicité de l’administration locale dans la partie kabylophone de Setif.



    0 0

    SOUK LHED – BOUSSELAM (SIWEL) - Après avoir animé un meeting au chef lieu de la commune Boussellam, la délégation du MAK a poursuivi son périple vers le village de Souk Lhed pour rencontrer les militants en vue de préparer l’installation de la section locale et préparer des actions d’envergure dans cette partie de la Kabylie.

    MAK : Rencontre  de proximité avec des citoyens  du village Souk Lhed (Boussellam-Sétif)
    Ainsi donc, le mouvement souverainiste kabyle poursuit son élargissement politique et organique vers tout le territoire kabyle et ce malgré les pressions, la répression et la diffamation dont fait preuve l’Etat algérien à l’égard du MAK et de ses militants.

    A l’issue de cette rencontre, des échéances organiques et d’autres actions sont programmées pour les jours à venir.


    0 0

    NOISY-LE-GRAND (SIWEL) — L'octuple champion de France des poids moyens – un record – Karim Achour, du village Ighil Imula (Iwadiyen), est devenu champion de l’Union européenne des moyens ce samedi soir à Noisy-le-Grand, en battant Moez Fhima par abandon au 10e round. A 28 ans, Karim Achour s’ouvre les portes pour disputer le championnat d’Europe de la catégorie en 2016.

    Boxe : Le kabyle Karim Achour champion de l'Union européenne
    Après un repos de courte durée, soit moins d'un mois après sa victoire le 3 octobre dernier contre le champion espagnol de la catégorie, José Yebes (36 ans), le boxeur kabyle licencié au BCO de Pont-Sainte-Maxence (Oise), a affronté ce samedi 31 octobre, dans le cadre du Championnat de l'Union européenne, Moez Fhima, 33 ans, boxeur d'origine tunisienne, du club de Louvroil (Nord).

    Encouragé par ses supporters brandissant l'emblème kabyle, le "guerrier kabyle" au short portant l'inscription AZA symbôle des Hommes libres, supérieur physiquement, est monté en puissance au fil du combat et a fait la différence au 9ème round où Fhima est allé au tapis, en faillant tomber du ring, d'où l'arrêt de l'arbitre au 10eme round.

    Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés le 13 février dernier, mais n'ayant pu se départager à l'issue des 10 rounds (95-94 en faveur d'Achour, 94-97 pour Fhima, 95-95 selon le troisième juge), le championnat s'est soldé par un match nul qui a profité au guerrier kabyle qui avait, ainsi démontrer qu'il régnait toujours sur l’échiquier national français des poids moyens.

    Le kabyle originaire d'Ighil Imula (le village de Ali Zamoum), installé en Picardie, à Cambronne les-Ribécourt près de Thourotte où il a commencé la boxe, 61ème champion de France, a décidé de se tourner vers l'Europe, puisqu'il est actuellement challenger officiel au championnat de l'Union européenne dans sa catégorie. « Devenir champion d’Europe, c’est mon rêve. Je suis patient mais déterminé ».

    Avant de se consacrer entièrement à la boxe, suite à son arrivée en France à l’âge de onze ans, Karim Achour pratiquait déjà un sport de combat en Kabylie, le Yoseikan Budo. Il est aujourd'hui titulaire d’une licence en STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) et d’un master d’entraînement sportif et handisport.

    wbw
    SIWEL 312338 OCT 15

    Boxe : Le kabyle Karim Achour champion de l'Union européenne

    Boxe : Le kabyle Karim Achour champion de l'Union européenne


    0 0

    PARIS (SIWEL) – Nafa Kireche, ministre chargé des Institutions et les Organisations en France au sein du Gouvernement Provisoire Kabyle (Anavad) répond dans cet entretien aux questions d'actualité touchant la Kabylie, du lever historique du drapeau kabyle au Nations Unies aux attaques du régime colonial algérien aux abois face aux avancées des souverainistes kabyles :

    Entretien avec le ministre Nafa Kireche :  « Le régime algérien utilise les origines kabyles d'Ouyahia pour mieux attaquer la Kabylie »
    Monsieur le Ministre, les évènements semblent s'accélérer pour la Kabylie et la cause que vous portez. Revenons sur ces évènements. Tout d'abord, le président de l’Anavad a été la cible d'attaques de la part de l'ancien premier ministre algérien et actuel président par intérim du RND Ahmed Ouyahia. Celui-ci lui a reproché de vouloir "vendre le pays aux juifs". Quelle est votre réaction ?

    Comparons d'abord les deux personnages. D'un côté, vous avez Ahmed Ouyahia, « orphelin de la parole », homme du sérail, soucieux de sa carrière et de ses avantages matériels. Il n'a absolument aucune conviction. Il a été recruté à l'université par la sécurité militaire de l'époque pour son profil d'apparatchik auquel on peut confier les sales besognes. Le régime pouvait ainsi utiliser ses origines kabyles pour mieux attaquer la Kabylie et ses symboles.
    Et de l'autre côté, Ferhat Mehenni, orphelin de guerre, chanteur, défenseur de la cause berbère, emprisonné 12 fois, persécuté et qui a payé de sa chair son engagement, avec notamment l’assassinat de son fils Ameziane, tué par des hommes du même profil qu'Ahmed Ouyahia. Il a choisi de vivre pour ses idéaux et il les défend avec détermination. Au détriment même de ses intérêts matériels puisqu'il a toujours refusé les propositions alléchantes du régime algérien.
    Il n'y a nul besoin d'aller plus loin pour comprendre que tout sépare ces deux hommes et il est donc normal qu'ils se combattent. Ouyahia a choisi la mangeoire, Ferhat a choisi l'Histoire.
    Lors de la création du GPK, Ouyahia avait réagi en qualifiant l'évènement de "tintamarre". 5 ans plus tard, il reproche à ce même "tintamarre" de vouloir détruire l'Algérie et "vendre le pays aux juifs"...

    Pensez-vous que ces propos, clairement antisémites, vont freiner Ouyahia dans ses ambitions ?

    Sur le plan interne, Ouyahia est déjà "grillé". Ses parrains l'ont lâché en rase campagne et les temps vont être compliqués pour lui. Ses propos antisémites dénotent un affolement de sa part. Je pense qu'il s'est définitivement discrédité au niveau international. Quand on est antisémite, comploteur et conspirationniste, on n’a pas sa place dans le concert des dirigeants de ce monde.
    Il est donc fini des deux côtés : interne et externe.

    Un mystérieux groupe a attaqué Ferhat Mehenni et le maire PS de Quimperlé Michaël Quernez, qui a invité le président du GPK à l'occasion de la semaine internationale "regards croisés sur le monde". Le site algérien "Algérie patriotique" a publié l'attaque. En savez-vous plus ?

    Tout d'abord, je tiens à vous confirmer que le président du Gouvernement Provisoire Kabyle clôturera bien cet évènement. Pour le reste, cela reste une énigme. Il n'y a pas de signataire en dehors d’une obscure « Association des Franco-Algériens » (AFAL), au demeurant plus algérienne que française comme l’a présentée le journal en ligne qui l’a relayée et dont on connaît les liens avec la pègre d'Alger au pouvoir. Il est de notoriété publique que le responsable du site n'est autre que le fils de Khaled Nezzar.
    Si vous voulez mon avis, je pense qu'il y a d'abord, de la part de ce site, la volonté de créer un buzz avec les kabyles. Car les articles traitant de la Kabyle, du MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) et du Gouvernement Provisoire Kabyle sont ceux qui génèrent le plus de visiteurs et de commentaires, permettant de faire vivre le journal.
    Ensuite, je ne vous cache pas ma méfiance vis-à-vis des nationalistes algériens vivant en France. Je pourrais citer Amar Saadani, mais en réalité, toute la nomenclatura algérienne est concernée. Ses membres possèdent tous la double nationalité.
    Enfin, la perspective pour ces tenants du nationalisme algérien de perdre la partie kabyle du pays leur donne des sueurs froides. Ils savent que les kabyles sont l'élite du pays et qu'ils incarnent tout ce qu'il y a de positif en Algérie. Ces derniers jouissent d'une très bonne image à l'étranger, où ils s'intègrent sans problèmes et participent activement au tissu économique des pays où ils s'installent. Sans les Kabyles, il ne restera de l'Algérie que l'islam, l'arabisme et le terrorisme, éternellement résiduel, le tout entretenu par un régime corrompu. Autant dire, rien. La Kabylie doit se libérer de toute urgence afin de ne pas être entraînée dans ce néant.

    Les médias algériens parlent de plus en plus du MAK et du GPK. Faut-il y voir un lien avec les restructurations qui ont lieu dans le sérail ?

    Je pense effectivement que le général Toufik a joué un rôle important dans l'étouffement médiatique des activités du MAK et de l’Anavad. Il a des origines kabyles qu'il n'assume pas et comme chez tous les kabyles aliénés, le zèle est de rigueur contre les défenseurs de l'identité kabyle. Il faut montrer patte blanche pour se faire recruter et profiter des miettes du pouvoir ; mais à un moment ou un autre, ils se feront toujours éjecter comme des malpropres. Si eux renient leur identité kabyle, les décideurs algériens ne s’en servent qu’en tant que tels. Celui qui trahit les siens n’inspire confiance à personne, à fortiori à son propre ennemi !
    Le général Toufik était au DRS un décideur kabyle antikabyle. Son départ a peut-être déverrouillé certaines choses dans les médias. Mais je pense que c'est temporaire, le temps que les nouvelles stratégies se mettent en place. D’ailleurs, au lendemain de l’internationalisation de la question kabyle par le Maroc à l’ONU, les médias algériens ont tous reçus l’ordre de ne rien en dire immédiatement. La presse algérienne est, de nouveau, muette, muselée par le remplaçant de Toufik.
    Son départ est toutefois une bonne chose. Toufik était la caution kabyle de la haute hiérarchie du régime et nos opposants ne se faisaient pas prier pour l'utiliser contre nous : Dès lors que Toufik est kabyle, ils n’hésitent pas à dire à qui veut les entendre que ce sont les Kabyles qui gouvernent l'Algérie. En oubliant que ce n’'est d'abord que pour son antikabylisme qu’il était maintenu à son poste.

    Le président de l'Anavad s'est rendu récemment à New York pour y procéder à la levée du drapeau kabyle devant le siège de l'ONU. Quelle est la réelle portée de cet acte ?

    La portée est forcément symbolique. New York, l'ONU... Nous sommes au cœur des lieux où se retrouvent les pouvoirs mondiaux. Y lever le drapeau de notre nation était important. Et c'est évidemment une fierté énorme pour tous les Kabyles qui se respectent. L'une des mamelles de notre identité est le refus de tous les asservissements. Cet acte symbolique traduit notre aspiration à l'indépendance et à la liberté.
    Puisque nous évoquons cet évènement, je tiens à dénoncer le comportement mesquin du "PNListe" Hacène Hireche qui usurpe le titre de « docteur en sciences économiques » et qui, aussitôt que le président Mehenni avait annoncé sa décision de lever le drapeau kabyle devant l’ONU, a fait le déplacement à New York pour tenter le sabotage de cette opération symbolique. Il a démarché même le représentant du MAK aux Etats-Unis pour lui demander de ne pas assister à la levée du drapeau kabyle. Il souhaitait dissuader les kabyles des Etats Unis d’y prendre part pour isoler notre président. Il n'y a aucun acharnement de ma part contre lui, je ne relate que des faits qui m'ont été rapportés par des militants sincères et que je ne peux taire sans faire violence à la vérité. Le parcours de Hacène Hireche est incompréhensible, pour le suivre, il faut s'équiper d'un GPS...

    Restons à New York et à l'ONU. Dernièrement, le représentant adjoint du Royaume du Maroc au sein des instances de l'ONU, Abderrazak Laassel, a défendu publiquement et officiellement, dans le cadre du 70e anniversaire de la création de cette structure, le droit du peuple kabyle a son autodétermination...

    Il existe pourtant des esprits chagrins qui veulent transformer cette victoire historique du peuple kabyle, du MAK et de l’Anavad en défaite en essayant de s’attaquer au Roi du Maroc. Nous sommes toujours dans les méthodes de la Gestapo. Quand on veut effacer une, idée, un acte on s’attaque à son porteur, son symbole et son auteur. Toutefois, les nuages ne cachent le soleil que momentanément et la lumière finit toujours par triompher de ceux qui la combattent. C'est un véritable coup de tonnerre dans le milieu diplomatique et le président du Gouvernement Provisoire Kabyle a remercié les autorités marocaines pour cet événement historique. Le peuple marocain est un peuple frère et le Maroc est un pays respectable. L'Algérie harcèle le Maroc sur la question du Sahara Occidental et, parallèlement, applique non seulement une politique de génocide culturel à l'intérieur de ses frontières, mais se comporte en Etat colonialiste en Kabylie. C'est totalement incohérent, criminel, et nous tenons à le dénoncer.
    Notre cause avance à grand pas, le travail conjugué du MAK sur le terrain et du GPK au sein des instances internationales commence petit à petit à payer.
    Pour mieux avancer ensemble, à terme, il serait souhaitable que nos amis marocains ouvrent une représentation kabyle au Maroc. Nous en serions fiers et honorés.

    Vous évoquiez le travail du MAK sur le terrain. Ou en sont les préparatifs du congrès du mouvement souverainiste kabyle au début de l'année prochaine ?

    Je m'entretiens régulièrement avec le président du MAK, Monsieur Bouaziz Ait-Chebib, dans le cadre de la préparation de ce congrès. Il revêt un caractère très important pour la Kabylie compte tenu du contexte et de l'évolution de la situation. Il est programmé pour le 5 février 2016. Plusieurs précongrès vont avoir lieu. Des régions ont été délimitées pour les accueillir et les travaux ont d'ores et déjà commencé. Les régions retenues sont :
    - Vgayet/Jijel/Setif
    - Bouira/Bordj-Bou-Arreridj
    - Tizi-Ouzou/Boumerdes
    Les universités, par le biais d'un pôle universitaire, seront mises à contribution. Leur rôle sera très important car il s'agit des étudiants, futurs cadres du MAK et nous l'espérons, de la future nation kabyle.
    Des précongrès auront également lieu au sein de la Diaspora. Elle sera divisée entre l'Europe et l'Amérique du Nord.
    Ils travailleront autour des thèmes qui ont trait à l'évolution de la situation en Kabylie, sur le plan interne et externe, les moyens à plus ou moins long terme pour parvenir à nos objectifs et une charte qui aura pour but de délimiter les principes que chaque militant devra respecter, etc...
    J'appelle donc les Kabyles à se mobiliser dans le cadre de ce congrès qui doit dessiner les contours de l’Etat-nation Kabyle.

    Un dernier mot sur le président du GPK, qui sort un ouvrage intitulé "Noël en otage" aux Editions Michalon...
    J'ai eu l'honneur de lire son livre en avant-première. Cela traite de la prise d'otage de l'avion Alger-Paris d'Air France en 1994. Il relate les évènements avec le recul du temps. Ferhat donne une dimension politique à son récit. On y apprend des choses nouvelles. Je n'en dis pas plus. J'invite les kabyles à se le procurer. C'est par exemple une bonne idée de cadeau de noël...

    Propos recueillis par Siwel

    wbw
    SIWEL 312345 OCT 15


    0 0

    EXILE (SIWEL) - " As part of the 70th session of the general assembly of the UN, on October 27th, 2015, the representative of Morocco kingdom expressed the support of his country to the right of kabyle people to self-determination... The Anavad welcomes with satisfaction this courageous declaration full of wisdom and lucidity. The solidarity that Morocco has just expressed with regards to kabyle people is of great profundity and of unequalled historical influence for the future of Kabylia..."Anavad declaration excerpt.

    Declaration of the Anavad: THE KINGDOM OF MORROCO RECOGNIZES THE RIGHT OF KABYLE PEOPLE TO HIS SELF-DETERMINATION
    ANAVAḌ AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
    PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA

    DECLARATION

    THE KINGDOM OF MORROCO RECOGNIZES THE RIGHT OF KABYLE PEOPLE TO HIS SELF-DETERMINATION

    As part of the 70th session of the general assembly of the UN, on October 27th, 2015, the representative of Morocco kingdom expressed the support of his country to the right of kabyle people to self-determination.

    The representative of his majesty the king Mohammed VI in UN has in fact declared:
    «It is regrettable that the legitimate aspirations of the autochthonous people of Kabylia are still trampled in the twenty-first century. His human rights are violated daily, his legitimate representatives are persecuted and his leaders are pursued, even when they are in exile».

    The UN is in «political obligation (…) to fix this historical injustice with regard to Kabyles».

    The Anavad welcomes with satisfaction this courageous declaration full of wisdom and lucidity. The solidarity that Morocco has just expressed with regards to kabyle people is of great profundity and of unequalled historical influence for the future of Kabylia.

    A step has just come to an end. Now we enter in a new diplomatic process of which the climax will be the organization of self-determination referendum in Kabylia, under the aegis of the UN.

    It is sure that the advent of a free Kabylia on the international scene will form a solid base for an appeased and a united North Africa.

    The Anavad expresses, on behalf of Kabylia, his thanks to Morocco kingdom, to his people, and at their head, his majesty the King Mohammed VI.

    This official recognition of the inalienable and legitimate right of the kabyle people to exercise self-determination is a very great victory on the way of our independence. Kabylia is glad about it.

    The Anavad calls the governments of the five continents to follow the Moroccan example by supporting the kabyle people to exercise their right to self-determination. In order to give body to this call, the Provisional Government of Kabylia will, in less than one year, submit in this context an official request of Kabylia in the UN.

    He calls the Algerian free press to show discernment and objectivity in dealing with the development of the kabyle question locally and internationally.

    He warns the algerian government against repressive temptation. The Anavad is a government opened to dialogue and negotiation in order that the process of self-determination in Kabylia happens in serenity.

    Exile on October 28th, 2015
    For the Anavad (Provisional Government of Kabylia)
    Mr. Ferhat Mehenni

    Translated into English by Muhend Arezqi


    0 0

    TIZI WEZZU (SIWEL) — “Après que le pays a été livré au bradage et au pillage, voilà qu’Ouyahia nous informe que le problème,c’est Ferhat Mehenni. Bientôt, il nous dira que même le problème de la couche d’ozone, c’est Mehenni qui en est responsable mais, tout au moins, ce dernier n’a ni envoyé son fils étudier en Grande-Bretagne, ni volé la villa de l’ambassade de Yougoslavie, ni déroulé le tapis rouge à Madani Mezrag”, a déclaré, hier, Nordine Aït Hamouda lors d’une conférence débat qu’il a animée à Tizi Ouzou, sous le thème “Novembre : Résistance et trahison”.

    Nordine Ait Hamouda apporte son soutien à Ferhat Mehenni
    Ce soutien qui vient s’ajouter aux précédents démontre que les Kabyles, malgré leurs divergences, se solidarisent les uns avec les autres quand l’un d’eux est agressé par les ennemis de la Kabylie.

    Rappelons que Le MAK ainsi que le GPK ont exprimé leur solidarité avec Said Sadi quand celui-ci est attaqué dans l’affaire de Messali.

    Au-delà du soutien exprimé par Nordine Ait Hamouda , ses propos apportent un énième démenti catégorique quant à la rumeur selon laquelle , Ferhat Mehenni, avait envoyé ses enfants à étudier à l’étranger durant l’année du boycott scolaire. Le mensonge dure un temps,la vérité le rattrape tout le temps.

    cdb,
    SIWEL 011144 NOV 15


    0 0

    TIZIT - ILLILTEN (SIWEL) — Le parfait exemple est donné par les vaillants militants de la section MAK de Tizit le 30 du mois écoulé. En effet, en date du 19 juin 2015, cette section MAK avait procédé au lever du drapeau national kabyle en hommage au martyr de la Kabylie libre, Ameziane Mehenni, assassiné par les services algériens en 2004 avec la complicité des services de sécurité français ; complicité prouvée par leur absence de volonté d’y faire toute la lumière.

    Le drapeau kabyle, un symbole de sacralité
    Plusieurs mois après, les militants de Tizit, soucieux de préserver l’emblème kabyle dans un meilleur état possible, ont décidé de remplacer l’ancien drapeau par un nouveau.

    Cet acte citoyen qui a eu lieu, rappelons-le, avant hier, dénote la sacralité que voue la jeunesse kabyle à ses couleurs nationales.

    Un exemple à méditer par toutes les femmes et hommes kabyles.

    cdb,
    SIWEL 011154 NOV 15


    0 0

    AQVU (SIWEL) — C’est au cours de la semaine passée, que la coordination d’Akbou a été contactée par des citoyens du village d’Akhenak (Axunaq), pour une rencontre de sympathie. Une invitation que la coordination a honorée avec plaisir comme à son accoutumée, en envoyant une délégation jeudi passé, 29 octobre.

    MAK Aqvu à la rencontre des citoyens d’Akhenak
    La rencontre a eu lieu aux environs que 18h30, au sein même du village Axunaq. Les citoyens n’ont pas perdu de temps pour commencer à exposer leurs interrogations concernant le Mouvement de l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et son projet pour la Kabylie.

    Des questions auxquelles les militants de la coordination ont répondues volontiers pour informer au mieux les citoyens, expliquant ainsi que notre pays Kabyle a besoin de l’implication de tout un chacun pour assurer sa survie et que tout apport supplémentaire,
    aussi infime qu’il soit, lui serait bénéfique.

    La riche discussion n’a pas manqué d’attirer l’attention des clients du café et de susciter leur intérêt, ce qui les a incités à participer aux débats. Les citoyens avaient également rempli les formulaires de demande de la carte d’identité Kabyle, en promettant de réitérer l’invitation prochainement, pour éventuellement installer une section locale du MAK.

    De même, la coordination d’Akbou a également reçu l’invitation des citoyens de Seddouk pour une rencontre semblable, qui aura lieu durant les prochains jours. Il est à noté que le travail de proximité est l’un des points les plus importants du plan d’action de la coordination d'Aqvu pour cette nouvelle année.

    Coordination MAK AQVU
    Le responsable à la communication Nounour MEZI


    SIWEL 012136 NOV 15


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Suite à la franche manifestation d'hostilité manifesté par un ministre algérien envers le père de la révolution algérienne, Abane Ramdane, le président du Gouvernement provisoire kabyle, Ferhat Mehennin, a réagit en relever d'emblée que la cohabitation pacifique avec l'impérailisme arabo-islamique étant ce qu'il est, la révolution n'avait d'autre choix que de liquider Abane" en effet et bien d'autres...encore ! Nous publions ci-après l'opinion de Ferhat Mehenni

    « La révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane ! »... Ferhat Mehenni réagit
    OPINION

    « La révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane ! »

    A l’occasion de l’anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance algérienne (01/11), l’ex « Malgache » et ex ministre de l’intérieur algérien qui voulait créer un mouvement kabyle contre la Kabylie, M. Dahou Ould Kablia justifie l’assassinat d’Abane Ramdane.

    Même si nous savons que ce n’est là qu’un contre-feu que le régime colonial algérien allume pour faire oublier la reconnaissance du droit du peuple kabyle à son autodétermination par le Maroc devant l’assemblée générale de l’ONU, cette sortie appelle une réponse de notre part pour remettre les choses en place.
    D’après cet apparatchik, « …la vision de Abane était isolée et qu’il n’avait pas de partisans. En outre, il méprisait délibérément ses compagnons du djihad. Je le dis, cet homme avait de l’orgueil »

    Première leçon : Attention ! Que chacun le sache : Au royaume malgache (MALG), la solitude est un crime pour lequel on vous tue. Si cet isolement est doublé d’orgueil, vous êtes condamné à une atroce strangulation, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

    Deuxième leçon : Ouf ! Abane n’était donc pas le traître pour lequel d’aucuns voulaient le faire passer. Le moins que l’on puisse dire est que cette version des faits d'Ould Kablia est en totale contradiction avec celle du non moins raciste et haineux feu Ali Kafi qui accusait Abane d’intelligence avec l’ennemi.

    Ould Kablia continue : « Abane Ramdane avait une perception différente de la gestion de la Révolution, il était en total désaccord avec les autres dirigeants militaires ». « Ce point de discorde entre Abane et les chefs militaires de la Révolution s’est transformé au fil du temps en une question de vie ou de mort ! En fait, si vous voulez une réponse à votre question sur la liquidation de Abane, je dois vous dire que tous les écrits et les opinions ont un point commun, c’est que la révolution n’avait d’autre choix que de supprimer Abane".

    Troisième leçon : C’est donc l’un des deux principes énoncés au Congrès de la Soummam, notamment « la primauté du politique sur le militaire » dans la conduite de la guerre d’indépendance qui lui a valu son exécution. Quant à l’assertion selon laquelle, « la révolution n’avait pas d’autre choix que de supprimer Abane » est une manière d’assumer un assassinat qui aurait pu être évité. Il y avait un autre choix : celui de le destituer au lieu de le tuer. S’il était isolé et n’avait pas de partisans, il était plus facile de le déposer que de l’assassiner.

    Quatrième leçon : L’assassinat d’Abane a été celui d’une Algérie politique par une Algérie militaire.

    Toutefois, le projet Algérie, qu’il soit celui d’Abane, de Ben Bella ou de Boumediene, celui d’une Algérie politique ou d’une Algérie militaire était strictement le même. C’était celui d’une Algérie arabo-islamiste dans laquelle la Kabylie n’allait pas, de toutes les façons, trouver sa place.

    Cinquième leçon : En vérité, pour ce projet Algérie, Abane ignorait qu'en tant que Kabyle, il n'était pas, pour ses adversaires, la personne qualifiée, l'homme de confiance qu'il fallait pour le mener à son terme.

    Aujourd'hui encore, ceux des Kabyles qui rêvent du projet Algérie oublient toujours qu'il n'est qu'un cauchemar pour eux d'abord, leurs enfants et enfin pour toute la Kabylie.

    M. Ferhat Mehenni

    SIWEL 021439 NOV 15


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Sous le thème de : « Quel projet sociétal et valeurs partagées pour les peuples amazighs d’Afrique du Nord? », l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA), en collaboration avec le Journal « Le Monde Amazigh », la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté et les ONG’s et Associations Amazighes du Maroc, organise sa 8ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES AMAZIGHS DU MONDE, à la ville d’Ifrane, au Moyen Atlas, les 27, 28 et 29 novembre 2015/2965.

    8ème AG des Amazighs du Monde «  Quel projet sociétal et valeurs partagées pour les peuples amazighs d’Afrique du Nord? »
    Les pays de l’Afrique du Nord (Tamazgha) ont été les premiers pays où se sont enclenchées les « révolutions » soulèvements du printemps des peuples et ils ont traversé et traversent actuellement une période critique dans leurs « transitions démocratiques », dû aux différents problèmes politiques et aux crises structurelles et/ou conjoncturelles auxquelles ils sont confrontés, en raison notamment de la nature de leurs Etat-nations très centralisés et basés sur des idéologies obsolètes qui se caractérisent par l’émergence de forces politiques conservatrices et salafistes, qui remettent en cause la démocratisation de ces pays.

    Cette rencontre mondiale a pour finalité de mettre en valeur le projet sociétal des populations autochtones et les valeurs partagées, authentiquement démocratiques, basé sur l’égalité des sexes et des citoyens, sur la séparation du religieux des affaires politiques, la tolérance, la liberté et la paix…

    La promotion de ces valeurs constitue incontestablement le meilleur moyen d’impliquer les citoyennes et citoyens Amazighs dans le renforcement de la démocratisation de leurs pays et le meilleur rempart afin de contrecarrer l’islamisme politique violent rampant.

    De ce fait, l’organisation de la 8ème rencontre internationale des amazighs du monde, - vingt ans après la création d’Agraw Amadlan Amazigh à Saint Rome de Dolan en 1995 au sud de la France, et après les assemblées générales tenues à Tafira (Iles Canaries en 1997), à Lyon (France 1999), à Roubaix (France, Lille 2002), à Nador (Rif, Maroc 2005), à Tizi-Ouzou (Algérie 2008), à Bruxelles (Belgique 2011), et à Tiznit (Souss, Maroc 2013)-, se propose de continuer à être un lieu de réflexions, d’échanges et de débats sur la question de la nécessité urgente de réussir le pari de la participation active des populations amazighs dans les transitions démocratiques, déclenchées au sein de leurs respectifs pays, à la suite de la « révolution » tunisienne du « jasmin ».

    Assemblée Mondiale Amazigh

    SIWEL 021514 NOV 15


    0 0

    FRANÇAFRIQUE (SIWEL) — Le 30 octobre 2015, Jacques Marie Bourget publie un article sous le titre «La Bretagne prépare l’indépendance de la Kabylie». L’article est publié dans le journal en ligne français « Mondeafrique », un journal qui traite de la situation politique et économique des pays de l’Afrique francophone, selon sa propre description… en un mot : des spécialistes de la Franceafrique.

    SCOOP:
    D’abord pour bien placer le décor, l’auteur rappelle que c’est dans le cadre d’une semaine dédiée à la « culture orientale » qu’est organisée la « Semaine internationale: regards croisés sur le monde », au cas où les kabyles, effrontés par nature, soutiendraient mordicus le contraire. Que nenni ! Puisqu’on vous dit que l’Afrique ça se trouve en Orient !!! et si vous persistez à ne pas l’admettre, alors vous n’êtes que de vilains « séparatistes »…

    M. BOURGET s’insurge donc contre ces élus du PS et le maire de Quimperlé qui ont « jugé bon de convier Ferhat M’henni à leurs débats, montrant ainsi qu'ils ignorent que le kabyle ne fait pas le moine. »… On connait l’expression « l’habit ne fait pas le moine » et on sait qu’elle consiste à ne pas se fier aux apparences. Mais, appliquée aux kabyles et aux algériens que faut-il comprendre de cette expression ?! Que « le Kabyle ne fait pas l’algérien ?! » ?! Ou inversement ? Ou les deux ?! . . .

    Tout d’abord, il faudrait sans doute informer M. BOURGET que le leader des séparatistes kabyles s’appelle Ferhat Mehenni, selon l’orthographe française qui l’a dépossédé de son nom patronymique kabyle (At S3id) et qui fut ensuite davantage arabisé par l’Etat algérien et ses barbouzes qui ont estimé que « M’henni » faisait plus arabe que Mehenni … Enfin, cette histoire de nom n’est qu’un petit détail, mais significatif quand on en connait les instigateurs qui se cherchent plutôt du côté des arabo-islamistes, le camp des démocrates étant entièrement occupé par des formations kabyles … eh oui, il n’y a pas d’organisation démocratique algérienne qui ne soit pas kabyle, ou crée par des kabyles avant d’être perverties et récupérées par les gardiens d’une révolution qu’ils n’ont jamais faite et dont ils ont pris soin de liquider les têtes…et en l’assumant publiquement ( Voir les propos d'Ould Kablia)

    La griffe du papier de M BOURGET porte les stigmates d’un vocabulaire des plus reconnaissables : l’auteur évoque « Ferhat M'henni, "Roi des kabyles" autoproclamé », « ce "Président" fondateur du MAK, le "Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie" », ignorant que le Mouvement pour l’autonomie n’existe plus depuis décembre 2011 et que le MAK est devenu depuis son second congrès un mouvement pour l’autodétermination, présidé par Boauziz Ait-Chebib et non par Ferhat Mehenni.

    En fait M BOURGET s'est hasardé sur des sujets qu'il ne maîtrise visiblement pas. Il ignore tout du MAK, du GPK, de Ferhat Mehenni, du combat mené sur le terrain par des milliers de kabyles. On se croirait presque à lire un papier commis par Ennahar ou Echourouq, si ce n’était la petite touche bretonne et le détail sur le ministre « breton » de la défense française, Jean-Yves Le Drian...

    En effet, M BOURGET ajoute « Il faut croire que ce forum a un caractère sacré, que Le Drian, le maître de la Bretagne, l'a fait classer "Secret-Défense" puisque, contactés par des citoyens qui s'étonnent de la présence de super MAK à ces "Regards", un journaliste du bureau local d' Ouest France a honnêtement précisé: "des ordres sont venus de très haut afin que nous n'apportions pas d'éléments de contestation à cette réunion".... Bigre, la guerre a donc commencé. Et voilà que le ministre de la Défense, rôdé à la chose, astique ses bombes. »…

    Ahhh... bigre de bigre ! on ne savait pas que nous avions le soutien du ministre français de la Guerre, le maître à penser de Serval, de Barkhane ?!! Alors, il faut sans doute comprendre que la France fait amie-amie avec les Kabyles ?! Sauf que la France n’est pas réputée pour être une amie LOYALE …

    A la lecture de ce papier, il est légitime de se demander si le journaliste Jacques Marie Bourget a pris le soin de s’informer sur le sujet ou s’il s’est contenté de reprendre une terminologie dont, visiblement, il ignore la signification « en clair ».

    Quoi qu’il en soit toute une diatribe pour protester contre la venue d’un homme politique, d’un artiste, d’un militant, qui a voué sa vie entière à un combat politique, juste, pacifique et légitime, qui a subi les arrestations et la torture des geôles algériennes, qui est fondateur de la première ligue algérienne des droits de l’homme, fondateur du mouvement culturel berbère, fondateur du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, fondateur du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie…un militant, fort de ses convictions, qui défend un peuple, une culture et une identité millénaire, un homme qui défend son peuple et ses conviction à visage découvert, au vu et au su de tous.

    Mais si on sait parfaitement qui est Ferhat Mehenni, on ne sait absolument pas qui sont ces « Franco-Algériens Libres », on ne connait que l’identité de ceux qui veulent bien se faire le relais d’une organisation d’anonymes qui n’assument pas leur propos et les font assumer à d’autres…Du coup, et M BOURGET en conviendra certainement, on est en droit de se demande qui est « l’équivalent de l'ineffable et illettré Chalghoumi » ?!

    Quant à estimer qu'un regard ne peut être que "de travers" à partir du moment où il s'agit du regard de l'autre ...c'est que la France va décidément bien mal...

    Pour lire l'article dont il est question c'est ICI

    zp,
    SIWEL 021625 NOV 15


    0 0

    TIFERDUT (SIWEL) — A l’occasion de la journée nationale de l'étudiant Kabyle, qui se rapporte à la journée du 2 Novembre, la famille militante du MAK, à sa tête, Bouaziz Aït-Chebib, était en force ce matin au village de Tiferdut , dans la commune d'At Vu Yusef, pour s’incliner à la mémoire du martyr Kamel Amzal, victime de la furie meurtrière de l’islamisme. L'hommage rendu à Kamel Amzal par l'association de son village, sa famille de sang , de nombreux kabyles venus d'ailleurs et le MAK a été à la hauteur de sa grandeur.

     Journée nationale de l’Etudiant Kabyle : Le MAK honore la mémoire de Kamel Amzal
    Parmi la gigantesque foule présente au village de Tiferdut, figurent officiellement, en sus des membres de la direction nationale du MAK, à leur tête, Bouaziz Aït-Chebib, les éléments du Conseil universitaire, à leur tête, Mouloud Hamrani, les coordinations MAK d’Akbil, Michelet, Irdjen, Cheurfa (Tuviret), et Aït-Yenni.

    La commémoration de cette journée de l’Etudiant Kabyle s’est traduite, comme par le passé, par le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe du martyr et la prise de parole. Les discours du Président du MAK et du Président du Conseil Universitaire seront d’une très haute teneur quant à la réalité de la Kabylie, et ce tant par son passé, son présent et son avenir.

    Le président du MAK a mis l'accent sur "le devoir d’honorer la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour notre liberté et de faire vivre pour l’éternité leurs noms inscrits en lettre de sang dans notre Histoire". Pour l'orateur : "Depuis Fadma n Summer, la Kabylie ne cesse d'enterrer ses enfants et compte déjà bien trop de Martyrs à qui elle a le devoir de rendre hommage. De kamel Amzal aux martyrs du printemps noir, beaucoup trop de sang a coulé. Il est temps que la Kabylie prenne l'exacte mesure du drame qu'elle vit depuis plus d'un siècle et demi. " Bouaziz Ait Chebib a déclaré en guise de conclusion: " 33 ans après, la Kabylie pleure toujours Kamel Amzal qui constitue pour notre jeunesse un exemple à suivre. Le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre aujourd'hui c'est de poursuivre son combat pour la liberté , la dignité, la démocratie et la préservation de notre identité. Et son idéal ne se réalisera qu'en unifiant les rangs kabyles pour sauver la Kabylie".

    Pour Mouloud Hamrani : "Kamel est un symbole de courage et de lutte pour les causes nobles. On aurait aimé voir d'autres personnes venir de Tamanraset, oran, constantine ... pour lui rendre hommage. Le constat est là: il n'est pleuré que par la Kabylie qui l'a enfanté. De ce fait, nous n'avons pas d'autre choix que de bâtir un avenir kabyle car en dehors de cette perspective c'est l'extinction qui nous attend."

    L'hommage rendu à Kamel Amzal par l'association de son village, sa famille de sang , de nombreux kabyles venus d'ailleurs et le MAK a été à la hauteur de sa grandeur.

    cdb,
    SIWEL 021722 NOV 15

     Journée nationale de l’Etudiant Kabyle : Le MAK honore la mémoire de Kamel Amzal

     Journée nationale de l’Etudiant Kabyle : Le MAK honore la mémoire de Kamel Amzal

     Journée nationale de l’Etudiant Kabyle : Le MAK honore la mémoire de Kamel Amzal

     Journée nationale de l’Etudiant Kabyle : Le MAK honore la mémoire de Kamel Amzal


    0 0

    KHERRATA (SIWEL) - Dans l’après midi du 31 octobre, les membres de la coordination de Kherrata ont tenu une réunion au village Tala Ouaghelid.

    Kherrata: La coordination MAK se mobilise pour les prochaines échéances politiques et organiques
    Deux heures de débats ont vu les intervenants revenir sur les résolutions adoptées au prés-congrès de Smaoun. Les résolutions en questions avaient pour objectif d’adapter les textes du MAK à la réalité de l’évolution politique du combat du peuple Kabyle pour son auto-détermination. Ainsi les changements dans les statuts, dans le projet pour un état Kabyle et dans la charte des droits du peuple kabyles ont évoqués, débattus et enrichis dans la perspective du congrès national du mouvement.

    Dans cette réunion aussi, et suivant les directives du Président du MAK Mass Bouaziz Ait Chebib, les militants furent appelés à se conformer à leurs devoirs qui sont définis dans la charte d’éthique intitulée « ESPRIT MAK » , élaborée par le Dr Mehdioui en avant-projet en vue de son adoption au troisième congrès. Pour les membres de la coordination de Kherrata, les militants du MAK doivent tous agir dans le respect des textes du mouvement pour être à la hauteur de la noblesse du combat libérateur de la Kabylie.

    A la fin des débats, le bureau en exercice a été reconduit et renforcé par d’autres membres. Ainsi, le nouvel exécutif est composé des membres suivants :
    - Président : Khassa Mourad.
    - Vice-président : Brahim Azi.
    - Secrétaire général : Mouloud Adjam.
    - Organique : Azi younes.
    - Trésorier : Imad Azi.

    Avant de se séparer, le président du nouveau bureau a tenu à rappeler aux membres de son exécutif les directives de la direction du MAK visant à donner plus de visibilité et d'ancrage au mouvement , ainsi que l’obligation pour chacun de présenter l’état d’avancement des taches qui lui sont confiées lors des réunions qui vont suivre.


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — " Il aura fallu attendre 68 longues années pour que Mr Ould Kablia sorte ce qu’il a dans son cœur, pour qu’il se décharge de ce lourd fardeau de rancœur envers l’un des grands piliers de la révolution, sans qui il n’aurait jamais été ministre de l’intérieur. Sans Abane il aurait certainement continué à garder les moutons dans la région d’Oudjda." Extrait de la contribution de Kader Dahdah que nous publions ci-après

    « Merci Monsieur Oul Kablia pour votre sincérité », par Kader Dahdah.
    Merci Monsieur Oul Kablia pour votre sincérité.

    A l’occasion du dernier anniversaire du déclanchement de la guerre d’Algérie ce premier novembre 2015, Mr. Dahou Ould Kablia, ex ministre de l’intérieur algérien et ex élément du MALG, s’est enfin soulagé, il s’est laissé aller, il a exprimé sa haine et sa grande rancœur envers la Kabylie en justifiant l’assassinat d’Abane Ramdane dans une interview qu’il a accordé au journal Echourouk.

    Pour ne pas endosser l’acte, Daho Ould Kablia indique que «tous les écrits et opinions s’accordent sur un seul point : la Révolution n’avait pas d’autre choix que de liquider Abane». «C’était l’inévitable remède», a-t-il dit. Plus loin, il a déclaré que l’architecte du Congrès de la Soummam était «arrogant», qu’il «méprisait» ses compagnons et «avait un regard hautain» sur les autres dirigeants de la Révolution.

    Il aura fallu attendre 68 longues années pour que Mr Ould Kablia sorte ce qu’il a dans son cœur, pour qu’il se décharge de ce lourd fardeau de rancœur envers l’un des grands piliers de la révolution, sans qui il n’aurait jamais été Ministre de l’Intérieur. Sans Abane il aurait certainement continué à garder les moutons dans la région d’Oudjda.

    Mr Dahou Ould Kablia qui ne sait même pas se tenir à table, (il a été repris et corrigé par son homologue Manuel Vals lors d’un déjeuner), s’est senti en position de force maintenant que Bouteflika s’est emparé de tous les services du DRS et a réussi à déboulonner tous les Kabyles de service qui le gênaient un petit peu en mettant deux d’entre eux en prison tout en gardant encore pour quelques temps les plus vils et les plus grands collabos d’entre eux.

    En déversant cette haine sur Abane, Oud Kablia vient :
    – D’assassiner une deuxième fois le père de la révolution Algérienne. – De provoquer, de défier et de mépriser toute la Kabylie.
    – De conforter et de renforcer le sentiment indépendantiste des militants et adhérents du MAK-GPK.

    - Surtout de réveiller les Kabyles naïfs qui croient encore qu’il est possible de vivre en paix et en sécurité avec les arabes algériens comme lui.

    Kader Dahdah ,
    Conseiller au gouvernement provisoire Kabyle.

    SIWEL 031148 NOV 15


    0 0

    MAROC - ONU (SIWEL) — Le Maroc a appelé les Nations Unies et ses différentes instances à insérer la protection et la promotion des droits du peuple Kabyle dans leurs agendas respectifs et ce, conformément à la Charte des Nations Unies et aux instruments et déclarations onusiennes pertinents.

    Le Maroc appelle l'ONU à insérer l'autodétermination de la Kabylie dans son agenda
    Cette déclaration devant la 3ème Commission de l'Assemblée générale intervient suite à une nouvelle provocation de la part de la délégation algérienne sur la question du Sahara marocain, alors qu'elle n'est pas inscrite à l'ordre du jour.

    M. Omar Rabi, Conseiller à la Mission du Maroc à New York, a souligné que les Nations Unies ne doivent pas devenir complices du silence qui est imposé par la violence à ce peuple martyr.

    "La communauté internationale doit faire émerger les voix de plus de huit millions de Kabyles trop longtemps maintenus dans le silence et dans l'invisibilité. C'est ainsi que s'effondrera le mur de l'intolérance à leur égard et du déni de leurs aspirations légitimes", a-t-il dit.

    Le diplomate marocain a déclaré qu'il était profondément regrettable que le peuple Kabyle demeure le seul peuple autochtone en Afrique à faire l'objet de discrimination systématisée, de violence généralisée et de privation de ses droits les plus élémentaires. Il a ajouté que "le peuple Kabyle doit être entendu et écouté pour la reconnaissance de ses besoins et de ses attentes" et que "la communauté internationale a le devoir de l'accompagner pour qu'il puisse jouir de ses droits légitimes à l'autodétermination et à l'autonomie".

    M. Rabi a constaté avec regret que le peuple Kabyle est toujours privé de l'exercice de ses droits les plus fondamentaux, en particulier celui de l'autodétermination. Il a considéré inadmissible que de nos jours, ce peuple soit soumis à un blocus généralisé et à une punition collective, juste parce qu'il demande à exercer son droit légitime à l'autodétermination et à l'autonomie.

    "Ses leaders sont arrêtés et pourchassés, même lorsqu'ils subissent déjà les affres de l'exil forcé. Même les membres de leurs familles ne sont pas épargnés. Ils sont également violemment persécutés", a-t-il tenu à préciser.

    Le diplomate marocain a affirmé que les droits du peuple Kabyle à la liberté d'expression et de manifestation, pour clamer son ambition à s'autodéterminer et jouir de son autonomie, sont violemment réprimés et les manifestants arrêtés, comme en témoignent les différents communiqués d'ONG locales et internationales, dont "Human Rights Watch".

    Citant un de ces communiqués, M. Rabi a souligné que "des marches pacifiques organisées en Kabylie, par plusieurs associations pour la commémoration du 34ème anniversaire du printemps berbère, ont été réprimées dans le sang par les services de sécurité". Il a ajouté que le même communiqué indique que "les agents de sécurité ont poursuivi et interpellé sauvagement des étudiants dans l'enceinte d'une Université". "Ces manifestants Kabyles ont été persécutés pour la simple raison qu'ils revendiquent leurs droits culturels, linguistiques et identitaires, et brandissent le drapeau de leur peuple", a-t-il poursuivi.

    M. Rabi a indiqué que la reconnaissance de la pleine légitimité des aspirations du peuple autochtone Kabyle se trouve dans l'article 4 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones qui stipule que "les peuples autochtones, dans l'exercice de leur droit à l'autodétermination, ont le droit d'être autonomes et de s'administrer eux-mêmes pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures et locales, ainsi que de disposer des moyens de financer leurs activités autonomes".

    Il a fait savoir que la Déclaration sur les peuples autochtones restera pieuse tant qu'un peuple, vieux de neuf milles ans, demeure condamné à la négation de son identité et ce, sans aucune réaction de la part de la communauté internationale et en particulier des Nations Unies. Et d'ajouter que "le peuple Kabyle a le droit de jouir de son droit à l'autodétermination et de la reconnaissance de son identité culturelle et linguistique".

    Source Atlas.info

    SIWEL 031205 NOV 15


    0 0

    QUIMPERLÉ (SIWEL) — Dans le cadre du festival « Regards croisés sur le monde », la Ville fait venir, le 7 novembre, pour animer une conférence-débat sur son pays, Ferhat Mehenni, président du gouvernement provisoire de Kabylie. Cette invitation suscite un début de polémique (Le Télégramme du 27 octobre). Pour aller à l'essentiel, dans une lettre adressée au maire, l'Alliance des Franco-Algériens Libres (Afal), affirme que le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie, que préside Ferhat Mehenni, est « une organisation séparatiste d'extrême-droite algérienne ». Une accusation que réfute en bloc Djaffar Larbi, militant et défenseur de la cause kabyle, bien connu à Quimperlé. « Le gouvernement algérien est aux abois. Il essaye par tous les moyens de discréditer un homme, un militant, une colombe de la paix qui n'agit que pour le bien de la Kabylie ».

    Ferhat Mehenni. « Une colombe de la paix »
    La culture, c'est de la politique

    « Ferhat Mehenni, un militant de l'extrême-droite ?

    À ces accusateurs, je réponds le 30 juin 1985, il est parmi les fondateurs de la Ligue algérienne des droits de l'homme et membre de son comité directeur. Son engagement lui vaudra 23 mois d'emprisonnement. Chanteur, Ferhat Mehenni est connu et apprécier pour son interprétation du « Déserteur », de Boris Vian. Enfin, le président du gouvernement provisoire de Kabylie a payé très cher son engagement politique : son fils a été tué ».

    « N'en déplaise à ses opposants, Ferhat Mehenni sera présent à Quimperlé samedi pour parler de la culture kabyle. Et si on lui demande, il parlera aussi de politique. Car la culture, c'est aussi de la politique », conclut Djaffar Larbi. Yann Le Scornet

    Source Le Télégramme

    SIWEL 031232 NOV 15


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Selon le SG de l’ONU, M. Ban-Ki-Moon, la Catalogne qui exprime démocratiquement et régulièrement sa volonté propre d’existence, et ce dans le respect absolu d‘une volonté populaire librement exprimée par voie de consultations directe du peuple catalan… n’est pas valable ! En revanche, l’élection de l’Arabie saoudite au Conseil des droits de l’Homme et l’inefficacité constante et avérée de l’ONU dans la résolution de conflits, par ailleurs fomentés pars ses propres membres, sont valables et ne sont pas matière à discussion.

    La Catalogne, l’ONU et ses principes à deux sous …
    La Catalogne n'est pas une région ayant droit à l’autodétermination, selon l’ONU

    La Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne, n’est pas classée par l’ONU parmi les territoires non autonomes qui peuvent invoquer le droit à l’autodétermination, a déclaré le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon dans un entretien publié samedi par quatre journaux espagnols.

    « Un aspect positif de l’Espagne, c’est qu’il y a un respect de la diversité : la culture, les langues, les traditions », a affirmé M. Ban, au cours de cet entretien accordé à quatre quotidiens espagnols, selon la traduction publiée par le journal El Pais.

    Interrogé sur la possibilité pour la région catalane de 7,5 millions d’habitants d’invoquer le droit à l’autodétermination, Ban Ki-moon a répondu : « L’Espagne est un pays indépendant et souverain qui inclut la région catalane et c’est ainsi qu’elle a été admise aux Nations unies et agit au sein de la communauté internationale ».

    « Quand on parle d’autodétermination, certaines aires ont été reconnues par les Nations unies comme des territoires non autonomes. Mais la Catalogne ne fait pas partie de cette catégorie », a-t-il ajouté.

    Les indépendantistes catalans — qui ont la majorité absolue au Parlement régional à Barcelone même s’ils n’ont réuni que 48 % des voix le 27 septembre — entendent adopter dans les jours qui viennent une résolution qui lancerait le processus pour mener leur région à l’indépendance en 2017.

    M. Ban souhaite, de son côté, « une solution consensuelle » pour la Catalogne, « basée sur le dialogue et conforme à la tradition démocratique ».

    « Je demande aux dirigeants et au peuple catalans de s’engager dans le dialogue », a-t-il insisté, moins de deux mois avant les élections législatives en Espagne.

    Source Ledevoir.com

    SIWEL 031240 NOV 15


    0 0

    (SIWEL) — Le vendredi 23/10/2015 le siège des Nations Unies à New-York a été le théâtre d'un duo entre les délégations officielles des Régimes Marocain et Algérien, à propos de l'affaire du Sahara Marocain et remontant à octobre 1975 lors du départ des Espagnols de cette région historiquement Amazighe. Ce duo est dû au discours prononcé par le représentant Algérien lors de la clôture des journées de festivités marquant la célébration des 70 ans de la création de l'organisation des "Nations Unies". Saisissant cette opportunité, le délégué Algérien est parvenu de nouveau à glissé entre les lignes de son discours d'éloges, l'engagement total de son pays pour son soutien aux peuples Sahraoui et Palestinien d'accéder à leurs Etats souverains. Et à une telle provocation non avalée, le représentant de la délégation du Régime Marocain Monsieur Abderrazak LAÂSSAL a répondu que c'est d'abord au Régime Algérien de reconnaitre l'existence et droits légitimes du peuple Amazigh de "Kabylie" constitué de 8 millions d'âmes et implanté historiquement sur sa terre ancestrale depuis plus 9.000 ans.

    Quand les faussaires de l'histoire se repentissent en public!
    En voilà donc enfin la vraie vérité qui vienne de sortir de la bouche des représentants officiels des 2 pays d'Afrique du Nord et suivis publiquement à travers le monde par le canal des milliers de médias, faisant reconnaitre que le continent d'Afrique du Nord est bel et bien habité par le seul peuple Amazigh plus de 7.000 ans avant son invasion par les Arabo-Musulmans au début du 7ème siècle.

    Ce qui signifie que ce qui s'est passé cette fois-ci au siège des Nations Unies à New York et publiquement, doit être inscrit dans le répertoire historique de cette organisation internationale où se décident le sort des peuples et leur droit à un meilleur cadre de vie et par définition à parts égales avec la poignée de nantis favorisés injustement par les Gouvernants qui tiennent le robinet sous la main.

    En conséquence, l'on ne pourra jamais dissocier les 5 pays d'Afrique du Nord qui sont et resteront à jamais indivisiblement les pays des Amazighs autochtones quel qu'en soit le pouvoir ou la malice des faussaires de l'histoire qui persistent à vouloir le transformer en Maghreb Arabe et que le droit légitime en reviendra un jour ou l'autre à ses ayants-droit.

    Source AmazighWorld

    SIWEL 031307 NOV 15


    0 0

    CONTRIBUTION (SIWEL) — Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui se passe? . . . à part l’indignation des Kabyles – ni officiels, ni larbins – aucun algérien n’a jugé digne de s’offusquer des propos tenus par un « ministre » à l’encontre de celui qui a tout sacrifié pour eux . . . à savoir Abane Ramdane

    Hier comme aujourd’hui, pour la France comme pour l’Algérie, le kabyle est toujours l’ennemi, par Brahim Azi
    Hier comme aujourd’hui, pour la France comme pour l’Algérie, le kabyle est toujours l’ennemi

    Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui se passe ?

    1. L’esprit sportif et l’esprit raciste.

    A. Il est difficile – si ce n’est pas impossible - de voir les supporteurs du Real Madrid dans les gradins aux cotés des catalans par exemple pour supporter le Barça ensemble, et en cela, quel que soit l’équipe adverse. La question qui se pose par elle-même ici est pourquoi ? Est-ce à cause de l’indépendantisme catalan ? Mais, les Basques aussi aspirent à l’indépendance ! Et pourtant les Madrilains s’arrangeront à leurs côtés quand il s’agit de jouer contre le Barça. Donc, cette rivalité à un seul nom : la compétitivité sportive.

    B. Le 1-11-2015, une finale de super coupe s’est jouée à Constantine - fief des supporters du CS Constantine. Cette finale a opposé l’entente de Sétif – rivale sportive historique du CS Constantine - à la formation Kabyle de MO Bejaia – promue depuis peu à la première division professionnelle et qui n’a aucune rivalité sportive avec les constantinois, hôte de cette finale. La compétitivité sportive aurait donc, logiquement, placé dans les gradins, cote -à-côte les constantinois et les bougiottes contre le rival – de toujours pour les premiers et de ce jour pour les deuxièmes.

    Or on a finalement assisté à l’impensable en sport ! En effet, les constantinois se sont arrangés aux côtés de l’ennemi – sportif – de toujours contre un club avec lequel ils ne partagent – sportivement - aucune rivalité !
    Comment expliquer un tel revirement sportivement illogique ?
    N’est-ce pas que l’esprit raciste a été cette fois plus fort que l’esprit sportif ?
    N’est-ce pas que l’origine Kabyle de l’équipe bougiotte avait unifié les ennemis –sportifs – d’hier contre l’ennemi de toujours, à savoir : les Kabyles ?

    2. La vérité historique et la haine raciale.

    A. Saïd Sadi, personnalité politique Kabyle, a qualifié, il n’y a pas longtemps, Messali Hadj, ennemi juré du FLN historique, de traître. Et dans cette qualification, le docteur Sadi n’a fait que rejoindre l’histoire officielle qui a toujours qualifié – du moins avant l’ère Bouteflika , Messali de traître. Comment a-t-on réagi en Algérie à une telle déclaration ? Une course effrénée pour traduire en justice l’auteur d’une vérité historique ! Est-ce la famille de Messali qui a tenté de poursuivre Saadi en justice ? Certes, elle a exprimé sa volonté – tout-à-fait compréhensible – de vouloir ester le docteur Sadi. Mais justement, ce n’est pas seulement sa famille, car on a vu des procureurs, qui ferment volontairement leurs yeux sur les dossiers lourds de la corruption, se ruer pour constituer un dossier contre quelqu’un qui n’a fait que relayer l’histoire officielle de l’état qu’ils servent… Et cela, sans parler des réactions hostiles d’autres officiels et même de ceux que l’on nomme ironiquement la société civile, exception faite des kabyles évidemment qui tous se sont sentis dans l’obligation de défendre Said Sadi, attaqué pour avoir répété une vérité historique, ressassée en boucle par les officiels algérien durant des années, mais émanant d’un kabyle, ça prend immédiatement une allure d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Idem pour Rebrab.

    B. Ould Kablia, ex-ministre algérien de l’intérieur – le ministère qui empêche toute liberté d’expression en Algérie- et ancien du MALG – ancêtre de la redoutable sécurité militaire qui a assassinée Abane, Krim, Khider et autres -, a déclaré dans une interview accordée au quotidien arabophone Echourouk, publiée également sur son site internet: «Abane Ramdane était arrogant et orgueilleux ... Le tuer était la seule solution». L’ex-ministre n’était pas seulement allé à l’encontre de l’histoire officielle de l’état qu’il sert – puisque la version historique de l’Algérie officielle nie l’assassinat de Abane et avance la version de sa mort en martyr -, mais il a tenté de justifier l’assassinat de l’un des plus grands artisans de "l’indépendance de l’Algérie". Pour lui, quelques militaires – d’instruction rudimentaire – auraient raison de liquider l’architecte de la révolution, l’unificateur de toutes les forces politique de l’Algérie et l’instigateur du congrès de la Soummam – véritable vecteur de la réussite du combat libérateur. Quelles étaient les réactions officielles à cette déclaration honteuse ? Aucune ! Et celles de la société civile ? Sorry, aucune non plus, en dehors des kabyles évidemment ... Il est vrai que la société civile en Algérie n’existe que pour exprimer la voix officielle de l’Etat.

    Donc à part l’indignation des Kabyles – ni officiels, ni larbins – aucun algérien n’a jugé digne de s’offusquer des propos tenus par ce « ministre » à l’encontre de celui qui a tout sacrifié pour eux.

    Conclusion : Hier comme aujourd’hui, pour la France comme pour l’Algérie, le Kabyle est toujours l’ennemi.

    Brahim Azi,
    SIWEL 031557 NOV 15


older | 1 | .... | 7 | 8 | (Page 9) | 10 | 11 | .... | 120 | newer