Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Siwel : Agence kabyle d'information

older | 1 | .... | 48 | 49 | (Page 50) | 51 | 52 | .... | 120 | newer

    0 0
  • 04/02/16--08:39: Mise au point de l'Anavad
  • EXIL (SIWEL) - "Contre le Gouvernement privisoire kabyle, le pouvoir algérien use de toutes les ficelles pour le discréditer. Ainsi, un blog a été créé par les services algériens pour semer le trouble et distiller des informations mensongères et pour le moins saugrenues. La tactique est connue : Plus un mensonge est gros mieux il passe. C'est ainsi que ce blog d'intoxication a annoncé que, « selon un proche de Ferhat Mehenni (allez savoir quel est ce proche !), la Kabylie indépendante va légaliser le mariage homosexuel ». La question qui n’a jamais été et n'a pas vocation à être à l'ordre du jour de l’Anavad est destinée à intoxiquer l’opinion et la détourner des véritables enjeux du moment, notamment des grandioses marches simultanées 20 Avril et le mémorandum d’autodétermination du peuple kabyle qui sera déposé à l’ONU". Ci-après l'intégralité du communiqué de l'Anavad :

    Mise au point de l'Anavad
    ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
    PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA

    MISE AU POINT DE L’ANAVAD


    L’Anavad et le MAK sont violemment pris à partie de manière quotidienne par les représentants de la colonisation algérienne et ses médias. A l’approche de la commémoration du double printemps kabyle à travers laquelle la Kabylie exprime ses revendications, notamment celle de son autodétermination, tous les coups sont permis. La désinformation et les intimidations battent leur plein.

    Contre l’Anavad, le pouvoir algérien use de toutes les ficelles pour le discréditer. Ainsi, un blog a été créé par les services algériens pour semer le trouble et distiller des informations mensongères et pour le moins saugrenues. La tactique est connue : Plus un mensonge est gros mieux il passe. C'est ainsi que ce blog d'intoxication a annoncé que, « selon un proche de Ferhat Mehenni « selon un proche de Ferhat Mehenni (allez savoir quel est ce proche !), la Kabylie indépendante va légaliser le mariage homosexuel ». La question qui n’a jamais été et n'a pas vocation à être à l'ordre du jour de l’Anavad est destinée à intoxiquer l’opinion et la détourner des véritables enjeux du moment, notamment la grandiose marche du 20 avril et le mémorandum d’autodétermination du peuple kabyle qui sera déposé à l’ONU.

    Il y a lieu de rappeler à la presse aux ordres et à tous ceux qui la lisent que le seul organe d’information fiable pour toute déclaration de l’ANAVD reste l’Agence Kabyle d’Information www.siwel.info. Toute information ou allégation prêtées à l’Anavad non confirmées par Siwel sont fausses.

    En ce qui concerne le MAK, les intimidations et arrestations de ses militants étaient jusqu’ici quasi quotidiennes. Après avoir réprimé de manière sauvage et honteuse la marche du 20 avril 2014, voici que le pouvoir colonial s’apprêterait à confisquer à la Kabylie sa mémoire et ses symboles, y compris la date du 20 avril. En effet, il vient d’appeler, par le biais de son représentant attitré, le Wali de Tizi-ouzou, à une contremarche pour affronter le MAK. Il pourra toujours obliger ses fonctionnaires à marcher contre leur propre gré, ramener des policiers et des militaires en civil, ramasser des délinquants et les payer pour la sale besogne, compter sur les vendus, traitres à la cause kabyle, pour faire foule, la Kabylie ne se laissera pas déposséder de sa bravoure, de son courage et de sa kabylité. Ce n’est pas un Wali, étranger à la Kabylie missionné pour humilier et casser du kabyle, qui nous apprendra ce qu’est être kabyle. La Kabylie n’est pas à vendre. La Kabylie. Elle n’est ni française, ni arabe, ni algérienne. La Kabylie est kabyle.

    L’Anavad rassure les militants et les citoyens qu’il n’abandonnera personne en cas de coup de dur. Il appelle la Kabylie à rester soudée et marcher comme un seul homme dans les rangs du MAK le 20 avril 2016. Nous écrirons ce jour-là, tous ensemble l’une de nos plus glorieuses pages de notre histoire.

    La Kabylie va vers sa liberté qu’elle arrachera par voie d’un référendum d’autodétermination.

    Exil : le 02/04/2016
    Pour l’ANAVAD
    Makhlouf IDRI, Porte-parole

    SIWEL 021739 AVR 16





    0 0

    WASHINGTON, DC (SIWEL) — Siwel publishes contribution of the tireless activist of the Kabyle cause, Sadi Robin Melbouci, entrepreneur in the United States of America and America Kabylia Friendship & Union's leader, on dangerous liaisons that links France with Wahhabism, in response to Radio France Internationale on its demonstrated anti-Kabyle propaganda, as it had be dictated by the Arab-Islamist Algerian regime :

    French Dangerous Liaisons, by an American citizen of Kabyle origins
    French Dangerous Liaisons

    We live in an unbalanced world between north and south, rich and poor, democratic and authoritarian regimes, and peace and terrorism. Through history and human evolution, civilized people have gradually condemned the violence across the world. Today, the war is mainly against terrorism that is generated, financed and nourished by golf states mainly the Arabic peninsula. They are using their religion to promote an extremism called Wahhabism that justify violence, killing and rape against any person that does not believe in their dogma. These monsters continue to carry violence at “grand echelle” and none of the Arab countries are lifting a finger. These people don’t seem to run out of money despite the limits put forward by western countries.

    The world seems to know where the Wahhabism is coming from and that countries of Arabic peninsula teach extremism in their schools; their courses label other people as infidels; their religious leaders are calling for the death of these infidels. The worst of it is that the west has accepted the continuation of this fact.

    These countries are exporting their preachers around the world and they bring with them DNA full of hatred. They live among us and quietly radicalize people to kill as many among us as possible.

    This is not new to any one. What is somehow new is that some of the “soit-disant” civilized countries are honoring the promoters of the wahhabism. And yes, I’m referring to France that is still a prisoner of its history who recently honored some Saudi prince with a Medal of Honor “La legion d’honneur”. And yes, the same prince who has been promoting the Wahhabism that resulted in the Bataclan massacre, Charles Hebdo killings and Brussels bombing.

    France has lived from exploiting its colonies for centuries to pay for among things … free healthcare. In 1885, France along with Great Britain and a few other European countries drew artificial borders in the Middle East and Africa to manufacture countries that have served their interests for centuries and will continue for years to come. During the creation of these borders, people with different values, cultures, customs and ways of life were thrown together with the decisive intent to weaken communities and the pre-existing countries. After these manufactured countries became independent, the French forced managers to govern them. These managers were chosen among populations that sided with the French to punish other ethnic groups that opposed them. The tensions in these manufactured countries have existed since their independence and they will continue to exist until people start living their way of life in their customs, traditions and culture. Today, these people are unrooted from their way of life and with petrodollars promoting Wahhabism and extremism; the former French colonies from Morocco to Syria make the bed of terrorism.
    A few years ago, the people of Tunisia started a revolution that became the Arab Spring in non-Arab lands. During these riots, the French defense minister, Michelle Alliot Marie, was preaching in the French congress to send special French forces to oppress in blood the rise of Tunisian people in seek of freedom. The French media condoned their defense minister to commit a crime against humanity and among them was Radio France Internationale.

    During the military conquest of North Africa, France put some countries that opposed them under “regime d’exception”. The Kabyle country was one of them and Kabyle people suffered the most in their war against the French. They were victims of deportation, summary execution, and torture without due process.

    In the 1950s, the French planned “l’operation jumelles” that targeted the Kabyle country. It was called ”Jumelles” because the Kabyle country was composed of Higher and lower Kabylia. The local population was put in concentration camps and any male over the age of fifteen was executed [1]. The French authorities forced children out of schools, women out of their houses to watch the execution of their fifteen-year-old boys. It is important to note that only Kabyle sons knew the wrath of execution unlike Arab men who were spared and even supported.

    The alliance between the Arabs and French dates back centuries. The French were the first to promote pana-arabism in North Africa and started injecting Arab populations within African communities and promoted laws to translate documents into Arabic instead of the language of the local population.

    Since the 1960s, the successive governments of France have kept the Francafrique cell that is under the exclusive authority of the president to maintain French political and economic interests [2]. The propaganda for Francafrique is still alive within the French main media and one such well-known media outlet is Radio France International.

    The main task of the Francafrique cell was to keep the French interest at any price. The result is a series of coup d’état and assassinations of leaders that stood up to the French. France supported and protected the dictators of these countries who now promote Wahhabism which thrives and gains power. France has tolerated the pro-terrorist voice in their media through Radio France International. RFI media reports distorted news demonizing the fighters of freedom and elevating the dictators who promote terrorism. It is no secret that France has supported, helped and protected the dictators of Algeria to keep power. The black cast of Algiers has always been an element of the French government who protect French interest in Algeria by continued annihilation of the Kabyle population, the only African country who defeated the French. France has never forgiven Kabylia for their defeat in the Algerian war. France continues to assassinate Kabylia via oppressive Algerian policies and distorted, controlled media. The French controlled media have been under the instruction to boycott all Kabyle events in Europe and Africa.

    The result of the French diplomacy over the years to support and protect the keepers of Wahhabism and human rights violators across the Middle East and Africa was and is a disaster for the French and the world. France was hit very hard in 2015 and more recently Belgium in March 2016. They were hit by kids from Muslim backgrounds who grew up in France and Belgium ghettos. These kids were known thugs to the authorities before being radicalized by zealots of Wahhabism and financed by honored holders of the French Medal of Honor. These kids are the third or fourth generation Muslims of former French colonies who fled their home land when the African countries became independent like the Harkis in Algeria.

    Questions have developed and in the very least need to be asked in light of these recent, tragic events. First, “Are the western leaders naïve?”.
    The answer is no for most western leaders.

    Certain countries seem resigned to accept Wahhabism radicalizing their children as long as the wahhabit countries keep buying Airbus airplanes and Renault cars. Countries like France are a prisoner of their past, lack political leadership and courage to change their diplomatic course. France is still financing Radio France Internationale to promote hatred and paint crimes against humanity committed by France and its Arab allies like a Monet waterscape.

    Saudi Arabia refused to ratify the Universal Declaration of Human Rights and chooses to continue Stone Age practices of beheadings, mutilations, amputations and other heinous corporal punishment.

    Saudi Arabia published books encouraging attacks on Christian crusaders. Their Wahhabism books states “The Muslim whose mind has not been corrupted cannot bear to see the infidels wielding authority”.

    Their textbooks proclaim, “the true Muslim must show the infidels rudeness and violence, and wage Jihad in the way of Allah without fear of the Infidels and hypocrites, or terror of their arms and numbers.”

    Whether these terrorist groups are called ISIS, Al Qaeda or other, their guiding principals are a copy of Saudi practices, which includes certain holders of the French Medal of Honor. These terrorist organizations are the ideological offspring of Wahhabism injected by Saudi Arabia into mosques and schools from Morocco to Pakistan, which France has honored and glorified through RFI media.

    Saudi Arabia and other Wahhabit countries are the largest source of funds for Islamic terrorist organizations. The Saudi government has been the principal financial backer of Afghanistan’ s odious Taliban movement since at least 1996. It has also channeled funds to Hamas and other groups that have committed terrorist acts in Israel. France calls these countries their allies and gave them a Medals of Honor all the while condemning Israel for protecting itself.

    The US secretary of states, Clinton complained of the "ongoing challenge to persuade Saudi officials to treat terrorist funds emanating from Saudi Arabia as a strategic priority". Vice President, Joe Biden, known for his straight talk said “Our allies in the region were our largest problem in Syria. The Turks were great friends... [and] the Saudis, the Emirates, etc. What were they doing?.... They poured hundreds of millions of dollars and tens of tons of weapons into anyone who would fight against Assad — except that the people who were being supplied, they were al-Nusra, and al-Qaeda, and the extremist elements of jihadism who were coming from other parts of the world.”

    Saudi Arabia has not stopped its interest in spreading extreme Wahhabism. ISIS...is a product of Saudi ideals, Saudi money and Saudi organizational support, although now they are making a pretense of being anti-ISIS… Really???

    France and its EU close partners (Belgium) are not learning from their life costing mistakes and seem to be resigned to keep mediocrity as their front façade of foreign policy in exchange of economic interests. As proof, in April of 2016, the French prime minister will travel to Algeria to visit its regime, the promoter of the Wahhabism, and negotiate the funding of 2017 French presidential election and other under table deals.

    I took an example of France’s foreign policy to show that western foreign policies are not helping to defeat terrorism.
    Although, there is really a way to stop terrorism, at least the Islamic terrorism:
    - Stop its sponsors, Saudi Arabia, Kuwait, Qatar, Pakistan and United Arab Emirates.
    - Change the regimes in the former French colonies.
    - Help people from Africa and the Middle East to build free nations using the image of the Kurds and Kabylia as guides.
    - Change European domestic policies toward the emigrant communities.

    The long-term solutions begin with the United States forcing its European partners to change their course and address the problem at its roots. European countries including France must release themselves from the prison of their history, leave Africa to the Africans and cut their tight relations with Arab extremists for the benefit of the whole world.

    The short term is related to law enforcement; the US and its partners shall consider hiring Arabic speakers from non-Arab communities such as Kurds, Berbers, and Copts to emigrate to Europe and America to help build intelligence on dangerous elements in the S communities.

    The NATO mission shall be revised to get more involved in putting Special Forces on the ground to eliminate the leadership and the medium managers of terrorist organizations including heads of state.
    The intelligence must be made available to all law enforcement agencies around the world at the exception of countries led by dictators.

    In the long term, it is very important to consider redrawing the current map of the Middle East and Africa. The current map doesn’t reflect the people of the manufactured countries. The world shall empower people in seek of freedom and self-determination to build new nations inline with their customs, traditions and values.

    The world shall recognize and support new self-determined countries and guide them into modern constitutions away from the current, antiquated sharia law championed by the house of Sauds that the French is honoring and backing today.

    The world shall go back to nations of united people rather than imposing on populations to live together with dictators to oppress them.

    In conclusion, the west shall support the self-determination of people who seek freedom to live and thrive in their values, justice and prosperity.

    References:

    [1]- http://iferhounene.blogs.nouvelobs.com/archive/2015/09/20/france-algerie-1954-1962-l-operation-jumelles-un-genocide-contre-la-kabylie.html

    [2]- Mon pere De Gaulle - http://kabyleuniversel.com/2012/12/18/le-fils-du-general-de-gaullela-france-a-mine-lalgerie-par-ses-elements-du-malg/

    SIWEL 021338 AVR 16


    0 0

    WASHINGTON, DC (SIWEL) — L'infatigable militant de la cause kabyle, Sadi Robin Melbouci, entrepreneur aux États-Unis d'Amérique et animateur de l'association America Kabylia Friendship & Union (AKFU) écrit une lettre à ses compatriotes kabyles qui mènent une lutte civique pour l'auto-détermination de la Kabylie pour vivre libre dans leurs valeurs de liberté, de justice, de solidarité et de prospérité : "La Kabylie n'atteindra pas sa plénitude culturelle, sociale et économique tant qu'elle fera partie de l’Algérie."

    Lettre à mes compatriotes Kabyles, par le Pr. Sadi Robin Melbouci
    Chers Compatriotes,

    Ces dernières semaines, le pouvoir algérien pris de panique a mis la pression dans l’utilisation des Kabyles de Services pour sauver l’Algérie et justifier la destruction de la Kabylie.

    Le pouvoir a actionné ses relais comme « l’opération Jumelles » de la France des années 1950 où plus de 60 000 soldats étaient français déployés dans la Wilaya III (Kabylie). Cette campagne organisée directement des officines de la présidence. Le centre opérationnel accorde un sursis aux services pour anéantir tous ceux qui se battent pour restaurer leur liberté en recourant aux arrestations arbitraires, tortures, menaces et intimidations.

    Le dernier rapport américain sur les Droits de L’Homme a mis en exergue l’usage de la torture, des arrestations et détentions arbitraires dans l’impunité la plus totale des auteurs de crimes.
    Le pouvoir algérien est sous pression afin de respecter le droit des peuples algériens et plus particulièrement le droit du peuple Kabyle.

    Le pouvoir algérien est toujours protégé par la France mais les réseaux sociaux ont rendu cette protection difficile. Tout crime est visible sur internet et la France ne veut pas être reconnue comme responsable des génocides, et la caste noire d’Alger craint des poursuites judiciaires internationales.

    La France a créé l’Algérie en 1839 comme le stipule le décret ci-joint du Ministère de la Guerre française de l’époque.

    Lettre à mes compatriotes Kabyles, par le Pr. Sadi Robin Melbouci
    En 1885, La France, la Grande Bretagne et d’autres pays européens ont procédé à un découpage de l’Afrique et ont créé des frontières arbitraires pour servir leurs intérêts respectifs pour les siècles à venir. Après l’indépendance de ces pays, Charles de Gaulle créa la cellule Françafrique qui dépendait exclusivement du Président et était indépendante du Ministère des Affaires Etrangères. Elle était initialement sous la direction de Jacques Foccart. Cette organisation opère dans l’ombre, son rôle est de maintenir les régimes des anciennes colonies françaises pour sauvegarder les intérêts de la France.

    La France continue à ce jour le maintien des relations secrètes et ambigües avec les dictateurs africains, ses actions se résument au maintien de ces régimes à son service, au blanchiment d’argent, au financement illégal des partis politiques français, des coups d’état et assassinats.

    Pendant la révolution tunisienne, la ministre française de la Défense (Michèle Alliot Marie) demandait à l’Assemblée nationale d’envoyer des forces spéciales en Tunisie pour réprimer dans le sang les manifestants afin de protéger les hommes que la France a placé au pouvoir.

    L’Algérie a été créée par la France en 1839. Après l’Indépendance, la France a mis des gérants pour la gouverner à son service. Pour ne citer qu’un exemple, depuis l’arrivée de Bouteflika, plus de 50 milliards d’Euros sont détournés, blanchis et investis en France.

    Aujourd’hui, la France continue de maintenir l’Algérie sous sa tutelle pour sauvegarder ses intérêts en nommant ses Présidents et ses Ministres en échange d’appartements et d’autres biens en France.

    Le tracé des frontières algériennes est créé pour faire bénéficier les intérêts français. Aujourd’hui dire “une Algérie une et indivisible”, cela voudrait dire soutenir les intérêts français au détriment de ses propres intérêts.

    Aujourd’hui dire “Vive l’Algérie une et indivisible” cela équivaut à dire “vive la France”.

    Le pouvoir algérien soutenu et protégé par la France ne se soucie guère du bien être des peuples de l’Algérie. Il est au service de la France.

    La génération de 1954, à l’image de Hocine Ait Ahmed, s’est battue pour un changement par la voie démocratique mais ce mode de gouvernance, non respecté par les dirigeants actuels et la France, a montré ses limites, n’a pas fonctionné.

    Les peuples Africains ne vont pas retrouver la paix, la liberté, la justice et la prospérité que s’ils se séparent des tracés actuels des frontières pour bâtir leurs nations basées sur leurs valeurs, coutumes et traditions pour défendre leurs propres intérêts.

    La Kabylie en particulier n'atteindra pas sa plénitude culturelle, sociale et économique tant qu'elle fera partie de l’Algérie.

    Aujourd’hui, le peuple Kabyle mène une lutte civique pour son auto-détermination pour vivre libre dans ses valeurs de liberté, de justice, de solidarité et de prospérité.

    Vive La Kabylie Indépendante

    Robin Melbouci

    SIWEL 031330 AVR 16


    0 0

    MONTREAL, QUEBEC (SIWEL) — Le Centre Culturel Kabyle de Montréal avait programmé hier samedi 02 avril à 14h, une conférence du Professeur Racid At Ali uQasi sur les dangers de l'arabisation des Kabyles en particulier et des Amazighs en général par l'Etat arabo-islamiste algérien. Ci-après le compte-rendu :

    Compte-rendu de la conférence du Pr. Racid At Ali uQasi sur les dangers de l'arabisation
    Avant de débuter la conférence, une minute de silence a été observée à la mémoire de deux formidables militants kabyles décédés ce mois de mars passé : Ramdane Aissani et Ferhat Chebini.

    Très à l’aise dans son thème, le conférencier a montré avec brio les rouages de cette machine médiatique mise en place par l’état algérien dans le seul et unique objectif : L’assimilation et l’aliénation identitaire du Kabyle prioritairement et des Amazighs ... ‘’à terme’’ :
    - Des télés pour cibler l’enfant kabyle,
    - Des télés pour cibler la femme kabyle,
    - Des télés pour cibler les arts et passe-temps favoris (Chants, sports, cuisine),
    Toute une armada médiatique qui communique en langue arabe pour un public kabyle !

    Le conférencier a mis en exergue trois niveaux qui composent ce monstre médiatique aliénant :
    - Premier niveau : Le pouvoir politique, par ses décrets et ses lois sur mesure pour mener cette campagne d’assimilation,
    - Deuxième niveau : La composante humaine à la tête de ces médias inféodées au premier niveau sus-cité.
    - Troisième niveau : Le financement par milliards de pétrodollars versés à ces médias pour mener cette campagne d’aliénation massive en direction de la Kabylie surtout.

    Le conférencier, a usé aussi de beaucoup d’humour, en digne kabyle et non moins nord-américain, pour expliquer certaines situations vécues tels ces discours d’animateurs qui parlent "Taqvaylit s ta3ravt … !!"’ (kabyle en arabe !!)

    Et tel un refrain, le conférencier, après chaque démonstration, rappelle ses mots lourds de sens du poète-philosophe Ait Menguellet, : « Nejma3n kkfan, ɣef iqerra-nneɣ i ttekran. Nutni zran, nekkni ur nezri » (Ils se sont rassemblés et ont clôturé leur réunion. Sur nos têtes, ils se sont entendus. Eux savent -ce qu’ils ont manigancé-. Nous ne sommes au courant de rien, NDLR)

    Le conférencier a interpellé les forces politiques kabyles : ‘’ MAK, GPK, RCD et FFS à unir leurs forces et se rapprocher des industriels et hommes d’affaires Kabyles pour la création d’un média réellement Kabyle qui s’adressera aux Kabyles en kabyle et dans le respect de leurs valeurs vécues et ancestrales… et aller vers un État Kabyle avec son propre parlement et ses lois... pour ne plus subir...’’

    La conférence a ensuite été clôturée avec les questions-réponses de l’assistance.

    Tout converge vers l’impérieuse urgence de se doter d’un État Kabyle avec ses propres institutions politiques : Un parlement, la réactivation de La3naya et de l’indépendance du village kabyle qui est la cellule primaire du politique en Kabylie afin de ne plus subir le dictat de l’administration coloniale algérienne pour tenir la moindre conférence au cœur de la Kabylie, etc…

    Bravo au conférencier et au Centre Culturel Kabyle de Montréal pour cet évènement !

    SIWEL 031542 AVR 16


    0 0

    OPINION DE Y. LARBI (SIWEL) — Je suis LAÏQUE, parce que mes ancêtres kabyles, aussi étaient laïques, en glorifiant la fameuse expression « Jmaɛ liman », c'est-à-dire : « au nom de toutes les croyances », et parce que la laïcité est un principe universel, porteur d’avenir et d’espoir pour tous les hommes qui existent sur terre, qu’ils soient athées ou croyants. C’est pourquoi je suis LAÏQUE.

    Opinion : Je suis laïque, pourquoi ? Par Y. Larbi
    Je suis laïque, pourquoi ?

    Je suis LAÏQUE, parce que tout en étant citoyen, je n’ai pas besoin ni d’une religion ni d’un prophète pour suivre le bon chemin. Je suis humain, et le bon DIEU m’a doté d’une conscience et d’une raison qui me permet de distinguer le bien du mal, l’amour de la haine et la guerre de la paix et surtout je n’ai pas perdu mon humanisme, contrairement à ces religieux extrémistes qui ne cessent de tuer des innocents au nom d’un DIEU qu’ils n’ont jamais respecté.

    Je ne suis pas obligé d’être musulman ou chrétien ou juif pour être citoyen. Je suis LAÏQUE. Je suis laïque, parce que la laïcité me permet de respecter toutes les croyances et d’en accepter les différences sans haine et sans critique.

    Je suis LAÏQUE, parce que, la laïcité n’est ni intégriste ni extrémiste ni criminelle, elle est le cadre dans lequel un individu est libre de pratiquer ou non une religion ; de critiquer ou non une opinion ; de croire ou non en une vérité révélée... Car la laïcité n’est pas une opinion, mais c’est la liberté d’en avoir une.

    Je suis LAÏQUE, parce que la laïcité est le dogme républicain de toutes les sociétés qui aspirent au développement et au progrès, la laïcité est le garant essentiel des libertés individuelles et collectives et de l’égalité des droits de l’Homme. Elle constitue, encore aujourd’hui, le fondement indispensable d’un monde de paix et de l’harmonie sociale auxquelles nous aspirons tous.

    Je suis LAÏQUE, parce que la laïcité m’apprend à défendre le droit absolu des libertés fondamentales de l’Homme, à savoir : la liberté de conscience et la liberté d’expression, la laïcité contribue à la construction d’un humanisme moderne qui donne sens à la vie, une vie d’amour, de respect et de tolérance.

    Je suis LAÏQUE, parce que mes ancêtres kabyles, aussi étaient laïques, en glorifiant la fameuse expression « Jmaɛliman », c'est-à-dire : « au nom de toutes les croyances », et parce que la laïcité est un principe universel, porteur d’avenir et d’espoir pour tous les hommes qui existent sur terre, qu’ils soient athées ou croyants. C’est pourquoi je suis LAÏQUE.

    Pour une République Kabyle, démocratique et Laïque.

    Mass Y- LARBI
    Un kabyle laïque.


    0 0

    TIZI WEZZU (SIWEL) — Nous venons d’apprendre avec une tristesse incommensurable le décès de notre ami Hamiche. Connu pour son intégrité, son honnêteté et son engagement pour la Kabylie libre, il a été assassiné hier soir par des voyous à Tizi Ouzou. Le MAK condamne avec la plus grande fermeté cet ignoble assassinat qu’il incombe au pouvoir colonial algérien qui a érigé la voyoucratie en police parallèle afin de perpétuer son règne par la terreur. Le MAK s’incline devant la mémoire de la victime, présente à sa famille ses sincères condoléances et l’assure de son soutien indéfectible en ces pénibles circonstances. L’enterrement aura lieu demain dans son village natal : Aguni Ufuru, dans la commune des At Wasif. Soyons nombreux pour honorer sa mémoire Tôt ou tard, la Kabylie libre vaincra.

    Urgent : Notre ami Khelfan Muqran dit Hamiche assassiné hier soir par des voyous à Tizi Ouzou.
    C'est donc ainsi que le wali de Tizi-Ouzou avait décidé de « gérer ce mouvement (le MAK, ndlr) avec intelligence » (sic)

    Anti-kabyle viscéral, exerçant les fonctions de premier commis de l’Etat algérien dans le département de Tizi-Ouzou, Brahim Merad avait profité de la session de l’APW (30 & 31 mars 2016) pour déverser son fiel contre le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), allant même jusqu'à avouer « avoir reçu des instructions pour, dira-t-il, gérer ce mouvement avec intelligence».

    «Si je suis amené à parler de ce mouvement autonomiste, c’est parce que celui-ci a osé frapper monnaie et se doter d’un drapeau qu’il hisse à la place de l’emblème national. Vous ne trouvez pas qu’il y a danger sur le pays ?», dira-t-il sur un ton catastrophé. «Nous avons instruction de les gérer avec intelligence et de ne pas les affronter (les militants du MAK, Ndlr), ce qu’ils cherchent c’est passer pour des victimes aux yeux de l’opinion internationale et appeler à la répression des minorités. Nous n’avons arrêté aucun dirigeant de ce mouvement qui est manipulé de l’extérieur par qui vous savez», dira, énigmatique, le chef de l’exécutif de la wilaya pour justifier son intervention sur le sujet, en réponse aux critiques de quelques élus du RCD.

    SIWEL 032246 AVR 16


    0 0

    PARIS (SIWEL) — Après la terreur dans la vallée du Mzab, dans le but d’éteindre le projet du MAM (le mouvement pour l'autonomie des Mzab) qui a commencé à prendre de l’ampleur depuis 2012 dans la région, et que le pouvoir fasciste d'Alger a réprimé par l'instrumentalisation des voyous Chaambi contre les pacifistes mozabites et l’emprisonnement des cadres du MAM, le pouvoir criminel algérien se tourne avec ses agents, ses sbires, ses criminels planificateurs à temps plein pour "gérer" le problème que leur pose le MAK qui lutte pacifiquement pour l'autodétermination de la Kabylie

    Analyse : Le pouvoir algérien passe à l'action contre les pacifistes militants du MAK
    En effet, ces derniers mois, plusieurs indications montrent l'acharnement du pouvoir colonial d'Alger contre la Kabylie. par une série de tests de répression sur le terrain, déclarations médiatiques provocatrices, désinformation en masse, manipulation, tentative d'harmonisation... etc, et cela à travers ses réseaux et relais connus dans la région, les KDS et les sbires envoyés spécialement pour des missions de repérage.

    Le tout premier test, c'est la circulation d'information sur la probable attaque contre le président du MAK, les militants ont réagi vite en se solidarisant autours de leurs président. Le pouvoir a fini par quelques perquisitions de force au domicile et dans le véhicule du président.

    Le deuxième test, ce sont des déclarations à la presse avec l’actionnement du criminel de guerre et ex-mafia du MALG Ould Kablia contre l'assassinat de Abane en provoquant ainsi la Kabylie dans son histoire. assez-vite, il a été remis à sa place tout de suite par les intellectuels et les acteurs politiques Kabyles.

    Le troisième test, c'est la sortie du KDS Ahmed Ouyahia, qui a lancé des attaques en essayant de résumer le MAK dans la personne du président de l'Anavad Mass Ferhat MEHENNI tout en essayant de lui coller sur le dos la destruction de l'Algérie. Ce dernier lui a adressé une réponse historique et entre parenthèseS, dans un jargon de diplomatie devant lui rappelant sa courte mission de KDS dans un gouvernement de Mafia, qui a détruit l'avenir des Algériens.

    Le quatrième test, c'est la tentative de pénétration de l'autre KDS Sellal au coeur de la Kabylie pour y assister aux funérailles de Dda Lhusin At Hmed, devant une foule de Kabyles acharnés contre cette récupération, il a été obligé de rebrousser chemin vers Alger avec son cortège, devant des slogans d'humiliation à son administration coloniale et à lui.

    Le cinquième test, c'est la dernière sortie de Amara Ben Younès à Michelet dans une tentative de s'adresser directement à la population , il a failli ce jour là échapper à une justice citoyenne sur la place publique.

    Le sixième test, c'est un autre KDS, Ould Ali, qui a pris l'initiative pour plaire à son maitre Said le frère de l'imposteur Bouteflika, avec une entrée en Kabylie pour réactiver la mafia avec laquelle il a fait la campagne de Bouteflika en 1999 et 2004, c'est là que toute la dangerosité commence. Cet homme a organisé une campagne de distribution de tracts anti-MAK la veille de son arrivée. Mais probablement son retour a permis la structuration de la Mafia à Tizi-Ouzou vu que cet homme a des liens forts avec les délinquants de la région.

    Le septième test, c'est la tentative de répression du 3ème congrès du MAK, avec l’arrestation arbitraire de plus de 300 militants sans aucun motif le jour du congrès, et devant le nez des citoyens Kabyles, ainsi que les attaques contre la présidente du CMA Madame Kamira Nait Sid, Slimane Kadi, Mouh Tahechat, Hocine Azem, ainsi que toutes les autres opérations contre les militants.

    Le huitième test, c'est la manipulation de quelques jeunes par la commissaire de police aux Ouadhias, pour saboter le meeting du MAK, et agresser sa direction.

    Le neuvième test, c'est la dernière sortie du Wali Brahim Merad qui veut faire la guerre au MAK publiquement avec une demande d'aide officielle au nom de l'état Algérien qu'il a adressée aux élus de la wilaya de Tizi-Ouzou, cela fait la continuité d'autres campagnes de ce Wali, qui a les bras et la langue très longs, qui veut parfaire son profil de criminel sur le dos du MAK.

    Et voilà, le pouvoir de Said le frère a donné son feu vert au wali pour récolter les fruits du travail du KDS Ould Ali qui a rassemblé à nouveau la mafia, en autorisant les opérations clandestines puisque le travail politique de récupération de la Kabylie pour le compte d'Alger n'obtient pas ses fruits.

    Et voilà donc, on a un assassinat en plein Kabylie à Tizi-Ouzou, pour semer la peur dans la région, pour décourager les militants, pour saboter la marche du 20 Avril prochain, pour détruire ou faire peur au MAK.

    Paix à l'âme de notre frère et victime Khelfan Hamiche, toute nos condoléances à sa famille, en espérant que tous les Kabyles comprendront les intentions des colons, et qu'ils entreprendront la démarche qu'ils jugeront utile pour stopper ce plan diabolique.

    Marzouk,
    Paris le 04/04/2016

    SIWEL 040356 AVR 16


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — La fondation Tiregwa a annoncé l'attribution du prix Rachid Alliche au roman ''Timlilit di 1962'' de Aumer ULAMARA. C'est ce roman , parmi les quatre romans en lice, qui a remporté le prix Rachid Aliche 2016 du meilleur roman en kabyle. les Romans en lice étaient 1- Abrid n twaɣit, Mazri, Éditions Tamagit; 2- Tislit n uɣanim, Rachid Boukheroub, Éditions, El Amel; 3- Timlilit deg 1962, Aumer Ulamara, Éditions Achab. 4- Tayri d teɣzent, Malek menniche, Editions Assirem.

    Prix Rachid Alliche du meilleur roman en tamaziɣt attribué à 'Timlilit di 1962' de Aumer ULAMARA
    Anwa-t AUMER ULAMARA?

    Aumer U Lamara ilul deg taddart Budafal deg tmurt n yiqbayliyen. Yedder deg taddart alama d 16 n yiseggasen uqbel ad iruḥ γer Lezzayer tamanaγt deg 1968, anda yella d anelmad deg Tesnawit « Lycée technique d'Alger/Ruisseau» deg 1970. Daγen yella d anelmad deg tesdawit « Faculté des sciences d'Alger».

    Din yeḍfer timsirin n Tmaziγt γer Dda Lmulud At Maamer alama d asmi i yettwakes uselmed-a deg cuṭember 1974 sγur taneγleft usegmi i yellan imira s ddaw ufus n uneγlaf Taleb Ahmed Ibrahimi.

    Deg 1975 yekcem γer tesdawit n Besançon di Fransa ilmend n Tizrawin n Tfizikt « Les études de physiques». Din imug agemir n Duktura allus wis 3 deg 1981. Dγa deg useggas-a, yuγal-d γer tmurt anda yesγer Tafizikt deg tesdawit n Tizi Wezzu seg 1981 γer 1985.

    Yesγer ula di Fransa alama d 1988 anda yerna tuγuri-ines alama yekfa Duktura n Uwanek n Tussna « ès Sciences» deg 1989. Asmi yella deg Tizi Wezzu, yesγer Tamaziγt, γas ulama mačči s wudem alugen, acku yella lḥers n udabu. Yela d aεeggal n usqamu n tmirawt n tesγunt taḥerraqt TAFSUT.

    Aumer U Lamara yella daγen d aεeggal imsebded n tesqamut tazzayrit n useḥbiber γef yizerfan n wemdan deg 1985.

    Seg 1988 yeḍfer abrid n tneflit d unadi amguri, anda yexdem deg waṭas n tiṛmisin (tikkubaniyin) tigtaɣlanin, u yella d ameskar n tuget n Brebiyat (Brevets) n usnulfu amguran deg tussna n uṛubuten d Uṭumaṭizm. Tura atan d aεebbaj-amciweṛ deg usefrek n tneflit d unadi amguri.

    Daγen seg 1985 yuγal yettaru s Tmaziγt anda yebda yettaru ccfawat n tmenγest mgal tamharsa tafransist n baba-s Mesεud Ulamara. Ar tura ya kan yura 7 n yidlisen s Tmaziγt : 4 ungalen, tameddurt, 2 n warramen.

    Deg 1968 yeεreḍ tasuqilt n tceqquft umezgun ''Jugurtha'‘ deg MJC di Belcourt , Lezzayer tamanaγt. Dayen ur yesaweḍ ara.

    Wigi d idlisen i yura Aumer U Lamara :

    1. Iberdan n Tissas, tameddurt n Messâud At Ammar (Messaoud Oulamara) di tegrawla n Lezzayer (1934-1965), si PPA armi d FFS, tiẓrigin Le Pas Sage, Lezzayer 2007.

    2. Agellid n times, ungal, internet 2008 ; iffeγ-d s yisem « Akkin i Wedrar », tiẓrigin Achab, Tizi Wezzu, 2011.

    3. Tullianum – Taggara n Yugerten, ungal, internet/HCA (Aseqqamu Unnig n Timmuzγa), Lezzayer, 2009.

    4. Omaha Beach - – Ass-A d Wussan, ungal, internet / tiẓrigin n FCNAFA – Asaru Amazi$, Lezzayer, 2010.

    5. Muḥend Abdelkrim – Di Dewla n Ripublik, amezruy n Ṭṭrad n Rrif akked Tagduda n Rrif, 1920-1926, internet/Editions L’Harmattan, Paris 2011.

    6. Les Sentiers de L’Honneur, traduction en français de « Iberdan n tissas », Editions Koukou, Alger , 2013 ; Editions L’Harmattan, Paris 2014.

    7. Timlilit di 1962, ungal, tiẓrigin Achab, Tizi Wezzu, 2015.
    8. Taârabt-tinneslemt n usekkak, tiẓrigin Achab, Tizi Wezzu, publication au premier semestre 2016?

    Fondation Tiregwa
    SIWEL 041041 AVR 16


    0 0

    TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le ministère algérien de l'Education vient de faire écho à «l’officialisation de Tamazight» annoncée en grande fanfare par l’Etat algérien. Il vient de confirmer la discrimination coloniale de l'Etat algérien à l'égard de la seule langue légitime de la Kabylie par le ridicule des postes budgétaires attribué à l’enseignement de Tamazight. La Direction de l'éducation algérienne de Tizi-Uzzu a en effet été dotée de 46 postes budgétaires pour l’enseignement de Tamazight contre 502 postes budgétaires pour l’enseignement de l’Arabe...

    Tamazight langue
    De fait, Tamazight langue "nationale et officielle", annoncée par le KDS "Agujil Bwawal", (ndlr; l'orphelin de la langue) tel que l'a surnommé Matoub Lounès qui ne s'y est pas trompé, prend tout son sens.

    L'officialisation de Tamazight s'exprime magistralement "par les chiffres" des postes budgétaires que lui attribue le ministère algérien de l'Education et constitue une traduction, logique et cohérente, d'une politique coloniale assimilationniste qui vise à constitutionnaliser "l'orphelinat linguistique"... à l'image de son annonciateur, Agujil Bwawal

    Pour précision, les 502 postes pour la langue arabe sont répartis en fonction des besoins d’arabisation du peuple kabyle :
    13 postes budgétaires pour l’enseignement secondaire,
    55 postes pour l’enseignement moyen et
    434 pour l’enseignement primaire qui viennent en renfort pour arabiser encore davantage le pays kabyle.

    Quant à l'enseignement de Tamazight :
    14 postes budgétaires sont destinés au primaire,
    10 postes budgétaires sont destinés au moyen,
    22 postes budgétaires sont destinés au secondaire,

    Ainsi donc, comme cela a été dénoncé par la plupart des observateurs de bonne foi, l’officialisation de Tamazight n'est que de la poudre aux yeux destiné à freiner l’avancée du MAK ; une avancée telle que le préfet de Tizi-Ouzou se soit senti obligé de convoquer les élus placés sous son administration pour leur signifier que "Le MAK est un danger ! » et que «le développement de la région viendra après avoir éliminé le MAK en mettant ses militants en cellules»… Preuve en est que d'opposition en Kabylie, il n'y a que le MAK et rien d'autre que le MAK

    dk/zp
    SIWEL 041158 AVR 16


    0 0

    PARIS-ALGER (SIWEL) — A quelques jours du départ d'une délégation d'officiels français, conduite par le premier ministre Manuel Valls, pour une nouvelle visite "de travail" en Algérie, Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement provisoire kabyle, a estimé être "fondé à clamer que la France n’a pas le droit de conclure des traités avec l’Algérie sur le dos du peuple kabyle". Nous publions ci-après l'intégralité de la lettre adressée par le président du Gouvernement provisoire kabyle, Ferhat Mehenni, au premier ministre français, Manuel Valls :

    A quelques jours d'une nouvelle
    ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
    PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
    PRÉSIDENCE


    LETTRE A MONSIEUR MANUEL VALLS
    PREMIER MINISTRE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE



    Monsieur le Premier Ministre,

    Vous allez effectuer une visite de travail de deux jours en Algérie, le 09/04/2016.
    Permettez-moi à cette occasion, de vous inviter à partager, le temps de cette lettre amicale, quelques visions spécifiques qui nous mèneront bien au-delà de l’étroite « raison d’Etat » qui censure dans les médias français, tout ce qui a trait au MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) et à l’Anavad (Gouvernement Provisoire Kabyle).

    Les relations algéro-françaises sont complexes et chaotiques depuis 1962. Et la France est seule à croire en leur possible amélioration.

    Le poids du passé colonial est surexploité pour nourrir la haine et promouvoir les contrevaleurs qui font échec à tout ce qui fait le rayonnement international de l’Hexagone ; arabo-islamisme contre laïcité et culture judéo-chrétienne, archaïsme contre développement, dictature contre démocratie, répression contre respect des droits humains, asphyxie économique contre liberté d’entreprendre, arabophonie contre francophonie,…

    Cependant, c’est avant tout sur des considérations géopolitiques et géostratégiques que je voudrais attirer votre haute attention.

    Si, en Afrique du Nord, l’Algérie est la fille aînée de la colonisation Française, elle n’en a pas moins été mal conçue.

    Le fait de lui avoir annexé la Kabylie, à partir de la bataille d’Icherriden, le 24/06/1857, a été le point de départ d’une contestation qui a abouti à l’indépendance de l’Algérie en 1962.

    La Kabylie qui n’a jamais accepté la perte de sa souveraineté, réclame à ce jour son droit à son autodétermination.

    Lors de la visite de votre Ministre des Affaires Etrangères, Monsieur Jean Marc Ayrault, le 29/03/2016, à Alger, une conférence de presse a été tenue avec son homologue algérien qui avait demandé à la France d’infléchir sa position sur le Sahara dit « Occidental » et de soutenir le droit à l’autodétermination que revendique Alger.

    Il est pour le moins incohérent qu’un droit réclamé au bénéfice du Polisario qui veut édifier un autre Etat arabe en terre amazighe, soit refusé à la Kabylie qui y aspire de toutes ses forces.

    Cette aspiration est régulièrement réprimée depuis 1963.

    En 2001 les gendarmes algériens ont tiré sur de pacifiques manifestants kabyles parmi lesquels on dénombra près de 6000 victimes dont 1200 handicapés à vie et près de 130 morts.

    Le 20 avril 2014, un témoin oculaire avait filmé la scène montrant la sauvagerie avec laquelle la manifestation traditionnelle de la Kabylie fut réprimée. Je vous en joins le lien

    Pour le 20 avril de cette année, les autorités coloniales algériennes en Kabylie s’apprêteraient à organiser une contre-manifestation composée essentiellement de policiers en civil et de délinquants notoires pour agresser les manifestants du MAK. Nous placerons des caméras tout le long de la marche pour filmer l’événement et identifier les agresseurs.

    Monsieur le Premier Ministre,

    Je suis fondé à clamer que la France n’a pas le droit de conclure des traités avec l’Algérie sur le dos du peuple kabyle.

    La reconfiguration géopolitique de la Région est, nous le croyons, une nécessité comme l’est l’avènement sur la scène internationale d’une Kabylie souveraine. Celle-ci sera un allié naturel de la France avec laquelle elle partage déjà, entre autres, la langue et les valeurs.

    Elle sera nécessairement un facteur de stabilité et de sécurité, comme elle coopérera dans tous les domaines avec son voisinage nord-africain et euro-méditerranéen.

    Evoquer la Kabylie avec vos interlocuteurs algériens serait un acte gravé dans la mémoire éternelle des peuples kabyle et de ceux de la Région.

    Vous redonneriez à la France, un élan à la hauteur de ses ambitions consistant à redessiner les contours d’un monde plus fraternel, apaisé et prospère.

    Dans l’attente de ce geste, veuillez croire Monsieur le Premier Ministre, en la disponibilité de la Kabylie au dialogue et à l’action en faveur de l’amitié et de la paix entre les peuples, à commencer par les nôtres.

    Exil le 04/04/2016
    Ferhat MEHENNI
    Président de l’ANAVAD


    PS : Je manquerais de sens de solidarité si je n’évoquais pas dans cette lettre les détenus politiques du Mzab (Ghardaïa), à leur tête le Dr Kamel Eddine FEKHAR (militant des Droits Humains) qui croupissent arbitrairement et dans des conditions sanitaires inhumaines dans les geôles du Sud, pour avoir voulu défendre les leurs contre les agressions mortelles orchestrées par Alger, et encadrées par des corps de sécurité.

    SIWEL 041427 AVR 16


    0 0

    CONTRIBUTION (SIWEL) — "La Kabylie est ma patrie, le Kabyle est ma langue, et je suis laïc" : contribution de Mohamed Benarous. Que mes ancêtres soient Kabyles depuis Massinissa ou depuis 1857, je suis Kabyle, un enfant de la montagne, un fils des Bâbords et du Djurdjura. Beaucoup disent que nous ne pouvons pas nous revendiquer comme « pur » Kabyle du fait que durant l’Histoire, il y a eu d’innombrable invasions que ce soit des nomades venus du nord ou de l’orient. Je réponds : en effet, mais une chose est sûre, je suis né sur ce territoire colonisé situé au Nord de l’Afrique que nous appelons « Kabylie » ou « Tamurt n laqbayel» et je partage l’honneur, et l’amour envers ce peuple et cette patrie, et c’est pour cela que je suis Kabyle.

    Nous naissons tous quelques part, et cela ne défini pas nécessairement ce que nous sommes, mais nous avons le choix de partager ou de ne pas partager les valeurs d’un pays et notamment ici de ce pays nommé Kabylie.

    C’est ainsi que certains se disent Kabyles mais sont des Algériens comme ces personnes intrigantes qui cherche à se faire valoir ou quand d’autres se disent également Kabyles pour défendre une Algérie unie depuis Paris. Peu importe depuis quand nous sommes Kabyles, pourvu que l’on ne la trahisse pas et que l’on soit fier d’être né libre.

    Je parle la langue de ma mère, qui elle-même parlait celle de sa mère, qui est aujourd’hui, le Kabyle. Je sais que les algérianistes vont pérorer en me disant que le Kabyle est une langue parlée avec des mots étrangers qu’ils soient principalement français ou arabe. Je réponds que oui, effectivement, vous avez raison, le Kabyle emprunte des mots venus d’autres langues car elle est une langue vivante qui s’enrichie au fil du temps et qui n’est nullement une langue morte telle que le « Tamazight » que vous prônez et qui n’est aucunement parlé. Il se peut, que d’autres langues très proches de la mienne soient pratiquées ici et là, je pense par exemple au Chaoui ou au Chleuh mais cela reste leur langue et leur pays. C’est comme le Français de France ou le Français Suisse ou de Belgique, il y a trois pays, pourtant parlant le Français.

    J’ai pu voir, lors de mes voyages, des personnes se déclarant d’une confession pour se protéger et se prémunir de la religion. Cette dernière n’a jamais été le moteur de ma réflexion, il est évident que je suis laïc, ce qui ne veut absolument pas dire que je suis athée, chrétien ou agnostique. Je laisse la croyance à l’individu et je pense que l’Etat ou le peuple ne doit s’occuper de la vie privée. Chaque personne est libre de penser et est capable d’avoir une liberté de conscience, par cela, je n’impose rien au gens sur ce qu’ils doivent être ou ce qu'ils doivent faire.

    Je crois que cela nous manque car, depuis que notre peuple a était perverti par les orientaux et les suppôts, nous ne cessons jamais de voir ce que font nos voisins sans jamais vouloir balayer devant leur porte. Pour ma part, je côtoie énormément de Kabyles musulmans, pratiquants ou non, mais surtout, j’ai, par la force des choses et notamment celle du travail, beaucoup d'arabes ou arabophones goûtant aux délices, parait-il de l’alcool et celui de la chair. Aujourd’hui, je les vois, ici parmi nous, grâce à vous, les Kabyles De Service. Il est très facile de rencontrer ces derniers, il y en a partout prêts à tout pour que l’on soit de bon citoyens algériens, que cela se passe avec de l’argent ou de la violence. Il y a tellement d’étranger en Kabylie, que je comprends les raisons endémiques du chômage..

    Vous, les KDS, vous recrutez ces importés qui détestent ce que nous sommes au lieu et place d’employer vos semblables. Vous, les KDS, vous participez activement à construire des lieux de culte au lieu d’usines ou centres culturels. Vous les KDS, vous vous exprimez en langue de l’occupant pour préserver votre apanage. Et pour satisfaire vos parrains, vous les KDS, vous favorisez ce qui est le plus déviant et fourbe, ceux qui haïssent notre mode de vie et notre histoire. Enfin, vous les KDS, vous êtes donc les premiers responsables du marasme social et économique de la Kabylie. Sachez une chose, vous les Kabyles De Service, une certitude est née, vos jours sont comptés.

    Nous sommes, pour l’instant, beaucoup plus nombreux que les KDS et importés en Kabylie. Il serait donc facile d’endiguer le fléau algérianiste et algérien. Dorénavant, tous les militants, sympathisants pour une Kabylie libre se doivent être solidaire et également soutenir publiquement Ferhat Mehenni et Bouaziz Aït Chebib. Nous sommes unis, nous sommes uniques, nous sommes Kabyles.


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Dans le cadre de la préparation de la marche traditionnelle du 20 avril, le MAK organise deux meetings populaires le vendredi 08 avril : A 11h : Tawrirt Muqran (Larevâa n At Iraten) / Lieu : Centre du village A 16h : Timezrit (At Yemmel) / Lieu : Place publique Lhed

    Le MAK organise deux meetings populaires  ce vendredi à Tawrirt Muqran (Larevâa n At Iraten) et Timezrit (At Yemmel)


    0 0

    KABYLIE (SIWEL) — Dans une déclaration rendue publique aujourd'hui, le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) "dénoncent avec une extrême vigueur les crimes odieux" qui ont ciblé deux militants kabyles, Mokrane Khelfane et Abdelhak Benchelli, "ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon". Le MAK et l'Anavad déclarent également qu'ils " tiennent pour seul et unique responsable le régime colonial d’Alger qui multiplie à travers ses wali et ses bachaghas les déclarations d’hostilité envers les militants kabyles, appelant ouvertement à « combattre » le MAK." Ils rappellent que la violence, le crime et la terreur", constituent "le seul langage dont use, et depuis toujours, l’Etat algérien face aux revendications démocratiques et pacifiques du militantisme kabyle." Nous publions ci-après l'intégralité du communiqué MAK et de l'Anavad

    ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE


    AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN
    MOUVEMENT POUR AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE




    La Kabylie en deuil

    La Kabylie vit actuellement des moments graves avec le retour en force des méthodes mafieuses qui caractérisent l’Etat colonial algérien. Deux militants kabyles viennent d’être ravis à leurs familles, leurs proches, leurs amis et à la Kabylie pour laquelle ils luttaient chacun à sa façon.

    Le président de l’Association culturelle AZAL, Benchelli Abdelhak, s’activait depuis 2005 dans son association pour sauvegarder le patrimoine kabyle et avait entrepris ces derniers temps de réhabiliter dans les espaces publics, les Tifinagh, l’écriture millénaire des peuples Amazighs. Il a été « égorgé » dans le local de son association à Bordj Bou Arreridj.

    Le jeune militant kabyliste, Mokrane Khelfane, dit Hamiche, bien que n’étant pas organiquement structuré dans le MAK était un grand sympathisant du Mouvement et participait très activement à toutes ses activités publiques qu’il en était perçu, et par tous, comme un militant du MAK. Il a été «sauvagement tabassé » dans le parking de sa cité à Tizi-Ouzou avant de décéder des suites de cette agression. La direction du MAK à sa tête son président, le conseil régional de Tizi Ouzou, ainsi que des dizaines de militants venus de plusieurs localités, ont assisté à ses funérailles pour assurer sa famille du soutien indéfectible du Mouvement.

    Les circonstances ​suspectes de leurs assassinats doivent impérativement être élucidés tant ces circonstances, pour le moins troubles, correspondent en tous points aux méthodes mafieuses du pouvoir colonial algérien qui ne connait pas d’autre langage que celui de la violence, du crime et de la terreur. C’est d’ailleurs le seul langage dont use, et depuis toujours, l’Etat algérien face aux revendications démocratiques et pacifiques du militantisme kabyle.

    Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement provisoire kabyle en Exil (Anavad) dénoncent avec une extrême vigueur ces crimes odieux et précisent qu’ils tiennent pour seul et unique responsables le régime colonial d’Alger qui multiplie à travers ses wali et ses bachaghas les déclarations d’hostilité envers les militants kabyles, appelant ouvertement à « combattre » le MAK.

    Les menaces proférées par les officiels algériens à l’encontre du MAK, visant à travers lui toute la jeunesse militante kabyle rejetant le dictât mortifère de l’arabo-islamisme, essayent encore de recourir à ses vieilles méthodes pour terroriser le peuple kabyle et le détourner de sa vocation naturelle au recouvrement de sa liberté, de son authenticité et de sa dignité.

    A quelques jours des marches traditionnelles du 20 avril, le régime colonial algérien s’affole, il mobilise ses ​b​achaghas, il convoque ses commissaires de police et les élus de Kabylie pour les exhorter à « combattre le MAK », il instrumentalise de jeunes désœuvrés abandonnés à eux-mêmes, sans débouchés et sans avenir, pour les utiliser contre d’autres jeunes kabyles.

    Le MAK et l’Anavad appellent la jeunesse kabyle, toute la jeunesse kabyle, ses étudiants, ses chômeurs et même ceux que l’Etat algérien considère comme « ses » voyous à la plus grande vigilance. Qu’aucun kabyle, quelle que soit ses difficultés ou la précarité de sa situation, ne soit jamais la main qui aura contribué à faire tomber un autre kabyle.

    Le régime colonial d’Alger veut s’approprier les symboles kabyles du 20 avril et c’est toute honte bue, oubliant qu’il est la cause des larmes et du sang versé des kabyles, qu’il appelle lui-même à célébrer le printemps de 1980 et le printemps noir… Il n'y aura ni oubli ni pardon.

    Le MAK et ​l'Anavad rappellent que le 20 avril est une journée d'action qui vise à commémorer le double anniversaire du printemps de 1980 et du printemps noir de 2001. Ils appellent les associations culturelles à ne pas organiser d'activités en ce jour symbolique afin de ne pas entraver la mobilisation populaire et à ne pas tomber dans les manipulations du pouvoir colonial algérien qui cherche par tous les moyens à démobiliser le peuple kabyle et à le folkloriser.

    Bouaziz Ait Chebib,
    Président du MAK


    SIWEL 052226 AVR 16


    0 0

    PAYS CHAOUI (SIWEL) — Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, le Mouvement autonomiste Chaoui s'insurge contre la décision des autorités algérienne de détruire une partie des ruines du palais du célèbre guerrier numide Takfarinas, originaire de la ville Chaoui de Thagaste arabisée ensuite sous le nom (actuel) de Souk Ahras. Nous publions ci-après l'intégralité du communiqué du Mouvement autonomiste Chaoui

    Le Mouvement autonomiste Chaoui s'insurge contre la destruction des ruines du palais du célèbre guerrier numide Takfarinas
    Le Mouvement Autonomiste Chawi ( M.A.C) s’insurge contre la décision qui a été prise par l’administration algéro-hilalienne de massacrer notre patrimoine aux yeux de tous.

    Une partie des ruines du palais de Takfarinas vient d’être détruite pour construire des avaloirs.

    Ce massacre a été autorisé par la commune, et approuvé par la direction de la culture de la Wilaya de Souk Ahras.

    A l’heure où le monde pleure les destructions du patrimoine archéologique en Irak et en Syrie, chez nous, sur notre terre les représentants de la république bananière algérienne en Pays-Chawi orchestrent l’effacement de notre histoire.

    Le Salut des enfants du Pays-Chawi, ne pourra se trouver que dans la mise en place d’un système qui permet aux filles, et aux fils de Tacfarinas de s’auto gouverner , et de s’auto administrer .

    Un système qui permettra le respect de nos valeurs, de notre histoire, et l’affirmation de notre identité. Un système qui acceptera la pluralité la diversité, et la démocratie.

    Un système qui nous montrera aux yeux du monde, comme un peuple original et singulier.

    C’est notre survie qui est en jeu.

    L’Autonomie ou la mort.

    Mouvement Autonomiste Chawi (MAC)
    Bureau politique.


    SIWEL 052328 AVR 16

    Le Mouvement autonomiste Chaoui s'insurge contre la destruction des ruines du palais du célèbre guerrier numide Takfarinas


    0 0

    TASSAFT OUGUEMOUN (SIWEL) — Chaâbane Ouahioune, journaliste-chroniqueur, essayiste et romancier kabyle, est décédé lundi 4 avril 2016 à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans dans son village natal à Tassaft Ouguemoun. Auteur des célèbres chroniques « Lettres de Kabylie » et du non moins célèbre roman « Tiferzizouit ou le parfum de la mélisse », Chabane Ouahioune a écrit à quatre-vingt-neuf ans son dernier roman « L'Aigle du rocher » dans lequel il est, encore et toujours, question de sa Kabylie natale à laquelle il vouait un amour. Grand homme de culture, Chaâbane Ouahioune était surtout connu pour sa chronique « Lettres de Kabylie », mais il est aussi l’auteur de plusieurs livres dont le thème central reste toujours cette Kabylie qu’il aimait par-dessus tout.

    Le journaliste-chroniqueur, essayiste et romancier kabyle,Chaâbane Ouahioune, n’est plus.
    Mais qui est Chaâbane Ouahioune ?

    Chaâbane Ouahioune est le fils de Mohand Ameziane Ouahioune, un normalien de Bouzareah qui écrivait des articles dans « La voix des humbles », le journal des instituteurs du début du vingtième siècle en Kabylie. Comme Mouloud Feraoun, Mohand Ameziane Ouahioune sait que seule l’instruction peut vaincre la misère. Le jeune Chaâbane marche sur les pas de son père et entre lui aussi à l’école normale en 1942 mais il est « réquisitionné » par l’administration coloniale française sur les fronts de la seconde guerre mondiale. Beaucoup d’élèves de sa section, des jeunes montagnards comme lui, ont été sacrifiés pour la France libre contre le fascisme. Plus chanceux que plusieurs de ses camarades, Chabane Ouahioune retrouve Tassaft Ouguemoune une fois l’armistice signé et reprend ses études à l’école normale de Bouzaréah.

    Chaâbane obtient son baccalauréat et s'inscrit à la faculté de droit d'Alger et décroche son Certificat d'aptitude au grade de bachelier en droit le 26 juin 1948. Il obtient son diplôme de licence en droit en 1949. Chaâbane était étudiant en droit, lorsqu’il rencontre Mouloud Mammeri alors enseignant au lycée de Ben Aknoun. C’est dans un hôtel d'Alger-Centre, où il avait loué une chambre avec un de ses amis, qu’il fait la connaissance de Mouloud Mammeri. Ce dernier apprécie grandement les qualités morales et intellectuelles de Chaâbane Ouahioune et lui confie sitôt écrites, les pages du manuscrit de son premier roman, « La colline oubliée ».

    Le premier contact avec l'écrit romanesque date de cette rencontre décisive avec Mouloud Mammeri. Chaâbane Ouahioune écrit sur la Kabylie et aborde différents thèmes relatifs à la Kabylie, et notamment celui de l'émigration, dans ses « Lettres de Kabylie ». Pourtant Chaâbane Ouahioune vivra tout au long de sa vie dans son village de Tassaft Ouguemoune, sur les hauteurs de sa Kabylie qu’il n’acceptera jamais de quitter, même pas pour se soigner, préférant de fatiguant allers retours en France pour se soigner, plutôt que de s’y établir.

    En plus de sa célèbre chronique « Lettres de Kabylie », Chaâbane Ouahioune est l’auteur de huit (8) livres ayant pour thème central la Kabylie, dont «La maison au bout des champs», «Tiferzizouith ou le parfum de la mélisse», «Parmi les collines invaincues», «Ce mal des siècles», «Itinéraires brûlants», «Randonnées avec Ait Menguellet», «L'aigle du rocher».

    maa,
    SIWEL 061107 AVR 16


    0 0

    DIASPORA (SIWEL) — Suite au décès de l’écrivain kabyle Chaâbane Ouahioune, le Président de l’Anavad, Mas. Ferhat Mehenni, a adressé à sa famille ses plus sincères condoléances dans un message que nous publions ci-après.

    Décès de l’écrivain kabyle Chaâbane Ouahioune : Condoléances du Président de l’Anavad
    ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
    GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE

    Décès de Chaâbane Ouahioune : Condoléances de l’Anavad


    L’écrivain, journaliste et chroniqueur kabyle Chaâbane Ouahioune est décédé lundi dernier à Tassaft Ouguemoune à l’âge de 94 ans. En mon nom personnel et au nom du Gouvernement provisoire kabyle, j’adresse mes plus sincères condoléances à la famille de ce grand écrivain qui a consacré à la Kabylie une chronique régulière et 8 romans entièrement dédiés à l’immense amour qu’il avait de la Kabylie.

    J’ai eu l’honneur de rencontrer à plusieurs reprises ce grand homme de culture. La dernière fois que je lui ai rendu visite c’était en 2008, lors de mon dernier retour en Kabylie. J’étais allé lui rendre visite chez lui à Tassaft Ouguemoune.

    Que son âme repose en paix, la Kabylie éternelle qu’il aimait par-dessus tout ne l’oubliera jamais. Elle saura honorera sa mémoire et cultiver son souvenir. Ses œuvres resteront les témoins éternellement vivants d’une Kabylie profondément aimée par les siens.

    Ferhat Mehenni,
    Président


    SIWEL 061542 AVR 16


    0 0

    PARIS (SIWEL) —Chaque année, la famille et les amis d’Ali André Mécili appellent à la commémoration de l’anniversaire de l’assassinat de l'opposant kabyle Ali-André Mecili par le pouvoir algérien en plein Paris. Cette année, un rassemblement aura lieu ce samedi 09 avril 2016 à 14 h 30 au Cimetière du Père Lachaise pour rendre hommage à l’avocat, au militant des droits de l’homme et grand opposant kabyle au régime algérien. Ali Mécili a été assassiné le 7 avril 1987 à Paris devant l'entrée de son immeuble. Son assassinat, un crime politique flagrant, commis dans la capitale des droits de l’Homme, demeure à ce jour impuni, encore protégé par la « raison d’Etat »

    Hommage à l'opposant kabyle Ali-André Mécili, assassiné à Paris : samedi 09 avril 2016 au Cimetière du Père Lachaise, à 14 h 30
    Les Kabyles de France sont invités à aller nombreux ce samedi 09 avril pour commémorer le 29è anniversaire de l’assassinat d’Ali-André Mécili par un pouvoir criminel qui règne sur l’Algérie depuis plus de 54 ans.

    L'hommage de cette année, d’après la déclaration de Annie Mécili "revêt un caractère particulier".déplorant la tragédie de la disparition de l'autre grand opposant Kabyle au régime algérien, Hocine Ait Ahmed au mois de décembre dernier.

    La veuve Mécili souligne dans son communiqué, que depuis la liquidation physique de son mari "par les services secrets algériens le 7 avril 1987", Hocine Aït Ahmed a toujours été aux cotés de la famille Mécili et l'a aidé à supporter l'absence du défunt. Aujourd'hui, poursuit Mme Mecili, avec la disparition de Aït Ahmed "nous sommes à nouveau orphelins".

    Si Ali-André Mécili a été assassiné, si aujourd’hui encore il manque terriblement à sa famille, à ses amis, à sa patrie, son héritage demeurera encore longtemps la voie privilégiée d’un peuple viscéralement épris de justice et de liberté, depuis plus de 2000 ans d’existence et de luttes incessantes :

    « [...] Je meurs sous des balles algériennes pour avoir aimé l'Algérie. [...] Je meurs seul, dans un pays d'indifférence et de racisme. [...] Je meurs pour avoir vu mourir l'Algérie au lendemain même de sa naissance et pour avoir vu bâillonner l'un des peuples de la Terre qui a payé le plus lourd tribut pour affirmer son droit à l'existence » Ali-André MECILI

    Venez nombreux ce samedi 09 avril au cimetière Père Lachaise, à 14h 30, pour commémorer le 29è anniversaire de l’assassinat de l'opposant Kabyle Ali-André Mécili par le pouvoir algérien.

    at,
    SIWEL 061542 AVR 16



    0 0

    EL KSEUR -VGAYET (SIWEL) — Mercredi 24 avril 2013, l’interdiction faite par le surveillant général du lycée mixte d’El Kseur à une lycéenne de porter une robe Kabyle a soulevé un tollé général partout en Kabylie. Ce fut l'indignation totale. Les lycéens et les enseignants de cet établissement ont décidé de réagir et de donner une leçon de patriotisme au surveillant général, renégat et indigne, qui osa interdire à une jeune fille kabyle de porter une robe kabyle en Kabylie-même.

    Le 25 avril 2013, les jeunes filles du lycée mixte d'El Kseur défiaient l'interdiction de porter une robe kabyle
    Une formidable initiative est alors prise par le professeur de mathématique de la jeune lycéenne en question. En effet, après concertation avec les lycéens et avec les professeurs de l'établissement, il propose d’organiser une journée de mobilisation dès le lendemain 25 avril où toutes les filles du Lycée mixte d’El Kseur viendraient vêtues de robes kabyles pour défier ce "responsable" et le remettre à sa place. Il est en effet impensable que l'on puisse s'imaginer interdire aux jeunes filles kabyles de porter une robe kabyle quand elle le veulent et où elles le veulent, et encore moins au cœur même de la Kabylie.

    Le lendemain, les jeunes filles de l'établissement relèvent le défi et viennent toutes en robes kabyles. Elles se rassemblent dans la cour du Lycée qui se colore alors des mille et une couleurs de leurs innombrables robes kabyles et donnent une bonne leçon à l'indigne surveillant général du lycée, décidément bien mal inspiré d'avoir eu une idée aussi saugrenue que d'interdire la robe kabyle à une jeune lycéenne en plein cœur de la Kabylie.

    La veille, le surveillant général de ce lycée avait tenté d'intimider la lycéenne à la robe kabyle en lui disant : « Je ne veux plus que tu la mettes, la robe kabyle est juste faite pour les fêtes, je ne veux pas que tu reviennes l’après-midi ».

    Mais on intimide pas un jeune fille kabyle sur son propre territoire pour lui interdire de porter la robe emblématique de son pays.

    La jeune lycéenne d’El Kseur avait en effet sèchement répliqué au surveillant qu’elle portera toujours cette robe, quand elle le voudra et où elle le voudra : « Renvoyez-moi si vous voulez mais moi je la porterai aujourd’hui et demain », lui lavait-elle répliqué sans aucune hésitation.

    L'annonce de cet inimaginable forfait avait indigné la toile kabyle et amazighe qui avait salué le courage de la jeune fille. Des milliers de Kabyles et d’Amazigh lui avaient en effet apporté soutien et solidarité.

    Depuis, et à plusieurs reprises, des dizaines de femmes kabyles décidaient de porter la robe kabyle partout où elles le voudraient, tandis que d'autres décidaient de choisir une journée où toutes les femmes porteront un robe kabyle pour montrer aux "stratèges de la dépersonnalisation du peuple kabyle" qu'ils perdent leur temps et qu'aucune substitution ne prendra jamais en Kabylie : Quoi qu'ils fassent, le peuple kabyle restera kabyle ... "Ad vitam æternam"!

    Avec RadioTV Numidia

    zp,
    SIWEL 061724 AVR 16

    Kabylie
    Le 25 avril 2013, les jeunes filles du lycée mixte d'El Kseur défiaient l'interdiction de porter une robe kabyle

    USA
    Le 25 avril 2013, les jeunes filles du lycée mixte d'El Kseur défiaient l'interdiction de porter une robe kabyle

    Canada
    Le 25 avril 2013, les jeunes filles du lycée mixte d'El Kseur défiaient l'interdiction de porter une robe kabyle


    0 0

    MONTRÉAL (SIWEL) - La confédération du MAK d'Amérique du Nord appelle à un rassemblement le samedi 16 avril 2016 en face du consulat général d’Algérie à Montréal entre 11 et 14 heures Siwel publie ci-après l'appel dans son intégralité :

    Appel à un rassemblement samedi 16 avril 2016 devant le consulat général d’Algérie à Montréal de 11 à 14h
    CONFÉDÉRATION MAK AMÉRIQUE DU NORD

    Appel à un rassemblement le samedi 16 avril 2016 en face du consulat général d’Algérie à Montréal de 11 à 14h


    À chaque commémoration du double anniversaire de Tafsut Imazighen 1980 et du printemps noir de 2001, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) organise des marches populaires dans les trois importantes villes de la Kabylie : Vgayet, Tizi-wezzu et Tuvirett. La commémoration du 20 avril 2016 ne sera donc pas en reste.

    Le MAK étant un mouvement pacifique, son mot d’ordre a toujours été et continue d’être la paix et la non-violence pour tous les événements et manifestations qu’il organise.

    Devant sa montée en puissance en Kabylie et en dehors de la Kabylie, et l'adhésion quasi unanime des Kabyles à sa démarche politique, le pouvoir algérien ne répond que par la menace et la répression barbare, poussant l’audace jusqu’à soudoyer de jeunes citoyens innocents afin de commettre, pour son compte, des crimes contre leurs frères kabyles.

    Nous, citoyens américains, canadiens, d'origine Kabyle, dénonçons vigoureusement toutes les manœuvres sauvages et violentes du gouvernement algérien et l’avisons que toute injustice ou acte portant atteinte à l’intégrité physique ou morale des Kabyles n’est et ne sera jamais toléré, et qu’il sera largement diffusé et porté à la connaissance des médias, des gouvernements et des ONG du monde entier. Nous tenons également le gouvernement algérien comme le seul et unique responsable de tout dérapage, attentat ou violence à l’égard de ceux et celles qui vont participer aux marches du 20 avril 2016.

    Les Kabyles sont libres de marcher et de manifester chez eux.
    Vive la Kabylie libre et indépendante.


    Confédération MAK Amérique du Nord.


    0 0

    CONTRIBUTION (SIWEL) — « Anda ara d-tvaneḍ ay aqerquc deg imi n taγadt ». Le 10 février 2016, le conseil des ministres marocain a pris la décision de revenir à l’enseignement du français dès le premier palier d’apprentissage. Cette résolution salutaire vient à mettre fin à une régression vertigineuse du niveau académique à tous les niveaux et dû à une arabisation qui a duré 30 ans et qui a handicapé deux générations de la jeunesse du pays. Dans un unanimisme processionnaire, la Kabylie procède à la désarabisation de son environnement transfiguré par des panneaux, écriteaux et frises d’arabesques.

    TAQVAYLIT / TAMAZIΓT : CES KABYLES NÉGATEURS D’EUX-MÊMES
    Des arabisants d’Algérie entament leur recyclage dans le français ou l’anglais.

    Au Levant, Théodoros Daoud dit : « nous sommes des Byzantins, des Syriaques, des Chaldéens, des Assyriens, des Coptes, nous sommes les descendants d’Ebla et de la Mésopotamie, des Phéniciens, des Pharaons, nous sommes du Levant et son peuple autochtone. Nous ne sommes pas des Arabes, assez de viol, de falsification de l’histoire, de la géographie, de la vérité et la réalité ».

    Des musulmanes et musulmans, ligotés depuis leur naissance par une religion que leurs pores rejettent, se révoltent et apostasient allègrement.
    Taslima Nasreen la Bengalie distinguée par le prix Ananda Literary Award
    Prix Sakharov, Prix des Droits de l’homme de la République française - Liberté - Égalité - Fraternité, Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, Docteur honoris causa de l'Université Catholique de Louvain dit : « ne m’appelez pas musulmane, je suis athée, athée ».

    Malala Yousafzai, la pakistanaise, Prix Nobel de la Paix à l’âge de 17 ans, Prix Sakharov, Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, Prix national de la Jeunesse pour la Paix, Prix Ambassadeur de la Conscience, Prix des Droits de l’Homme des Nations-Unies a défié la terreur des Talibans pakistanais qui interdisaient tout enseignement aux filles.

    Dans cette ambiance de prise de conscience révolutionnaire qui touche le monde entier et l’Afrique du Nord en particulier, il se trouve trois (3) kabyles qui proposent d’écrire tamaziγt en arabe. Ce sont les seuls qui s’alignent pieusement et piteusement derrière un chef de parti islamiste, ennemi irréductible de tamaziγt.

    Rappelons tout de suite que ces énergumènes n’ont à aucun moment de leur vie milité pour la cause identitaire.

    Le premier Abderazak Dourari est depuis décembre 2004, directeur du Centre National Pédagogique et Linguistique de l’Enseignement de Tamaziγt (ouf) ; un machin dont l’Algérie a le secret de création pour enterrement.
    « Je préconise que la future académie de la langue amazighe travaille en collaboration avec l’académie de la langue arabe », voilà ce qu’il conseille comme habillage à tamaziγt. M. Dourari a pourtant conscience que sa proposition de mettre tamaziγt sous tutelle d’une entité arabe quelle qu’elle soit équivaut à donner les clés du Louvre à une équipe de restaurateurs de Daech. N’empêche ! Il a osé.

    Le deuxième s’appelle Mohand-Arezki Ferrad. Ancien député du FFS, c’est un affidé très assidu du Haut conseil de la langue arabe et du Haut conseil islamique. Tout comme ses compères, c’est un parfait inconnu dans la sphère de la cause identitaire. Par contre, le maquignonnage qu’il exerce avec l’arabo-islamisme semble lui inculquer l’idée que c’est la clé de sa réussite personnelle. Naturellement, le personnage n’a cure du devenir de tamaziγt.

    Le troisième et sans doute le plus impliqué est Hachemi Assad, le secrétaire général du HCA qui, quant à lui a dit : « La lettre utilisée dans l’écriture de cette langue nationale et officielle ne pose pas problème, soit en caractères arabes ou latins ou en tifinagh ».
    Voilà ce que pense de tamaziγt celui qui a en charge cette officine censée porter sa promotion.
    Pour lui donc tamaziγt est un kit qu’il peut accommoder à n’importe quelle graphie.
    Mais qu’attendre de celui qui, lors du colloque sur Apulée à Sous Ahras le 30 mai 2015, a choisi d’ignorer les martyrs du Printemps noir pour rendre hommage à l’un des ordonnateurs du massacre de la jeunesse kabyle ?
    Depuis qu’il est à la tête du HCA, il l’a fossilisé et son violon d’Ingres est de discourir en arabe lors d’événements d’apparat que lui organise le pouvoir.

    Tous les trois font fi des sacrifices de générations de militants de la cause identitaire qu’ils considèrent comme une simple opportunité à saisir pour leur propre édification matérielle.

    À les entendre, on doit se douter que ces messieurs, écuyers de la plume, ont des arguments littéraires à faire valoir ; qu’ils auraient déjà expérimenté l’écriture de tamaziγt en caractères arabes et publié quelque opuscule dans cette graphie. En réalité aucun d’entre eux n’a produit la moindre ligne sous cette forme.

    Et donc, on ne peut même pas qualifier leur position de posture pour défendre un point de vue partagé. Leur position est donc seulement une offre de service dans un but inavoué mais pourtant clair.

    Ceci dit, qu’en est-il de l’honnêteté intellectuelle ? De toute évidence, c’est une notion qui ne peut pas exister chez des gens qui font comme si tamaziγt venait de naître par la grâce de la dernière révision de la constitution algérienne.

    Dédaigner 2 siècles de recherche et de production en tamaziγt à travers le monde entier est une supercherie intellectuelle osée et inédite.

    Ils savent pourtant que le courant obscurantiste qui les sous-traite, non content d’avoir superbement ignoré tamaziγt depuis quinze siècles, veut s’arroger aujourd’hui le droit de récuser toutes les œuvres intellectuelles amazighes produites en français, en anglais, en italien, en espagnol, en portugais, en danois, en finnois, en norvégien …

    Devrait-on, pour faire plaisir à ces messieurs organiser un immense autodafé des œuvres de MM. A. Basset, L. Galand, G. Camps, R. Galissot, De Foucault, Delheure, Dallet, E. Masqueray, S. Boulifa, M. Mammeri, M. Feraoun, S. Chaker, Muḥend Uyeḥya, Amar Mezdad, R. Aliche, Mennac Achab et de tant d’autres éminents chercheurs et producteurs qui ont inlassablement et passionnément travaillé pour construire les bases scientifiques de tamaziγt ?

    - Bien sûr que non. Ur d-iţaweḍ wass-en !

    Nous invitons ces messieurs de cesser la croissonnade qu’ils se sont inventée et qu’ils mènent contre notre langue, censée être aussi leur propre langue.

    Qu’ils arrêtent de s’échiner à contrarier les chercheurs, l’association des enseignants de tamaziγt et le peuple kabyle unanime, tous décidés depuis très longtemps d’arrimer leur langue à la modernité pour favoriser son plein et rapide épanouissement.

    Ouvrez donc les yeux ! L’Algérie que vous servez obséquieusement a imposé un ostracisme absolu à notre langue qui a duré 62 ans. Aujourd’hui que grâce à la lutte de générations de militants, elle entrevoit une petite éclaircie, vous vous entremêlez pour la réinhumer. Car et vous le savez, affubler tamaziγt de caractères arabes, c’est la mettre sous la botte de ses ennemis les plus déterminés à l’occire définitivement.

    Ces messieurs ont peut-être des qualités à faire valoir par ailleurs. Mais pour ce qui est de tamaziγt, ils sont loin du compte et nous les invitons aimablement à cesser de créer, animer et polluer un débat qu’eux seuls trouvent légitime.

    Mais si seule la vénalité est le carburant de leurs agissements, nous leur conseillons de s’incorporer à la section algérienne de l’académie de la langue arabe.

    Il y a à boire et à manger un peu. Pour le moment …







older | 1 | .... | 48 | 49 | (Page 50) | 51 | 52 | .... | 120 | newer